Sabaidee Luang Prabang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sabaidee Luang Prabang
Description de cette image, également commentée ci-après
Le Haw Pha Bang à Luang Prabang

Titre original (lo) ສະບາຍດີ ຫລວງພະບາງ
(th) สะบายดี หลวงพะบาง
Réalisation Anousone Sirisackda
Sakchai Deenan
Acteurs principaux

Ananda Everingham
Khamly Philavong

Pays d’origine Drapeau du Laos Laos
Genre Romance
Durée 90 minutes
Sortie 2008


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Sabaidee Luang Prabang[1], en lao ສະບາຍດີ ຫລວງພະບາງ, en thai สะบายดี หลวงพะบาง, (« Bonjour Luang Prabang[2] ») est un film laotien de 2008 réalisé par le laotien Anousone Sirisackda[3] et le thaïlandais[4] Sakchai Deenan[5].

Il a la particularité d'être le premier film laotien depuis la prise du pouvoir par les communistes en 1975 à être entièrement financé par des fonds privés[6].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le photographe métis Sorn visite le Laos à la recherche de ses origines. Il est guidé dans son voyage par Noi, une jolie laotienne. Il tombe amoureux de la ravissante créature et de multiples surprises les attendent.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Titre français : Bonjour Luang Prabang
  • Titres alternatifs : Sabaidee Luang Prabang / ສະບາຍດີ ຫລວງພະບາງ / สะบายดี หลวงพะบาง
  • Réalisateurs : Anousone Sirisackda[7] et Sakchai Deenan[8]
  • Scénario : Sakchai Deenan
  • Production : Lao Art Media
  • Pays : Laos et Thaïlande
  • Langue : Laotien
  • Genre : Comédie sentimentale, romance
  • Durée : 88 minutes
  • Date de sortie : 2008

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Ananda Everingham : Sorn, le beau métis, photographe voyageur en quête de ses origines
  • Khamly Philavong[9] : Noi, la charmante laotienne, guide de Sorn
  • Theeratorn Siriphunvaraporn

Suites[modifier | modifier le code]

Ce film a du succès en Thaïlande et au Laos. C'est pourquoi il constitue le début d'une trilogie Sabaidee, avec deux suites[10] :

  • Sabaidee 2 - From Pakse with Love (en thaï : สะบายดี 2: ไม่คำตอบจาก..ปากเซ) (2010)[11]
  • Sabaidee 3 - Une noce laotienne (en thaï : สะบายดี วันวิวาห์ , สะบายดี3) (2011)[12]

Contexte politique[modifier | modifier le code]

Depuis la prise du pouvoir au Laos par les communistes en 1975, les seuls films de ce pays sont au moins partiellement financés par le gouvernement. La plupart sont des films patriotiques ou de propagande comme l'admirable "Le Lotus rouge" (Bua Daeng) de Som Ock Southiponh[13]. La production de ce film indique, selon le journal britannique The Independent, que les autorités laotiennes espèrent fonder une industrie cinématographique dans leur pays et que celle-ci, cette nouvelle vague du cinéma laotien[14], pourrait être une nouvelle source de revenus[2]. Le film cible aussi les spectateurs thaïlandais, parce qu'il n'existe en 2008 que deux salles de cinéma au Laos : elles sont dans la capitale Vientiane[15].[réf. nécessaire].

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Ce film a été tourné en 12 jours.

  1. « Bonjour Luang Prabang », sur cinemas-asie.com, Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul,
  2. a et b Un peu de lumière dans les salles obscures, article du Courrier international du 19 juin 2008 ; traduction d'un article d'Andrew Buncombe dans The Independent.
  3. « Anousone Sirisackda », sur cinemas-asie.com, Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul,
  4. (en) Yanapon Musket, « The awakening », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  5. « Sakchai Deenan », sur cinemas-asie.com, Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul,
  6. « Un peu de lumière dans les salles obscures », sur courrierinternational.com, Courrier International,
  7. (en) Anousone Sirisackda sur l’Internet Movie Database
  8. (en) Sakchai Deenan sur l’Internet Movie Database
  9. (en) Khamly Philavong sur l’Internet Movie Database
  10. http://www.cinemas-asie.com/fr/les-membres/item/205-sackchai-deenan.html
  11. https://www.imdb.com/title/tt2776252/
  12. https://www.imdb.com/title/tt2776256/
  13. « Le Lotus rouge », sur cinemas-asie.com, Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul
  14. Kong Rithdee, « Laos : la nouvelle vague du cinéma (traduction de l'article Lao new wave du Bangkok Post du 18 avril 2012) », sur courrierinternational.com, Courrier International,
  15. Andrew Buncombe, « Laos : un peu de lumière dans les salles obscures (texte traduit de The Independante) », sur courrierinternational.com, Courrier International,

Lien externe[modifier | modifier le code]