Ripogonaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La petite famille des Ripogonaceae (parfois orthographiée Rhipogonaceae) est constituée de plantes monocotylédones ; elle ne comprend qu'un seul genre, Ripogonum renfermant de 2 à 6 espèces.

Ce sont des plantes grimpantes (lianes) qui ressemblent à la vigne et que l'on rencontre de la Nouvelle-Zélande à la Nouvelle-Guinée, les feuilles simples sont généralement opposées avec 3 fortes nervures longitudinales. Les petites fleurs sont regroupées sur des inflorescences axillaires, en grappes ou en épis plus ou moins lâches, les fruits sont des baies.

Le kareao est le nom māori de Ripogonum scandens, c'est une plante grimpante de Nouvelle-Zélande pouvant atteindre 10 m, ses feuilles sont persistantes. Plante assez importante car on peut utiliser ses fruits, feuilles, racines et sève en cuisine et en médecine traditionnelle, même ses tiges peuvent être utilisées en vannerie et pour tresser des cordages et des filets.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom vient du genre Ripogonum qui dérive des mots grecs ῥιπος (rhipos), osier, se référant aux longues pousses, et γονυ (goni), genou, articulé, de par l'aspect articulé des tiges[1]. Le mot grec ῥιπος commençant par un rho aspiré plutôt que par un rho ordinaire, les érudits classiques ont préféré le transcrire avec rh-. Par conséquent, les premiers botanistes ont traité l'orthographe de Johann et Georg Forster comme une erreur à corriger et l'orthographe Rhipogonum a été utilisée[2].

Classification[modifier | modifier le code]

En classification classique de Cronquist (1981), cette famille n'existe pas.

La classification phylogénétique sépare en effet cette famille des Smilacaceae pour en faire une famille à part entière dans l'ordre des Liliales.

Liste des genres[modifier | modifier le code]

Selon DELTA Angio (16 avr. 2010)[3] :

Selon NCBI (16 avr. 2010)[4] et Angiosperm Phylogeny Website (18 mai 2010)[5] :

  • famille Rhipogonaceae

Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (16 avr. 2010)[4] :

Selon d'autres sources:

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) J. G. Conran et H. T. Clifford, Flora of Australia : Iridaceae to Dioscoreaceae, vol. 46, CSIRO Publishing / Australian Biological Resources Study, coll. « Flora of Australia », (ISBN 978-0-6440-4356-4, lire en ligne), p. 188–190
  2. (en) Ole Seberg, Gitte Petersen et Peter Wagner, « To aitch or not to aitch: Ripogonum (Ripogonaceae) or Rhipogonum (Rhipogonaceae)? », Taxon, vol. 62, no 3,‎ , p. 606-608 (DOI 10.12705/623.7, lire en ligne, consulté le 15 novembre 2020)
  3. DELTA Angio, consulté le 16 avr. 2010
  4. a et b NCBI, consulté le 16 avr. 2010
  5. Angiosperm Phylogeny Website, consulté le 18 mai 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sous le nom Rhipogonaceae[modifier | modifier le code]

Sous le nom Ripogonaceae[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :