René Gagnon (peintre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
René Gagnon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Nationalité
Activité
Site web

René Gagnon, né le à Cap-Sainte-Anne (aujourd'hui Chicoutimi Nord), est un peintre canadien international[1] et paysagiste de la nature laurentienne[2], boréale et nordique. Il est aussi vitrailliste et travaille sur les verres anciens.

Formation[modifier | modifier le code]

René Gagnon est autodidacte. Fils de cultivateur, il commence à peindre alors qu'il a seize ans. Son oncle était négociant d'art et recevait des peintres de l’époque. C’est ainsi qu’il a la chance de côtoyer et recevoir, au passage, quelques conseils de Marc-Aurèle Fortin, Stanley Cosgrove, René Richard, Goodridge Roberts, Lorne Bouchard et Léo Ayotte.

Carrière[modifier | modifier le code]

C'est en 1959, à Arvida, qu'il expose pour la première fois. Dans les années 1960, sous la tutelle de la comtesse Fasano, il se retrouve à New York mais n'y reste pas. Il expose à la galerie Klinkoff Montréal puis en 1967, il fonde la Galerie des peintres canadiens à la Place des Arts à Montréal.

En 1974, c'est le producteur Gilles Talbot de Kébec Disque qui lui présente le journaliste Jacques Ourévitch. Celui-ci lui ouvre les portes de la Galerie Bernheim à Paris. Il expose dans la Ville Lumière en 1974, 1977 et 1984.

En 1995 il fait une tournée d'expositions en Asie : Hong Kong, Taïpei, Manille et Kuala Lumpur. C’est à ce moment que Toh Puan Mahani Idris Daim, épouse du ministre des Finances, Ton Daim Zainuddin l'invite à peindre la jungle et la flore luxuriante de son pays. Il accepte de relever le défi et s’installe en 1996 pour trois mois dans le plus grand Parc national de la Malaisie, Taman Negara. Les toiles sont vendues dans une exposition à Kuala Lumpur par le biais de la Fondation Yayasan Seni Berdaftar qui soutient les jeunes artistes malaisiens.

En 2004, c'est au Maroc qu'il expose à l'occasion des festivités du 36e anniversaire de l'intronisation du roi Hassan II. Le Président du groupe Afriquia l'invite à peindre le désert d'Ouarzazate et les paysages du Maroc. Dans cette même année, le musée La Pulperie de Chicoutimi organise une importante rétrospective intitulée "L’Art du paysage selon René Gagnon", 60 ans de carrière.

De 2007 à 2011, il connait des problèmes de santé, dus à une contamination du sang au plomb.

En 2012, sa biographie "De rêve et de paysages"’ écrite par Christine Gilliet, est publiée. Le lancement aura lieu en à son musée personnel de l’Anse de Roche. La biographie sera éditée dans un boitier édition limitée numérotée avec 100 tableaux originaux.

En 2014, il revient exposé à Montréal et s'installe au Petit Musée René Gagnon dans le Vieux Montréal. Il expose des œuvres récentes dans la Métropole pour la première fois depuis trente ans.

L’œuvre de René Gagnon est importante. Il est toujours actif[3] à 88 ans et travaille dans son atelier à l'Anse de Roche, donnant sur le Fjord du Saguenay. On le surnomme le "Peintre du nord et du Saguenay".

Un de ses tableaux se trouve à la Maison-Blanche à Washington[4].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

  • Médaille de l'Assemblée nationale du Québec
  • Certificat d’excellence de la municipalité de Sacré-Cœur en reconnaissance de l’apport architectural, artistique et culturel dans la communauté

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • De Rêves et de Paysages, Christine Gilliet, Claire Hélène Hovington/René Ganon, L'Anse de Roche (2014)
  • L'Art du paysage selon René Gagnon, Rétrospective 1944-2004, Catalogue de l'exposition présentée à Pulperie de Chicoutimi, Rédaction Nathalie Boudreault
  • René Gagnon, Paul Gladu, édition Galerie des Peintres Canadiens (1972)

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • Le Maroc de René Gagnon, Claude Bérubé (2007)
  • Du Saguenay à Taman Negara, Lison Hovington (production) et Claude Bérubé (réalisation) (1998)
  • Le Peintre du Nord, Télé-Québec (1991)

Expositions internationales[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

  • Art Collections Place (1967)
  • The Hilton Gallery (1968)

En France[modifier | modifier le code]

  • Galerie Bernheim-Jeune, Paris (1977 et 1984)
  • Galerie Pythéas, Marseille (1984)
  • Club Pernod, Bordeaux (1984)
  • Galerie Actuel Art, Saint-Malo (1984)
  • Rétrospective de René Gagnon, Services culturels de la Délégation du Québec, Paris (1989)
  • L'Arche, Charmant (1989)
  • Quai d'Orsay, Paris (1990)
  • Galerie Étienne de Causans, Paris (1994)

En Asie[modifier | modifier le code]

  • Regent Gallery, Taipei, Taiwan (1995)
  • Regent KL Gallery, Kuala Lumpur, Malaisie (1995)
  • Michalski Gallery of Fine Arts, Manille, Philippines (1995)
  • Lai Kunai Fine Art Gallery, Hong Kong (1995)
  • Taman Negara, Malaisie (1995)
  • Kuala Lumpur, Malaisie (1996)
  • Festival Canadien, Taipei, Taiwan (1996)

Au Maroc[modifier | modifier le code]

  • Célébration de la Fête du Trône, Settat (1997)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « René Gagnon, un peintre international à L'Anse-de-Roche », sur http://ici.radio-canada.ca/,
  2. CLÉMENT, « René Gagnon: une passion pour le paysage laurentien », sur http://www.lapresse.ca,
  3. « René Gagnon, le peintre éternel », sur lequotidien.com, Le Quotidien, (consulté le 1er avril 2019)
  4. Shirley Kennedy, « L’artiste peintre René Gagnon : une de ses toiles à la Maison-Blanche », sur journalhcnouest.com, (consulté le 4 janvier 2017).

Revue[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]