Raumplan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un Raumplan est un plan en trois dimensions; c'est une manière de projeter spécifique à l'architecte autrichien Adolf Loos. La traduction littérale de Raumplan serait "projeter dans l'espace".

Principes fondateurs[1][modifier | modifier le code]

  • Projeter en trois dimensions (3D) dans l'espace. Il faut constamment imaginer le projet dans l'espace.
  • Utiliser des volumes réguliers et compacts ayant des configurations géométriques élémentaires.
  • Attribuer à chaque pièce une hauteur appropriée à sa fonction
  • Établir un modèle spatial centrifuge, déterminé souvent par des rotations axiales et qui "donne lieu à une multitude d'annexes en forme de niches, de part et d'autre des différents espaces"[2] ainsi que des points de vue diversifiés, accentués par des symétries partielles ou des asymétries.
  • À partir d'un volume prismatique, travailler par l'addition ou la soustraction de volumes simples, subordonnée à l'organisation intérieure des espaces.
  • Procéder de l'intérieur vers l'extérieur. Pour Loos "les murs, les plafonds, les planchers, l'enveloppe matérielle déterminant les espaces de la vie quotidienne constituaient l'élément premier; les façades l'élément second. Mais dans cette hiérarchie de la conception 'second' ne signifie pas superflu: il désigne la seconde phase, ce qui se produit dans un second temps."[3]
  • Dessiner la façade selon les règles compositives, la forme et la disposition des ouvertures ne suivant pas des impératifs fonctionnels.
  • Établir un seuil entre les étages par des circulations verticales souvent différenciées.
  • Adopter un langage architectural basé sur des murs crépis, lisses et sans ornements. Principe de discrétion et de simplicité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Professeur Bruno Marchand, Théorie de l'architecture III, p.64-65
  2. J. van de Beek,"Adolf Loos - Modèles de villas" in Raumplan versus Plan libre, version française, p.20
  3. P. Tournikiotis, Loos, Éditions Macula, Paris, 1991, p.67