Pronation douloureuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pronation douloureuse

Classification et ressources externes

Description de cette image, également commentée ci-après

Capsule articulaire du coude, vue antérieure. (La pronation douloureuse implique la subluxation de la tête radiale hors du ligament annulaire du radius).

CIM-10 S53.0
CIM-9 832.0
MedlinePlus 000983
eMedicine emerg/392 
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La pronation douloureuse est la lésion traumatique du coude la plus fréquente chez l'enfant de 1 à 5 ans. C'est une subluxation de la tête du radius secondaire à une traction brusque sur la main alors que le coude est en extension et que l'avant-bras et la main sont en pronation.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

L'incidence annuelle est d'un peu moins de 3 pour 1000 enfants aux États-Unis[1], la plupart étant âgés entre 1 et 2 ans[2] avec une petite prédominance féminine. Une traction sur le bras est retrouvée dans plus de la moitié des cas[3].

Description[modifier | modifier le code]

L'enfant a mal lorsqu'il essaie de se servir de son bras. Logiquement, il ne l'utilise plus et le laisse pendre. Parfois, il se met à jouer de l'autre main. Parfois, il pleure sans discontinuer depuis l’incident. Toute tentative des parents pour plier le coude ou mettre la main en supination provoque des pleurs et des cris.

Le diagnostic est clinique, ni la radiographie ni l'échographie ne sont utiles. L'histoire classique de la traction brusque sur la main manque parfois à l'interrogatoire. L'enfant se présente toujours avec l'avant-bras en pronation (il présente le dos de la main vers le haut). La palpation de la tête radiale est douloureuse. Le bras ne présente ni déformation, ni rougeur, ni gonflement. L'enfant n'a pas de fièvre.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement consiste à porter lentement l'avant-bras en supination puis à fléchir le coude. La réduction s'accompagne parfois d'un ressaut que l'on peut sentir en posant un doigt sur la tête radiale. Instantanément, la douleur disparaît et dès que l'enfant est calmé, on peut constater qu'il se remet rapidement à utiliser son bras.

Une autre technique, dite d'« hyperpronation », consiste, l'avant-bras de l'enfant mi-fléchi, à mettre en hyperpronation la main jusqu'à percevoir un ressaut[4]. Cette méthode semble légèrement plus efficace et moins douloureuse que la méthode par supination[5],[6].

Ces manœuvres sont contre indiquées en cas de suspicion de fracture[4].

La pronation douloureuse peut cependant récidiver. Les parents doivent être informés des précautions à prendre (éviter les tractions sur le bras)[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brown D, Emergency department visits for nursemaid's elbow in the United States, 2005-2006, Orthop Nurs, 2009;28:161-162
  2. Illingworth CM, Pulled elbow: a study of 100 patients, Br Med J, 1975;2:672-674
  3. Rudloe TF, Schutzman S, Lee LK, Kimia AA, No longer a “nursemaid's” elbow: mechanisms, caregivers, and prevention, Pediatr Emerg Care, 2012;28:771-774
  4. a, b et c Aylor M, Anderson JM, Vanderford P et al. Reduction of pulled elbow, N Engl J Med, 2014;371:e32
  5. Krul M, van der Wouden JC, van Suijlekom-Smit LWA, Koes BW, Manipulative interventions for reducing pulled elbow in young children, Cochrane Database Syst Rev, 2012;1:CD007759-CD007759
  6. Potis T, Merrill H, Is pronation less painful and more effective than supination for reduction of a radial head subluxation?, Ann Emerg Med, 2013;61:291-292