Produit minimum viable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans le cadre de la conception de produit, le produit minimum viable (ou MVP, de l'anglais : minimum viable product) est la version d'un produit qui permet d'obtenir un maximum de retours client avec un minimum d'effort[1]. Par extension, il désigne aussi la stratégie utilisée pour fabriquer, tester et mettre sur le marché ce produit[1],[2]. L'intérêt du produit minimum viable est d'évaluer la viabilité d'un nouveau modèle d'entreprise[3].

Des méthodologies comme le lean startup ou les méthodes agiles accordent une place importante au produit minimum viable[1],[4].

Historique[modifier | modifier le code]

Créée par Frank Robinson en 2001, l'expression « produit minimum viable » est popularisée par Eric Ries et Steve Blank (en) comme un concept important du lean startup[5],[6]. Des interprétations divergentes du terme « minimum » dans l'expression « produit minimum viable » sont à l'origine de plusieurs redéfinitions de ce concept[5]. En 2009, Ries et Blank évoquent un effort et des fonctionnalités minimales[5],[2],[7], tandis que d'autres auteurs évoquent ultérieurement des exigences minimales, une organisation de valeur minimale[8] ou une implémentation la plus petite possible[5].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Le produit minimum viable est utilisé pour le développement de nouveaux modèles d'entreprise et de nouveaux produits[9].

Critiques[modifier | modifier le code]

L'efficacité du produit minimum viable est remise en cause au profit d'autres stratégies de développement[10] telles que le Minimum Awesome Product[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Minimum Viable Product: a guide », sur Startup Lessons Learned (by Eric Ries), (consulté le 8 août 2020)
  2. a et b « What is the minimum viable product? », sur Venture Hacks, (consulté le 7 août 2020)
  3. (en) Jesse Yli-Huumo, Tommi Rissanen, Andrey Maglyas, Kari Smolander et Liisa-Maija Sainio, « The Relationship Between Business Model Experimentation and Technical Debt », ICSOB 2015: Software Business, vol. 210,‎ , p. 17–29 (ISSN 1865-1348, DOI 10.1007/978-3-319-19593-3_2).
  4. (en) Anh Nguyen Duc et Pekka Abrahamsson, « Minimum Viable Product or Multiple Facet Product? The Role of MVP in Software Startups », XP 2016: Agile Processes, in Software Engineering, and Extreme Programming, vol. 251,‎ , p. 118–130 (ISSN 1865-1348, DOI 10.1007/978-3-319-33515-5_10)
  5. a b c et d (en) Valentina Lenarduzzi et Davide Taibi, « MVP Explained: A Systematic Mapping Study on the Definitions of Minimal Viable Product », Software Engineering and Advanced Applications (SEAA), Euromicro Conference,‎ , p. 112–119 (DOI 10.1109/SEAA.2016.56).
  6. « The Lean Startup | Methodology », sur theleanstartup.com (consulté le 7 août 2020)
  7. « Perfection By Subtraction – The Minimum Feature Set », sur steveblank.com, (consulté le 8 août 2020)
  8. (en) Tony Bailetti et Sonia D. Bot, « An Ecosystem-Based Job-Creation Engine Fuelled by Technology Entrepreneurs », Technology Innovation Management Review, vol. 3, no 2,‎ , p. 31–40 (ISSN 1927-0321, DOI 10.22215/timreview/658).
  9. N. Taylor Thompson, « Building a Minimum Viable Product? You’re Probably Doing it Wrong », Harvard Business Review,‎ (ISSN 0017-8012, lire en ligne, consulté le 7 août 2020)
  10. Scott D. Anthony, « The Dangers of the Minimal Viable Product », Harvard Business Review,‎ (ISSN 0017-8012, lire en ligne, consulté le 7 août 2020)
  11. (en) Carlos Beneyto, « The MVP is dead, long life to the MAP. (Minimum Awesome Product) », sur Medium, (consulté le 7 août 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]