Portrait du moine Baldassarre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Portrait du moine Baldassarre
Image dans Infobox.
Artiste
Date
Type
Technique
Huile sur bois
Dimensions (H × L)
26 × 27 cm
Mouvement
Collection
No d’inventaire
00195552Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Portrait de Biagio Milanesi.

Le portrait du moine Baldassarre (en italien : Ritratto del monaco Baldassarre) est une peinture à l'huile sur bois du Pérugin (1500), conservée à la Galerie des Offices à Florence.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le panneau attribué au Pérugin faisait partie du Retable de Vallombrosa (Galleria dell'Accademia, inv. 1890, n. 8366), dont il décorait probablement la base du petit pilier droit (et celui de Biagio Milanesi, le petit pilier gauche) à la hauteur de la prédelle (perdue). La peinture qui a été commandée au Pérugin en 1498 pour le maître-autel de l'abbaye de Vallombrosa, près de Florence a été livrée au mois de juillet 1500.

Suite aux « suppressions » napoléoniennes de 1805 - 1810 le transfert du retable est effectué au Musée du Louvre à Paris ; ensuite en 1817 le panneau a été restitué lors de la Restauration sans la prédelle et confié à la galerie florentine.

Description[modifier | modifier le code]

La peinture est le portrait de profil d'un moine, un certain Baldassarre, qui, avec l'autre abbé Biagio Milanesi, était l'un des commanditaires du retable de Vallombrosa.

Baldassarre est représenté de profil sur un fond sombre, le regard dirigé vers le haut à gauche, vers la scène de L'Assomption, qui se déroule au centre du retable.

En haut à gauche se trouve l'inscription en lettres dorées dédiée à la Vierge « D. Balthasar Monaco / S[ervo] Tvo Svccvrre ».

Analyse[modifier | modifier le code]

Le portrait fait transparaître une certaine intensité expressive, avec une forte individuation physionomiste, en faisant ressortir certaines particularités : nez très prononcé, lèvres fines, petit menton, tonsure cléricale d'une grande fidélité, front plissé par les sourcils levés pour regarder vers le haut.

La peinture est un exemple typique de la technique du Pérugin dans l'art du portrait, capable de rendre une grande intensité physiognomonique et psychologique, très différente des personnages idéalisés, fantaisistes ou au regard absent d'autres compositions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AA.VV., Galleria degli Uffizi, collana I Grandi Musei del Mondo, Scala Group, Rome, 2003.
  • Vittoria Garibaldi, Perugino, in Pittori del Rinascimento, Scala, Florence, 2004 (ISBN 888117099X)
  • Pierluigi De Vecchi, Elda Cerchiari, I tempi dell'arte, volume 2, Bompiani, Milan, 1999 (ISBN 88-451-7212-0)
  • Stefano Zuffi, Il Quattrocento, Electa, Milan, 2004 (ISBN 8837023154)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]