Pont Khaju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pont Khaju
Image illustrative de l'article Pont Khaju
Géographie
Pays Iran
Province Province d'Ispahan
Commune Ispahan
Coordonnées géographiques 32° 38′ 12″ N, 51° 41′ 00″ E
Fonction
Franchit Zayandeh rud
Caractéristiques techniques
Type pont en arc
Longueur 133 m
Largeur 12 m
Construction
Construction Environ 1650

Géolocalisation sur la carte : Iran

(Voir situation sur carte : Iran)
Pont Khaju

Le pont Khaju (persan : پل خواجو, pol-e khajoo; prononcer Khadjou) est un pont remarquable de la ville d'Ispahan, en Iran. Il a été construit par le roi séfévide Shah Abbas II autour de 1650, sur les fondations d'un ancien pont. Servant à la fois de pont et de barrage (seuil) sur la rivière Zayandeh rud, il relie le quartier Khaju sur la rive nord avec le quartier Zoroastrien au sud. Il a également été conçu pour servir de bâtiment[1] et de lieu de réunions publiques[2].

Le pont Khaju est un des plus beaux exemples d'architecture persane, construit à l'apogée de l'influence culturelle des séfévides en Iran. Selon l'archéologue américain Arthur Upham Pope et l'explorateur français Jean Chardin, il s'agit du « monument majeur de l'architecture des ponts persans et l'un des ponts les plus intéressants encore existant »[3]. Cette structure était à l'origine ornée de fresques peintes et de frises en faïence colorée. En son centre se trouve un pavillon dans lequel Shah Abbas se serait assis pour admirer la vue[2]. Aujourd'hui il ne reste du siège du roi qu'un banc de pierre.

Description[modifier | modifier le code]

Le pont Khaju mesure 133 mètres de long pour 12 mètres de large. Il est pourvu de 23 arches. La voie de passage sur le pont, faite de briques et de pierres, mesure 7,5 mètres de large. Les blocs de pierre utilisés dans sa construction font plus de 2 mètres de long. Des inscriptions suggèrent que le pont a été restauré en 1873.

C'est l'un des ponts qui régulent le débit d'eau de la rivière Zayandeh rud, grâce aux vannes situées sous ses arches. Quand ces dernières sont fermées, le niveau de l'eau en amont du pont s'élève et permet d’irriguer les nombreux jardins le long de la rivière.

Sur le niveau supérieur du pont, l'allée centrale était utilisée par les chevaux et carrioles, et les deux chemins voûtés par les piétons. Des pavillons octogonaux placés de chaque côté du pont en son centre offrent des points de vue sur les environs. Le niveau inférieur du pont est accessible pour les piétons et reste un endroit ombragé populaire pour se détendre. On y trouve aujourd'hui un café, un salon de thé et une galerie d'art.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Khaju Bridge » (voir la liste des auteurs).
  • Blair, Sheila S. and Jonathan M. Bloom. 1994. The Art and Architecture of Islam. New Haven: Yale University Press.
  • Michell, George. 1978. Architecture of the Islamic World. London: Thames and Hudson.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rowland J. Mainstone, Developments in structural form, Architectural Press, (lire en ligne)
  2. a et b (en) Andrew Burke, Mark Elliot, Iran, Lonely Planet, , 243 p. (lire en ligne)
  3. (en) Sir John Chardin, Ronald W. Ferrier, A Journey to Persia: Jean Chardin's portrait of a seventeenth-century empire, I.B.Tauris, , 149 p. (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :