Pierre Jacques Onésyme Bergeret de Grancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pierre Jacques Onésyme Bergeret de Grandcourt, seigneur de Grandcourt, Comte de Nègrepelisse, Commandeur et trésorier général de l'ordre de Saint Louis, receveur général des finances à Montauban en 1751. C'est un grand amateur d'art, ami du peintre Jean-Honoré Fragonard. Il est né le à Saint-Nicolas-des-Champs, Paris et décédé le , à l’âge de 69 ans.

Mécène et collectionneur[modifier | modifier le code]

Fils ainé de Pierre-François Bergeret, il hérite de sa fortune considérable. Il devient mécène et grand protecteur de Jean-Honoré Fragonard, avec lequel il fit un voyage artistique, un Grand Tour d'une année en Italie et au Saint-Empire (1773-1774)[1]. Son portrait (en pied), par Fragonard, est au musée Atger à Montpellier, un autre peint par François-André Vincent est au Musée de Besançon.

Pierre-Adrien Pâris fait visiter l'Italie à Bergeret de Grandcourt et intervient au château de la Bretêche, chez un frère de madame Bergeret et dans de nombreuses propriétés du couple : Nointel, Negrepelisse… Il rachète des collections lors de la vente des biens de Bergeret de Grandcourt en 1786[2].

Descendance[modifier | modifier le code]

Pierre Jacques Onésyme Bergeret de Grandcourt se marie le , Saint-Eustache, Paris, avec Marguerite Josèphe Richard de La Bretèche, décédée en 1751. Elle est la fille de Jean Pierre Richard, écuyer 1674-1747 et de Marie Anne de Boullogne. Marguerite Richard est aussi la sœur de l'Abbé de Saint-Non. Le couple a deux fils :

  • Pierre Bergeret de Frouville, comte de Nègrepelisse (1742-1810), marié le , L'Isle-Adam (95), avec Catherine Julie Xavier Poisson de La Chabeaussière 1747-1813, propriétaire de la Folie Beaujon.
  • Jean Marie Bergeret de Tulemont (1746-1790) marié le , Neuchâtel, canton de Neuchâtel (Suisse), avec Françoise de Marval

Il épouse, en troisièmes noces, en , Jeanne Viguier, sa femme de chambre et légitime sa fille Joséphine Claudine Pierrette Bergeret ca 1770-1802, mariée le , Saint-Sulpice, Paris, avec François Charles Adrien Simon, vicomte de Carneville (1754-1816).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fragonard en Italie d’après le journal de Bergeret de Grancourt
  2. Catalogue des tableaux, et autres objets curieux, du cabinet de feu M. Bergeret. [Suivi de :] Catalogue de différens instrumens, d'astronomie, gnomonique arpentage, géométrie, dessin, optique, dioptrique, catoptrique, physique et méchanique. Par Baradelle l'aîné ... faisant partie des effets de feu M. Bergeret.- Paris : de l'imprimerie de Quillau, 1786.- VIII, 128, 16 p.
  • Fragonard et le voyage en Italie (1773-1774) : Les Bergeret, une famille de mécènes : exposition, L'Isle-Adam, Musée d'art et d'histoire Louis-Senlecq, -30 sept. 2001 / [éd. sous la dir. de Frédéric Chappey]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]