Partitif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

En linguistique, le partitif est le cas grammatical qui exprime la partie d’un tout. Exemple : « Il mange de la purée. » Dans certaines langues, il est considéré comme un nombre, et non comme un cas.

Dans certaines langues, comme le finnois ou l’estonien, l’usage du partitif est très étendu et il est utilisé à chaque fois que l’on ne veut pas parler d’un « tout » (marquage des noms précédés d’un adjectif numéral, marquage du complément d’objet, de l’adjectif attribut, etc.). Il s’exprime alors au moyen de suffixes spécifiques (en finnois) ou de modifications de la racine du mot (estonien).

Les Partitifs fixés et partitifs entités[modifier | modifier le code]

Les partitifs peuvent être sémantiquement distingués basée sur l’engagement partial d’un ensemble, qui s’appellent partitifs entités ou d’une sous-catégorie d’un grand ensemble qui s’appellent partitifs fixés. Les SNs intégrés dans les partitifs entité indiquent les entités dans au niveau individuel, par exemple. « un biscuit » ou les entités au niveau du groupe, comme « Bob et Sue ». Quelques phrases tel que « les linguistes » peuvent être interpréter comme un niveau du groupe et donc, peuvent participer comme un partitif entité – « la moitié de linguistes » ; ou elle peuvent être interpréter comme un fixe des entités, donc participer comme un partitif fixé – « un des linguistes »[1].

Les partitifs fixes contient les noms comptables pluriels dans leurs syntagme nominal (SN), et peuvent être combiner avec les déterminant quantitatifs comme « beaucoup de », et nombres spécifiques comme « trois ». Les partitifs entités peuvent contenir les noms comptables singulaires ou les noms masses (quelquefois, les noms comptables pluriels fonctionnent aussi), en combinant avec les déterminant comme « beaucoup de » ou « demi ». Autre déterminants peuvent être combiner avec un type de partitifs (quelque, beaucoup, et tous)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b de Hoop, H. (1997). A semantic reanalysis of the partitive constraint. Lingua, 103(2), 151-174

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :