Nicolas Gougenot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nicolas Gougenot est un maître écrivain et un écrivain, actif au début du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait de Nicolas Gougenot (Paris BNF).

Il est né à Dijon, probablement dans les années 1580. Son activité de maître écrivain n'est connue que par un seul recueil. Il fut également auteur dramatique, publiant trois pièces ou romans entre 1633 et 1634. À la fin de sa vie, il est devenu aveugle, et dut mettre fin à son métier d'écriture[1].

Il est peut-être le même que Nicolas Gougenot, secrétaire du maréchal de Chastillon en 1631.

Œuvres graphiques[modifier | modifier le code]

  • Il édite en 1614 un recueil d'exemples gravés par Pierre de Loisy, Pirette d'Autun et Milot. Il contient quatre alphabets et vingt-deux sentences, dont dix-huit en vers. Portrait de l'auteur au début. Paris BNF (Est.) : Kb31 fol. (collection Marolles).
  • [Recueil de prières à l'usage du roi Louis XIII écrites par Philippe Desportes, découpées et ornementées par Nicolas Gougenot]. Paris BNF (Mss.) : Ms. fr. 24749 (prov. bibl. La Vallière). Il s'agit d'un manuscrit dont le texte est entièrement découpé au canif, constituant ce qu'on appelle un canivet. Voir Pour ce manuscrit Gougenot reçut une gratification de 600 livres[2]. Il existe au moins quatre autres manuscrits similaires formant une série de cinq documents :
Ces ouvrages ont été faits pour les membres de l'Ordre du Saint-Esprit, qui devaient tous les jours dire les Heures du Saint Esprit, avec les Hymnes & Oraisons qui seront dedans un livre que nous leur donnerons à leur reception; ou bien les sept Pseaumes Penitentiaux, avec les Oraisons qui seront aussi dans ledit livre. Ces manuscrits semblent bien correspondre à cette description. Sur cette collection de manuscrits, voir Ruysschaert 1963.

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

  • Le Triomphe du véritable amour, fait en vers françois. Ode par Nicolas Gougenot, Dijonnois. Béziers : Jean Pron, 1618. Cité d'après Beauchamps 1735 tome III p. 79.
  • La Comédie des comédiens. Paris : Pierre David, 1633.
  • La Fidèle tromperie, tragicomédie. Paris : Antoine de Sommaville, 1633. Texte édité par Magali Rabot dans son mémoire de maîtrise sous la direction de M. Georges Forestier, 2003. Lire.
  • Poème liminaire à la tragi-comédie de Claude Chabrol L’Orizelle... ou les Extrêmes mouvements de l'Amour et de la Jalousie. Paris : Mathieu Colombel, 1632.
  • Le Roman de l'infidèle Lucrine. Paris : Mathieu Colombel, 1634. Réédition éd. par François Lasserre (Genève : Droz, 2003).
  • Attribué à Gougenot : Discours à Cliton sur les observations du Cid avec un Traité de la disposition du Poème Dramatique et de la prétendue Règle de vingt-quatre heures. Paris : aux dépens de l’auteur, 1637.
  • Il est peut-être un des auteurs, avec Jean-Baptiste Chassignet, d'un recueil d'emblèmes conservé à la Bibliothèque de Besançon. Voir Sonnets franc-comtois inédits écrits au commencement du XVIIe siècle... éd. Théodore Courtaux. Paris : 1892.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Paillasson, Notice historique... in Jean Henri Prosper Pouget, Dictionnaire de chiffres... (Paris, 1767). (p. lxxv)
  • Claude Mediavilla, Histoire de la calligraphie française. Paris : 2006. (p. 191-192).
  • Pierre-François Godard de Beauchamps, Recherches sur les théâtres de France. Paris, 1735.
  • Alexandre Cioranescu, Bibliographie de la littérature française du dix-septième siècle. Tome 3. Paris : CNRS, 1966. (p. 991-992).
  • Léopold Delisle, Le Cabinet des manuscrits de la Bibliothèque impériale... Tome. I. Paris : Imprimerie impériale, 1868.
  • José Ruysschaert, « Les quatre canivets du manuel de prières de l'Ordre du St-Esprit. Philippe Desportes et le Livre d'Heures au XVIe siècle », Studi di Bibliografia e di Storia in onore di Tammaro de Marinis (Verona : Stamperia Valdonega, 1964), p. 61-100.
  • François Lasserre, « La voix marginale de Nicolas Gougenot, huguenot, maître-écrivain, dramaturge et théoricien du théâtre, dans les années Louis XIII ». Les Cahiers du CEIMA 8, p. 197-210. En ligne ici.
  • François Lasserre, Nicolas Gougenot, dramaturge, à l'aube du théâtre classique. Etudes biographique et littéraire, nouvel examen de l'attribution du "Discours à Cliton". Verlag, 2012.
  • Bibliographie de Nicolas Gougenot sur site du CELLF.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Préface du Roman de l'infidele Lucrine, citée d'après Rabot.
  2. Paris BNF : lettres de Louis XIII, 25 juillet 1614. Cote à préciser. Cité d'après Delisle 1868 I p. 217.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Maître écrivain