Maître écrivain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Planche Art d’écrire de l’Encyclopédie, t. 2.

Un maître écrivain est un professionnel qui, sous l'Ancien Régime, faisait son métier de bien écrire et généralement d'enseigner cet art. Aux XVIe et XVIIe siècles, les maîtres écrivains se sont regroupés dans des corporations (en France) ou des guildes (dans les Pays-Bas espagnols).

Ce terme de « maître écrivain » doit en principe être réservé à ceux d'entre eux qui avaient été reçus maîtres dans leur corporation. Pour les autres, on parlera plus volontiers d'écrivain public ou, pour ceux qui travaillaient sur des ouvrages de luxe, de calligraphe (encore que ce terme ne soit pas utilisé sous l'Ancien Régime, on disait plutôt « écrivain », ou quand on était spécialisé, « écrivain pour le grec, écrivain pour l'hébreu », etc.).

Il convient de distinguer les maîtres écrivains, des « écrivains du Roi pour la Marine » qui formaient un corps de l'Administration de la Marine royale française et dont le rôle était de tenir les écritures comptables.

Le métier[modifier | modifier le code]

Un maître écrivain est capable non seulement d'écrire très soigneusement, mais aussi de tracer de nombreuses écritures différentes, influencées par des écoles nationales (lettre gothique, lettre bâtarde, lettre de civilité, lettre flamande, etc.). Les grands maîtres sont surtout connus pour avoir écrit et parfois gravé (par eux-mêmes ou par un graveur) des recueils d'exemples où leur savoir-faire est exposé.

Outre l'écriture proprement dite, le maître écrivain est capable de tracer des « cadeaux » (du latin catena, chaîne), ornements faits de traits entrelacés, ou des dessins plus figuratifs appelés traits de plume. Tracer des « cadeaux » se disait « cadeler ».

Cette profession a des attaches dans plusieurs milieux :

  • avec la justice, pour l'expertise des écritures et des signatures. Certains maîtres écrivains étaient aussi « experts jurés vérificateurs », et pouvaient être sollicités lors de procès pour faire des expertises ;
  • avec la secrétairerie, c'est-à-dire le service de la Maison du roi ou d'un Parlement qui rédige les actes qui doivent être signés et expédiés dans le royaume ;
  • avec l'éducation des enfants et des nobles, puisqu'un maître écrivain est bien placé pour apprendre à écrire ;
  • avec les comptables (ou teneurs de livres), parce que la clarté des comptes suppose la clarté de leur présentation et parce que l'apprentissage du calcul est connexe à celui de l'écriture ;
  • avec les miniaturistes, une catégorie de peintres spécialisés dans les œuvres de petit format, et dont l'exécution demande une sûreté de main parfaite ;
  • avec les écrivains publics, qui font profession d'écrire des documents pour ceux qui ne savent pas écrire ;
  • enfin les ornemanistes, qui publient des recueils de chiffres, c'est-à-dire des lettres capitales entrelacées.

Il est donc fréquent qu'un maître écrivain pratique un ou plusieurs des métiers ci-dessus. La proximité entre la calligraphie et l'instruction s'observe encore dans le fait que les textes utilisés dans les recueils d'exemples (ou « exemplaires ») sont souvent des sentences morales, comme celles-ci :

Le soldat ne devient capitaine qu’en travaillant, veillant, patissant, supportant le jour la nuict le froid le chaud la pluye le soleil et mille autres incommodités.
Quand l’honnesteté est une fois maculée jamais ne retournera en son premier estat, ainsi la renommée d’un gentilhomme portant armes demeure tousjours vitupere.

Les corporations[modifier | modifier le code]

Dans les Anciens Pays-Bas, les maîtres écrivains se sont regroupés dans une guilde dont la devise était Vive la plume ; celle-ci s'observe au début ou à la fin de nombreux recueils d'exemples de la première moitié du XVIIe siècle (voir un exemple dans l'illustration plus haut).

En France, la corporation des maîtres écrivains jurés (ou « communauté ») a été établie à Paris par un édit du 16 octobre 1570 par le chancelier Michel de L'Hospital, à la suite d'une affaire de contrefaçon de la signature du roi Charles IX de France par un de ses secrétaires. Le secrétaire particulier du roi, Adam Charles, lui avait représenté l'utilité qu'il y aurait de former une compagnie d'hommes experts dans l'art d'écrire, à la science desquels on pût faire appel pour la vérification des écritures, signatures, comptes et calculs contestés en justice. Charles fut chargé par le roi de désigner les huit plus habiles maîtres écrivains de Paris pour constituer cette communauté, qui reçut en même temps le privilège exclusif d'enseigner les enfants à l'écriture et au calcul, à Paris et par tout le royaume — exemple typique d’un privilège aussi inapplicable qu'il fut âprement défendu[1].

La communauté fut reconfirmée en 1595 par Henri IV, puis en 1644 et 1648. Elle fut protégée par le pouvoir contre une augmentation excessive de ses membres et contre un risque d'admission sans qualification réelle, en raison des risques judiciaires. Sous Louis XIII, le Parlement de Paris, qui désirait bannir les défauts qui rendaient les écritures cursives difficiles et fatigantes à lire, ordonna aux maîtres écrivains de travailler à fixer les principes d'une écriture correcte. Deux de ceux-ci furent chargés par leurs collègues de présenter au Parlement des modèles : Louis Barbedor exécuta un exemplaire de lettres françaises ou rondes, et Etienne Le Bé un exemplaire de lettres italiennes ou bâtardes. Le Parlement décida par un arrêt du 26 février 1633 qu'à l'avenir on ne suivrait point d'autres alphabets, caractères, lettres et forme d'écrire, que ceux qui étaient figurés et expliqués dans ces deux exemplaires.

Les statuts de 1576 furent modifiés en 1658, et ces statuts réformés furent remplacés à leur tour par de nouveaux statuts rédigés en 1727. Ceux-ci prévoyaient notamment que :

  • outre sa capacité, le postulant devait être de la religion catholique, apostolique et romaine, et de bonne vie et mœurs,
  • il devait avoir au moins vingt ans,
  • il devait subir trois examens, dans trois jours différents : l'écriture, l'orthographe, l'arithmétique, la comptabilité, les changes étrangers,
  • les fils de maîtres nés dans la maîtrise de leur père étaient reçus à dix-huit ans, sans examen, à la condition de faire « une légère expérience par écrit de leur capacité » ; ils étaient reçus gratis, en payant les deux tiers du droit royal, le coût de la lettre de maîtrise, et autres petits droits,
  • les fils de maîtres nés avant la réception de leur père, ainsi que ceux qui épousaient des filles de maîtres, subissaient les examens ordinaires et payaient la moitié des droits, plus les deux tiers du droit royal, le coût de la lettre de maîtrise ou autres,
  • chaque maître pouvait mettre au-devant de sa maison un ou deux tableaux ornés de plumes d'or, traits, cadeaux, et autres ornements, dans lesquels il indiquait ses qualités,
  • la communauté était administrée par un syndic, un greffier, un doyen, et vingt-quatre anciens.

La communauté comptait entre 100 et 150 membres exerçant simultanément ; c'est ce qui ressort de ses archives, conservées aux Archives nationales pour les années 1673-1775. On compte 465 réceptions de maîtres entre ces deux années. La communauté avait saint Jean L'Évangéliste comme patron.

Il est clair que, à mesure que l'instruction se répandait dans la société, la communauté eut de plus en plus de mal à défendre ses privilèges et à donner la chasse aux maîtres qui exerçaient hors de celle-ci, qu'ils appelaient les « buissonniers ».

Il y avait une communauté de maîtres écrivains dans plusieurs des grandes villes du Royaume.

Les sources biographiques[modifier | modifier le code]

Les maîtres écrivains n'ont fait l'objet que de peu de recherches biographiques, pour trois raisons :

  • Leur savoir-faire s'exerce sur des textes qui ne sont pas les leurs ; il n'est donc pas reconnu comme véritablement créatif, comme le serait l'art d'un peintre ou d'un auteur. Ils sont parfois vus plus comme des artisans que comme des artistes.
  • Leur positionnement entre l'éducation, la justice, le service du public, la comptabilité et la secrétairerie les a fait considérer comme des emplois annexes dans chacun de ces domaines. Le fait est qu'ils ne sont ni juges, ni professeurs, ni commerçants, ni hommes d'État... de là un souci moindre de retracer leurs carrières.
  • Enfin, leur art s'est essentiellement exercé sur des pièces de nature éphémère : des exemples pour écoliers, des comptes, des correspondances. Mais il existe des contre-exemples, tel Nicolas Jarry, dont la presque totalité de la production connue concerne des livres manuscrits plutôt luxueux.

Les seuls éléments disponibles pour retracer leurs biographies étaient ceux qui apparaissaient au titre ou dans les pièces liminaires des recueils d'exemples (dédicaces, privilèges, pièces de vers, privilèges, préfaces...) ou dans les registres de la Communauté des maîtres écrivains jurés, en partie conservés (mais pas encore exploités de manière systématique).

Le premier à rassembler des éléments biographiques fut Charles Paillasson, qui publia quelques notices dans l'Encyclopédie de Diderot et D'Alembert (en 1765) puis dans le Dictionnaire de chiffres de Jean Henri Prosper Pouget (Paris, 1767). À partir de là, il faut se contenter de notices diverses parues dans tel ou tel catalogue de vente ou d'exposition, qui apportent rarement des éléments originaux.

Il a fallu attendre l'ouvrage de Claude Mediavilla (Histoire de la calligraphie française, 2006) pour disposer d'une synthèse sur le domaine. Même si cette étude est plus axée sur l'évolution historique de l'écriture et la comparaison des styles, les notices biographiques qu'elle contient constituent un ensemble homogène, malgré quelques lacunes.

En fait, les chercheurs travaillant sur les maîtres écrivains français (Jean Hébrard, Christiane Métayer) ont privilégié une approche fonctionnelle et sociologique, ou artistique pour Mediavilla. Pour les maîtres écrivains des Anciens Pays-Bas, l'approche biographique a été plus développée (par Anthony R. A. Croiset van Uchelen et Herman de La Fontaine Verwey, notamment) et la publication de facsimilés a été plus nourrie.

Le traitement similaire qui a été donné ici aux maîtres français et néerlandais s'explique naturellement par l'usage courant du français dans les Anciens Pays-Bas.

Principaux maîtres écrivains, calligraphes et experts en écriture[modifier | modifier le code]

Parmi les centaines de maîtres écrivains qui exercèrent en France ou dans anciens Pays-Bas, on a notamment mentionné ici ceux qui se distinguent pour avoir laissé des œuvres manuscrites ou gravées.


.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le privilège d'enseigner seuls l'écriture et le calcul suscita des réclamations de la part des maîtres d'école, ceux-ci ayant jusque là joui sans contestation de ce droit moyennant l'autorisation d’un grand-chantre pour les écoles épiscopales, ou celle des curés pour les écoles des paroisses. Portée devant les autorités judiciaires, la question fut tranchée par le Châtelet de Paris le 25 juin 1598, favorablement aux maîtres écrivains. Les maîtres d'école firent appel le 22 avril 1600 et le Parlement de Paris leur donna raison, à condition de ne pouvoir tenir école d'écriture ni montrer l'art d'icelle séparément [du reste de l’enseignement]. Un arrêt du 2 juillet 1661 régla un point résiduel, à savoir la longueur des exemples qu’on donnait à copier aux enfants : ceux-ci furent limités à trois lignes. Les maîtres d’école furent aussi confirmés dans leur droit exclusif d’apprendre à lire.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir sur la base Mnemosyne de l'INRP un contrat entre un maître écrivain et le père d'un enfant (taper contrat écrivain comme clé de recherche)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

  • Arnold Bank, Calligraphy and its influence in the time of Plantin, in De Gulden Passer 33/3-4 (1955), p. 219-268 (Gedenkboek der Plantin-Dagen 1555-1955 : Internationaal congres voor boekdrukkunst en humanisme 4-10 september 1955. Anvers : Vereeniging der Antwerpsche Bibliophielen, 1956).
  • Claudio Bonacini, Bibliografia delle arte scrittorie e della calligraphia, Florence : 1953.
  • Hermann Delitsch, Geschichte der abendländlischen Schreibschriftformen, Leipzig : 1928.
  • Peter Jessen. Meister der Schreibkunst aus drei Jahrhunderten. 200 Bildtafeln her. von Peter Jessen. Stuttgart : 1936. Reprint New York : Dover, 1981, avec l'introduction traduite en anglais.
  • Stanley Morison et Carla Marzoli. Calligraphy : 1535-1885 : a collection of seventy-two writing-books and specimens from the Italian, French, Low countries and Spanish schools, catalogued and described with upwards of 210 ill. Milano : 1962. 175 p.
  • E. F. Strange. The writing-books of the XVIth century, In Transactions of the bibliographical society 1896, p. 41-69.
  • Juan Jose Tornero. L'art d'escriure : la lletra cursiva del segle XVI al XVIII. Valencia : Universitat de Valencia, 1990.
  • Jan Tschichold. Schatzkammer der Schreibkunst : Meisterwerke der Kalligraphie aux vier Jahrhunderten auf Zweihunderts Tafeln. 2e Auflage, Basel : 1949.
  • Joyce Irene Whalley. The pen's excellence : calligraphy of western Europe and America, New York : 1980.
  • Calligraphy and palaeography : essays presented to Alfred Fairbank on his 70th birthday, éd. Arthur S. Osley. Londres : 1965, xxiv-286 p., 58 pl., 68 ill.
  • Aileen Douglas. Making their Mark: Eighteenth-Century Writing-Masters and their Copy-books, In Journal for Eighteenth-Century Studies 24/2 (2008) p. 145-159.

France (sources anciennes)[modifier | modifier le code]

  • Documents sur la calligraphie française, 1587-1847. (Collection de mémoires, documents, manuscrits et imprimés, par d'Autrèpe, Bédigis, Dubourg, Harger, Paillasson, Vallain, Vigenère, etc.). Chicago NL : Wing MS ZW 2 .234
  • Michel de Marolles. Le livre des peintres et graveurs. Seconde édition de la Bibliothèque elzévirienne revue et annotée par M. George Duplessis, Paris : 1872.
  • Des Maîtres experts et jurés ecrivains de la ville de Paris, leurs statuts et reglemens, des privileges qu'ils ont de tenir des ecoles d'écriture, d'ortographe, d'arithmétique, tant au burin qu'à la plume, et de tout ce qui regarde cette profession. Paris BNF (Mss) : Ms. fr. 21747, f. 138 sq.
  • Statuts et reglemens de la Communauté des Maistres experts jurés écrivains expéditionnaires et arithméticiens, teneurs de livres de comptes en cettedite ville de Paris... confirmés par lettres patentes... de décembre 1727, registrées en Parlement le 3 septembre 1728.... Paris : Veuve Saugrain et P. Prault, 1729. 4°, 22 p. Paris BNF : F-21026(50), F-22725. Chicago NL (Wing MS ZW 2 .234, copie manuscrite).
  • Statuts et reglemens de la communauté des maitres experts jures-écrivains, expeditionnaires et arithmeticiens... en cette ville de Paris... obtenus à la diligence et par les soins de maistre André Caillet... Paris : 1754.

France (études modernes)[modifier | modifier le code]

  • H. C. Barnard. The educational work of the parisian Maitres-Écrivains, In British Journal of Educational Studies 9/1 (1960), p. 39-47.
  • Jacques Bonzon. La corporation des maîtres-écrivains et l'expertise en écritures sous l'Ancien Régime. Avec une préface de M. F. Buisson. Paris : 1899.
  • Jean Hébrard., Des écritures exemplaires : l'art du maître écrivain en France entre XVIe et XVIIIe siècle, in Mélanges de l'École française de Rome. Italie et Méditerranée 107 (1995-2), p. 473-523. Numérisé sur Persée.
  • André Jammes. Calligraphie et typographie sous Louis XIV, In Caractère Noël, 1961.
  • Émile Javal. Physiologie de la lecture et de l'écriture ; suivie de Déductions pratiques relatives à l'hygiène, aux expertises en écriture et aux progrès de la typographie, de la cartographie, de l'écriture en relief pour les aveugles, etc. Paris : F. Alcan, 1905. 8°, VIII-296-16 p.
  • Albert Labarre. Les maîtres écrivains : contribution à l’histoire de l’enseignement à Amiens du XVe au XVIIIe siècle, In Bulletin trimestriel de la Société des antiquaires de Picardie 58, 1979-1980, p. 37-54.
  • Fernand Mazerolle. Documents sur les relieurs, miniaturistes et calligraphes des ordres royaux de S. Michel et du S. Esprit, - 8°, 120 p. (extrait du Bulletin du Bibliophile, 1895-1897).
  • Claude Mediavilla. Histoire de la calligraphie française, Paris : A. Michel, 2006, 335 p., ill.
  • Christine Métayer. "Au tombeau des secrets" : les écrivains publics du Paris populaire, Cimetière des Saints-Innocents, XVIe-XVIIIe siècle, Paris : Albin Michel, 2000.
  • Christine Métayer. De l'école au palais de justice: l'itinéraire singulier des maîtres écrivains de Paris (XVIe-XVIIIe siècles), In Annales ESC, 45/5 (1990) p. 1217-1238.
  • Christine Métayer. Normes graphiques et pratiques de l'écriture : maîtres écrivains et écrivains publics à Paris aux 17e et 18e siècles, In Annales ESC 56/4-5 (2001), p. 881-901.
  • Christine Métayer. Humble métier et métier des humbles : l'écrivain public à Paris, aux XVIIe-XVIIIe siècles, In Scrittura e Civiltà 18 (1995), p. 325-349.
  • Christine Métayer. La résonance sociale et culturelle du métier d'écrivain public à Paris sous l'Ancien Régime, In Histoire sociale / Social History, 24/47 (mai 1991), p. 149-167.
  • Christine Métayer. La communauté des maîtres écrivains de Paris et l'enseignement de l'écriture sous l'Ancien Régime : dans la destinée de l'art calligraphique, In Historical Papers / Communications historiques, un choix des meilleures communications présentées au Congrès annuel de la Société historique du Canada, (Hamilton, 1987), (Ottawa, 1988), p. 23-43.
  • Hélène Michaud. La grande chancellerie et les écritures royales au seizième siècle (1515-1589), Paris : PUF, 1967. 8°, 419 p.
  • Baron Roger Portalis, Nicolas Jarry et la calligraphie au XVIIe siècle, in Bulletin du Bibliophile, 1896 et 1897 (pagination multiple).
  • Jacques Vanuxem. Les manuscrits peints à l'hôtel des Invalides à la fin du XVIIe siècle, in Bulletin de la Société de l'art français 1950, p. 42-51.
  • Jacques Vanuxem. Un exemple de trésor perdu pour les Invalides : Les manuscrits enluminés de la fin du XVIIe siècle, Exposition : Paris, Musée de l'Armée, 1974, p. 105-112.
  • Nouveau dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire oublié sous la direction de Ferdinand Buisson, Paris : 1911.

Anciens Pays-Bas[modifier | modifier le code]

  • B. P. J. Broos « The "O" of Rembrandt [sur l'enseignement de la calligraphie aux Pays-Bas] », dans Simiolus 4 (1970) p. 150-184.
  • Anthony R. A. Croiset van Uchelen. « Samuel de Swaef and Henry Lancel, Gedichten van verscheijde poëten : an early 17th-century schoolmasters combine », dans Quaerendo 4 (1974), p. 291-316.
  • Anthony R. A. Croiset van Uchelen, Dutch writing masters and "The prix de la plume couronnée", dans Quaerendo 6 (1976) p. 319-346.
  • J.-G. Frederiks, « Nederlansche schryfmeesters », dans Nieuwsblad van den Boekhandel 1893, p. 650-678.
  • Herman de La Fontaine Verwey. The golden age of Dutch calligraphy, In Miniatures, scripts, collections : essays presented to G. I. Lieftinck (Amsterdam, 1976), p. 69-78.
  • Joseph Van den Gheyn, « Le calligraphe bruxellois Georges-Herman Wilmart (1623-1687) », dans Annuaire de la Société des bibliophiles et iconophiles de Belgique, 1910, p. 63-69.

Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

  • William Massey. The Origin and progress of letters : an essay in two parts..., Londres, J. Johnson, 1763
  • Ambrose Heal. The English writing-masters and their copy-books 1570-1800, Cambridge, 1931.
  • A. H. Scott-Elliot, and Elspeth Yeo. Calligraphic manuscripts of Esther Inglis (1571-1624) : a catalogue, In Papers of the Bibliographical Society of America 84/1 (1990), p. 11-86.
  • Lewis F. Day. Penmanship of the XVI, XVII & XVIIIth centuries : a series of typical examples from English and foreign writing books, Londres-New York, 1911, [12] p., 112 f.-s. en 100 pl. Réimpr. Londres : B.T. Badsford, 1978 ; New York : Taplinger, 1979.
  • Arthur S. Osley. Scribes and sources : handbook of the chancery hand in the sixteenth century, texts from the writing-masters selected, introduced and translated by A.S. Osley. With an account of Jean de Beauchesne by Berthold Wolpe, Londres-Boston : Faber & Faber, 1980, 291 p.
  • Arthur S. Osley. « A check-list of XVIth and XVIIth-century writing-books », dans Philobiblon 15, 1971, p. 183-206.

Pays allemands[modifier | modifier le code]

  • Werner Doede,Schön schreiben, eine Kunst : Johann Neudörffer und die Kalligraphie des Barock, München, 1988.
  • Werner Doede, Bibliographie deutscher Schreibmeisterbücher von Neudörffer bis 1800, Hambourg, 1958, 123 p., 70 ill.

Italie[modifier | modifier le code]

  • Phyllis Dearborn Massar, « Valerio Spada, seventeenth-century Florentine calligrapher and draughtsman », dans Master drawings 19/3 (1981), p. 251-275, 319-344.

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Emilio Cotarelo y Mori, Diccionario biografico y bibliografico de caligrafos españoles, Madrid, 1913-1916, 2 vol. 8°.

États-Unis d'Amérique[modifier | modifier le code]

  • Stanley Morison. American copybooks : an outline of their history from colonial to modern times, Philadelphie, 1951. 42 p.
  • Ray Nash. American writing masters and copybooks : history and bibliography through colonial times, Boston, 1959. xiv-77 p., 36 pl.
  • Ray Nash. American penmanship 1800-1850 : a history of writing and a bibliography of copybooks from Jenkins to Spencer, Worcester, American Antiquarian Society, 1969. xii-303 p.

Catalogues de collections, de vente et d'exposition (par ordre chronologique)[modifier | modifier le code]

  • Frederick Muller & Co., Catalogue d'une collection précieuse de calligraphie, imprimée, gravée et manuscrite, livres reliés et en feuilles, dessins, portraits, ornements calligraphiques, etc. et portraits de calligraphes... , Amsterdam, F. Muller, 1873. 8°, 25 p.
  • Catalogue de la collection calligraphique : Livres, manuscrits, chartes, autographes, dessins à la plume, estampes et portraits composant le cabinet de feu M. A.-G. Taupier, (Vente Drouot, 24 avril 1878). Paris, 1878.
  • G. J. Dekker. Catalogue du Musée de calligraphie délaissé par feu M. G. J. Dekker, calligraphe de S. M. le roi des Pays-Bas, Amsterdam, 1882.
  • Catalogue de livres rares et précieux composant la bibliothèque de M. Hippolyte Destailleur... Paris, D. Morgand, 1891. 8°, 448 p. (voir n° 828-917).
  • Harvard College Library. Illuminated & calligraphic manuscripts : an exhibition held at the Fogg Art Museum & Houghton Library, February 14 – April 1 1955, Cambridge (Mass.), 1955.
  • Auction-sale of the important collection of old & newer books mainly on the development of the art of printing, of the late H. A. Warmelink notary public in Amsterdam, as well as of a few important additions in the same field. Catalogue de vente, 26-27 avril 1960, Amsterdam, Menno Hertzberger. 8°, 132 p.
  • Catalogue of a fine collection of calligraphic books and manuscripts, the property of Mrs E. F. Hutton, New York City. - Catalogue de vente, 27 mars 1972, Sotheby & Co. 8°, 96 p.
  • Anthony R. A. Croiset van Uchelen. Nederlandse schrijfmeesters uit de zeventiende eeuw : tentonstelling, Rijksmuseum Meermanno-Westreenianum, 's-Gravenhage, 16.6-19.8.1978, door A.R.A. Croiset van Uchelen, La Haye, Rijksmuseum Meermanno-Westreenianum, 1978, 28 p.
  • The Universal penman : a survey of Western calligraphy from the Roman period to 1980 (catalogue of the exhibition held at the Victoria & Albert Museum, London, 1980), by Joyce Irene Whalley and Vera C. Kaden, Londres, H.M. Stationery Office, 1980. IX-152 p., 280 numéros.
  • Ove Hagelin. The art of writing and drawing : a selection of one hundred books from the Ekström collection in the National Library for Psychology and Education, Stockholm, a descriptive and annotated catalogue of 16th through 18th century rare and important books... Stockholm : 1987, 229 p., nombr. ill.
  • Belles écritures, [Catalogue de vente à prix marqués]. Paris, Librairie Paul Jammes, 1992.
  • David P. Becker. The practice of letters : the Hofer collection of writing manuals 1514-1800, Cambridge (Mass.), Harvard College Library, 1997, xxiii-127 p.
  • Anthony R. A. Croiset van Uchelen. Vive la plume : schrijfmeesters en pennekunst in de Republiek. [Catalogue d’exposition, Universiteitsbibliotheek Amsterdam, 2005], Amsterdam, Uitgeverij De Buitenkant, Universiteitsbibliotheek Amsterdam, 2005. 4°, 64 p.
  • Writing and calligraphy books from the library of Peter A. Wick. Catalogue de vente à prix marqués, Ars Libri Limited, décembre 2010. Consultable en ligne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]