Narathu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Narathu
Dhammayangyi-Bagan-Myanmar-01-gje.jpg
Le temple de Dhammayangyi, élevé par Narathu
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Famille
Père
Mère
Yadanabon I of Pagan (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Taung Pyinthe (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Religion

Narathu (birman နရသူ, nəɹəθù ; 16 mars 1118 – février 1171) fut le cinquième roi de Pagan, en Birmanie (République de l'Union du Myanmar), de 1168 à 1171.

Règne[modifier | modifier le code]

Son règne, entamé par le meurtre de son père Alaungsithu et de son frère aîné Minshinsaw, fut court (1168-71) et sanglant.

Désireux de se racheter de ses crimes, Narathu fit bâtir le plus grand des temples de Pagan, le Dhammayangyi. Cette construction massive, que l'assassinat du roi laissa inachevée, fut l'objet de beaucoup de soins. Les briques étaient frottées les unes contre les autres, afin qu'aucun interstice ne fût visible, et collées par un enduit végétal de composition mal connue, mais d'une extrême solidité[1].

La conduite de Narathu diminua le prestige de la dynastie et le rendit très impopulaire. En 1171, il fut tué par des mercenaires envoyés par le prince de Pateikkaya, un royaume tributaire de l'Est du pays (dans l'actuel État Chin ou à proximité), désireux de venger le meurtre de sa fille. Il l'avait envoyée comme tribut à Narathu, qui en avait fait une de ses reines, mais l'avait tuée de ses propres mains dans un accès de violence[2].

Successeurs[modifier | modifier le code]

Naratheinkha, qui succéda à son père, fut incapable de rétablir l'ordre dans le royaume et fut à son tour assassiné en 1173. Un de ses jeunes frères, Narapatisithu, monta alors sur le trône. Durant son règne de 37 ans (1174-1211), le royaume retrouva son calme et il put faire faire de nombreuses constructions[3]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Frédéric, L'Art de l'Inde et de l'Asie du Sud-Est, Flammarion, 1994.
  2. (en) Maung Htin Aung, A History of Burma, New York and London, Cambridge University Press, , p. 50–51
  3. (en) BURMA, D. G . E. HALL, M.A., D.LIT., F.R.HIST.S.Professor Emeritus of the University of London and formerly Professor of History in the University of Rangoon, Burma.Third edition 1960. Page 22