Musée ethnographique de Ripoll

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Musée ethnographique de Ripoll
Museu etnològic de Ripoll.JPG
Informations générales
Ouverture
Site web
Bâtiment
Architecte
Josep Maria Pericas (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Plaça de l’Abat Oliba, s/n.
Coordonnées

Le musée ethnographique de Ripoll est un musée situé à Ripoll (Catalogne, Espagne).

Le musée[modifier | modifier le code]

En 1929, les Archives du musée folklorique de Ripoll ont été fondées, installées dans le grenier de l'ancienne église Saint-Pierre et a été le premier de Catalogne consacré à l'ethnographie. Durant plus de 70 années et en permanence, il a recueilli, conservé, étudié et fait la promotion du patrimoine de notre région.

Le résultat est le musée ethnographique de Ripoll qui, après dix ans de réadaptation, ouvre à nouveau ses portes pour continuer à préserver et à enrichir sa collection et afficher cet héritage qui nous aide à comprendre une société grâce à un patrimoine matériel et immatériel, à partir de laquelle des collections relatives aux bergers, aux agriculteurs, aux métiers, à la religiosité populaire, avec aussi la forge catalane et le fer forgé et des armes à feu portatives de Ripoll.

Le nouveau bâtiment, ouvert en , invite à faire un tour, intéressant pour les adultes et les enfants, qui permet de découvrir le passé récent et l'identité d'un territoire, mais aussi de reconnaître une façon de vivre et de sentir[1].

Parcours par le musée[modifier | modifier le code]

Le musée est organisé dans une série de domaines:

Laine et chanvre[modifier | modifier le code]

Les cultivateurs réservaient dans leur ferme un petit morceau de terre dont ils prenaient particulièrement soin. Cette espace fort bien cultivé portait le nom de chènevière. Mais les soins ne s'arrêtaient pas à la culture. Une fois la plante arrachée, elle était soumise à des processus requérant l'expérience de plusieurs générations. En effet, elle était trempée, puis mise à sécher, après quoi elle était battue avant d'être filée et tissée à l'aide d'outils tels que les battoirs, les broies et les machines à teiller et à peigner. Toutes les opérations réalisées avec le chanvre donnèrent naissance à un vocabulaire aussi spécifique que celui des outils, avec des mots tels que canemuixes (étoupes), teiller, bri (brin), borra (bourre), bregar (battre), cerro (bourre de chanvre propre et peigné), moixell (morceau de chanvre prêt à être filé), etc.

À l'époque des fondateurs du musée, la réalisation de vêtement en chanvre était tombée en désuétude. Elle faisait partie d'un monde obsolète, des tâches propres à une paysannerie atavique en voie de disparition. Avec elle, la culture du chanvre, les outils pour le travailler, les techniques de manipulation et le vocabulaire qui s'y rapportait prenaient également fin.

Toutes ces connaissances ancestrales qui parvenaient à transformer une plante en draps, couvre-lits, nappes, chemises, chaussettes, sacs et vêtements en tous genres.

Bergers[modifier | modifier le code]

L'un des métiers les plus anciens et plus ancrés dans les Pyrénées est celui de berger. Cela en fait le bien le plus important représenté dans le musée. La transhumance, l'été à la montagne, les travaux d'hiver, les foires ou les traités d'herbologie ou les divertissements, retrouvent une nouvelle vie à travers les objets qui sont affichés. La longue tradition de son utilisation facilitait l'apprentissage, de génération en génération, de la complexité du métier.

Au cours de l'été 1923, le Groupe de Folkloristes de Ripoll a fait une brève halte dans les plaines d'Anyella, séjour cristallisé avec la publication de l'œuvre de Salvador Vilarrasa La Vie des bergers et une meilleure connaissance, à partir du monde de la bergerie et ses chansons, ses poèmes et ses histoires. Les hommes et les chiens de bergers, qui surveillent les troupeaux de milliers de moutons dans les vastes pâturages des Pyrénées, au milieu de la solitude, du danger des tempêtes ou de la poursuite des loups, avaient fait d'un travail qui était aussi un mode de vie, bien organisé et hiérarchisé, une légende.

En 1920, l'ethnographe Rossend Serra et Pagès encourageait à commencer le recueil de pièces propres à l'art des bergers outre les contes musicaux, et insistait sur « la nécessité absolue de collecter, parce que nous serons probablement les derniers à le faire et ce sera notre testament. »

Vie dans de famille[modifier | modifier le code]

Les différences sociales ont été comprises comme le produit du destin. On dit encore que «chaque maison est un univers différent » et les distinctions s'établissent selon les possibilités des familles. Dans le monde rural, la division était faite entre les propriétaires et les agriculteurs ; dans la colonie de fabrication, entre les propriétaires et les travailleurs ; au village, entre commerçants, professionnels ou personnes ayant appris le métier sur le tas; et à la maison, selon le rang correspondant à chaque membre de la famille.

À la fin du XIXe et au début du XXe siècle, ce qu'on a nommé comme lutte des classes a secoué le monde. Socialement, et non sans effort, une mentalité plus égalitaire s'imposait alors que, dans les habitudes du peuple, les avancées techniques uniformisaient les modes de vie. Rien ne serait plus comme avant. Le progrès arrivera d'une façon et d'une autre sous la forme de droits civils et de meilleures pratiques : la lampe à huile ou à pétrole a été remplacée par l'électricité, le feu de bois par la cuisine économique ou au gaz, le lessive à la rivière par la machine à laver, le garde-manger et la glacière par le réfrigérateur, la tartane par la voiture, et les rosaires et contes du soir par la radio et la télévision. Des changements sans retour possible.

Les coutumes religieuses[modifier | modifier le code]

Jour de l'inauguration musée de Ripoll en 2011

Les gens manifestent leur propre interprétation plus poussée de la religiosité sous forme de croyances, rituels et histoires sacrées. Sans le sentiment spirituel, la vie et le cosmos n'étaient pas considérés comme accomplis. La religion est aussi le résultat de nombreuses influences, géographiques comme liées aux activités humaines qui vont former la personnalité.

Un bon exemple en est la création de monastères comme entreprise de transformation religieuse et économique contre le pouvoir féodal laïque. A Ripollès, l'influence des montagnes, des rivières et des gouffres, la peur des tempêtes et de la sécheresse ou des histoires de sorcières, expliquent aussi bien la construction de conjuradors que la dévotion pour de nombreux saints vénérés dans la région. La christianisation de l'orographie est localisée dans les sanctuaires de Montgrony et de Núria avec des symboles qui, dépassant leurs limites de référence, sont dispersés dans toute la Catalogne. Ainsi, tel fut le cas pour les monastères de Ripoll et de Sant Joan de les Abadesses, ou les mythes comme ceux du Comte Arnau.

Fer[modifier | modifier le code]

La transformation du fer en produits métalliques, tels que des outils agricoles et d'autres métiers, des armes, des serrures ou des clés, représente une part essentielle de l'économie de Ripollès tout au long de l'ère moderne jusqu'au XIXe siècle, avec l'émergence de la société industrielle.

La région a été témoin du développement d'une Industrie minière, avec des gisements situés principalement dans la vallée de Ribes, mais aussi à Nyer et à Mentet, au Conflent. Des infrastructures hydrauliques comme des canaux, des barrages et des étangs ont été construites sur les rives des fleuves Ter, Freser, Rigat et Carboner et au torrent du Forn. Des forêts entières sont transformés en charbon pour fournir, aux forges, le charbon végétal nécessaire pour transformer le minerai (ou minéral de fer) en masse de métal brûlante, qui, une fois compactée avec les massues, se transforme en fer. Ces matières premières et sources d'énergie permettront le fonctionnement des forges et des établissements dirigés par les maîtres forgerons, qui ont une profonde connaissance des secrets du métier et, qui travailleront avec d'autres spécialistes, comme le boulanger, le fondeur, le chauffeur de machines à vapeur, le mailleur, le tireur et le chauffeur. Par ailleurs, le processus d'élaboration du fer aura encore besoin d'autres spécialistes, tels que les mineurs- compris dans l'exploitation des gisements de fer, de travailleurs-les mineurs de charbon ou les transporteurs.

Les armes à feu[modifier | modifier le code]

Le fer obtenu des forges médiévales était transformé en outils agricoles, en pièces pour les voitures, les moulins, les batteurs... et en clés, en grilles et en armes blanches. Plus tard, en arbalètes et en autres objets de forgeage. Pendant ce temps, au XVIe siècle, la fabrication d'armes à feu portables à chargement par la bouche (chargées par le canon) a commencé, s'est poursuivie au cours du XVIIe siècle et a atteint sa production maximale au XVIIIe siècle, avant d'entrer en décadence et disparaître au XIXe siècle en raison des remue-ménages politiques et des profonds changements économiques et techniques qui se sont produits à cette époque.  

Les armes fabriquées dans les ateliers de Ripoll ont apporté une grande renommée internationale à l'industrie du fer de la région. Bien au-delà de sa fonctionnalité, ils sont devenus le point culminant des capacités de leurs créateurs a été et sont un reflet parfait de la connaissance technique élevée et la sensibilité artistique de ces artisans. Mis à part ceux qui étaient destinés à répondre aux commandes des armées de l'époque, des modèles uniques à usage civil étaient également fabriqués, créés comme des éléments de distinction et de luxe. Ils sont la matérialisation de compétences et le goût artistique de quelques personnes, véritables experts dans le travail des métaux (fer, laiton et argent), du bois, des garnitures et des mécanismes de précision qui composent une arme à feu. Le canon et le barillet, liés à la culasse ou partie en bois pour ne pas bouger, font souvent de ces pièces, de véritables œuvres d'art, signées avec les poinçons des remarquables armuriers de Ripoll.

Les maîtres artilleurs, les fabricants de barillets et de culasse travaillaient chacun dans leur domaine, mais se regroupaient dans la confrérie exigeante de Sant Eloi, qui agissait en tant que garant pour assurer la qualité du travail, essayait les armes avant les distribuer sur le marché, et contrôlait également le processus d'apprentissage pour devenir maître fabricant de fusils.

Objets remarquables[modifier | modifier le code]

  • Outils de sabotier. Les sabotiers étaient chargés de fabriquer les sabots à partir d'une ébauche (morceau de bois) qu'ils allaient eux-mêmes couper dans la forêt. Ils la ramenaient ensuite à l'atelier pour la travailler et lui donner la forme souhaitée, en utilisant toujours un banc, où le bois était vidé, taillé et décoré de manière originale. Cette décoration était plus voyante sur les sabots de femme, dotés d'un petit talon. Les sabots se portaient sur les espadrilles, pour ne pas les mouiller ni les salir en entrant dans l'étable.
  • Doigtiers de moissonneur. Le doigtier était une protection en bois, semblable à un petit sabot, que les paysans portaient à la main gauche pour éviter de se couper avec la faux ou la faucille pendant la moisson. Il était également utilisé en guise de protection au moment d'affûter les outils. Sans le doigtier, il était facile de se couper avec la faucille bien aiguisée après de longues heures de moisson. Selon sa taille, cet objet protégeait les quatre doigts de la main gauche ou seulement trois (l'index restait en dehors). Il était généralement attaché au poignet à l'aide d'une corde ou d'une sangle en cuir, et il comportait un orifice près de la pointe pour permettre à la main de respirer.
  • Diorama des bergers. Le scénographe Salvador Alarma et son disciple Josep Mestres i Cabanes, auteurs de nombreux décors d'opéra par le Gran Teatre del Liceu de Barcelone, ont immortalisé en 1932, ce moment où les bergers se trouvaient dans les plaines, à une heure avancée, quand le troupeau rentrait dans l'enclos. Les habitants des vallées pouvaient se rapprocher d'un environnement sauvage, dans lequel seul un petit nombre d'hommes venaient marcher en été et idéalisée pendant des siècles. Le diorama a fini par devenir l'un des éléments fondamentaux les plus connus et plus représentatifs du musée.
  • Col de musique avec cloche toupin. Les colliers de musique, complément indispensable des sonnailles, généralement en pin, ont été faits par les bergers lors de longs séjours en montagne en l'été, lorsqu'ils veillaient sur le troupeau.
  • Vêtements d'enfant. Le bébé né, la sage-femme l'habillait d'un maillot et de langes attachés avec une ceinture, d'un bonnet de nuit, ou d'un gambuix (un petit bonnet attaché à la ceinture pour que la petite tête soit maintenue) et de petits scapulaires bénis.
  • Tambour. Le tambour est de forme cylindrique, ne comporte pas de base pour la partie inférieure mais d'un couvercle qui ferme la partie supérieure et une grille métallique à l’intérieur, sous laquelle était posé le brasero qui séchait les vêtements. Dès leur plus jeune âge, les filles devaient savoir faire la lessive, la cuisine, le ménage, le repassage et tenir la maison comme elles avaient vu leurs mères le faire.
  • Retable ex-voto. Ce sont des cadres qui sont offerts en reconnaissance. C'est pourquoi tous ceux que nous avons relatent des histoires qui se sont bien terminés : accidents, maladies... De plus, c'est une exposition spectacle qui permet de découvrir des faits quotidiens d'antan et leur mode de vie.
  • Santons. La crèche maison se caractérise par la représentation de scènes populaires, ou par la reproduction du paysage idéal du long chemin que doivent parcourir les Rois Mages.
  • Diorama du clavetaire. Dernière boutique de cloutiers qui exista à Ripollès, concrètement dans la ville Campdevànol. Elle a fermé en 1929 et a été déménagé au musée, pièce par pièce, où elles sont conservées et exposées depuis 1932.
  • Arme à feu. Pistolet avec mécanisme à verrou en silex avec la marque du Valls et la culasse recouverte de plaque de laiton du XVIIe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Generalitat de Catalunya, Agència Catalana del Patrimoni, « Musée ethnographique de Ripoll · Visitmuseum · Catalonia museums », sur visitmuseum.gencat.cat (consulté le 23 février 2017)