Mur de son

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le mur de son (en anglais : wall of sound[1]) est un effet musical créé par le producteur Phil Spector. Le but est de parvenir à donner à de la musique pop la profondeur sonore d'un orchestre classique lors d'un enregistrement studio.

Origine et processus de création[modifier | modifier le code]

Cet effet fut créé pour la première fois par Phil Spector, aux Gold Star Studios de Los Angeles. Deux techniques principales sont utilisées pour réaliser l'effet.

La première consiste à multiplier les instruments jouant à l'unisson. Plusieurs guitares acoustiques et électriques sont ainsi enregistrées pour être mixées in fine comme un seul instrument. Un traitement similaire mettant en jeu plusieurs instrumentistes est réalisé pour les vents ou les claviers. Le nombre d'instruments dans le morceau finit ainsi par s'approcher de celui d'un orchestre classique.

La seconde technique consiste à ajouter de l'écho par des moyens acoustiques. Phil Spector procédait comme suit : une prise de son est réalisée en studio, son signal est diffusé dans une chambre d’écho (à l’époque, une pièce munie d’enceintes audio, dont le son réverbéré est capté par un microphone) et enregistré.

Effet recherché[modifier | modifier le code]

À l’époque des premiers enregistrements de Phil Spector, la réverbération sur les murs de la cave et la superposition des sonorités conféraient à ses productions une qualité unique : un son riche et complexe passant très bien sur les postes de radio des années 1960, une profondeur impressionnante pour un enregistrement monophonique.

L’effet constitue un contraste saisissant avec le mixage « standard » de la musique pop : un solo vocal d’une part et un arrière-plan instrumental. Le mur de son, en choisissant au contraire d’imposer un « micro unique », immerge l’auditeur dans une masse de son wagnérienne.

Morceaux notoires[modifier | modifier le code]

Exemples plus tardifs et non produits par Phil Spector ou Brian Wilson :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parfois traduit en « mur du son », mais l'expression prête à confusion en français, désignant le franchissement d'une vitesse supersonique.
  2. (en) Mark Ribowsky, He's a Rebel, Cambridge, MA, Perseus, .
  3. Cet album a été abandonné en 1967 (seuls quelques morceaux sont sortis sur les albums suivants du groupe, notamment "Heroes and Villains", autre exemple particulièrement abouti du mur de son), est resté un mythe pendant des décennies, puis a été finalisé par Brian Wilson en 2004.

Bibliographie[modifier | modifier le code]