Multiplexage fréquentiel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le multiplexage fréquentiel est aussi appelé MRF (« Multiplexage par répartition de fréquence » ou FDM, de l'anglais Frequency Division Multiplexing) ; il permet de partager la bande de fréquence sur une voie haute vitesse en une série de plusieurs canaux moins larges, qui permettent de faire circuler simultanément sur la voie haute vitesse les données provenant des différentes voies à plus basses vitesses[1].

Utilisation[modifier | modifier le code]

C'est la technique utilisée en ADSL pour éviter toute collision entre le signal montant et le signal descendant[2].

Sur les réseaux téléphonique analogiques, FDM permet de multiplexer jusqu'à 600 communications téléphoniques sur un même câble[3].

Contraintes et limitations[modifier | modifier le code]

Pour éviter les interférences entre chacune des voies, qui engendreraient des altérations de signal, il faut ménager des bandes de garde entre les différentes fréquences porteuses[4]. En conséquence on utilise plutôt le multiplexage OFDM lorsque l'Efficacité spectrale est recherchée[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir : Le multiplexage fréquentiel, sur commentcamarche.com, consulté le 12 février 2018
  2. (en)l’ADSL : Asymetric Digital Subscriber Line, sur univ-mlv.fr, consuklté le 12 février 2018
  3. « Techniques de multiplexage », sur www.technologuepro.com (consulté le 8 octobre 2020)
  4. « Table des matières of 3.2.4 Multiplexage et accès au multiplex », sur www.telecom.ulg.ac.be (consulté le 5 octobre 2020)
  5. (en) Pedram Kheirkhah Sangdeh et Huacheng Zeng, « Overview of Multiplexing Techniques in Wireless Networks », Multiplexing,‎ (DOI 10.5772/intechopen.85755, lire en ligne, consulté le 8 octobre 2020)

Articles connexes[modifier | modifier le code]