Monument aux Héros du Peuple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 54′ 11.466″ N 116° 23′ 29.202″ E / 39.903185, 116.391445

Face nord du Monument aux Héros du Peuple.

Le Monument aux Héros du Peuple est un obélisque situé à Pékin, à proximité du centre de la Place Tian'anmen, au nord du Mausolée de Mao Zedong. La construction d’un monument à la mémoire des martyrs qui ont donné leur vie pour la lutte révolutionnaire du peuple chinois lors des XIXe et XXe siècles, fut décidé le , lors de la 1er session plénière de la Conférence consultative politique du peuple chinois.

Description[modifier | modifier le code]

Cet obélisque en granit de Qingdao (province du Shandong) et du district de Fangshan a été construit d'août 1952 à mai 1958.

Les sources divergent sur la hauteur du monument, avec des estimations allant de 37,94 mètres. Il repose sur une terrasse d’une superficie de 3 000 m², pour un poids de plus de 10 000 tonnes et contient aussi environ 17 000 pièces de marbre.

  • La face Nord du monument présente le reproduction en lettres dorées d'une calligraphie du Président Mao : « Gloire éternelle aux héros du peuple. »
  • La face sud est gravée une calligraphie du Premier Ministre Zhou Enlai : « Gloire éternelle aux héros du peuple qui perdirent la vie dans la Guerre de Libération de ces trois dernières décennies.
    Gloire éternelle aux héros du peuple qui perdirent la vie dans la lutte contre les étrangers et les ennemis intérieurs, pour l'indépendance nationale et pour le bonheur et la liberté du peuple de 1840 à nos jours.
     »

La base du monument est ornée de dix énormes bas-reliefs en marbre blanc représentant des épisodes révolutionnaires. Cette fresque se lit dans le sens des aiguilles d'une montre à partir de la face orientale de l'obélisque :

Événement[modifier | modifier le code]

Lors du Mouvement du 5 avril 1976 des manifestants déposent des fleurs au pied du monument aux Héros du Peuple, en mémoire de Zhou Enlai (décédé en janvier de la même année) puisque celui-ci n'a pas reçu de sépulture. Dans la nuit du 4 au 5 avril ces hommages sont retirés du pied du monument. Les manifestants sont évacués de la place dans « le sang  », plusieurs centaines de morts sont évoqués[1].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Alain Peyrefitte La Tragédie chinoise Des cendres dispersées, une tuerie sur Tian'anmen

Liens externes[modifier | modifier le code]