Marques postales françaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les marques postales françaises sont apparues entre la fin du Moyen Âge et les Temps modernes. Elles ont servi à signaler une communication entre agents postaux.

Historique[modifier | modifier le code]

Nature de ces marques en France[modifier | modifier le code]

Les marques postales manuscrites[modifier | modifier le code]

Les marques postales au tampon[modifier | modifier le code]

Avant l'apparition du timbre les marques postales n'avaient pas un rôle légal mais simplement informatif (et non d'oblitération).

Dans un premier temps, elles indiquaient uniquement le bureau d'origine, avec une mention éventuelle de taxation (port payé, déboursé).

Article détaillé : Marque postale linéaire.

Les mentions de dates sont apparues de façon occasionnelles (par exemple la ville de Moulins avait des marques du type « MOULINS 1767 » [1]). Puis diverses initiatives de cachets dateurs au départ ou à l'arrivée se manifestent. Il faut attendre 1826 pour la généralisation des cachets dateurs à l'arrivée et 1930 pour les cachets départ comportant simultanément les indications liées au lieu et à la date de départ.

Principaux types de marques en France[modifier | modifier le code]

Le cachet d'oblitération[modifier | modifier le code]

L'oblitération est une marque indélébile déposée sur le timbre, destinée à annuler le timbre-poste et à empêcher sa réutilisation.

En vente depuis le 25 décembre 1848, l'utilisation des timbres poste entre en vigueur le 1er janvier 1849. Si les bureaux disposent de leur timbres à date (ou cachets à date) au type 15, 14 voir du type 13 ou 12, ils ne disposent pas de timbres oblitérants, les futurs losange grille n'ont pas été livrés à temps. Ils utilisèrent différents moyens d'oblitération à leur disposition, à la plume, cachets à date, tampons réalisés localement. Les bureaux furent pourvus de leur cachet oblitérant dans la première quinzaine de janvier 1849, au 15 janvier tous les bureaux reçurent leur cachet grille.

Des années 1850 à 1876 en France, ce cachet donne une oblitération en forme de losange composé d'un grand nombre de points noirs.

Timbre à l'effigie de Napoléon III de 1852 oblitéré par un losange petit chiffre 1818 (Lyon)

Par la suite, ce losange de points comporte le numéro d'ordre du bureau de départ. On trouve en fait successivement deux types de cachets[2] :

Timbre de 1863 oblitéré par un cachet gros chiffre 2240 (Marseille)
  • À partir de 1862, l'administration décide d'utiliser des nouveaux cachets à gros chiffres. Elle établit une nouvelle nomenclature (de 1 pour Abbeville à 4361 pour Zévaco - orthographié ZIVAC

O) qui sera mise en service en décembre 1862.

Cela donne lieu à une collection marcophile des timbres selon le numéro porté par leur oblitération.
De 1854 à 1876, il exista un autre type d'oblitération en losange mais avec deux lettres à la place des chiffres. La première lettre renseigne le bureau de départ, la seconde indique la destination. Ce losange à chiffres était en général couplé par un cachet à destination, cachet à date avec les deux villes (Y à Z).

Enfin, le timbre à date finit par faire office de cachet d'oblitération à partir de mars 1876 en France.

Le timbre à date[modifier | modifier le code]

Cachet à date français, années 2000

Ces cachets ont pu comporter selon les époques la date, le numéro d'ordre du bureau de poste, le nom de la ville, l'heure quand les horaires des levées des boîtes aux lettres sont fixes.

À partir de janvier 1849 et de l'introduction du timbre-poste en France, il est complété par un cachet d'oblitération. Au départ, le cachet à date continue à être apposé sur l'enveloppe pour qu'il soit lisible. À partir de mars 1876, le cachet à date finit par faire office également de cachet d'oblitération.

De 1828 jusqu'à 1965, la forme du timbre à date permet l'identification du type de bureau de poste :

  • rond : bureau de direction puis de recette
  • rond tireté : bureau de distribution puis de recette distribution
  • hexagonal plein : bureau auxiliaire puis recette auxiliaire urbaine ou rurale
  • hexagonal tireté : agence postale ou correspondant rural

L'oblitération Premier Jour est un cachet à date.

Les marques de la poste rurale[modifier | modifier le code]

Les marques de boîte rurale[modifier | modifier le code]

Les marques de boîte urbaine[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Lenain, La poste de l'ancienne France, des origines à 1791, Arles, 1965
  • Louis Lenain, La poste aux armées et les relations postales internationales, des origines à 1791, Arles, 1968.
  • Louis Lenain, Les bureaux français à l'étranger, du XVIe siècle à 1817, Arles, 1961.
  • Gilbert Noël, Catalogue des marques et cachets d'entrée en France, 1800-1881, Histoire Postale, Paris 1971.
  • Gilbert Noël, Catalogue des Départements conquis et des Provinces illyriennes, Histoire Postale, Paris.
  • Jean et Vincent Pothion, Catalogue des marques postales linéaires de France, 1792-1832, La poste aux lettres, Paris.
  • Charles Ab der Halden et E.H. de Beaufond, Catalogue des marques postales et oblitérations d'Algérie, 1830-1876, Ed. E.H. de Beaufond, Paris, 1949.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Chevalier Catalogue des timbres à date types 11 - 12 - 13 - 14 - 15, Paris 1995 - page II
  2. J. Pothion, Nomenclature des Bureaux de Postes français 1852 - 1776, La Poste aux Lettres, Paris, 1971