Cette page est en semi-protection longue.

Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Marocaine)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Maroc (homonymie).
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Tifinagh in Tifinagh.svg Cette page contient des caractères tifinaghs. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Royaume du Maroc

المملكة المغربية (ar)

ⵜⴰⴳⵍⴷⵉⵜ ⵏ ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ[1] (ber)

Drapeau
Drapeau du Maroc
Blason
Armoiries du Maroc
Description de cette image, également commentée ci-après

La zone hachurée sur la carte désigne le Sahara occidental (ex-« Sahara espagnol »), considéré comme un territoire non autonome par l'ONU[2] et majoritairement administré de facto par le Maroc, qui le revendique dans son intégralité, tout comme le Front Polisario.

Devise nationale Arabe : الله، الوطن، الملك
Amazighe: ⴰⴽⵓⵛ, ⴰⵎⵓⵔ, ⴰⴳⵍⵍⵉⴷ
Français : Dieu, la Patrie, le Roi
Hymne national النشيد الوطني المغربي[3]
ⵉⵣⵍⵉ ⴰⵏⴰⵎⵓⵔ ⵏ ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ
« Hymne national »[4]
Administration
Forme de l'État Monarchie constitutionnelle parlementaire unitaire régionalisée[5]
Revendiqué par Les provinces du sud sont revendiquées par la RASD
Roi Mohammed VI
Chef du gouvernement Abdel-Ilah Benkiran
Langues officielles Arabe
Amazighe[6],[7].
Capitale Rabat

34° 2′ Nord 6° 51′ Ouest

Géographie
Capitale économique Casablanca
Superficie totale 446 550 [8] km2
(classé 58e)
Superficie en eau 1,059 %
Fuseau horaire UTC + 0 ; + 1 en été
(2012 : du 30 avril au 20 juillet; du 19 août au 30 septembre), +1h pendant Ramadan
Histoire
Fondation de l'État
Idrissides -
Almoravides -
Almohades -
Mérinides -
Idrissides (branche des Joutey) -
Wattassides -
Saadiens -
Alaouites Depuis
Traité de Fès
Fin du Protectorat
Démographie
Gentilé Marocain, Marocaine
Population totale (2014) 33 848 242[9] hab.
(classé 38e)
Densité 70,92 (44,55[8]) hab./km2
Économie
PIB nominal (2014) en augmentation 109,201 milliards de $
+ 5,17 % (62e)
PIB (PPA) (2014) en augmentation 252,366 milliards de $
+ 4,42 % (56e)
PIB nominal par hab. (2014) en augmentation 3 291,254 $
+ 4,13 % (123e)
PIB (PPA) par hab. (2014) en augmentation 7 606,200 $
+ 3,4 % (115e)
Taux de chômage (2014) Decrease Positive.svg 9,135 % de la pop.active
- 1,08 %
Dette publique brute (2014) Nominale :
Increase Negative.svg 586,080 milliards de د.م.
+ 5,9 %
Relative :
Increase Negative.svg 63,889 % du PIB
+ 0,76 %
IDH (2012) en augmentation 0,591 (moyen) (130e)
Monnaie Dirham marocain (MAD​)
Divers
Code ISO 3166-1 MAR, MA​
Domaine Internet .ma
Indicatif téléphonique +212
Organisations internationales ONU (12 novembre 1956[10])

Le Maroc (en arabe : « المغرب » (al-Maġrib) ; en berbère : « ⵍⵎⵖⵔⵉⴱ »[1],[11] (l-Meġrib)), ou depuis 1957, en forme longue officielle, le Royaume du Maroc, dit préalablement Empire chérifien, est un État unitaire régionalisé — dont le régime politique est une monarchie constitutionnelle — situé au nord-ouest de l'Afrique du Nord. Sa capitale est Rabat et sa plus grande ville Casablanca.

Géographiquement, il est notamment caractérisé par des zones montagneuses ou désertiques et est l'un des seuls pays — avec l'Espagne et la France — à comporter des rives sur la mer Méditerranée d'un côté et l'océan Atlantique de l'autre. Sa population est de près de 34 millions d'habitants (recensement de 2014) et sa superficie de 710 850 km²[12] (47,51 hab./km²), ou de 446 550 km² quand on n'y inclut pas le Sahara occidental — ex-« Sahara espagnol », considéré comme un territoire non autonome par l'Organisation des Nations unies[2] — dont il administre de facto environ 80 % et qu'il revendique dans sa totalité, tout comme le Front Polisario. Sa culture est berbéro-arabe, avec des influences africaines et européennes, et les Marocains sont essentiellement de confession musulmane.

Par ailleurs, il fait partie de l'Organisation des Nations unies, de la Ligue arabe, de l'Union du Maghreb arabe, de l'Organisation de la coopération islamique, de l'Organisation internationale de la francophonie, du Groupe des 77 et de l'Union pour la Méditerranée.

Sommaire

Toponymie

Caravane saharienne au sud du Maroc.

Le mot « Maroc » est issu du berbère Ameṛṛuk, en tifinagh : « ⴰⵎⵕⵕⵓⴽ », étant le diminutif de « Amurakuc », nom originel de « Marrakech », et lui-même issu du berbère « amur n ukuc » qui signifie en berbère « terre/partie de Dieu », ou « terre sacrée »[13],[14]. Le nom arabe al-Maghrib (en arabe: المغرب) signifie « le couchant ». Pour les références historiques, les historiens et les géographes arabes médiévaux ont évoqué le Maroc sous le terme al-Maghrib al-Aqsa (en arabe: المغرب الأقصى, qui signifie « la plus éloignée de l'Ouest ») pour le distinguer de régions historiques voisines appelées al-Maghrib al-Awsat (en arabe: المغرب الأوسط, ce qui signifie « le Moyen-Ouest ») et al-Maghrib al-Adna (en arabe: المغرب الأدنى, qui signifie « l'Occident le plus proche »). Le nom anglais Morocco provient des noms espagnol et portugais Marruecos et Marrocos. Ces derniers dérivent de « Marrakech », dénomination latine pour l'ancienne capitale almoravide et almohade ; le nom « Marrakech » est encore directement employé par les Iraniens pour désigner le Maroc. En Turquie, le Maroc est connu en revanche comme Fas, un nom dérivé de son autre capitale historique : Fès.

Village typique du Haut Atlas.
Tamraght Plage.
Carte de la Maurétanie et de la Numidie.

Le nom français Maroc dérive quant à lui du nom portugais de Marrakech, Marrocos prononcé avec l'accent du Portugal Marrocosh (maʁɔkɔʃ), ville du centre du pays fondée en 1062 et qui fut la capitale de trois dynasties (celle des Almoravides, des Almohades et des Saadiens). De cette prononciation dérivent également Marruecos (en espagnol), Marocko (en suédois), Morocco (en anglais), et Marokko (en allemand, norvégien et néerlandais), les Persans l’appelant eux Marakech. Les Turcs l’appellent Fas qui vient du nom de l’ancienne capitale du Maroc sous les dynasties mérinide, wattasside et alaouite (avant 1912), Fès. Dans l’Antiquité, les Grecs appelaient les habitants de la région les Maurusiens. À partir de cette appellation, la région composée du Maroc et de l'Algérie occidentale fut connue sous le nom de Maurétanie (à ne pas confondre avec la Mauritanie). La région fut par la suite divisée en deux Maurétanies provinces par les Romains : la Maurétanie Tingitane avec Volubilis pour capitale (ancienne cité berbère d'Oulil) et la Maurétanie Césarienne avec Cesarea (Tipaza) pour capitale (centre et ouest de l'Algérie). Le Maroc était le pays où les Grecs anciens situaient le mythique jardin des Hespérides.

Le Maroc était connu sous le nom de royaume de Marrakech sous les trois dynasties qui avaient cette ville comme capitale, puis sous le nom de royaume de Fès sous les dynasties qui résidaient à Fès. Au XIXe siècle, les cartographes européens mentionnaient toujours un « Royaume de Maroc » en en indiquant l'ancienne capitale « Maroc » (pour Marrakech). Sous la dynastie des Alaouites, toujours au pouvoir, le pays est passé de l'appellation d'« Empire chérifien » à celle de « Royaume du Maroc » en 1957[15], le sultan Sidi Mohammed ben Youssef en devenant le roi en tant que Mohammed V. Il peut être aussi surnommé « Royaume chérifien » en référence au souverain alaouite, descendant du prophète de l'islam Mahomet, qualifié de « chérif ».

Histoire

Article détaillé : Histoire du Maroc.

Préhistoire et protohistoire

Les premières traces d'une présence d'hominidés sur le territoire marocain datent d'environ 700 000 ans. De cette période dite acheuléenne, on a retrouvé un certain nombre d'outils, notamment dans la plaine de la Chaouïa et plus précisément à proximité immédiate de l'agglomération casablancaise. Outre l'outillage, on a découvert un certain nombre de fragments humains notamment dans les carrières Thomas, près de Casablanca (mandibules, maxillaires et fragments crâniens d'Homo erectus)[16]. De l'époque moustérienne (120 000 à 40 000 ans BP), le site le plus explicite est celui de Jbel Irhoud situé à mi-chemin entre les villes de Marrakech et de Safi et où ont été découverts deux crânes d'hominidés, des outils associés à l'industrie levalloiso-moustérienne ainsi que d'importants restes d'animaux aujourd'hui disparus.

Extension de la culture ibéromaurisienne

L'époque atérienne (60 à 40 000 ans BP[17]) a apporté son lot d'outils pédonculés retrouvés dans de nombreuses grottes situées sur le littoral atlantique (Dar Soltane 2)[18]. Néanmoins cette période a surtout été marquée par de profonds bouleversements climatiques ayant entrainé une désertification sans précédent du territoire marocain ainsi que la raréfaction voire la disparition d'un grand nombre d'espèces animales et végétales. Cette dynamique a cependant été contrecarrée par le rempart naturel que constituent les chaînes de l'Atlas et du Rif, que ce soit au Maroc ou dans le reste du Maghreb.

L'arrivée d' Homo sapiens au Maghreb avant l'Épipaléolithique a été démontrée puisque les industries atériennes ne sont pas l'œuvre de l'homme de Néandertal, dont l'aire de répartition est exclusivement eurasiatique, mais bel et bien d'Homo sapiens présentant des caractéristiques archaïques.

Il y a environ 21 000 ans, la civilisation ibéromaurusienne voit le jour. Elle se caractérise par des rites funéraires plutôt évolués et par un raffinement de l'outillage utilisé. Néanmoins, il n'est pas encore question d'agriculture. La grotte de Taforalt dans la région d'Oujda correspond au plus grand gisement de l'époque. Cette civilisation se maintient et se répand sur l'ensemble du Maghreb avant de se métisser progressivement vers le neuvième millénaire avant notre ère avec les populations capsiennes, ancêtres des Berbères modernes. Les premiers éléments découverts correspondant à cette période (Néolithique) datent d'environ 6 000 ans. Ceux-ci témoignent d'une sédentarisation déjà avancée ainsi que d'une maîtrise relative des techniques agricoles.

Maroc antique

Carte de la province romaine de Maurétanie Tingitane avec ses routes et cités principales
Buste de Juba II roi de Maurétanie
Stèle romaine de la cité de Banasa dans le Gharb

À partir des années -3000 se développe au Maroc la culture campaniforme. Dès lors le Maroc entre dans l'âge du bronze et on assiste à la diffusion d'une céramique noire spécifique dont la présence est attestée dans un certain nombre de sépultures de la région rifaine. Au du XIe siècle av. J.-C., les hardis commerçants phéniciens venus du Liban actuel atteignent les côtes marocaines et notamment le littoral atlantique. Ils fondent de nombreux comptoirs qui serviront de bases à de nombreuses cités romaines puis arabes (dont les principaux furent Tingis et Lixus, actuelles Tanger et Larache), ainsi que Thymiatérion (Mehdia), Chellah, près de Rabat, Azama et Rusibis. Au passage, c'est à cette période déjà que l'on date les toutes premières installations de populations juives au Maroc.

L'autonomie progressive de Carthage profite aux comptoirs phéniciens fondés sur les côtes marocaines dans la mesure où ils seront davantage mis en valeur du fait de la proximité relative avec la nouvelle capitale de l'empire punique. L'influence de la civilisation carthaginoise se fait grandement sentir auprès des populations indigènes dont l'organisation s'améliore parallèlement. Ainsi les tribus berbères se fédèrent progressivement, fondant des royaumes cohérents dont le premier sera le royaume de Maurétanie d'abord confiné dans le nord-ouest de l'actuel Maroc, et dont les souverains portent le titre d'aguellid à l'instar des rois de Numidie. Le sud du pays est peuplé par les Gétules et l'est par les Numides.

Du fait du soutien apporté par la Maurétanie à l'Empire romain lors de la destruction de Carthage, il se nouera une étroite amitié entre les deux États (d'où l'éviction du roi numide Jugurtha, ennemi des Romains). Le roi Bocchus se voit même décerné le titre d'Ami de Rome par le Sénat romain et gagne l'estime du consul Caius Marius. Sous le règne de Juba II la Maurétanie devient un royaume vassal, réputé pour ses exportations de pourpre, de bois de cèdre et de produits maritimes, assez riche pour produire sa propre monnaie d'or. Une brillante civilisation urbaine se développe, influencée à la fois par l'héritage carthaginois et par les courants artistiques provenant de la Grèce hellénistique et de l'Égypte alexandrine des Lagides. Ces influences du bassin oriental méditerranéen sont sans doute dues au mécénat de la propre épouse de Juba II, la reine Cléopâtre Séléné, qui est la fille de Marc Antoine et de Cléopâtre VII. Une telle opulence attise les convoitises de Rome, dont Ptolémée de Maurétanie, fils et successeur de Juba II, va tragiquement subir les conséquences.

Mosaïque romaine de Volubilis représentant Bacchus et Ariane

Au cours d'un déplacement à Lyon en Gaule romaine, le dernier roi maurétanien est en effet assassiné sur ordre de l'empereur Caligula. Ce meurtre entraîne deux années de troubles (résistance menée contre les légions romaines par Aedemon un esclave affranchi de Ptolémée), puis une annexion de la Maurétanie (42 ap. J.-C.) à l'Empire romain que l'on désigne dès lors sous le nom de Maurétanie Tingitane pour sa partie occidentale, décrétée officiellement province impériale par Claude Ier successeur de Caligula. Seule la partie nord du Maroc actuel est effectivement sous domination romaine, le reste du territoire étant contrôlé par des tribus indépendantes, notamment gétules. Les Romains fondent des colonies prospères à Volubilis (non loin de l'actuelle Meknès), ainsi qu'à Banasa et à Thamusida dans la plaine du Gharb. Néanmoins la capitale administrative demeure Tingis (future Tanger), siège du procurateur, le gouverneur de la province, de rang militaire et appartenant à l'ordre équestre (chevalier romain). Une grande autonomie est accordée aux tribus les plus loyales, notamment aux Baquates (comme en témoignent les fameuses tables de Banasa), mais la constante pression des peuplades méridionales puis les crises internes à l'Empire auront progressivement raison de la Maurétanie Tingitane. À la fin du IIIe siècle sous le règne de Dioclétien la province est réduite à la région de Tingis et de Ceuta, à Sala (actuelle Salé) et aux Îles Purpuraires de Mogador.

Buste de l'homme politique romain Caton d'Utique découvert à Volubilis
Temple du Capitole à Volubilis

Au cours de la période romaine, les cités, colonies et municipes de droit romain ou latin, se dotent de monuments civiques et utilitaires (temples, forums, basiliques, arcs de triomphe, thermes, et même théâtre à Lixus) et de résidences privées ornées d'œuvres d'art (sculptures, mosaïques) qui appartiennent à l'élite maure romanisée. Les plaines cultivées sont partagées par l'aristocratie locale, qui s'enrichit notamment de l'exploitation de l'olivier dont l'huile extraite est exportée dans les provinces voisines et fait la richesse de la Maurétanie Tingitane. Les terrains de parcours plus lointains sont laissés aux tribus nomades ou semi-nomades. Les ports de Tingis et de Sala connaissent une intense activité commerciale[19]. Les autorités impériales recrutent des auxiliaires militaires parmi les Maures, destinés à servir notamment dans la cavalerie. Le plus célèbre d'entre eux, Lusius Quietus, fils d'un amghar (chef tribal amazigh), réalise une brillante carrière sous le règne de Trajan. Au nom de l'Empire, il combat les Daces et les Parthes, et conquiert l'Arménie, la Médie et la Babylonie, puis pacifie la Judée en proie aux révoltes anti-romaines. Le prestige de Lusius Quietus devient tel qu'il envisage de briguer la succession de Trajan avec l'appui d'une partie du Sénat de l'Empire romain, avant d'être éliminé par Hadrien. Son assassinat entraîne un soulèvement de la Maurétanie Tingitane, sa province d'origine où sa popularité était grande parmi les tribus.

En 429, les Vandales venus de Germanie traversent le détroit de Gibraltar et débarquent à Tingis, mais dans leur course vers Carthage et vers l'Afrique proconculaire, ces envahisseurs ne contrôlent que le littoral méditerranéen de la Maurétanie. Un siècle plus tard, les Byzantins commandés par le général Bélisaire, anéantissent le royaume vandale et s'emparent d'une partie de l'ancienne province de Tingitane, se heurtant toutefois aux Maures du roi Garmul, dont le pouvoir s'étend d'Altava jusqu'à Volubilis. Le gouvernement de Constantinople, sous Justinien Ier, crée dans le Nord marocain la province de Maurétanie Seconde, qui englobe les cités de Tanger, Ceuta, Lixus, ainsi que l'Espagne byzantine en Andalousie, et dépend de l'Exarchat de Carthage. Cette occupation byzantine, perpétuellement menacée par les Wisigoths d'Espagne et par les Maures, va cependant subsister jusqu'à la conquête musulmane du Maghreb au début du VIIIe siècle.

Rôle des tribus au cours de l'histoire du pays

Comme dans l'histoire de très nombreuses nations à travers le monde, aucune dynastie marocaine (des Idissides aux Alaouites) ne pourra s'imposer par elle-même. Toutes devront, pour étendre et asseoir leur influence géographique sur des périodes plus moins longues, passer des alliances (intéressées, religieuses, maritales, forcées, pacifiques ou négociées) avec les différentes autres tribus musulmanes et parfois juives du pays. L'islam sera le principal ciment entre les différentes tribus qui composent le royaume mais ses interprétations feront naitre des conflits. Le fait que certaines dynasties se soient réclamées chérifiennes ne sera pas un atout suffisant à leur persistance.

Le Maroc restera longtemps un pays fortement tribal cela même après l'indépendance du pays en 1956. C'est la raison pour laquelle, de nos jours encore, les représentants des différentes tribus du pays continuent à réitérer leur allégeance au Roi au cours de la fête annuelle du Trône. Compte tenu des dissensions familiales et des luttes de pouvoir au sein des différentes dynasties marocaines successives tous les membres (sans exception) de la famille royale sont également tenues de prêter allégeance au Roi. Cette fête du Trône a pour but de souder et de rappeler le lien entre le monarque et le peuple en particulier à des moments difficiles de l'histoire du pays.

De la conquête arabe aux troubles anarchiques

Article détaillé : Dynastie Idrisside.
Mosquée de l'Université Al Quaraouiyine à Fès fondée sous le règne des Idrissides

En 649, débute la conquête du Maghreb par les troupes arabes. C'est 35 ans plus tard que ces troupes pénètrent véritablement dans le territoire marocain. Les tribus berbères installées aussi bien dans les contreforts montagneux de l'Atlas et du Rif que dans les fertiles plaines atlantiques soutiendront dans un premier temps les Byzantins installés sur les côtes méditerranéennes qu'ils préféreront aux Arabes notamment à cause d'erreurs diplomatiques. La destruction des installations byzantines aux alentours de l'an 700 aura finalement raison de la résistance berbère qui se convertira dès lors à l'islam apporté par les conquérants arabes.

Dès les débuts de la conquête musulmane du Maghreb, les Kharijites originellement basés en Irak envoient des représentants au Maghreb pour tenter de rallier les populations berbères. Les Berbères accoutumés au système de communauté égalitaire et supportant mal la domination arabe, finissent par trouver dans le kharijisme un redoutable moyen de contestation politique. En 739 Maysara, mandaté par les populations du Maghreb Al Aqsa, conduit à Damas une délégation auprès du calife Hicham pour présenter les doléances des Berbères : égalité dans le partage du butin et arrêt de la pratique qui consiste à éventrer les brebis pour obtenir la fourrure des fœtus (le mouton étant un élément essentiel de l'économie pastorale des tribus berbères)[20].

Les plaintes parviennent au calife omeyyade qui ne donne pas suite, ce qui déclenche une insurrection à Tanger. Maysara s’empare de la ville, tue le gouverneur Omar Ibn Abdallah et se proclame calife. Il réussit à empêcher le débarquement d’une armée arabe envoyée d’Espagne. Le gouverneur d'Espagne Uqba ibn al-Hajjaj intervient en personne mais ne parvient pas à reprendre Tanger, tandis que Maysara s'empare du Souss dont il tue le gouverneur. Puis Maysara, se conduisant comme un tyran, est déposé et tué par les siens, et remplacé par Khalid ibn Hamid al-Zanati. Sous son commandement, les Berbères sont victorieux d’une armée arabe sur les bords du Chelif, au début de 740[21].

Les troupes arabes ayant été battues, Hichām envoie des troupes de Syrie dirigées par le général Kulthum ibn Iyad. Elles sont battues par les Berbères sur les rive du Sebou en octobre 741[21]. Le gouverneur égyptien Handhala Ibn Safwan intervient à son tour et arrête les deux armées kharidjites au cours de deux batailles à Al-Qarn et à El-Asnam (actuelle Algérie) alors qu'elles menaçaient Kairouan (actuelle Tunisie) (printemps 742)[22]. Quand survient la chute des Omeyyades de Syrie (750), l'ouest de l'Empire échappe totalement au pouvoir central damascène. L'Espagne revient aux émirs omeyyades de Cordoue et le Maghreb se morcelle en plusieurs petits États indépendants (de 745 à 755).

Hâroun ar-Rachîd calife abbasside de Bagdad, instigateur de l'assassinat d'Idriss Ier

L'histoire des Idrissides est indissociable de la personne d'Idriss Ier, descendant d'Ali et de Fatima, gendre et fille du prophète de l'islam Mahomet, qui fuyant les massacres dont était victime son entourage et sa famille vint se réfugier dans le Moyen Atlas, à Volubilis, ancienne cité romaine déchue. Obtenant l'aval des tribus locales, il fonda en 789 la ville de Fès dans la plaine du Saïss dont il fit la capitale de son nouveau royaume proclamé en 791. Assassiné par un envoyé du calife Haroun ar-Rachid, son fils Idris II lui succède après une régence. Il étend sa capitale ainsi que son royaume et avance au-delà de Tlemcen, pris par son père dès 789 et assujettit de nombreuses tribus Zenata. Son successeur Mohammed fera construire la prestigieuse mosquée Quaraouiyine, qui abrite la plus ancienne université encore en activité dans le monde. À cette période, Fès devient un des principaux centres intellectuels du monde arabe et attire d'éminents scientifiques et théologiens. Le royaume idrisside étend régulièrement ses frontières mais se retrouve menacé par la puissante dynastie des Fatimides à l'est. Indiqués califes de Cordoue au début du Xe siècle, les Idrissides subiront également au nord la pression des Omeyyades. En 985, les Fatimides et leurs vassaux d'Algérie poussent les Idrissides à se réfugier en Andalousie.

Dès le milieu du Xe siècle, l'affaiblissement des Idrissides du fait non seulement des pressions externes mais surtout des dissensions internes entraîne un regain d'activité des grandes tribus berbères qui fondent et conquièrent de nombreuses cités. Les états de Sijilmassa dans le sud et de Nekor dans le nord se maintiennent et gagnent de l'ampleur durant cette période.

Royaume des Berghouata (entre les VIIIe et Xe siècles)

Article détaillé : Berghouata.

Les Barghawata (ou encore Barghwata ou Berghouata) forment un émirat berbère, appartenant au groupe de l'ethnie des Masmoudas. Après que les kharijites ont échoué dans leur rébellion au Maroc contre les califes de Damas, ils établissent (7441058) un royaume dans la région de Tamesna sur les côtes de l’Atlantique entre Safi et Salé sous l’égide de Tarif al-Matghari[23]. La particularité de cet État est de créer une religion purement berbère, s'appuyant sur un livre saint inspiré du Coran, et dirigé par un gouvernement théocratique fixant les rituels d'un nouveau culte empruntant à la fois à l'islam, au judaïsme et aux antiques croyances locales. Les Barghwata maintiennent leur suprématie dans la région des plaines atlantiques durant quatre siècles, et entretiennent des relations diplomatiques et commerciales avec le califat omeyyade de Cordoue qui voit probablement en eux des alliés potentiels contre les Fatimides et leurs alliés zénètes. Il semble que sur les vingt-neuf tribus constitutives de ce royaume, douze aient adopté réellement la religion barghwata, les dix-sept autres étant restées fidèles au kharijisme[24],[23].

Royaume de Sijilmassa (758-1055)

Un émirat fondé par les Zénètes émerge dans la région du Tafilalet à partir de 758. Dirigé par la dynastie des Midrarides (dont le fondateur est Semgou Ibn Ouassoul), il prend pour capitale la cité de Sijilmassa. Ce royaume professe officiellement le kharidjisme de rite sufrite mais finit par reconnaître à partir de 883 la suprématie religieuse du califat sunnite des Abbassides. Les Midrarides se consacrent cependant à maintenir une alliance avec les autres États kharidjites, comme le royaume des Rostémides de Tahert, et à établir un fructueux commerce caravanier de l'or avec le royaume du Ghana, à l'époque maître des plus importants gisements aurifères de l'Afrique de l'Ouest. L'émirat de Sijilmassa atteint ainsi son apogée au IXe siècle grâce à son rôle de plaque tournante du trafic des métaux précieux, et sa renommée s'étend ainsi jusqu'aux pays méditerranéens et au Moyen-Orient. C'est précisément cette position de débouché de l'or africain qui excite les convoitises des Omeyyades et des Fatimides qui s'affrontent pour sa domination. Ce sont finalement les Almoravides qui s'emparent du royaume midraride en 1055. Par la suite, la fondation de Marrakech éclipse définitivement le prestige de Sijilmassa.

Dynastie idrisside (789-985)

Article détaillé : Idrissides.

L'histoire des Idrissides commence lorsqu'un prince arabe chiite de la famille d'Ali (quatrième calife de l'islam) et son affranchi Rachid Ben Morched El Koreichi se réfugient dans le Moyen Atlas. Fuyant la menace des Abbassides (qui avaient massacré des Alides et leurs partisans chiites lors de la bataille de Fakh près de la Mecque), ils séjournent en Égypte avant de s'installer à Walilah (Volubilis), sous la protection de la tribu berbère des Awarbas. Parvenant à rallier les tribus à sa cause, Idriss est investi Imam et fonde la ville de Fès en 789 sous le nom d'Idriss Ier. C'est le début de la dynastie des Idrissides.

Idris Ier est assassiné par un émissaire du calife abbasside Haroun al-Rachid, un certain Sulayman al Zindhi. Ne se doutant point que la femme d'Idris Ier (Kenza al-Awrabiya) est enceinte, le maître de Bagdad pense que la menace est vaincue. Mais quelques mois plus tard, Idris II naît. Son éducation a été confiée à l'affranchi de son père Rachid. Onze années plus tard, Idriss II est proclamé Imam des croyants. Au fil des années son sens pour la politique s'affirme nettement et il réussit à fédérer un plus grand nombre de populations. La puissance du corps militaire (qui se professionnalise et dans lequel s'engagent notamment des Kaisites issus des tribus du nord de la péninsule Arabique) lui permet de développer et d'étendre le noyau de principauté dont il avait hérité. Le royaume idrisside englobe ainsi toute la portion de territoire s'étendant de Tlemcen à l'est jusqu'au Souss au sud. Il semble que la dynastie idrisside, du moins à ses débuts, ait professé le chiisme et plus précisément le zaïdisme, réputé être le plus modéré des rites chiites[25].

Sanctuaire et mausolée d'Idriss Ier dans la cité sainte de Moulay Idriss Zerhoun

Se considérant à l'étroit à Walilah, Idriss II quitte l'antique cité romaine pour Fès, où il fonde le quartier des Kairouanais (également appelé Al-Alya) sur la rive gauche de l'oued Fès (Idris Ier s'était établi sur la rive droite, le quartier des Andalous). Les Kairouanais sont issus de familles arabes orientales et arabo-persanes (originaires du Khorassan) établies en Ifriqya depuis l'époque abbasside. Elles sont expulsées de Kairouan en raison des persécutions politiques que leur infligent les Aghlabides et notamment l'émir Ibrahim Ier. Les Andalous qui s'installent à Fès sont quant à eux des opposants aux Omeyyades, originaires des faubourgs cordouans qui s'étaient révoltés contre l'émir omeyyade d'Al-Andalus Al-Hakam Ier (notamment du faubourg de Rabad, d'où le nom de Rabadis attribué aux éléments de cette première vague d'immigration andalouse au Maroc)[26].

Vue de la vieille médina idrisside de Fès

Le royaume idrisside connaît une importante phase d'urbanisation, illustrée par la création de villes nouvelles comme Salé, Wazzequr, Tamdoult et Basra, cette dernière inspirée de la Basra irakienne. Ces nouveaux centres sont des foyers de diffusion de culture arabe et des vecteurs d'islamisation en pays profondément berbère[27]. La fondation de la mosquée Al Quaraouiyine en 859, qui abrite également une université homonyme, assure à Fès un rayonnement qui fera participer la cité idrisside à l'Âge d'or islamique des sciences, des arts et des lettres, aux côtés de métropoles aussi prestigieuses que Cordoue, Le Caire et Bagdad.

À cette même époque, les Vikings venus de la lointaine Scandinavie et menés par Hasting et le prince suédois Björn Ironside, attirés par les ressources potentielles de l'Afrique du Nord, se signalent par leurs incursions dévastatrices sur les côtes du Maroc (notamment dans les régions d'Asilah et de Nador)[28]. L'historien et géographe andalou Al-Bakri désignera les envahisseurs vikings par le terme de Majus et relatera particulièrement leurs exactions contre le royaume des Banu Salih de Nekor dans le Rif[29].

En 985, les Idrissides perdent tout pouvoir politique au Maroc et sont massivement exilés en Al-Andalus. Installés à Malaga, ils récupèrent peu à peu leur puissance, au point d'engendrer une dynastie pendant l'époque des taïfas, les Hammudites. Ces derniers vont jusqu'à revendiquer la fonction califale à Cordoue en remplacement des Omeyyades déchus en 1016[30].

Les soulèvements zénètes (954-1059)

Articles détaillés : Maghraouas, Banou Ifren et Meknassa.
Oujda est fondée par les Zénètes de la tribu des Maghraouas

Vers 954 et selon Ibn Khaldoun, trois grandes confédérations tribales zénètes[31] se soulèvent et s'emparent de plusieurs villes et régions du Maghreb el Aksa (appellation arabe du Maroc), à savoir Fès, Oujda (fondée en 994 par le Maghraoui Ziri Ibn Attia), Salé (fondée au cours du Xe siècle par les Banou Ifrens, Sijilmassa), ou encore les régions du Souss et du Haouz, et ce consécutivement à l'affaiblissement de la dynastie arabe chérifienne des Idrissides.

Pendant la conquête, ces trois confédérations zénètes, les Maghraouas, les Banou Ifrens et les Meknassas, fondèrent chacune un royaume autour de leur zone d'influence mais assez rapidement, leurs points de vue divergèrent, provoquant une instabilité sur l'ensemble du territoire. Les diverses tribus maghraouas étaient tantôt alliées aux Omeyyades tantôt aux Fatimides. Les Banou Ifrens demeurèrent réfractaires à toute alliance avec les puissances arabes.

Les Fatimides profitent de ces divisions entre les trois confédérations zénètes et envoient les Zirides de l'Ifriqiya pour conquérir le Maghreb el Aksa (le Maroc actuel). Le Ziride nommé Ziri ibn Menad réussit à conquérir une partie du Maroc actuel. En 971, son fils Bologhine ibn Ziri affirme sa souveraineté sur la majorité des villes importantes. Durant cette période, les Berghouatas (confédération tribale masmouda et sanhadja) seront donc attaqués par les Zirides. Les Maghraouas demandent l'aide des Omeyades. Ces derniers acceptent enfin d'aider les Zénètes à reconquérir les territoires, en particulier ceux des Maghraouas de l'ouest du Maghreb. Bologhine ibn Ziri est contraint de reculer devant l'armée omeyyade venue d'Andalousie par voie maritime et qui s'installe à Ceuta[32]. Par la suite, Ziri Ibn Attia des Maghraouas entre en conflit avec les chefs des Banou Ifrens et des Meknassas. Une lutte au pouvoir sera acharnée entre les fractions zénètes. Les Banou Ifrens attaquent les Berghouata et prennent plusieurs fois Fès, place forte maghraoua. Ces derniers rétabliront finalement l'équilibre du Maghreb el Aksa[32]. Le règne des trois confédérations zénètes s'achèvera par l'arrivée des Hilaliens et des Almoravides vers le XIe siècle en 1059. Les Zénètes seront évincés par les Almoravides du Maghreb el Aksa[33].

De tout temps, les Zénètes étaient seuls maîtres des routes et du commerce dans la région. Cette période est caractérisée par une certaine prépondérance des pratiques démocratiques tribales, comme ce fut déjà le cas deux siècles auparavant lors des révoltes kharijites[34]. Les Zénètes ont démontré par leur histoire qu'ils pouvaient négocier avec toutes les tribus au Maghreb. Plusieurs alliances et traités ont été élaborés pendant cette période. La construction s'est développée et plusieurs villes ont connu un véritable essor (construction de mosquée[35], de kalaâ, ksours, etc). En 1068, les trois « dynasties » chutent tant à cause du zèle manifeste de certains chefs que du fait de leur détermination à se lancer dans des guerres saintes[36].

Ifrenides

Article détaillé : Ifrénides.

Régnant sur la région de Tlemcen dès le Xe siècle, les Ifrenides, ou Banou Ifren, occuperont presque la totalité du Maroc actuel aux côtés des Maghraouas, vassaux des Omeyyades de Cordoue, et ce jusqu'à l'arrivée des Hilaliens et des Almoravides. Au XIe siècle, les Banou Ifren conquièrent le territoire des Berghwata[37]. Ils restent maitres des régions qu'ils ont conquises et des villes qu'ils ont fondées et exerceront périodiquement le pouvoir à Fès[38]. Vaincus par les Almoravides dès 1057, ils perdent tout pouvoir pendant le règne de ces derniers. Ce n'est qu’à la chute des Almoravides que les Ifrenides reprendront le contrôle de la région de Tlemcen, mais ils seront de nouveau vaincus par les Almohades et leur territoire conquis par ces derniers. Vers 1437, les Banou Ifren chasseront les Mérinides du Maghreb central et établiront de nouveau leur pouvoir à Tlemcen[39].

Dynastie almoravide (1059-1147)

"Empire almoravide"
Conquêtes almoravides (XIe siècle)
Article détaillé : Almoravides.
Coupole almoravide de Marrakech
Carte du monde connu réalisée par le géographe Al Idrissi sous le règne des Almoravides

Alors que le « Maroc utile » est en proie aux convoitises des entités politiques voisines ainsi qu'aux déchirements internes, trois grandes tribus berbères se partagent les régions sahariennes. Les Lemtouna, Massoufa et Goddala (ou Gadala, lointains descendants des antiques Gétules), tous trois membres de la confédération Sanhaja et islamisés deux siècles et demi plus tôt, guerroient et vagabondent régulièrement en direction du sud où ils menacent l'empire du Ghana et d'autres États soudano-sahéliens animistes. De la tribu Lemtouna, l'émir Yahya Ibn Ibrahim se rend vers 1035 accomplir le pèlerinage à La Mecque. Là bas, il prend conscience de la nécessité de parfaire l'islam de ses congénères des régions de l'Adrar. En halte à Kairouan, il tente pour cela d'obtenir un appui logistique de la part d'éminences religieuses locales, mais sans résultat.

Ce sera dans la région de Taroudant qu'un dénommé Ou Agg ben Zellou lui indiqua l'existence d'un prédicateur dans le désert, un certain Abdallah Ibn Yasin originaire du Sud marocain. Yahya Ibn Ibrahim et Abdallah Ibn Yasin s'en retournèrent donc tous deux dans l'Adrar convertir les Djoudala (tribu des Lemtouna) au malékisme puritain. Si au départ leurs enseignements sont plutôt bien accueillis, leur austérité et leurs méthodes radicales (instruments de musique et habits de couleurs vives bannis) finirent par lasser. Yahya Ibn Ibrahim et Abdallah Ibn Yasin errèrent donc dans le désert et s'en allèrent donc fonder un ribat sur l'île de Tidra entre la baie du Lévrier et le cap Timiris. Là ils conceptualisèrent une véritable doctrine qui leur valut le nom d'Almoravides (de Al-murabitun, المرابطون), les gens du ribat.

Le climat d'exaltation mystique qui régnait au couvent militaire attira de nombreux fidèles de toutes les contrées du Sahara occidental et même au-delà. De 1042 à 1052, les Almoravides conquièrent tout l'ouest du Sahara et tournent leurs regard vers le nord. Yahya Ibn Ibrahim fut tué et remplacé par Abu Bakr Ibn Omar. Dès lors l'expansion des Almoravides est irrésistible. Aoudaghost, place forte de l'empire du Ghana et importante étape du commerce transsaharien est prise et détruite. L'année suivante, c'est au tour de Sijilmassa de céder à la pression almoravide et de voir ses maîtres Zénètes impitoyablement exterminés. La même année (1056), Taroudant et le Souss entier alors aux mains de tribus chiites vassales des Fatimides se rendent aux envahisseurs sahariens. Les Almoravides n'ont alors qu'une idée : soumettre les plaines fertiles du Maroc utile et les intrépides tribus de l'Atlas. Néanmoins, les combats contre les hérétiques Berghouata s'éternisent et s'avèrent plus ardus que prévu. Yahya Ibn Ibrahim est même mortellement blessé et inhumé sur un des affluents du Bou Regreg. Abou Bakr doit alors se rendre à nouveau dans le désert pour mettre fin à des luttes intestines et il confie alors le commandement des terres septentrionales nouvellement conquises à son cousin, un certain Youssef Ibn Tachfin.

En 1072, ce dernier empêche le retour d'Abou Bakr et fait dès lors de Marrakech, fondée deux ans plus tôt, sa capitale. La rigueur morale de ces « Voilés » et leur attachement aux valeurs de l'islam attira les nombreux déçus des années du climat d'anarchie ambiant et Youssef Ibn Tachfin constitua sans mal une armée de 20 000 hommes qu'il arma d'arbalètes. Toutefois, la soumission des intrépides tribus Zénètes ne fut pas des plus aisées. Ces derniers se rallièrent même ponctuellement aux élites bourgeoises de Fès et de Tétouan, bien décidées à repousser ces tribus dont le puritanisme était aux antipodes des aspirations de raffinement et de luxe importées d'Andalousie. Des villes du nord, Meknès tomba la première, puis ce fut au tour de Fès (1060 ou 1061), des villes du Rif, de Tlemcen (1069) et enfin d'Oujda (1081). Tanger et Ceuta, fiefs de la dynastie hammudite de Malaga ne cédèrent que vers 1084 après un éprouvant siège et subirent de terribles supplices. À l'est, les Almoravides avancèrent jusqu'à Alger (Ténès et Oran furent gagnées en 1082).

Tombeau du célèbre prince et poète Al Mutamid Ibn Abbad de Séville, condamné à finir sa vie dans une prison d'Aghmat au sud de Marrakech
Un chrétien et un musulman disputant une partie de jeu d'échecs en Al-Andalus au temps des Almoravides

Alors que dans la brillante Andalousie, les princes musulmans subissaient les premiers revers face aux chrétiens ligués autour de la personne d'Alphonse VI, les extraordinaires prouesses militaires de ces « Voilés » aux mœurs rigides résonnent comme une bénédiction. Al-Muttawakil de la Taifa de Badajoz fait appel aux Almoravides dès 1079. En 1082, c'est au tour d'Al Mutamid Ibn Abbad de solliciter les maîtres du Maghreb. En 1086, pour répondre à ces appels et pour enrayer la « décadence » de la civilisation d'Al-andalus (arts florissants, consommation de vin...), Youssef Ibn Tachfin fait embarquer de Ceuta la bagatelle de 7000 cavaliers et 12 000 fantassins. Rapidement, les rois des différentes taifas rallient les armées almoravides.

Les victoires s'enchainent et les armées d'Alphonse VI sont mises en déroutes non loin de Badajoz le 23 octobre 1086. Youssef Ibn Tachfin rentre au Maroc régler des affaires internes mais le désordre en Andalousie le pousse à revenir. Il est néanmoins poussé par les fakihs à revenir, du fait des difficultés lors du siège à Aledo et surtout des divisions entre taifas qu'il considérait personnellement comme une honte pour l'islam. En 1090, un concile almoravide à Algésiras déclara la guerre aux reyes de taifas accusés d'impiété. L'alliance de certains de ces derniers avec des princes chrétiens n'empêcha pourtant pas l'irrésistible avancée des Almoravides à Al-andalus, qui s'acheva en 1094 avec la prise de Badajoz et l'impitoyable mise à mort d'Al-Mutawakil et de sa famille. Les victoires s'enchainent encore face au Cid retranché à Valence.

En 1106, après la prise de Valence et alors que les Baléares sont occupées, Youssef Ibn Tachfin décède et son fils, Ali Ben Youssef hérite du trône et du titre d'Emir des Musulmans (les Almoravides considèrent le titre de calife réservé aux Abbassides, dont ils reconnaissent la prééminence religieuse). Fils d'une esclave chrétienne affranchie, il devient par la même occasion maître d'un empire s'étendant du Tage au fleuve Sénégal, du centre de l'Algérie jusqu'aux côtes atlantiques marocaines. Il nomme son frère Temyn gouverneur d'Al-Andalus. Les armées almoravides défont Sancho, fils d'Alphonse VI lors du siège du château d'Uclès. Alphonse VI décèdera l'année suivante, en 1109. Ali revient alors en Andalousie et remporte les sièges de Madrid, Guadalajara et Talavera. À l'ouest, les armées almoravides poussent jusqu'à Porto, menaçant même les côtes galiciennes. À l'est, les Baléares servent de base logistique aux razzias menées contre Barcelone.

Cependant, les innombrables exploits militaires ne parviennent pas à pallier le mécontentement ambiant en Andalousie où le fragile équilibre entre chrétiens mozarabes, juifs et musulmans est quelque peu rompu par la rigueur religieuse imposée par les conquérants. L'autodafé des écrits du très populaire Al-Ghazali ne fait qu'amplifier le malaise des élites culturelles, nostalgiques de l'âge d'or du califat omeyyade. La sollicitation par l'armée divine des milices chrétiennes de Reverter pour maintenir l'ordre au Maroc même est mal comprise par les tribus montagnardes du Haut-Atlas, de jour en jour plus mécontentes de l'autoritarisme almoravide.

Dynastie almohade (1147-1248)

Article détaillé : Almohades.
Empire almohade entre 1147 et 1269
Drapeau almohade

Mohammad Ibn Toumert, futur mahdi et fils d'un amghar, chef de village de la tribu des Harga, dans le Haut Atlas. Très précocement animé par un zèle religieux, il entreprit dès sa jeunesse de multiples voyages l’amenant à visiter Bagdad, Le Caire et peut-être même Damas où il découvre tout l'ampleur de la tradition musulmane, et notamment le soufisme. Rapidement, il entretient une profonde aversion pour l'étroitesse du malékisme régnant en maître en sa patrie. C'est en 1117 qu'il regagne le Maghreb, via Tripoli, puis Tunis et enfin Béjaïa où ses prêches pieuses galvanisent les foules. À Melalla, il se lie d’amitié avec le Zénète Abd El Moumen. C'est en compagnie de ce dernier qu'Ibn Toumert d'Almohades (d'« Al-Muwahidûn », الموحدون), les Unitaires. C'est à Tinmel, au cœur de la très isolée vallée du N'fis, qu’il établit sa « capitale ».

Ses prêches rencontrent un écho considérable et il clame ouvertement son intention de liguer toutes les tribus insoumises des montagnes contre les Almoravides. Son aura grandissante suscite de jour en jour davantage d'inquiétudes de la part des Almoravides qui lancent contre lui en 1121 une expédition militaire commandée par le gouverneur du Souss, Abou Bakr Ben Mohammed El-Lamtouni. L'expédition est littéralement écrasée. À la suite de cette déconvenue, ses désirs s'estompèrent un temps mais en 1127 (ou 1129), une nouvelle expédition parvint dans les contreforts du Haut-Atlas aux environs d’Aghmat dans l'espoir de frapper un grand coup en pays Hintata, fief de la doctrine « Unitaire ». Mais Abd El Moumen et El Béchir contrarièrent ce plan et profitant de l'effet de surprise, ils parvinrent même à assiéger ponctuellement Marrakech, capitale almoravide. Cependant, leurs faiblesses en combat de plaine les poussèrent à se retrancher en toute hâte. El Béchir mourut suivi quelques mois plus tard, en septembre 1130, par Ibn Toumert.

Intérieur de la mosquée de Tinmel, fief originel de la doctrine almohade

Abd El Moumen succéda d'abord secrètement au fondateur de la secte et privilégia une politique d'alliance avec les tribus de l'Atlas. Pour ce faire, il joua non seulement de ses origines zénètes mais aussi de ce qui restait de cercles d'initiés qu'avait fondé son prédécesseur. Dès 1140, une intense campagne permet aux Almohades de s'attirer les faveurs des oasis du sud. Taza puis Tétouan sont les premières grandes cités à tomber. À la faveur du décès d’Ali Ben Youssef en 1143, il s'empare de Melilla et d'Al-Hoceima, faisant ainsi du nord du Maroc sa véritable base logistique. La mort du redoutable Reverter en 1145 suivie la même année de celle de Tachfin Ben Ali permet aux Almohades les prises respectives d’Oran, de Tlemcen, d'Oujda et de Guercif. S'ensuit ensuite le long et éprouvant siège de Fès qui durera neuf mois durant lesquels Abd El Moumen se charge personnellement de prendre Meknès, Salé et Sebta. La conquête du Maroc s'achèvera finalement en mars 1147 par la prise de Marrakech, capitale du désormais déchu empire almoravide et dont le dernier roi Ishaq Ben Ali sera ce jour-là impitoyablement tué. Pour fêter cette victoire, Abd El Moumen fit bâtir la très célèbre Koutoubia sur les ruines de l'ancien Dar El Hajar.

Minaret de la mosquée almohade de la Koutoubia à Marrakech

De manière assez inédite, les premiers efforts militaires d'Abd El Moumen désormais intronisé comme calife de l'Occident musulman (pour marquer son indépendance religieuse par rapport aux Abbassides d'Orient) se tournent vers l'est du Maghreb, sous le double péril des Normands de Sicile menés par Roger II (qui ont pris le contrôle de Djerba et Mahdia et menacent la prospère Bejaïa) et des tribus bédouines (Banu Hilal) envoyées depuis la Haute-Égypte par les souverains fatimides du Caire, furieux de voir Zirides et Hammadides échapper à leur contrôle. Les opérations lancées s'avèrent largement fructueuses puisque les bédouins sont complètement écrasés à Béjaïa puis Sétif en 1152. En 1159, une puissante armée terrestre est levée depuis Salé, secondée par une flotte de soixante-dix navires, obligeant les Normands à se retrancher sur Sfax et Tripoli. Ainsi l'Empire almohade s'étendait-il à la fin des années 1150 des rivages de l'océan Atlantique jusqu'au Golfe de Syrte, englobant toute l'Afrique musulmane à l'ouest de l'Égypte.

En Andalousie la fin de la période almoravide a permis la résurgence des reinos de taifas et un regain de vigueur des Chrétiens. En 1144 les Castillans s'emparent temporairement de Cordoue. À l'ouest, Lisbonne et Santarem sont prises par les Portugais. Almeria est également prise par les Aragonais pour une décennie entière. Dos au mur, les taifas se voient obligés de faire de nouvel appel aux maîtres du Maghreb. Ainsi, avant même la prise de Marrakech par les Almohades, Jerez et Cadix s'offrent à ces derniers. Dans le sillage de la prise de Marrakech, des corps expéditionnaires permettent la conquête de tout le sud de la péninsule (Grenade, Séville, Cordoue...) puis de Badajoz. En 1157, Almeria est reprise. Abd El Moumen décèdera finalement en 1163 à Salé. Son fils Abu Yaqub Yusuf lui succède, d'abord reconnu à Séville puis à Marrakech. Il s'efforcera jusqu'à son décès en 1184 de régner en véritable « despote éclairé », soucieux de desserrer l'étau d'orthodoxie religieuse pesant sur le Maghreb.

Sous son impulsion fleurissent des arts autrement plus épanouis que sous la dynastie précédente. L’architecture en particulier atteint son apogée, se traduisant par la construction de la Giralda à Séville, fraîchement honorée du statut de capitale andalouse, ainsi que de la tour Hassan à Rabat (dont le minaret ne fut jamais achevé) et de la Koutoubia à Marrakech, toutes trois bâties sur un modèle sensiblement équivalent. Dans d’autres registres, le palais de l’Alhambra est érigé sur les hauteurs de Grenade et les Jardins de l'Agdal sont plantés à Marrakech qui se dote également d'une Casbah califale abritant les palais du souverain almohade (cf. l'article Art almoravide et almohade). C’est également sous les Almohades que vécut le brillant philosophe Averroès (de son vrai nom Ibn Rûshd ابن رشد) ainsi que Maïmonide qui ira néanmoins s’exiler au Caire afin de pouvoir pratiquer librement sa religion (il était de confession hébraïque).

À la mort d’Abu Yaqub Yusuf, les Almoravides demeurés maîtres des Baléares s’en vont porter le glaive là où jadis sévissaient les Normands. Ils arrachent Alger, Miliana, Gafsa et Tripoli aux Almohades et subventionnent des tribus bédouines d’Ifriqiya qui s’en iront mener des razzias dans tout le Maghreb médian et descendront même jusque dans les oasis du Drâa. Matées par les vigilantes milices d’un certain gouverneur Abu Yusf, ces tribus bédouines seront par la suite sédentarisées dans l’Ouest marocain, dans l’ancien pays berghouata où elles contribueront à l’effort d’arabisation des plaines du Gharb et de la Chaouia. Après la victoire d’Alarcos durant laquelle Alphonse VIII est battu par le souverain Abu Yusuf Yaqub al-Mansur, les derniers fauteurs de troubles Almoravides sont écrasés dans le sud tunisien. C’est l’âge d’or almohade.

Tour Hassan construite par le calife almohade Yacoub El Mansour à Rabat
Miniature maroco-andalouse d'époque almohade illustrant le conte de Bayad et Riyad
Averroès (Ibn Rushd), philosophe, cadi, mathématicien, médecin andalou de la Cour almohade, mort à Marrakech en 1198

Muhammad an-Nasir succède à son père en 1199. Le 16 juillet 1212, son armée de 125 000 hommes est mise en déroute par une coalition de près de 62 000 chrétiens venus de France, d’Aragon, de Catalogne, du Comté du Portugal, de León et de Castille. C’est la Bataille de Las Navas de Tolosa que l’histoire retiendra comme l’évènement charnière de la Reconquista. Dans le même temps, an-Nasir reçoit une étrange proposition d'allégeance de Jean d'Angleterre (Jean sans Terre), alors en froid avec les souverains chrétiens du continent européen, de faire du royaume anglais un État vassal du califat almohade[40].

L’autorité des Almohades sur leur empire sera durablement affaiblie par cette débâcle, au point que le Muhammad an-Nasir renoncera à son trône l’année suivante, le cédant à son fils. À 16 ans, Yusuf al-Mustansir accède donc au trône. Dépourvu d’autorité, il voit rapidement le Maghreb médian lui échapper. Il en va de même en Andalousie où le gouverneur almohade de Murcie réclame une régence et franchit le détroit pour le faire savoir. À Séville, Al-Mamoun fait sensiblement de même. Les taïfas renaissent de leurs cendres et imposent le malékisme. À Marrakech même les cheikhs souhaitent procéder à l’élection d’un nouveau calife, ne laissant d’autre choix au jeune souverain que la fuite pour un temps. Son fils, Abd al-Wahid al-Makhlu lui succède en 1223. Il mourra étranglé l’année même.

Les cheikhs de Marrakech procéderont alors à l’élection d’Abu Muhammad al-Adil. Les Hafsides, du nom d’Abû Muhammad ben ach-Chaykh Abî Hafs, autrefois vizir de Muhammad an-Nasir déclarent leur indépendance en 1226, sous l’impulsion de Abû Zakariyâ Yahyâ. La mort d’Abu Muhammad al-Adil marquera le début de l’ingérence du Royaume de Castille dans les affaires marocaines. Ferdinand III de Castille soutiendra Abu al-Ala Idris al-Mamun tandis que les cheikhs soutiendront le fils de Muhammad an-Nasir, Yahya al-Mutasim. C’est le premier qui prit pour un temps l’ascendant, parvenant à prendre Marrakech et à massacrer les cheikhs. Il renia la doctrine religieuse almohade au profit du malékisme et consentit en paiement de sa dette à construire l’église Notre-Dame de Marrakech en 1230. L’édifice fut détruit deux ans plus tard.

En 1233, son fils Abd al-Wahid ar-Rachid reprit Marrakech et chassa de Fès les Bani Marin, futurs Mérinides (ces derniers faisaient payer à la ville et à sa voisine Taza un tribut depuis 1216), permettant de réunifier le Maroc. En Andalousie, Cordoue tombe aux mains de Ferdinand III de Castille dès 1236. Valence lui emboitera le pas deux ans plus tard, puis ce sera au tour de Séville en 1248. Entre temps, Abu al-Hasan as-Said al-Mutadid parviendra à rétablir un semblant d’unité sur le Maroc mais accumulera les échecs face aux Mérinides dont l’avancée est irrésistible sur le Maroc septentrional. Pour une trentaine d’années, les Almohades survivront, retranchés sur la plaine du Haouz et payant un tribut à leurs voisins septentrionaux. En 1269, Marrakech tombe. En 1276, c’est au tour de Tinmel. Un siècle et demi plus tard, la boucle almohade est bouclée et la dynastie à l'origine du puissant califat de l'ouest disparaît définitivement.

Au cours des croisades

L'Empire almohade, sous le règne d'Abu Yusuf Yaqub al-Mansur, établit un partenariat stratégique avec l'Égypte du sultan Saladin. Le point d'orgue de cette relation est l'ambassade d'Abu Al Harith Abderrahman Ibn Moukid envoyé par Saladin auprès de la Cour califale de Marrakech, qui concrétise l'alliance entre Almohades et Ayyoubides. Cette mission débouche sur la participation de la flotte almohade aux opérations maritimes contre les Croisés (sur les côtes du Proche-Orient ainsi qu'en mer Rouge). Après la prise de Jérusalem par Saladin en 1187, une partie de la ville sainte est repeuplée de populations provenant de l'Empire almohade[41] qui fonderont et habiteront un quartier spécifique[42],[43], dont l'un des vestiges les plus connus est la Porte des Maghrébins[44].

Dynastie des Mérinides (1248-1465)

Article détaillé : Mérinides.
Évolution territoriale de l'empire mérinide.
Drapeau des Mérinides

Contrairement aux deux dynasties précédentes, la montée en puissance des Mérinides n’est pas à mettre sur le compte d’une démarche personnelle associable à un individu mais plutôt à l’affirmation collective d’une tribu. L’autre rupture que marque l’accession au pouvoir des Mérinides est l’abandon du leitmotiv de la purification religieuse au profit d’une conception de la conquête du pouvoir plus classique, plus conforme à l’identité tribale des protagonistes.

La tribu en question est une tribu zénète dont les origines sont issues des Wassin[45]. Toujours est-il que les Beni Merin (ou Bani Marin) constituent tout au long du XIIe siècle l’archétype d’une tribu berbère lambda, nomadisant entre le bassin de la Haute-Moulouya à l’ouest (entre Guercif et Missour) et le Tell algérien, au sud de Sidi bel Abbès à l’est. La première occurrence de la tribu des Beni Merin dans l'historiographie marocaine coïncide avec leur participation en tant que groupe à la bataille d'Alarcos (1196), bataille finalement remportée par le camp almohade. C’est à cette occasion que s’illustre Abd al-Haqq considéré comme le véritable fondateur de la dynastie mérinide. De retour au pays, la tribu retombe dans un anonymat relatif jusqu’à la cinglante défaite almohade de Las Navas de Tolosa à l’issue de laquelle les troupes Mérinides iront défaire 10 000 soldats almohades. À la suite de ce succès, les Mérinides s’installent temporairement dans le Rif, soutenus par des Miknassas sédentarisés au nord de Taza.

Dès 1216, ils se faisaient payer tribut par les cités de Fès et Taza. Les Almohades soucieux de restaurer leur autorité sur tout leur territoire lancent de nombreuses contre-offensives, le plus souvent vaines. C’est au cours d’une de ces manœuvres que décède Abd al-Haqq. Son fils Uthman ben Abd al-Haqq lui succède. Dès 1227, toutes les tribus entre le Bou Regreg et la Moulouya ont fait allégeance aux Mérinides. En 1240, Uthman ben Abd al-Haqq décède, assassiné par son esclave chrétien. C’est son frère Muhammad ben Abd al-Haqq qui lui succède, assiégeant avec un succès relatif Meknès. Il décède en 1244, tué par des milices chrétiennes au service des Almohades. Au milieu de la décennie 1240, les troupes Almohades sont mises en déroutes à Guercif. Les Mérinides s’engouffrent alors dans la très stratégique Trouée de Taza, tremplin qui leur permit d’entreprendre le siège de Fès en août 1248 et d’envisager la prise de toute la moitié nord du Maroc. Mais la moitié sud n’est pas en reste. Abu Yahya ben Abd al-Haqq ayant précédemment succédé joue des amitiés traditionnelles des Beni Merin avec les Béni-Ouaraïn du Moyen Atlas et d’autres tribus du Tafilalet pour contrôler les oasis et détourner les revenus du commerce transsaharien de Marrakech vers Fès, désignée comme capitale mérinide.

En 1258, Abu Yusuf Yaqub Ben Abd Al-Haqq succède à son frère enterré dans l’antique Nécropole de Chella qu’il avait commencé à réhabiliter[46]. Le début de son règne est marqué par une lutte avec son neveu qui réclamait la succession. Ce dernier parvient à prendre Salé. La situation à l’embouchure du Bou Regreg profite à la Castille qui prendra la cité en otage durant deux semaines. L’ouest du Rif fut également en proie à de nombreuses insurrections Ghomaras tandis que Ceuta et Tanger étaient alors aux mains d’un sultan indépendant, un dénommé El Asefi. Rapidement le nouveau souverain exprima son désir d’en découdre rapidement avec les Almohades retranchés dans le Haouz, l’est des Doukkala et une partie du Souss. Une première tentative en ce sens se solda par un échec en 1262. Les Almohades pressèrent alors les Abdalwadides d’attaquer leurs rivaux Mérinides par surprise. Yghomracen, célèbre souverain abdalwadide fut défait en 1268. L’année suivante, Marrakech fut définitivement prise[47].

Médersa Attarine de Fès construite sous le règne du sultan Abû Saïd Uthmân II (1310-1331)
Sanctuaire mérinide de Chellah à Rabat

Durant les années qui suivirent, il bouta les Espagnols hors de tous leurs établissements atlantiques jusqu’à Tanger. En 1276, Fès, nouvelle capitale du royaume se voit augmentée d’un nouveau quartier, à l’écart de l’ancienne ville, où se côtoient notamment le nouveau palais royal et le Mellah. C’est Fès El Jedid. Globalement la ville connaîtra sous l’ère mérinide un second âge d’or, après celui connu sous les Idrissides. Après la pacification totale du territoire et la prise de Sijilmassa aux Abdalwadides, le sultan franchit le détroit et tente de reconstituer la grande Andalousie musulmane des Almohades. Les entreprises espagnoles des Mérinides furent complexes mais n’accouchèrent que de peu de résultats concrets. À la suite du siège de Xérès, un traité de paix stipulant le retour de nombreux documents et ouvrages d’art andalous (tombés aux mains des chrétiens lors des prises de Séville et Cordoue) vers Fès. En 1286, Abu Yusuf Yaqub Ben Abd Al-Haqq décède à Algésiras. Il est inhumé à Chella. Son fils Abu Yaqub Yusuf[46], plus tard dit an-nāsr, lui succède et se voit confronté dès son intronisation à un durcissement des révoltes dans le Drâa et à Marrakech et à un désaveu de certains membres de sa famille, s’alliant tantôt avec les Abdalwadides ou les révolté. Il rendit Cadix aux Nasrides de Grenade en guise de bonne volonté mais 6 ans plus tard, en 1291, ces derniers, alliés aux Castillans dont ils sont les vassaux, entreprennent de bouter définitivement les Mérinides de la Péninsule Ibérique. Après quatre mois de siège, Tarifa est prise par les Castillans. Mais les yeux d’Abu Yaqub Yusuf an-Nasr sont plutôt rivés sur Tlemcen, capitale des éternels rivaux des Beni Merin que sont les Abdalwadides. Il se dirige vers Tlemcen à la tête d’une armée cosmopolite puisqu’essentiellement composée de mercenaires chrétiens (Castillans et Aragonais principalement), de Turkmènes et de Kurdes. Le siège durera 8 ans et se poursuivra jusqu’à l’assassinat du souverain, des mains d’un des eunuques de son harem, en 1307.

Jusqu’à l’avènement d’Abu al-Hasan ben Uthman en 1331, la dynastie est marquée par une forme de décadence dont les signes principaux sont la multiplication des querelles de succession, des révoltes populaires et des soulèvements militaires. En 1331 donc, Abu al-Hasan ben Uthman succède à son père, quelques mois seulement après avoir obtenu son pardon. Rapidement, l’obsession de ses aînés pour Tlemcen le rattrape. Il entame un nouveau siège sur la ville qui s’avèrera vain. Il évince ceux qui dans son entourage familial le jalousent mais sait faire preuve d’une grande dextérité dans sa gestion des ambitions tribales. Tlemcen tombe enfin en 1337. Abu al-Hasan ben Uthman est auréolé de gloire. Cette victoire lui ouvre la voie du Maghreb médian mais avant de s’engouffrer dans cette brèche ouverte en direction d’Ifriqiya, le souverain tient à venger la mort de son fils Abu Malik, surpris par les Castillans après son succès à Gibraltar en 1333. La bataille de Tarifa, le 30 octobre 1340 se solde par une lourde défaite qui signera la fin définitive des ambitions marocaines en terre espagnole.

Sept années plus tard, le sultan et ses armées parviennent à soumettre l’Ifriqiya. L’année suivante pourtant, les Mérinides essuient une cuisante défaite à Kairouan. L’écho de la déconvenue est grand, au point que nait et se répand une folle rumeur selon laquelle Abu l’Hassan serait mort au combat. À Tlemcen, Abu Inan Faris est alors intronisé. C’est de sa volonté qu’émanera la construction de la medersa Bou Inania de Fès. Il a d’ailleurs également parachevé la construction de la Medersa Bou Inania de Meknès, entamé par son aîné. Ce dernier tentera un vain retour via Alger puis Sijilmassa. Il est finalement défait et tué par les armées de son fils sur les rives de Oum Errabiaa. Abu Inan Faris, profondément chagriné par ce décès, tentera alors de faire asseoir son autorité sur l’ensemble du royaume, de nouveau fragilisé par la recrudescence des volontés insurrectionnelles. Il s’entoure à ces fins d’Ibn Khaldoun, penseur de génie et véritable précurseur de la sociologie moderne. Son neveu, maître de Fès, est exécuté, mais à l’occasion de ce déplacement au Maroc, c’est Tlemcen qui se soulève. Une intense campagne permet un certain regain de vigueur des Mérinides mais Abu Inan est étranglé des mains d’un de ses vizirs, un certain al-Foudoudi, le 3 décembre 1358, neuf ans seulement après son accession au pouvoir.

Bab el-Mrissa porte de l'arsenal maritime militaire de Salé construit par les Mérinides à la suite de l'attaque de la flotte du roi Alphonse X de Castille en 1260
Medersa Bou Inania de Meknès achevée sous le règne du sultan Abu Inan Faris

L’anarchie est alors à son paroxysme. C’est le premier grand déclin de la dynastie. Chaque vizir tente de porter sur le trône le prétendant le plus faible et manipulable. Les richesses patiemment accumulées par les souverains précédents sont pillées. Un premier prétendant venu de Castille parvient à se soustraire pour un temps à ce diktat des vizirs. Il s’appelle Abû Ziyân Muhammad ben Ya`qûb plus simplement appelé Muhammad ben Yaqub. Reconnu et acclamé dans le nord du Maroc, il règne à partir de 1362 sur un royaume dont seule la moitié nord (de la Tadla aux contreforts méridionaux du Rif) est demeurée loyale à l’autorité mérinide. Tout au long de son bref règne, il tentera de faire évincer un à un les vizirs jugés encombrants mais c’est des mains d’un de ces derniers, le grand vizir Omar, qu’il périra en 1366. Omar désincarcère alors le fils d’Abu l’Hasan, Abu Faris Abd al-Aziz ben Ali ou plus simplement Abd al Aziz. Après avoir réussi le tour de force d’évincer bon nombre de vizirs dont celui qui l’a porté au pouvoir, il parvient à mater le pouvoir parallèle en place à Marrakech (pouvoir dit d’Abou l'Fadel, vaincu en 1368). Il parvient à asseoir son autorité en pays Hintata, puis dans le Souss et à Sijilmassa. En 1370, Tlemcen, où s’était reconstitué le pouvoir abdalwadide, retombe aux mains des Mérinides. Mais deux ans plus tard seulement, il s’éteint. Le royaume est à nouveau scindé en deux, les zaouïas prenant le pouvoir à Marrakech. La peste noire provoque de graves ravages.

S’ensuivent 21 années de déclin durant lesquelles se multiplient les intrigues dynastiques, les coups politiques des différents vizirs, les ingérences nasrides et de vaines tentatives de coups d’éclat militaires face à Tlemcen. Durant les deux périodes de déclin, la pratique de la course se développe, tant dans le Nord, dans les environs de Tanger et Ceuta, que sur la côte atlantique (à Anfa notamment, qui sera d'ailleurs détruite en représailles par les Portugais en 1468). En 1399, alors que le Maroc est en proie à une anarchie des plus totales, le roi Henri III de Castille arme une expédition navale destinée à annihiler la pratique de la course depuis Tétouan. En fait, la ville est non seulement mise à sac mais également totalement vidée de sa population (la moitié est déportée en Castille). En 1415, c’est au tour de Ceuta de tomber aux mains des troupes de Jean Ier, roi du Portugal, lui aussi en croisade contre la course maritime des cités côtières marocaines.

La dynastie mérinide connait un tragique déclin[48]. Abu Said Uthman ben Ahmad dit Abu Said succède à Abu Amir Abd Allah dans des circonstances troubles. Prince taciturne, il se tourne à nouveau vers Tlemcen. Mais le vent a tourné et Abou Malek, souverain abdalwadide, pétri de haine à l’encontre des maîtres de Fès, parvient à prendre la ville et impose un souverain fantoche. Les documents concernant cette période sont très flous et se contredisent. Toujours est-il que Abu Muhammad Abd al-Haqq succède à Abu Said alors qu’il n’a qu’un an (1421). Cette accession au trône appela bien sûr une régence. Les vizirs wattassides s’avèreront incontournables.

Dynastie idrisside, branche des Joutey (1465-1471)

Mohammed ibn Ali al-Idrissi al-Amrani al-Joutey (arabe : محمد بن علي العمراني الجوطي الإدريسي) est le 20e descendant en ligne directe d'Idris Ier. Leader des chorfas de Fès au milieu du XVe siècle, il est proclamé sultan du Maroc à la suite de la révolte de 1465 qui aboutit à l'assassinat du sultan mérinide Abd al-Haqq II, mort sans laisser d'héritier[49]. Il ne réussit cependant pas à imposer son autorité bien au-delà de Fès et de sa région.

Le règne de Mohammed ibn Ali dure jusqu'en 1471, date à laquelle il est renversé par Mohammed ach-Chaykh, qui fonde la dynastie des Wattassides[49].

Wattassides (1471-1554)

Articles détaillés : Dynastie Wattasside et Maroc portugais.
Le Maroc au début du XVIe siècle : en rouge, le domaine des Wattasides ; en rose, les vassaux des Wattassides

Les Wattassides, Ouattassides ou Banû Watâs, sont une tribu de Berbères zénètes comme les Mérinides. Cette tribu, qui serait initialement originaire de l'actuelle Libye, était établie dans le Rif, au bord de la Méditerranée. De leur forteresse de Tazouta, entre Melilla et la Moulouya, les Beni Wattas ont peu à peu étendu leur puissance aux dépens de la famille régnante mérinide (voir l'article détaillé sur les Wattassides).

Ces deux familles étant apparentées, les Mérinides ont recruté de nombreux vizirs chez les Wattassides. Les vizirs wattassides s'imposent peu à peu au pouvoir. Le dernier sultan mérinide est détrôné en 1465. Il s'ensuit une période de confusion qui dure jusqu'en 1472. Le Maroc se trouve coupé en deux, avec à Marrakech les émirs Hintata auxquels succède la dynastie arabe émergente des Saadiens, et à Fès le sultanat wattasside déclinant. Plus au nord, à Tétouan et à Chaouen, apparaît une principauté à dominante andalouse peuplée par les réfugiés du royaume de Grenade (conquis par les Espagnols catholiques en 1492) et dirigée par une femme nommée Sayyida al-Hurra[50]. Sayyida al-Hurra (ou Sitt al-Hurra) mène une lutte implacable contre les Portugais qui occupent Ceuta depuis 1415, et contracte une alliance matrimoniale avec les Wattassides en épousant le sultan Abu al-Abbas Ahmad ben Muhammad. Sur le plan stratégique elle joint ses forces à celles de l'amiral turc Arudj Barberousse qui lutte contre les Espagnols en Méditerranée occidentale.

En 1472, les sultans wattassides ont perdu tous leurs territoires d'importance et ne contrôlent plus la rive marocaine du détroit de Gibraltar. Les Portugais prennent possession de Tanger en 1471 puis cèdent la ville à l'Angleterre en 1661 comme dot apportée par Catherine de Bragance à son époux Charles II d'Angleterre. Durant la domination portugaise (1471-1661, avec un intermède espagnol entre 1580 et 1640), Tanger constitue la capitale de l'Algarve d'Afrique, car il existe alors deux Algarves, celle d'Europe et celle d'Afrique, toutes deux considérées comme territoires relevant personnellement de la dynastie d'Aviz puis de la dynastie de Bragance (le roi du Portugal porte aussi le titre de roi des Algarves). Durant la domination anglaise, Tanger est une place forte stratégique, dotée d'un statut spécial et élisant des représentants à la Chambre des communes à Londres, mais l'entretien d'une garnison importante se relève trop coûteux aux yeux de l'opinion anglaise[51]. Cela pousse Charles II à faire évacuer la place, qui est prise par les troupes marocaines du sultan Moulay Ismail en 1684.

Citerne aux voûtes gothiques, construite par les Portugais à El Jadida (Mazagan) en 1514
Vue de Safi au XVIe siècle

Sous les règnes successifs d'Alphonse V, Jean II et Manuel Ier (période marquant l'apogée de l'expansion portugaise) l'Algarve africaine englobe presque tout le littoral atlantique marocain, à l'exception de Rabat et de Salé. Les Portugais contrôlent la portion côtière s'étendant de Ceuta à Agadir et à Boujdour, avec pour points de jalon les places fortes de Tanger, Asilah, Larache, Azemmour, Mazagan, Safi et Castelo Real de Mogador. Ces possessions forment des fronteiras, équivalent portugais des presidios espagnols, et sont utilisées comme escales sur les routes maritimes du Brésil et de l'Inde portugaise. Néanmoins la plus grande partie du Maroc portugais est reconquise par les Saadiens en 1541. La dernière fronteira de la Couronne lusitane est Mazagan, récupérée par les Marocains en 1769. Les Espagnols pour leur part s'attribuent la côte méditerranéenne avec les présides de Melilla et le rocher de Vélez de la Gomera, ainsi que la région de Tarfaya faisant face aux îles Canaries. Ils prennent également le contrôle de Ceuta à l'issue de la débâcle portugaise à la Bataille des Trois Rois qui se solde par l'Union ibérique (1580)[52].

De cette époque émerge la figure étonnante de Mustapha Zemmouri, plus connu sous le nom d'Estevanico (ou Esteban le Maure), Marocain natif d'Azemmour revendu par les Portugais comme esclave à Andrés Dorantes de Carranza, et qui s'illustre par son exploration de l'Amérique du Nord dans les rangs des conquistadors espagnols au début du XVIe siècle[53].

Les Wattassides affaiblis donnent finalement le pouvoir à une dynastie se réclamant d'une origine arabe chérifienne (les Saadiens) en 1554.

Liens avec Al-Andalus

« Cour des Lions » de l'Alhambra à Grenade, le palais des sultans nasrides qui eurent d'étroites relations avec les Mérinides
La ville de Chefchaouen dans le nord du Maroc fut peuplée par des populations andalouses fuyant la disparition du royaume de Grenade en 1492

En 1492, sept siècles après la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, le dernier royaume musulman en Espagne, Grenade, est reconquis par les rois catholiques.

Dès le début des succès de la Reconquista au XIIe siècle, certains Andalous avaient commencé à se replier vers le Maroc ; mais la majorité d'entre eux a été contrainte de quitter l'Espagne principalement en deux temps : à la chute de Grenade en 1492, et en 1609 avec l'expulsion des Morisques. Par ailleurs les ultimes descendants de la dynastie nasride menés par Boabdil se réfugièrent à Fès après la chute du dernier royaume musulman andalou de Grenade.

L'exode de ce peuple, que le pays devra intégrer dans ses tissus sociaux et économiques, va marquer un nouveau tournant dans la culture, la philosophie, les arts et la politique. L'immigration andalouse sera plus délicate dans certaines villes marocaines. Ils vont soit habiter dans d'anciennes cités, soit en construire de nouvelles ; néanmoins, les Andalous se sont principalement installés dans le nord du pays, comme à Tanger, Tétouan, Oujda, Chefchaouen, mais aussi à Rabat, Salé et Fès.

Les Moriscos installés à Rabat (dite Salé-le-Neuf) et Salé (aussi dite Salé-le-Vieil) formèrent une république corsaire vivant de courses commerciales fructueuses qui les emmenèrent à négocier avec de nombreux États (Espagne, Portugal, France, Angleterre, Hollande) ; le succès de ces courses commerciales rentables créa des jalousies en Occident.

Dynastie des Saadiens (1554-1659)

L'Empire saadien à son extension maximale (fin du XVIe siècle)
Tombeau des sultans saadiens à Marrakech
Pavillon saadien des jardins de la Ménara à Marrakech
Articles détaillés : Saadiens et Conflit maroco-ottoman.

Les Saadiens, appelés parfois Zaydanides[54], constituent une dynastie arabe chérifienne originaire de la vallée du Draâ. Elle arrive au pouvoir en 1511 avec le sultan Muhammad al-Mahdi al-Qaim bi-Amr Allah et choisit Marrakech pour capitale définitive après Taroudant. À partir de 1554 elle contrôle entièrement le Maroc, alors que le Maghreb central et oriental est sous la domination des Ottomans. Mohammed ech-Cheikh est un adversaire résolu du sultan-calife ottoman Soliman le Magnifique. Pour conjurer la menace exercée par les gouverneurs turcs d’Alger, le sultan saadien n’hésite pas à chercher l’alliance des Espagnols qui occupent Oran et lui permettent de s’emparer de la région de Tlemcen.

Cependant en 1554 les troupes turques de Salah Raïs bousculent le dispositif saadien établi autour de Tlemcen, et poussent l'offensive jusqu'à Fès avec l'intention d'occuper la moitié nord du Maroc et de l'incorporer à l'Empire ottoman[55]. Alors que l'armée commandée par le pacha d'Alger s'apprête à pénétrer dans la vallée du Sebou, une sortie des forces espagnoles du comte d'Alcaudete, gouverneur d'Oran, oblige les Ottomans à évacuer précipitamment leur éphémère conquête marocaine et à revenir défendre l'Ouest algérien menacé par les Espagnols. Ce retrait turc est profitable aux Saadiens qui récupèrent ainsi Fès et les marches orientales du nord-est marocain. Charles Quint a également évité de voir les Ottomans atteindre la rive sud du détroit de Gibraltar et devenir ainsi des voisins directs de l'Espagne[56].

L'alliance stratégique hispano-saadienne a montré ainsi son efficacité. Mais la diplomatie pro-espagnole de Mohammed ech-Cheikh lui vaut l’inimitié tenace de la Sublime Porte. En effet, en 1557 des assassins à la solde du beylerbey d’Alger Hassan Pacha décapitent le sultan marocain et envoient sa tête en trophée à Istanbul, où Soliman la fera accrocher aux remparts de la forteresse du Bosphore[57]. Ce meurtre n’a cependant pas d’incidence sur le front militaire et consolide même les assises de la dynastie saadienne.

Le sultan Ahmad al Mansour, dont le règne (1578-1603) marque l’apogée de la dynastie saadienne.
Le sultan ottoman Mourad III, qui aida les princes saadiens Abd al-Malik et Ahmed (futur al-Mansour) à reconquérir le trône du Maroc contre Mohammed el-Mottouakil en 1576
Tombouctou, grande cité des Songhaï conquise par les Saadiens, capitale du pachalik du Soudan marocain à partir de 1591

L’influence ottomane qui caractérise pourtant ensuite l'évolution de l'État saadien[58] s’explique par l’exil des princes Abu Marwan Abd al-Malik et Ahmed (futur Ahmed al-Mansur Saadi) à Alger et à Istanbul durant le règne de leur demi-frère Abdallah el-Ghalib qui avait voulu les éliminer afin d’être l’unique représentant de la dynastie. Le soutien du sultan ottoman Murad III aux prétentions des deux princes saadiens peut paraître paradoxal en raison des conflits permanents entre Marocains et Turcs, mais Abd al-Malik puis son frère savent exploiter intelligemment cet appui pour récupérer le trône en 1576 et éliminer leur neveu Mohammed el-Mottouakil (fils d’al-Ghalib) qui de son côté s’était allié au Portugal. La mort de Murad III en 1595 met fin par ailleurs aux appétits hégémoniques de la Sublime Porte et renforce ainsi l’indépendance marocaine[59].

Si les Turcs sont surtout présents dans l’état-major et dans l’artillerie, l’essentiel de l’armée saadienne est composée de renégats d'origine européenne et de tribus militaires arabes Cheragas ainsi que de contingents du Souss (les Ehl el-Souss, constituant l’ossature militaire de la dynastie)[60]. Cette force considérable, estimée à 40 000 hommes par l’historien Henri Terrasse[61], fait du sultan Ahmed al-Mansur le plus puissant chef politique et militaire de cette partie de l’Afrique. Il le prouve en lançant un de ses plus brillants officiers, le général Djoudar Pacha, à la conquête de l’Empire songhaï du Mali qui devient après la bataille de Tondibi et la défaite des Songhaï, le pachalik marocain de Tombouctou et du Bilad as-Sûdan (le Soudan occidental situé autour du fleuve Niger, par opposition au Soudan oriental où coule le Nil), incluant les prestigieuses cités de Gao et de Djenné. Sur le plan religieux, la primauté du califat saadien est reconnue jusqu’au Tchad par Idriss III Alaoma, roi du Kanem et du Bornou[62]. Cette allégeance spirituelle marque une victoire indéniable pour le sultan al-Mansur sur la scène africaine au détriment de l’Empire ottoman qui entendait user également de son statut de puissance religieuse califale auprès des royaumes musulmans du Sahel.

Marrakech retrouve une partie de sa gloire de l'époque almohade. Les sultans font bâtir des médersas (la célèbre medersa Ben Youssef), des mosquées, réaménagent les jardins (comme celui de la Ménara), mais c'est surtout le fabuleux palais El Badi, réalisé en matériaux précieux, qui contribue au rayonnement de la capitale saadienne et à la réputation fastueuse de la dynastie. L'attrait culturel pour le Maroc s'exprime jusqu'en Europe avec les écrits d'Agrippa d'Aubigné et ceux de Montaigne[63], mais aussi avec William Shakespeare et son Othello. Ahmed al-Mansur, qui maîtrise parfaitement l'italien (appris au cours de son exil de jeunesse à Alger), entretient une correspondance avec Élisabeth Ire d'Angleterre, Henri III et Henri IV, et se montre fort intéressé par les avancées techniques de l'Occident. Le prestige des Saadiens auprès des chancelleries européennes remonte à la Bataille des Trois Rois à Ksar El Kébir le , au cours de laquelle l'armée du sultan Abdelmalik met en déroute la croisade du roi Sébastien Ier du Portugal, marquant ainsi la fin définitive de l'hégémonie portugaise sur la façade atlantique du Maghreb. La dynastie s'achève avec le règne du dernier sultan El Abbas tué en 1659 dans une lutte de pouvoir au sein de son propre entourage lors d'un assaut des membres de sa famille maternelle, sa mère étant issue de la tribu des Chibannat et donc d'une ascendance non saadienne.

Dynastie des Alaouites (1659-présent)

Article détaillé : Dynastie alaouite.
Empire chérifien alaouite vers 1700
Porte de Bab Mansour el Aleuj dans la Cité impériale de Meknès, achevée en 1732.
Moulay Rachid, premier sultan de la dynastie alaouite en 1664
Abdellah Benaïcha ambassadeur du Maroc auprès de Louis XIV, à Paris en 1699

Les Alaouites (al-Alaouiyoune) (à ne pas confondre avec les Alaouites de Syrie), sont au pouvoir au Maroc depuis le XVIIe siècle. D'après la légende les Alaouites descendent de Mohamed Nefs Zakiya (« Âme Pure »), lui-même fils de Abdallah El-Kamil, fils de Hassan El-Mouthanna, fils de Hassan Sibt, fils aîné d'Ali Ibn Abi Talib, gendre et cousin du prophète de l'islam, Muhammad. Mohamed Nefs Zakya fut proclamé Mahdi en 737 et tué au combat en 762. Théologien éminent, il a laissé la réputation d'un saint homme et vécut sous le règne du calife Al-Mansour. Les Chérifs alaouites se disent originaires de Yanboâ an-Nakhil, une oasis située dans la péninsule Arabique, appelés à venir au Maroc par de nobles pèlerins berbères du Tafilalet au XIIIe siècle : Hassan Dakhil, se réclamant 21e descendant du prophète Mahomet, 17e descendant de Nefs Zakya, se serait installé alors en 1266 à Sijilmassa. Son 5e descendant, Moulay Mohamed ben Cherif, est le père du premier sultan de la dynastie alaouite, Moulay Rachid ben Chérif.

Lointains descendants d’Ali, gendre du Prophète, les Alaouites gouvernent aujourd’hui encore le Royaume du Maroc. Originaires du Tafilalet, le fondateur de leur dynastie n’est autre que Moulay Ali Cherif qui, en 1631 règne comme émir indépendant sur sa région natale. Après sa mort prématurée en 1636, son successeur Moulay Mohammed Ier décide de reprendre les rênes et continue ce que son père avait commencé. Organisateur méticuleux et fin stratège, il va prendre graduellement le pouvoir aux Saadiens en plein déclin depuis la mort d'al-Mansur en 1603. Son frère, Moulay Rachid, va l’aider dans cette tâche en s’emparant du Rif, de Taza et de Fès, puis de la république des corsaires de Salé. Les rivaux potentiels, comme la puissante zaouïa de Dila dans le Tadla, et le royaume soufi du Tazeroualt dirigé par les Semlalides, États locaux à base théocratique et tribale, sont vaincus et soumis. Moulay Rachid devient sultan du Maroc en 1666 et écrase les révoltes qui sévissent encore à Marrakech. Une chute de cheval qui lui est fatale projette son successeur, Moulay Ismail, à la tête du sultanat en 1672.

Cette date rime avec autorité, le nouveau sultan purge à coups de sévères répressions toute forme d’opposition à son régime. Ce qui permettra enfin à l'Empire chérifien d'accéder à la puissance, à la sécurité et à la crédibilité auprès de ses partenaires et de ses adversaires étrangers. Moulay Ismaïl forme une grande armée composée essentiellement d'esclaves-soldats noirs originaires d'Afrique de l'Ouest, (les Abid al-Bukhari, équivalent marocain des janissaires et des mamelouks de l'Empire ottoman) et de soldats issus de tribus militaires arabes (tribus guich) comme les Oudayas. Grâce à cette force dont l'effectif atteint 150000 hommes[64] Ismaïl mène une guerre continuelle contre les tribus rebelles du Moyen et du Haut-Atlas (qu'il finit par soumettre) mais aussi contre les ennemis extérieurs : les Espagnols qui occupent Larache et Assilah, les Anglais de la colonie britannique de Tanger jusqu'en 1684, et les Turcs de l'Algérie ottomane voisine qui convoitent incessamment Oujda et les provinces orientales. Le sultan étend l'autorité chérifienne sur la Mauritanie jusqu'au fleuve Sénégal grâce au concours des émirs maures et hassanis de l'Adrar, du Trarza et du Brakna, réaffirmant la souveraineté du makhzen sur le pays de Bilad Chenguitt. À l'est, les oasis du Touat reconnaissent l'autorité du pouvoir central de Meknès. Durant les années 1700, Ismaïl livre également des campagnes militaires contre quelques-uns de ses propres fils désireux de se tailler des principautés dans le Souss, à Marrakech et dans l'Oriental.

De 1727 à 1757 le Maroc connaît une grave crise dynastique au cours de laquelle les Abids font et défont les sultans, tandis que les tribus guich se soulèvent et razzient les villes impériales. Les autres tribus profitent de l'anarchie pour entrer en dissidence (siba). De cette période troublée émerge la personnalité du sultan Abdallah II, renversé et rétabli à plusieurs reprises entre 1729 et 1745. Sa mère la sultane douairière Khnata bent Bakkar, veuve de Moulay Ismail issue de l'une des plus prestigieuses tribus des provinces sahariennes, joue alors un rôle prédominant de régente et tente de préserver les institutions fondamentales de l'Empire[65]. Abdallah doit subir les sécessions de ses demi-frères qui fondent des quasi-royaumes dans chacune des provinces qu'ils contrôlent (Gharb, Fès, Marrakech, Tafilalt), avec l'appui des différentes factions armées des Abids ou des guich. Les habitants de Salé et de Rabat renouent avec l'autonomisme corsaire, tandis que dans le Nord les pachas de la famille Rifi établissent une véritable dynastie qui contrôle Tanger et Tétouan. Les puissantes confédérations tribales berbères naguère soumises au makhzen ismailien, comme les Aït Idrassen et les Guerrouanes, rentrent en dissidence politique et s'emparent du trafic caravanier qui relie les centres commerciaux de l'Empire chérifien aux oasis sahariennes et au Soudan marocain. Les gouverneurs de Tombouctou se comportent également en princes indépendants et font reculer l'autorité marocaine dans la région de la boucle du Niger en traitant séparément avec les Touaregs et les Peuls.

Lettre de George Washington adressée à Mohammed III à l'occasion du traité de paix et d'amitié maroco-américain signé à Marrakech en 1787.
Mosquée de Sidi Ahmed Tijani construite à Fès sous le règne du sultan Moulay Slimane (1792-1822)

L'ordre est rétabli par Mohammed III (1757-1790) qui restaure l'unité du sultanat et l'autorité du makhzen. La politique de Mohammed III se caractérise par l'ouverture diplomatique et commerciale de l'État marocain qui entend percevoir les taxes douanières afin d'alléger la pression fiscale intérieure[66]. Des traités sont conclus avec les principales puissances européennes (royaume de France, Royaume de Grande-Bretagne, royaume d'Espagne, royaume de Naples, république de Venise, royaume de Suède, Autriche), qui entretiennent des consulats et des compagnies de commerce dans les ports marocains fondés par Mohammed III. L'exemple le plus connu des nouvelles places économiques est Mogador (Essaouira), entièrement crée et conçue par l'ingénieur français Théodore Cornut pour le compte du souverain chérifien. Les ports d'Anfa (Casablanca) et de Fédala (Mohammédia) sont également aménagés et symbolisent le développement du littoral atlantique, libéré de toute occupation étrangère après la reconquête de Mazagan qui marque la fin définitive du Maroc portugais en 1769. Mohammed III est également le premier chef d'État à reconnaître l'indépendance des États-Unis en 1777. Le sultan établit une amitié épistolaire avec George Washington[67], ce qui vaut aux États-Unis, en vertu de la "politique de la porte ouverte", de conclure avec le Maroc un traité de paix, d'amitié et de commerce le 16 juillet 1786 (pour une durée de cinquante ans, renouvelé par le traité de Meknès de 1836)[68].

Moulay Slimane (1792-1822) mène une politique isolationniste, à l'inverse de Mohammed III. Le sultan ferme le pays au commerce étranger, notamment européen, et supprime les postes de douane créés par son père. Sur le plan interne ses dahirs d'inspiration ouvertement salafiste provoquent des révoltes tribales et urbaines, liées à sa décision d'interdire les moussems et le maraboutisme. Les Berbères du Moyen-Atlas, notamment les Aït Oumalou, se regroupent sous la direction du chef de guerre Boubker Amhaouch et forment une grande coalition tribale à laquelle se joignent même les Rifains et la puissante zaouïa d'Ouezzane[69]. Durant les années 1810, l'armée makhzen essuie ainsi de lourdes défaites entraînant la chute de Fès et le repli du sultan sur les provinces côtières qui lui sont restées loyales. Les tribus insurgées et la ville de Fès vont jusqu'à essayer d'imposer les princes Moulay Ibrahim et Moulay Saïd, fils de l'ancien sultan Yazid et neveux de Sulayman sur le trône chérifien, mais finissent par échouer dans leur tentative de changement du pouvoir[70].

Sur le plan extérieur, le sultan parvient à écarter les tentatives de pression exercées par Napoléon Ier et par son frère Joseph Bonaparte intronisé roi d'Espagne à Madrid, proches voisins de l'Empire chérifien depuis l'occupation de la péninsule Ibérique par les troupes françaises en 1808, et affiche une neutralité bienveillante à l'égard des Britanniques qui occupent les présides espagnols du Maroc depuis 1808. Sulayman noue des relations diplomatiques avec Saoud ben Abdelaziz, prince de l'Émirat saoudien du Najd en Arabie, manifestant un intérêt certain pour le salafisme wahhabite en pleine progression[71]. Ce rapprochement stratégique s'explique par les affinités anti-ottomanes communes au souverain alaouite et à l'émir saoudien, ainsi que par les sensibilités religieuses salafistes du sultan chérifien[72]. Profitant de sa campagne militaire contre les Ottomans d'Algérie, Moulay Sulayman parvient à expulser définitivement les troupes turques du bey de Wahran qui occupaient le Maroc oriental depuis 1790, et à rétablir ainsi son pouvoir sur le Touat et les autres oasis du Sahara central, en y nommant des caïds représentants du makhzen.

Moulay Abd ar-Rahman, sultan de l'Empire chérifien, devant son palais de Meknès par Eugène Delacroix (1845)

Le sultan finit néanmoins par abdiquer en 1822 au profit de son neveu Abd ar-Rahman ibn Hicham, après la lourde défaite infligée à l'armée makhzen par la zaouia Cherradia près de Marrakech[73]. Moulay Abd ar-Rahman (1822-1859) essaie de sortir l'Empire chérifien de son isolement extérieur, mais ses volontés sont contrecarrées par les premières agressions du colonialisme européen moderne. Le règne de ce sultan correspond en effet à la conquête de l'Algérie par la France, dans laquelle le Maroc se trouve impliqué en apportant son soutien à l'émir Abd el-Kader mais se retrouve défait à la bataille d'Isly (campagne militaire française du Maroc de 1844). La fin du règne est également assombrie par la guerre hispano-marocaine de 1859-1860, suscitée par des incidents entre la garnison de Ceuta et la tribu des Anjra, et qui s'achève par l'occupation espagnole de Tétouan jusqu'en 1862.

Caftan marocain du XIXe siècle

À la suite de ce conflit catastrophique pour le makhzen, qui doit payer aux Espagnols une indemnité de guerre de plusieurs millions de livres sterling empruntés auprès des banques britanniques, Mohammed IV (1859-1873) successeur de Moulay Abd al-Rahman amorce une politique de modernisation de l'Empire chérifien. L'armée est le premier champ de ces réformes structurelles. Le système des tribus guich est aboli et remplacé par un recrutement au sein de toutes les tribus nouaïbs (soumises à l'impôt régulier) qui sont tenues de fournir des tabors (unités) d'askars (soldats). Leur formation est confiée à des conseillers militaires turcs puis européens, à l'instar de l’Écossais Sir Harry Mac-Lean (nommé caïd pour avoir créé un régiment d'élite sur le modèle britannique[74]), et l'armement est acheté auprès d'entreprises étrangères telles que la firme Krupp[75](ce qui marque le début de l'ingérence allemande dans les affaires marocaines), quand il n'est pas fabriqué localement. En 1871 le sultan envisage de demander la protection politique et militaire des États-Unis du président Ulysses S. Grant sortis de leur guerre de Sécession, afin de se soustraire aux pressions anglo-espagnoles[76].

Combats entre cavaliers espagnols et marocains durant la guerre de 1860
Hassan Ier, sultan de 1873 à 1894

Parallèlement à cette modernisation de l'armée, des industries sont créées, comme l'arsenal de Dar al-Makina fondé à Fès par des Italiens[77], des progrès techniques sont enregistrés comme l'installation de la première imprimerie arabe du Maroc, également à Fès depuis 1865. Mais cette politique entraîne de considérables dépenses qui nécessitent d'importants financements. Le makhzen, ruiné par les conséquences de la guerre de 1860 contre l'Espagne et par les emprunts bancaires contractés auprès des Anglais, se voit donc contraint de lever des taxes supplémentaires non conformes à la Loi islamique, rapidement impopulaires et désapprouvées par les oulémas et l'ensemble des corps sociaux et professionnels. Les tensions liées à cette décision éclatent au lendemain de la mort de Mohammed IV et à l'avènement de son successeur Hassan Ier en 1873. Elles prennent dans les villes la forme d'émeutes sociales violemment réprimées, dont la révolte des tanneurs de Fès est un exemple illustratif[78]. Le règne de Hassan Ier correspond à la volonté du sultan de concilier les exigences d'une modernisation de l'État aux complexités sociales et politiques du Maroc. Ce règne s'inscrit de plus dans la perspective des rivalités impérialistes européennes qui deviennent plus pressantes encore à la suite de la Conférence de Madrid de 1880, qui préfigure le futur partage de l'Empire chérifien sur l'échiquier international. À l'instar de la Turquie, de l'Iran ou de la Chine de cette époque, le Maroc devient un homme malade selon l'expression consacrée dans les milieux colonialistes et expansionnistes européens du XIXe siècle[79].

Par le biais des concessions économiques et du système des emprunts bancaires, chacune des puissances européennes intéressées, notamment la France, l'Espagne, le Royaume-Uni puis l'Allemagne, espère préparer la voie à une conquête totale du pays. L'habileté du makhzen est de savoir tenir à distance les convoitises conjuguées de l'impérialisme européen et de jouer des rivalités entre les puissances. Mais le décès de Hassan Ier, survenu au cours d'une expédition dans le Tadla en 1894, laisse le pouvoir au très jeune Abd-al-Aziz, fils d'une favorite circassienne du harem impérial du nom de Reqiya et originaire d'Istanbul[80], qui par ses intrigues et son influence favorise l'ascension du grand vizir Ahmed ben Moussa dit Bahmad[81].

La mort de Hassan Ier en 1894, à la une du Journal illustré.
Abdelaziz, sultan de 1894 à 1908

Une véritable régence est alors exercée jusqu'en 1900 par le grand-vizir Bahmad ben Moussa, issu de l'ancienne corporation des Abid al-Bukhari du Palais impérial. Le grand-vizir sait continuer intelligemment la politique pragmatique de Hassan Ier, mais sa disparition entraîne une aggravation de l'anarchie et des pressions étrangères, de même qu'une rivalité entre Moulay Abdelaziz et son frère Moulay Abdelhafid, khalifa du sultan à Marrakech, rivalité qui finit par générer une guerre de course au pouvoir. Après la victoire d'Abdelhafid sur Abdelaziz (qui est exilé sous la protection des troupes françaises qui occupent Casablanca et sa région depuis 1907), des intellectuels réformateurs influencés par la révolution des Jeunes-Turcs dans l'Empire ottoman et par la Nahda venue d'Égypte et du Levant, et dont les idées sont exprimées par le journal tangérois Lisan Al-Maghrib, tentent de soumettre au nouveau sultan un projet de Constitution chérifienne le [82]. Cependant la crise profonde des institutions du sultanat et la pression accrue de l'impérialisme européen rendent impossible l'aboutissement du projet constitutionnel.

La faiblesse du makhzen permet en outre à un aventurier du nom de Jilali Ben Driss plus connu comme étant le rogui Bou Hmara de se faire passer pour un fils de Hassan Ier, de se faire reconnaître comme sultan dans l'ensemble du nord-est du pays et de mettre en déroute l'armée chérifienne pendant quelques années avant d'être finalement capturé et exécuté à Fès en 1909. Un autre rebelle, el-Raisuni, établit son fief dans la région des Jebalas et provoque par ses enlèvements de ressortissants américains l'intervention du président des États-Unis Theodore Roosevelt, qui menace le makhzen d'envoyer des navires de l'US Navy débarquer des troupes pour occuper Tanger[83]. La libération des otages évite une invasion américaine, dans un contexte international tendu marqué par la rivalité entre la France et l'Allemagne au sujet de l'avenir du Maroc.

Protectorat franco-espagnol (1912-1956)

En 1906, la Conférence d’Algésiras place le Maroc sous contrôle international et accorde à la France des droits spéciaux[84]. Ces droits sont néanmoins contestés par l'Allemagne de Guillaume II, qui convoite l'Empire chérifien et se heurte aux appétits français : affaires marocaines de la crise de Tanger et du coup d'Agadir en 1905 et 1911 : à Tanger le Kaiser vient prononcer un discours orienté contre la France, tandis qu'à Agadir la marine impériale allemande est sur le point de débarquer des troupes, ce qui provoque l'émoi dans toute l'Europe[85].

Carte du Maroc après le Traité de Fès de 1912, l'Empire chérifien est divisé en plusieurs zones de domination, française, espagnole et internationale.
Propagande coloniale : « La France va pouvoir porter librement au Maroc la civilisation, la richesse et la paix. »

À la suite du traité conclu entre la France et le Maroc le 30 mars 1912, pour l'organisation du Protectorat français dans l'Empire chérifien, le Nord et le Río de Oro sont attribués à l'Espagne, tandis que les régions centrales avec leurs villes principales et la côte atlantique où se situent les grands ports reviennent à la France. Dans le système de protectorat, le sultan et le makhzen traditionnel sont maintenus, mais le pouvoir appartient en réalité au résident général et au haut-commissaire, qui représentent respectivement la puissance de tutelle française à Rabat et espagnole à Tétouan. La ville de Tanger constitue une zone internationale gouvernée par une commission où siègent les États-Unis et les pays européens possédant des intérêts dans l'Empire chérifien. Ce système est contesté par le mouvement national marocain à partir des années 1930, et surtout à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. Par ailleurs, l'ensemble du territoire marocain n'est soumis aux puissances coloniales qu'à l'issue d'une longue guerre de conquête, dite pacification du Maroc, qui s'échelonne de 1907 à 1934. De 1921 à 1926 la guerre du Rif menée par Abdelkrim El Khattabi contre l'Espagne et la France connaît un retentissement planétaire.

Immeuble de la période du protectorat français à Casablanca

En 1943, après le débarquement des forces américaines en Afrique du Nord, Casablanca abrite une grande conférence alliée qui décide d'obtenir la reddition inconditionnelle de l'Axe Rome-Berlin-Tokyo et d'ouvrir de nouveaux fronts en Europe occidentale pour soulager l'Union soviétique de la pression militaire nazie (voir Conférence de Casablanca).

Le Maroc accède officiellement à l'indépendance en 1956, après les sursauts d'une lutte de plus en plus rude entre les autorités coloniales et le mouvement national. Ce contexte de rapport de force culmine avec la déposition et l'exil du sultan Mohammed Ben Youssef par la résidence générale française en 1953, avant son retour qui met fin au cycle de violences et prépare l'indépendance du pays à travers les accords d'Aix-les-Bains en 1955[86].

Le Maroc indépendant (1956 à 2011)

Le Maroc accède à son indépendance le 2 mars 1956 et se trouve confronté dès lors à de nombreux enjeux d'ordre politiques, économiques et sociaux (parachèvement de l'intégrité territoriale, et stabilisation de la situation intérieure. En 1961, le décès de Mohammed V, qui a été le dernier sultan de l'Empire chérifien et le premier roi du Maroc moderne (le titre de roi remplace celui de sultan en 1957), laisse le trône à son fils Hassan II qui doit relever dès lors un ensemble de défis, consolider son pouvoir et assurer la place du Maroc dans le contexte mondial de la guerre froide et de la décolonisation.

En 1963, lors de la Guerre des sables, le Maroc et l'Algérie nouvellement indépendante s'opposent pour le contrôle des régions des confins situées entre Figuig et Tindouf. Le pays est marqué en 1965 par les émeutes de Casablanca, et par la disparition du leader de l'opposition de gauche et chef de file du tiers-mondisme Mehdi Ben Barka (enlevé à Paris en collaboration avec le pouvoir monarchique marocain et les services secrets français), ce qui conduit à la proclamation de l’état d’exception jusqu’en 1970. Les deux ans qui suivent connaissent deux coups d’État militaires avortés — dits « de Skhirat » (1971) et « des aviateurs » (1972) —, entre lesquels la Constitution a été modifiée. En novembre 1975, l’ensemble des partis politiques joignent leurs efforts avec le souverain dans son projet de la Marche Verte pour la récupération des Provinces du Sud dans l'ancien Sahara espagnol. Au fil du temps, le royaume retrouve sa stabilité politique. Durant les deux dernières décennies du XXe siècle, une succession d'années de sécheresses ainsi que le plan d'ajustement structurel imposé par le Fonds monétaire international entraînent une crise économique et sociale très profonde.

Un gouvernement d'alternance mené par Abderrahman el-Youssoufi de l'USFP est formé à la suite des élections législatives de 1997. Après le décès de Hassan II en juillet 1999, Mohammed VI accède au trône.

Douze années après le début du règne, le Maroc est touché en 2011 par les remous du Printemps arabe et connaît une série de manifestations populaires. Le roi fait alors approuver une nouvelle Constitution par référendum. Les élections législatives qui s'ensuivent sont remportés par les islamistes modérés du PJD, qui forment un nouveau gouvernement de coalition avec d'autres partis politiques, mené par Abdel-Ilah Benkiran.

Le Maroc depuis 2011

Le Maroc post-révolutions arabes, a vu l'émergence d'une islamisation poussée de la société grâce aux habitudes de vote des Marocains.

Largement déçus et désabusés par les élections truquées sous le règne d'Hassan II, les Marocains des catégories sociales aisées et éduquées ont pris l'habitude de ne plus aller voter. Pour obtenir le pouvoir, le parti islamiste a su profiter des troubles pour réaliser du prosélytisme religieux lors des précédentes élections en faisant diffuser auprès des croyants l'idée que voter « contre le parti représentant l'islam » était un péché. Une loi a été votée par la suite pour empêcher à nouveau cette dérive, mais interdisant seulement aux imams d'avoir des activités politiques.

Le PJD au pouvoir, majoritairement islamiste, a poursuivi les prises de positions idéologiques sous prétexte de religion pour justifier son action anti-constitutionnelle.

Le gouvernement mené par Abdel-Ilah Benkiran n'a jamais appliqué les réformes constitutionnelles votées par le peuple lors du référendum.

Dans son préambule, la Constitution du Maroc établit les principes même d'un État respectant les droits de l'homme, les libertés individuelles et la liberté de religion. Ces nouveaux droits n'ont pas été transcrits dans le code pénal, rendant celui-ci inconstitutionnel. L'ensemble des libertés individuelles telles que décrites dans la Constitution sont toujours pénalement répréhensibles, à l'exemple des sanctions frappant notamment les homosexuels (l'homosexualité étant considérée comme un délit par l'article 489 du code pénal marocain, voir droits LGBT au Maroc).

Géographie

Article détaillé : Géographie du Maroc.
Carte topographique du pays
Lagune de Marchica (Nador)

Le Maroc est un pays du nord-ouest de l'Afrique. Sa situation offre une grande diversité de paysages. Sa longue côte donnant sur l'océan Atlantique se termine au-delà du détroit de Gibraltar sur la Méditerranée. Au sud du Maroc se trouve le territoire contesté Sahara occidental, revendiqué et contrôlé en grande partie par le Maroc. À l'est et au sud-est, le Maroc est limitrophe de l'Algérie. À quelque distance de la côte atlantique se trouvent les îles Canaries et Madère. Au nord du détroit de Gibraltar se trouve l'Espagne.

La capitale administrative est Rabat. Parmi les grandes villes remarquables on trouve Casablanca, Agadir, Fès, Marrakech, Meknès, Tétouan, Tanger, Oujda, Ouarzazate et Laâyoune (au Sahara occidental).

Relief

Le Maroc est un pays Méditerranéen par excellence, la fameuse botaniste Française Louis Emberger en parle dans la citation suivante: « Réunissant sur son territoire toutes les formes du climat méditerranéen, le Maroc peut être considéré comme le type phylogéographique méditerranéen au sens systématique du mot. La végétation des autres pays groupés autour de la Méditerranée pourra être examinée et appréciée en fonction de celle de l’Empire Chérifien. Le Maroc, est, à lui seul, une synthèse méditerranéenne. » Louis Emberger (1934)

Montagnes

Le massif du Toubkal

Les montagnes occupent plus des deux tiers du territoire marocain et atteignent des hauteurs non négligeables. Plusieurs sommets franchissent la barre des 4 000 m. Le djebel Toubkal, le plus haut sommet du pays, culmine à 4 167 m. Le Maroc renferme quatre principales chaînes de montagnes, et c'est le seul pays du Maghreb à disposer d'une immense chaîne de montagne l'Atlas.

D'abord au nord du pays, les montagnes ou djebel du Rif bordent la Méditerranée. Le plus haut sommet du Rif atteint 2 456 m et il a pour nom djebel Tidirhine. Le Rif propose des surfaces variées selon les altitudes de ses régions. En fait, à l'ouest, on retrouve surtout une végétation épineuse (des sapins, des pins et des cèdres). De l'autre côté, il y pousse des steppes arides et des maquis et encore plus à l'est, on y retrouve le chanvre, qui n'est cependant pas récolté. Plus loin des rivages méditerranéens et plus à l'intérieur du pays, il est possible de remarquer trois autres immenses chaînes : le Moyen Atlas, le Haut Atlas et l'Anti-Atlas, où nous retrouvons encore une fois une diversité des paysages.

Le Moyen Atlas, qui est le « château d'eau » du Maroc est séparé du Rif par les plaines arides de l'est et fertiles de l'ouest. Les deux chaines sont séparées par la fameuse trouée de Taza. Le Moyen Atlas se compose de deux parties au paysages très différents. À l'est, on retrouve les massifs escarpés avec des sommets à plus de 3 100 m comme les djebel Bou Naceur ou Bouiblane. Ces sommets connaissent des chutes de neiges importantes. Vers l'ouest, la chaine s'adoucit pour laisser place à des reliefs plus abordables et laissant place à quelques petits plateaux. La chaine du Moyen Atlas est bordée au sud par le Haut Atlas

C'est dans le Haut Atlas, chaîne qui ceinture le pays d'est en ouest que le Toubkal culmine à près de 4 167 m.

Plaines

Plaine des Doukkala

Ces plaines ont souvent de très grandes étendues, s'étirant des montagnes du Rif jusqu'au Moyen Atlas, le bassin de Sebou (36 000 km2) se compose de bas plateaux, de cours d'eau, quelques collines et des plaines fertiles qui permettent la culture de plusieurs aliments. Dans la plaine du Gharb, on trouve des champs de betteraves sucrières, de riz, de cannes à sucre et de tabac. Cette plaine se distingue des autres par la présence de la forêt de Maâmora où on fait l'exploitation de chênes-lièges et d'eucalyptus.

De vastes plaines apparaissent aussitôt qu'on dépasse le pays de Zaïr et le plateau des phosphates. On retrouve la Chaouia, Doukkala et plus à l'est au pied du Moyen Atlas Tadla. Plus au sud, on retrouve la plaine du Haouz dans la région de Marrakech et celle du Souss qui fait le triangle entre océan, Haut Atlas et Anti-Atlas.

D'autres plaines et vallées fertiles de moindre tailles sont localisées surtout au nord (Lukos, Nekkor, Trifa, Vallée des oueds Ouergha, Baht, Inaouen...).

Désert

Erg Chebbi

Dans le sud du pays, l'Erg Chebbi, à proximité de la frontière algérienne, est la deuxième plus vaste étendue de pierres et de sable à l'intérieur du Maroc après l'Erg Chegaga. Certaines dunes peuvent atteindre 200 m de hauteur.

Frontières terrestres

Littoral

Pécheurs marocains revenant de l'Océan

Le littoral marocain est diversifié par sa nature car composé à la fois de la mer Méditerranée au nord et de l'océan Atlantique à l'Ouest, comptabilisant un total de 2 390 km[réf. nécessaire] de côtes, le Maroc est le pays au plus grand littoral du continent africain, il comprend 500 km de côtes en Méditerranée et 1 890 km[réf. nécessaire] sur l'océan Atlantique. Les eaux marocaines sont réputées parmi les plus poissonneuses au monde.

Climat

Le climat marocain est à la fois méditerranéen et atlantique, avec une saison sèche et chaude doublée d'une saison froide et humide, la fin de la période chaude étant marquée par les pluies d'octobre.

La présence de la mer atténue les écarts de température, tempère les saisons et accroît l'humidité de l'air (400 à 1000 mm de pluies sur le littoral). Dans l'intérieur, le climat varie en fonction de l'altitude. Les étés sont chauds et secs, surtout lorsque souffle le sirocco brûlant ou le chergui, vent d 'été venant du Sahara. À cette saison, les températures moyennes sont de 22 °C à 24 °C. Les hivers sont froids et pluvieux avec gel et neige. La température moyenne évolue alors de - 2 °C à 14 °C et peut descendre jusqu'à - 26 °C. Dans les régions montagneuses, les précipitations sont très importantes (plus de 2 000 mm de précipitations au Rif ou encore 1 800 mm au Moyen-Atlas). Le Maroc pré-saharien et saharien a un climat désertique sec.

Le climat au Maroc peut être divisé en sept sous-zones, déterminées par les différentes influences que subit le pays : influences océaniques, méditerranéennes, montagnardes, continentales et sahariennes.

Éco-système au Maroc

Hydrographie

Vue sur les cascades d'Ouzoud, à 150 km de Marrakech

Le Maroc possède beaucoup de cours d'eau (fleuves et oueds) tels que :

Les grands fleuves tels que le Bouregreg, l'Oum Errabiaa, la Moulouya, et le Sebou, ont des débits très variables entre les saisons, et aussi d'année en année. De nombreux cours d'eau moins importants (les oueds) peuvent même être à sec une partie de l'année (ou même plusieurs années de suite dans les zones pré-désertiques). Le manque d'eau, mais aussi la grande variabilité des débits, représentent un grand problème pour le Maroc, notamment pour l'agriculture (irriguée ou non)...

Faune

La diversité de la faune est en principe un véritable trésor, mais elle est absolument mise à mal par toutes sortes de destructions. Parmi quelques espèces exceptionnelles, on peut citer :

Le lion de l'Atlas a disparu (exterminé) à l'état sauvage, le dernier en 1943. Il en existe toutefois bien que potentiellement mélangés avec la sous-espèces d'Afrique sub-saharienne environ 90 dans différents zoos du monde dont 35 au zoo de Rabat[87]. Des gravures récemment découvertes dans des grottes près de Ouarzazate indiquent que des crocodiles, des léopards et des éléphants vivaient dans ces lieux avant leur extinction naturelle ou leur extermination par l'homme. Des gravures similaires existent également dans tout le Sahara. Par contre, les oiseaux sont encore relativement très présents avec une grande diversité d'espèces, bien que l'Autruche à cou rouge, par ex., ait été totalement exterminée, ainsi au Sahara que l'Outarde houbara. Un assez grand nombre d'espèces de serpents (25 dont 17 espèces non dangereuses ; les 8 autres restantes n'attaquent jamais et sont moins répandues!), et de lézards sont présentes au Maroc, dont un pourcentage important d'endémiques. Toutefois nombreuses sont les espèces menacées. Elles sont victimes de l'ignorance, de la cruauté de la population et de l'irresponsabilité en matière d'écologie.

Flore

Cédraie, région d'Ifrane
Palmeraie de Marrakech

Le Maroc possède une flore riche du fait de sa position stratégique, en effet il possède deux façades maritimes totalisant plus de 3 500 km dont 500 en Méditerranée il reçoit de ce fait les courants chargés de pluie de l'océan qui s'accumulent contre la barrière montagneuse de l'Atlas ce qui permet de fortes précipitations à Rabat, Casablanca, Fès et la formation des neiges à Ifrane et Azrou et dans les hauts sommets de l'atlas, pendant que le sud et l'est restent arides. Plus de 4500 espèces configurent la flore marocaine. Les variations du climat et du relief sont des éléments fondamentaux pour expliquer une telle richesse florale. L'intérêt botanique du Maroc est intense et on citera seulement les 2 500 000 hectares de forêt qui contiennent des cèdres, des palmiers, des thuyas, des dattiers, des amandiers, des figuiers, des oliviers, des acacias, des fruitiers, des chênes-verts, des chênes-lièges, des pins, l'eucalyptus, des arbousiers, l'alfa et l'endémique arganier, dont le Maroc et le seul pays au monde à disposer de cette espèce et qui est inscrite au patrimoine mondiale de l'Unesco. La forêt représente environ 15 % de la surface totale.

Environnement

Article détaillé : Liste des écorégions du Maroc.

Organisation territoriale

Subdivisions administratives

Article détaillé : Subdivisions du Maroc.
Carte des régions du Maroc depuis le nouveau découpage régional 2015.

Le Maroc compte douze régions ayant chacune à sa tête un wali, ainsi qu’un Conseil régional, représentatif des « forces vives » de la région. Ces régions ont le statut de collectivité locale[88]. L’article 101 de la Constitution indique : « Elles [Les collectivités locales] élisent des assemblées chargées de gérer démocratiquement leurs affaires dans les conditions déterminées par la loi. Les gouverneurs exécutent les délibérations des assemblées provinciales, préfectorales et régionales dans les conditions déterminées par la loi. »

  1. Tanger-Tetouan-Al Hoceima ;
  2. Oriental ;
  3. Fes-Meknes ;
  4. Rabat-Salé-Kénitra ;
  5. Beni Mellal-Khenifra ;
  6. Casablanca-Settat ;
  7. Marrakech-Safi ;
  8. Drâa-Tafilalet ;
  9. Souss-Massa ;
  10. Guelmim-Oued Noun ;
  11. Laâyoune-Sakia el Hamra ;
  12. Dakhla-Oued Eddahab ;

Villes principales

Vue sur Casablanca, plus grande ville et capitale économique du Maroc
Vue sur Marrakech 1re ville touristique du royaume
Agadir
Vue sur la vieille Médina de Fès capitale spirituelle du royaume
Vue depuis Rabat (capitale administrative du royaume) sur la marina de Salé.
Article détaillé : Liste de villes du Maroc.
Article détaillé : Villes impériales du Maroc.

La capitale administrative et politique du Maroc est Rabat. La capitale économique du pays et la plus grande ville du Maroc est Casablanca. Les 7 plus grandes villes du Maroc, selon le recensement général de la population 2014, sont dans l'ordre: Casablanca, Fès, Tanger, Marrakech, Salé, Meknès et Rabat.

Liste des villes ayant plus de 300 000 habitants en 2014
Ville Divers Population (2014)
Casablanca
  • Capitale économique
  • 1re métropole du Maroc et du Maghreb
  • Chef-lieu du Casablanca-Settat
3 359 818
Fès
  • Chef-lieu du Fès-Meknès
  • Capitale spirituelle
  • Ville impériale
1 112 072
Tanger 947 952
Marrakech
  • Chef-lieu du Marrakech-Safi
  • Ville impériale
  • 1re ville touristique du royaume
928 850
Salé 890 403
Meknès
  • Une ville principale de Fès-Meknès
  • Capitale Ismaélienne
  • Ville impériale
  • Capitale agricole
632 079
Rabat 577 827
Oujda 494 252
Kénitra
  • 3e pôle industriel du pays
431 282
Agadir
  • Chef-lieu du Souss-Massa
  • Ville agricole par excellence
  • le plus grand port de pêche
421 844
Tétouan
  • Perle du Nord
380 787
Témara 313 510
Safi
  • Important port d'exportation de sardines
308 508
Vue sur la médina de Meknès, la capitale Ismaélienne.

Villes du Sahara occidental contrôlées par le Maroc (provinces du Sud):

Économie

Le Maroc est la cinquième puissance économique en Afrique en étant classé onzième pays africain en en termes de démographie et 25e en termes de superficie. Il est certes la troisième puissance économique d'Afrique du nord, derrière l'Égypte et l'Algérie, classés respectivement troisième et huitième populations africaines et douzième et premier pays plus vastes du continent, néanmoins, le royaume chérifien devient deuxième[89] pays investisseur sur son propre continent. L'évolution de l’économie marocaine a manifesté un degré de résilience remarquable au sein de son environnement régional : le Maroc a enregistré un rythme de croissance parmi les plus élevés de la zone MENA, région ayant, relativement, bien surmonté la crise mondiale en réalisant une croissance moyenne supérieure à la zone euro, les PECO et l’Amérique latine. Ainsi, le Maroc a réalisé une croissance annuelle moyenne de 4,3 %[90] durant la période 2008-2013 contre 4 % pour la zone MENA, -0,3 % dans la zone euro, 2,3 % dans les PECO et 3,2 % dans l’Amérique latine et caraïbes. Cette performance est le résultat de la hausse de 9,2 % par an de la valeur ajoutée du secteur primaire et de la bonne tenue du secteur non agricole, grâce, notamment, aux performances du secteur tertiaire. De 2004 à 2014 le PIB marocain est passé de 56 à 107 milliards de dollars avec une inflation bien maîtrisée se situant à une moyenne annuelle de 1,8 %. Selon le ministère de l'économie le Maroc a enregistré en 2015 une inflation de 1.6% et une croissance de 4.8%[91] tirée par une bonne année agricole, un chiffre supérieur aux prévisions de la loi de finances 2015 qui tablait sur une croissance de 4,4%.

Répartition de l'économie marocaine en 2014

En 2014 la valeur ajoutée du secteur tertiaire atteint 55,8 %[92] du PIB suivie de 29,6 % pour l'industrie et 13,6 % pour l'agriculture. L'industrie manufacturière est dominée par le textile, les articles de cuir, la transformation des aliments, du raffinage de pétrole et du montage électronique. De nouveaux secteurs offrent un potentiel de croissance élevé et diminuent la dépendance du royaume à son secteur agricole : chimie, équipement automobile, informatique, électronique et industrie aéronautique.

Indicateur En 2006 En 2007 En 2008 En 2009 En 2010 En 2011 En 2012 En 2013 En 2014 En 2015
Produit intérieur brut en milliards de dollars US 65,64 74,41 85,21 91,41 90,80 99,17 100,35 105,50 107 112*
Croissance du PIB (prix constants) 7,8 % 2,7 % 6,5 % 5,5 % 3,6 % 4,2 % 3,1 % 4,1 % 2,4 %[93] 4,8%[91]
PIB par habitant en dollars US 2 151* 2 422* 2 901* 2 868 2 823* 3 044* 2 900* 3 095* 3 140* 3 275*
Taux d'inflation1 3,3 % 2,0 % 3,7 % 1,0 % 1,0 % 0,9 % 1,3 % 1,9 % 0,4 % 1,6%[91]
Sources : FMI - World Economic Outlook Database[94]

(*) Donnée estimée (1) Banque mondiale

PIB par région

Article détaillé : Organisation territoriale du Maroc.
Twin Center, Bd. Zerktouni Casablanca
Centre des affaires de Rabat
Aéroport de Marrakech Menara
Gare ONCF de Tanger ville
Baie d'Agadir (2011)
Vue panoramique de Fès
ville d'Ifrane en Hiver
Kitesurf sur la lagune de Dakhla

Ancien découpage régional :

Rang Régions La part du PIB total PIB régionalisé (million de $)/équivalent
1 Grand Casablanca 18,8 % 16 709 Drapeau de Bahreïn Bahreïn
2 Sous-Massa-Drâa 12,2 % 10 843 Drapeau du Sénégal Sénégal
3 Rabat-Salé-Zemmour-Zaër 9,8 % 8 710 Drapeau du Cambodge Cambodge
4 Marrakech-Tensift-Al Haouz 8,2 % 7 288 Drapeau de la Macédoine Macédoine
5 Tanger-Tétouan 7,4 % 6 577 Drapeau du Mali Mali
6 L'Oriental 7,1 % 6 310 Drapeau de Malte Malte
7 Gharb-Chrarda-Beni Hssen 6,9 % 6 132 Drapeau d'Haïti Haïti
8 Doukhala-Abda 5,4 % 4 799 Drapeau du Nicaragua Nicaragua
9 Chaouia-Ouardigha 5,2 % 4 621 Drapeau de la Guinée Guinée
10 Daraa-Tafilalet 4,9 % 4 355 Drapeau de la Moldavie Moldavie
11 Fès-Boulemane 4,2 % 3 732 Drapeau de la Mongolie Mongolie
12 Tadla-Azilal 4,2 % 3 732 Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan
13 Provinces du Sud 3,0 % 2 666 Drapeau de la Mauritanie Mauritanie
14 Taza-Al Hoceima-Taounate 2,7 % 2 399 Drapeau du Togo Togo

DEPF[95]

Carte des nouvelles régions (depuis 2015)


Le nouveau découpage territorial marocain comporte moins de régions ; le Maroc dans sa nouvelle constitution adoptée en 2011 donne une grande autonomie et responsabilité aux régions afin d'agir pour le développement économique local. L'objectif du nouveau découpage est de former des régions assez grandes en vue d'une meilleure complémentarité économique et sociale, contrairement à plusieurs pays européens qui ont eu une expérience plus avancée en organisations territoriales qui spécifient des langues locales à introduire dans l'enseignement public par régions, au Maroc deux langues officielles sont retenues (l'arabe, et l'amazigh) et qui sont enseignées dans toutes les régions. Afin de mieux organiser les départs en vacances un calendrier de vacances scolaires décalées selon les régions est en cours d'élaboration.

Les aménagements futur du territoire seront calqués sur ce découpage régional actuel à savoir les nouvelles zones d'activités économiques, les zones logistiques, les nouveaux aéroports, les nouvelles autoroutes pour relier les régions, les voies express, les lignes ferroviaires et les nouveaux ports. Mis à part les trois régions centrales qui n'ont pas accès à la mer toutes les autres régions qui n'ont pas de port commercial seront dotées chacune d'un port en eau profonde, la région 6 quant à elle, hérite de deux grands ports avec le nouveau découpage le port de Casablanca et le Port de Jorfsfar. Rabat qui n'avait pas de port dans l'ancien découpage aura à disposition le futur grand port Kénitra Atlantique, le grand port de Safi en construction sera baptisé le port de Marrakech sa capitale de région (région 7), pour les régions qui n'ont pas accès à la mer un arc d'autoroute de 900 km reliera les régions 7, 5, 3 et 1 sous forme d'une nouvelle autoroute Safi - Marrakech - BeniMellal - Fès - Tanger. La région 11 détient un grand port commercial à Laayoune, la région 12 voisine sera dotée d'un port en eau profonde (Dakhla Atlantique) ces deux régions seront reliées aux régions 9 et 10 par une voies express de 1 200 km partant de Agadir - Tiznit - Laayoune - Dakhla[96].


Nouveau Découpage (depuis Janvier 2015[97]) :

Rang Régions La part du PIB total Population PIB/Habitant (en $)/équivalent
1 Casablanca - Settat 24,5 % 6 085 000 en augmentation 4 369 Drapeau de la Tunisie Tunisie
2 Rabat-Salé-Kenitra 15,8 % 4 272 901 en augmentation 4 025 Drapeau du Paraguay Paraguay
3 Marrakech - Safi 11 % 4 108 000 en diminution 2 870 Drapeau des Philippines Philippines
4 Souss-Massa 10,5 % 2 475 143 en augmentation 4 681 Drapeau de la Jordanie Jordanie
5 Fes-Meknes 9 % 4 022 128 en diminution 2 407 Drapeau du Honduras Honduras
6 BeniMellal-khenifra 8,1 % 2 611 499 en augmentation 3 333 Drapeau du Swaziland Swaziland
7 Oriental-Rif 7,6 % 2 434 870 en diminution 3 127 Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka
8 Tanger-Tétouan 7,2 % 2 830 101 en diminution 2 751 Drapeau du Vanuatu Vanuatu
9 Drâa‐Tafilalet 3,3 % 1 392 501 en diminution 2 716 Drapeau de la Bolivie Bolivie
10 Laâyoune‐Saguia al Hamra 1,4 % 364 000 en augmentation 4 993 Drapeau de la Jamaïque Jamaïque
11 Guelmim‐Oued Noun 1,2 % 428 857 en augmentation 3 210 Drapeau de l'Égypte Égypte
12 Ed Dakhla‐Oued ed Dahab 0,3 % 152 000 en diminution 2 140 Drapeau de la Moldavie Moldavie

Points forts et points faibles

Accords de libre échange:
  •      Maroc
  •      Accord de libre échange Maroc - États Unis
  •      Accord de libre échange Maroc - Union Européenne
  •      Accord d'Agadir
  •      Accord de libre échange Maroc - Turquie
  •      Accord de libre échange Maroc - Émirats arabes unis
  •      Accord de libre échange Maroc - EFTA

Le Maroc dispose d'un produit intérieur brut relativement fort au regard de la moyenne africaine. La population marocaine constitue 2.5% du continent africain, en 2008 avec ses 85,2 milliards de dollars son produit intérieur brut contribuait à hauteur de 9 % du PIB global du continent, fin 2013 après que le baril de pétrole dépassa 100 dollars ce ratio s'est rétrécie à 5%. Le Maroc est appelé à consolider ce point puisque malgré une croissance relativement rapide depuis l'accession au trône du souverain Mohammed VI en 1999 cette dernière demeure variable et volatile car tributaire des résultats de plusieurs facteurs internes et externes. La proximité du Maroc avec le continent européen a bénéficié à l'économie nationale dans la mesure où cette dernière a très largement profité des nombreuses délocalisations effectuées par les entreprises européennes. Depuis le début des années 2000, le Maroc a mis en place une politique fiscale attractive en matière d'offshoring, à tel point que l'OCDE plaçait en 2008 le royaume en troisième position dans la progression des emplois créés par le secteur de l’offshoring, derrière l’Estonie et la Chine[98]. L'exemple le plus typique en la matière est celui des centres d'appel. On peut aussi évoquer l'exemple aéronautique. Longtemps repoussée au second plan sous le règne de Hassan II, la façade méditerranéenne marocaine a souvent été négligée malgré le potentiel immense qu'offre cette route maritime, preuve de l'incompétence des anciens responsables du secteur maritime marocain avant les deux dernières décennies ces derniers voulaient ériger le nouveau port tangérois sur la côte atlantique[99]. Replacé sur la route majeur du trafic de conteneurs, la construction du port de Tanger Med a constitué un tournant majeur en termes de transport maritime marocain. Lancé en 2004 à 22 km à l'est de l'ancien port de Tanger ville sur la côte méditerranéenne à 15 km des cotes sud espagnoles le nouveau port tangerois est inauguré en 2007[100]. En 2014 ce complexe portuaire a pu totaliser le traitement de 3 millions[101] de conteneurs, deux autres tranches Tanger Med 2 et Tanger Med 3 sont prévues afin d'atteindre une capacité maximale de 8,5 millions de conteneurs ce qui ferait de lui le plus grand port africain en termes de transport de marchandises. La construction de Tanger Med 2 a été confiée en 2009[102]au groupe Bouygues le même concepteur de Tanger Med 1 qui a prouvé son efficience, l'infrastructure portuaire est à présent terminée depuis janvier 2015 et livré au gestionnaires des terminaux pour finaliser les équipements portuaires. La zone franche adjacente accueille entre autres la nouvelle usine Renault depuis 2012.

Le Maroc est par ailleurs le troisième producteur mondial de phosphates avec ses 26,40 millions de tonnes produites en 2013 soit 12 % du total de la production mondiale estimée à 220 millions de tonnes derrière la Chine le premier producteur mondial (100 millions de tonnes) et les États-Unis (27,10 millions de tonnes), le phosphate étant une ressource minière nécessaire à la fabrication d'engrais et dont les cours avaient fortement augmentés avant la crise mondiale de 2008 pour atteindre 400 dollars la tonne quand cette ressource constituait presque 5% du PIB marocain. Le phosphate a déjà baissé de plus de 60% et intervient pour moins de 3,5% du PIB face à la montée en puissance de la production chinoise assurant leur autosuffisance et au dumping de l'Arabie Saoudite détenteur de gisements quasiment en surface et qui a raflé une bonne partie des marché d'Asie et d'Afrique de l'est. La baisse du prix du phosphate est donnée comme irréversible pour atteindre 75 dollars la tonne en 2025[103] cependant, cela semble ne pas être en mesure de provoquer de maladie hollandaise au Maroc à l’instar des autres pays mono exportateurs africains qui s’appuient sur un PIB issue à 90% d'une seule richesse minière. À la suite du dumping de l'Arabie Saoudite beaucoup de mines de phosphates à travers le monde notamment au Sénégal, en Tunisie, Jordanie et en Égypte sont redevenues déficitaires, et les mines marocaines naturellement moins rentables que par le passé. Située près du gisement d'Ouled Abdoun dans la province de Khouribga, à 120 km au sud est de Casablanca, est ainsi le premier centre minier de phosphate au monde, le phosphate extrait est exporté à travers les ports de Casablanca et de Jorf Lasfar, un nouveau port construit en 1982 à proximité d'El Jadida le transfert vers Jorf Lasfar est assuré par convoies ferroviaires. Deux autres sites phosphatiers sont exploités au nord de Marrakech à Benguérir (Gantour) et à Chichaoua (Meskala) et leurs produits transportés par train vers le port de Safi. L'Office chérifien des phosphates, quant à elle, est la première entreprise publique du pays, en 2014 les exportations de phosphates sont détrônées par le secteur agricole et l'industrie automobile[104]. Une partie des réserves se trouve à Bocraa au Sahara elle est mise en production par Phosbocraa une filiale de l'OCP, une activité que le front Polisario caratérise de pillage de richesses et que le groupe OCP rétorque affirmant que cette mine a toujours été déficitaire depuis 1976 jusqu'à 2008[105]. Selon l'OCP les sites de Meskala et Bocraa ont constamment été déficitaires et vivaient aux dépens des mines de Khouribga et de Benguérir, en conséquence la mine de Skala est fermée temporairement à l'heure actuelle par contre le site de Bocraa continue son activité afin de pérenniser les trois mille emplois de cette filiale, le phosphate produit est acheminé par bande transporteuse sur 150 km jusqu'au port de Layoune. Étant donné la volatilité des prix du phosphate, l'OCP a mis en place en 2014 un minéroduc entre Khouribga et le port de Jorf Lasfar et projette d'ériger un deuxième pipeline également entre Benguérir et le port de Safi afin de minimiser les coût de transport. L'OCP souhaite ainsi rester compétitif face aux groupes asiatiques qui commencent à acheter les compagnies africaines déficitaires[106] afin de produire du phosphate pour garantir leur future auto-suffisance alimentaire.

On peut faire un bref diagnostic qui résumerait la situation économique du Maroc avec ses atouts et ses lacunes comme suit:

Points forts

  • Ressources naturelles et agricoles ;
  • Important potentiel touristique ;
  • Position géographique favorable, à proximité du marché européen ;
  • Stratégie de montée en gamme et de diversification de la production, dans l’automobile, l’aéronautique, l’offshore, la chimie, la pharmacie, le textile/cuir, l’agroalimentaire.
  • Politique de stabilité macroéconomique ;
  • Engagement de réformes politiques.

Points faibles

  • Économie dépendante du secteur agricole ;
  • Pauvreté, inégalités, disparités régionales et chômage ;
  • Insuffisances en matière d’environnement des affaires ;
  • Manque de productivité et de compétitivité ;
  • Vulnérabilité de l’activité touristique à la conjoncture européenne ;

Malgré les récentes contre-performances consécutives à la crise financière de 2008, la bourse de Casablanca consolida temporairement son statut de deuxième place boursière africaine, derrière celle de Johannesburg et devant celle du Caire avant que le printemps arabe n'affecte négativement les deux places financières nord africaines qui restent au coude à coude tout en étant devancées par l'émergence de la bourse de Lagos.

Le marché de l'emploi

Emploi par secteur de l'économie en 2014

Pendant longtemps durant le siècle dernier la population marocaine était largement à majorité rurale (80 % en 1960) la grande partie de la population active travaillait dans la pêche maritime et l'agriculture, le Maroc n'ayant jamais été impacté par un système à économie dirigée beaucoup d'habitants des régions rurales ont constitué des entreprises familiales dans le domaine de la pêche et l'agriculture de telle manière à assurer une autonomie alimentaire voire exporter les surplus. À la suite de sécheresses aiguës survenues à partir des années 1980 les populations rurales migrent en masse vers les villes et provoquent plusieurs crises induites entraînant des bidons villes, du chômage et de l'insécurité, la réponse des autorités furent certes relativement tardives mais cela a permis de stopper l’hémorragie: le roi Hassan II sort dans un de ses célèbres discours avec une promesse d'irriguer un million d'hectares à l'horizon de l'an 2000. Un programme de construction de barrages est lancé, des canalisations d'eau sont érigées, des milliers d'écoles rurales construites et les crédits bancaires furent facilitées pour les agriculteurs, cependant, le manque de développements routiers constituait encore un grand fardeau dans les zones rurales marocaines, l'exode rurale continue et augmente le taux de chômage en ville.

Le taux de chômage au Maroc comme dans tous les autres pays d'Afrique du nord est assez approximatif, il varie entre 9 et 10 % selon les chiffres officiels (HCP, ministère du Travail) mais quelques organisations marocaines non gouvernementales tablent sur des chiffres plus élevés, dernièrement le gouvernement a mis en place une allocation pour perte d'emploi et se penche sur l'éventualité de créer une allocation pour les nouveaux diplômés. Comme tous les pays du tier-monde l’économie informelle est toujours présente au Maroc dans plusieurs secteurs et empêche des centaines de milliers de travailleurs d’avoir accès à la couverture sociale. Durant la dernière décennie les autorités ont lancé un programme de couverture sociale et d'assurance maladie obligatoires pour les petits artisans et les différents secteurs d'activité. À fin 2014 la CNSS couvre 3 millions d’affiliés[107] sur une population active de 12 millions, malgré les différentes incitations gouvernementales la croissance moyenne de la couverture sociale tourne autour de 7 % par an depuis 2009, les mentalités des couches marocaines aisées sont souvent d'une tendance ultra libérale relativement semblables à la société américaine, l'ironie du sort est qu'une grande partie des non inscrits à la CNSS sont les indépendants qui bénéficient d'un revenu assez confortable, des médecins, des architectes, et d'autres cadres qui ne souhaitent pas cotiser et exprimer leur devoir de solidarité avec les autres couches sociales. Concernant l'Assurance Maladie Obligatoire gérée elle aussi par la CNSS le nombre d'employés couvert atteint 4,9 millions. Pour les demandeurs d'emploi, les indépendants dans des secteurs précaires l'état marocain a développe un programme baptisé Régime d'assistance médicale (RAMED) qui englobe 9 millions[108] de bénéficiaires à bas revenus en plus de 288 000 étudiants et de 20 000 immigrants soit 64 % de la population totale couverte. L'objectif à cours terme est d'atteindre un taux de 95 %[109] de la population où un projet de loi est adopté en ce sens. Afin d'anticiper les déficits de la caisse des retraites une loi a été adoptée afin de passer l'age de la retraite de 60 à 63 ans et de relever le minimum des pensions de retraites à 1 500 dirhams par mois à partir de 2018[109], 1 500 dirhams ($160) pourrait sembler dérisoire comparé aux retraites appliquées dans les pays membre de l'OCDE cependant, cette allocation correspond aux SMICs des autres pays d'Afrique du nord et au double de la moyenne des SMICs des pays d'Afrique subsaharienne.

La situation de l’emploi a souffert pendant les années 1970-80 d’événements internes et externes bouleversants : l’augmentation des naissances des familles marocaines, les chocs pétroliers, la baisse de la parité du dirham, le plan d’ajustement structurel... tous ont touché les équilibres financiers de l’État et entraîné la baisse des dépenses d’investissement et de promotion de l’emploi. Les émeutes sociales des années 1981, 1984 et 1990 s'inscrivaient dans cette logique d'ensemble.

L’Europe occidentale avec ses besoins énormes en mains d’œuvres pour la reconstruction après la seconde guerre mondiale et les trente glorieuses a beaucoup fait appel à des vagues successives de travailleurs issus du Maghreb et de l'Europe du sud, les populations berbères marocaines et algériennes persécutées par les années de plomb sous les pouvoirs autoritaires de Hassan II et de Boumédiène constituèrent les premières vagues d'émigration. Le Maroc depuis l'indépendance n'a jamais été gouverné par un parti unique, son modèle politique est caractérisé par son multipartisme et son aspect libéral, une seule fois un parti socialiste a pu arriver au pouvoir, il en résulte que la plus grande partie des réformes ont été conduites par des gouvernements libéraux moins protecteurs des acquis sociaux excepté dans le secteur public. Le salaire minimal (SMIG) au Maroc est de 3 000 Dirhams (300$) dans le secteur public, le gouvernement s'appétait à appliquer le même minimum salarial au privé avant que les organisations patronales s'y opposent fermement, un accord a été trouvé sur une augmentation de 10 % effective des salaires pour atteindre un SMIG de 2567 Dirhams (265$). Il s'en suit que, bien que le royaume chérifien ne détienne aucune richesse minière de valeur, le SMIG appliqué au Maroc est de loin plus élevé que l'ensemble des pays du contient africain y compris au sein des quartes puissances économiques africaines riches en ressources minières et énergétiques:

Pays Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti
Drapeau du Maroc Maroc
265$
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
175$
Drapeau de l'Algérie Algérie
165$
Drapeau de l'Égypte Égypte
155$
Drapeau du Nigeria Nigeria
90$

Les SMIG au sein des 5 premiers PIB africains (Source : ILO.org)

Le syndicalisme marocain suit le modèle européen, et, à défaut d'avoir les mêmes avantages il n'en a retenu que les mêmes inconvénients notamment dans la fonction publique où un seul syndicat peut bloquer tout un pan entier de l'économie, parmi les exemples frappant de ces blocage on peut noter les grèves des médecins, des enseignants et le très long blocus imposé par un syndicat au sein du port Tanger Med forçant les opérateurs maritimes à passer par les ports espagnols pour leurs transbordements. Comme il existe plusieurs partis politiques marocains il existe presque autant de syndicats qui leur sont fidèles et qui semblent défendre plus prioritairement leur partis affiliés que les droits des salariés. Pendant les années 1970 de grandes lutes ouvrières eurent lieu et ont forcé le roi Hassan II d'avoir recours à l'armée[110] pour faire conduire les trains et les bus publics, depuis le temps certes, la plus grande partie des transports a été privatisée, cependant, cela n'a pas empêché le premier ministre Abdelilah Benkirane de faire appel à l'armée pour assurer un service minimum dans le transport ferroviaire durant la journée de grève générale du 24 février 2016[110], une grève organisée par les syndicats contre le projet de réforme des retraites[111] en cours.

Pendant longtemps les différents gouvernements successifs marocains embauchaient d'office une grande partie des jeunes diplômés dans les administrations ou les entreprises publiques par clientélisme voire par corruptions, cela engendrait des entreprises publiques riches en salariés très pauvres en productivité, après de vastes programmes de privatisations partielles ou totales d'entreprises publiques les derniers gouvernements ont supprimé les recrutements automatiques de diplômés chômeurs, les postes à pourvoir sont accessibles selon les besoins et par un concours, aussi de grands plans de départs volontaires ont eu lieu. Grâce à ces réformes aujourd'hui à l'échelle continentale les entreprises marocaines sont largement en tête en matière de compétitivité, seuls le Kenya a été capable de mener des réformes aussi audacieuses et réussies. La baisse des recrutement dans la fonction publique engendra des manifestations énormes de jeunes diplômés devant le parlement séparés par les forces publiques parfois de façon répressive. Si le gouvernement actuel semble manquer de compétences dans la gestion de ce dossier, M. Seddiki le ministre du travail de ce même gouvernement, un ministre issu du parti communiste marocain (PPS) a affirmé dans une de ses interviews qu'il étudiait la possibilité d'indemniser les jeunes diplômés sans emploi 6 mois afin qu'ils préparent leur période de transition entre leur bourse d'études et leur premier emploi, annonce à ce jour non suivie d'effet.

Depuis l’alternance politique en 1997, l’économie marocaine s’est ouverte progressivement avec le démantèlement des droits de douanes, les privatisations, la réforme du secteur bancaire, la réforme du code de travail, la création de zones industrielles, la promotion fiscale, les grands chantiers, dynamisant ainsi quelque peu le marché de l’emploi. Depuis le début du millénaire, la situation de l’emploi a connu une nette amélioration par rapport aux années 1990, mais l’offre n’arrive pas à couvrir toutes les catégories, et ne touche pas certaines régions pauvres et enclavées du royaume.

La mise en place récente des agences nationales pour la promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) ainsi que l’instauration d’une assurance maladie obligatoire (AMO) couvrant les affiliés de la CNSS et leurs familles, démontre une prise en compte et une sensibilité améliorée aux sujets sociaux.

Début 2014 le taux de chômage au Maroc grimpe à 10.2 %[112] avant de repasser légèrement sous la barre de 10 % en 2015[113].

Secteur tertiaire

Bancassurance

Malgré la faible population du Maroc, son marché d'assurance s'est hissé en 2014[114] à la deuxième place à l'échelle continentale et au 45e rang mondial en gagnant deux places par rapport à l'année 2013. Sur ce secteur comme sur le secteur bancaire depuis ces dernières années les groupes marocains et les sud africains sont les seuls acteurs actifs sur la scène africaine. Quatre groupes d'assurances marocains sont partis à la conquête de l'Afrique pour atteindre la moitié des pays du continent: Wafa Assurances, RMA, Atlanta et Saham qui a été le plus agressif dans sa prolifération, ayant été convoité par le géant mondial AXA Assurances[115], Saham a préféré s'associer à un groupe d'assurances sud africain (Sanlam) en lui cédant 30 %[116] de ses actions. L'accord s'inscrit dans un cadre gagnant gagnant qui permettra à Saham de s'appuyer sur son associé sud africain Sanlam afin d'étoffer son marché qui comprenait 20 implantations africaines en s'introduisant dans les pays d'Afrique de l'est et d'Afrique australe, en échange le groupe sud africain, grâce à cette même participation, intégrera le juteux marché de l'assurance des pays de la zone MENA[117] en se basant sur son partenaire marocain déjà présent au Moyen-Orient. Etant donné l'immense potentiel du marché saoudien de l'assurance automobile où jusqu'à très récemment les femmes furent interdite de conduire et où l'assurance de véhicules ne fut pas obligatoire, l'assureur sud africain Sanlam frappe un grand coup en s'associant à Saham. D'autre part, le géant mondial de l'assurance Axa réalise de bonnes performances sur le marché marocain, il décrocha en 2014 une licence au sein du hub financier Casablanca Finance City (CFC) afin de centrer ses activités africaines au CFC.

Le secteur bancaire marocain est le fruit d'une politique libérale qui a fait ses preuves face à des modèles à économie dirigée, alors que même en Europe occidentale il existe plusieurs banques détenues totalement ou partiellement par des états, il existe plusieurs grandes banques marocaines toutes privées[118]. À fin 2015 il existe 29 banques accréditées[119] auprès de la banque centrale marocaine dont 11 banques régionales et 18 banques opérant à l'échelle nationale. Les banques régionales marocaines ont pour objectif de participer au développement inclusif des régions grâce au financement des projets de proximité, elles sont en ce sens un complément au crédit agricole marocain et à Al Barid Bank qui sont relativement axés sur l'accompagnement des couches sociales les plus modestes respectivement en milieu rural et urbain.

Parts de marché des banques marocaines en 2012

La fusion de deux banques privées Wafa Bank et Attijari Bank en 2003 a donné naissance à un grand groupe bancaire marocain baptisé AttijariWafa Bank (AWB) qui a pu avoir les moyens de partir à la conquête du continent, pendant ces dix dernières années ce dernier a été rejoint par les deux banques marocaines Banque Centrale Populaire (BCP) et BMCE Bank[120]. Depuis 2012 sur les 29 banques accréditées les trois dernières banques constituent deux tiers de parts de marché au Maroc, elles sont également présentes en Afrique où elle représentent un précieux atout dans le financement des petites et moyennes entreprises africaines notamment avec des produits adaptés à des populations locales semblables aux régions marocaines, le modèle des micro-crédit aux petits agriculteurs au Maroc a été transféré avec succès aux pays sub sahariens, pour les mêmes raisons depuis longtemps les banques marocaines éditaient des cartes de crédit prépayées à leurs clients afin de limiter les incidents bancaires et les pénalités, aussi les guichets des banques marocaines permettent-ils des transferts d'argent des expatriées avec des frais réduits à partir de leurs agences situées en Europe vers leurs propres agences ouvertes aussi bien en Afrique du nord qu'en Afrique subsaharienne, depuis 2006 les banques marocaines ont ouvert plus d'agences en zone UEMOA que l'ensemble des autres groupes bancaires locaux[121].

Casablanca Finance City

Casablanca Finance City (CFC) est une plateforme financière régionale marocaine lancée en 2010 et qui ambitionne de nouer des partenariats avec les principales places financières mondiales afin d'ouvrir les flux financiers vers le continent africain. L'objectif fixé dès le début de ce projet fut d’atteindre un background de 100 groupes mondiaux qui souhaiteraient investir en Afrique et profiter de la croissance du ce continent. En pleine crise financière mondiale, le départ fut poussif le bouclage des entreprises certifiées CFC a certes mis plus de temps que prévu, néanmoins, à fin 2015 Casablanca Finance City réussit à attirer 101 groupes[122] financiers différents. En mars 2015, CFC s'est classée 42e place financière mondiale selon le GFCI Index, gagnant 20 places en un an et prenant la seconde place continentale, derrière Johannesburg, un an plus tard le selon le même indice la place financière de Casablanca détrône son homologue sud africaine[123] et se hisse au premier rang africain et à la 33e place mondiale[124]. Le 15 mars 2016 Bank of China s'installe au CFC pour accompagner le développement des entreprises chinoises sur le continent africain[125], l'arrivée de Bank Of China arrive à peine après un an de l'installation de la première banque chinoise Exim Bank Of China au Maroc, Exim Bank ambitionne de couvrir 26 pays africains à partir du Maroc[126].

Monétique, billets de banque, biométrie

À fin 2014 le Maroc compte onze millions de cartes bancaires en circulation, au sein d'un contient où le taux de bancarisation reste encore en dessous de 10 % de la population le Maroc est leader à l'échelle continentale avec un taux de 64 % de bancarisation suivi de l'Afrique du Sud avec 52 %, un pays qui souffre encore des séquelles de l'Apartheid envers sa majorité noir. Alors que la majeure partie des pays du continent noir n'ont pas encore usage des cartes bancaires 3D secure, les premières banques marocaines ont commencé cette technologie depuis plusieurs années et la Banque Nationale a sommé les banques restantes à passer obligatoirement à cette technique de sécurité à partir de fin 2013 afin de promouvoir le commerce électronique. Néanmoins, la technologie NFC commence à peine à faire son apparition[127]. Les cartes et les systèmes sécurisés de paiement sont assurés par trois entreprises marocaines de pointes (HPS, M2M group et S2M) qui opèrent dans plusieurs pays à travers le monde, l'adoption du système sécurisé de cartes bancaires à puces dès le départ a conféré une assez large avance aux sociétés monétiques marocaines face à leur rivales sud africaines qui utilisaient des cartes bancaires magnétiques. Les spécialistes monétiquess M2M et HPS sont leader à l’échelle du continent à ce jour sans concurrent direct[128], HPS part avec une longueur d'avance grâce à sa solution HPS Powercard que le cabinet Gartner classe depuis 2008 dans le top 5 mondial des meilleures solutions de paiement électronique[129]. En 2008 HPS voulait s'offrir 100 %[130] de sa rivale S2M une tentative d'achat non fructueuse[131] en plein tourbillon de la crise mondiale. En 2011 la banque française Crédit agricole sélectionne la solution PowerCard de HPS pour sa filiale CEDICAM[132], en 2015 HPS est présent dans 85 pays sur les 5 continents et compte parmi ses clients quelques-unes des 100 plus grandes institutions financières à travers le monde, son dernier grand client en date est la banque sud africaine FNB Bank[133]. S2M après l'avortement de son rachat, le groupe s'est introduit en bourse et continue à voler de ses propres ailes, il est présent aujourd'hui sur 35 pays dont 20 pays africains, au Maroc il est émetteur de 70 % de cartes bancaires en circulation, en Afrique sub-saharienne où les distributeurs automatiques de billets sont encore rares S2M y implante des solutions de M-Banking. Malgré l'impact du contexte de crise au sein de trois pays où S2M est présent à savoir la Syrie, la Lybie et l'Iran (à cause des sanctions), S2M a relativement bien consolidé son chiffre d'affaires, afin de minimiser les risques d'investissement notamment à cause de la loi 49/51, le groupe monétique S2M a préféré sélectionner un intégrateur local (CACM) pour le marché algérien[134]. Le 9 décembre 2015 S2M emet la première carte bancaire NFC au Maroc en faveur de AttijariWafa Bank[135]. M2M Group mis à part la gestion des solutions de paiement de la plus grande institution émettrice de cartes bancaires en Algérie à savoir Algérie poste, ce dernier est plus présent sur le segment de la biométrie, des documents officiels sécurisés et des titres de transport. M2M, après avoir déployé avec succès sa solution MX de cartes multiservices sans contacts aux 100 000 étudiants du campus de Dakar[136], ce dernier groupe a décroché un contrat pour équiper les quinze universités marocaines de ce même système leur permettant de recevoir leurs allocation d'études sur leurs cartes, d'emprunter des livres, retirer de l'argent, régler les photocopies, le restaurant universitaire, accéder aux espaces protégés etc.. Grâce à la dernière génération de sa solution MX PaymentTM de transactions électroniques sécurisées M2M Group a accompagné la fusion de deux Banques mauriciennes MPCB et NCB[137], la nouvelle plateforme implémentée est opérationnelle depuis janvier 2016. Le Maroc est actuellement parmi les pays leader à l'échelle continentale en termes de biométrie, toutes les cartes d'identité et documents de voyages sont biométriques ainsi que les cartes grises et permis de conduire.

Concernant les titres bancaires, Depuis 1987 le royaume chérifien inaugura son propre hôtel des monnaies baptisé Dar As-Sikkah et fabrique sa propre monnaie et ses propres billets de banques ainsi que les billets de banques de plusieurs autres pays, il convient de rappeler à titre d'exemple qu'à à peine quelques mois avant les printemps arabes les billets de banque syriens furent imprimés à Dar As-Sikkah au Maroc, en effet l'Iran l'allié majeure de la Syrie en zone MENA ne disposant pas de matériel à la pointe à cause de l'embargo occidental. Le 25 novembre 2014 la Banque centrale du Maroc conclut avec le groupe américain Crane Currency, un partenariat stratégique dans la fabrication des billets de banque pour le marché international. Si cette alliance sera bénéfique pour le fabricant mondial de produits fiduciaires depuis plus de 200 ans, en lui permettant «de soutenir l’expansion de son activité fiduciaire à l’échelle mondiale», elle l’est surtout pour Dar As-Sikkah qui profitera désormais des commandes de Crane Currency via les contrats que ce dernier passera pour chacun des projets de fabrication de billets au profit des clients à l’international. À noter, que le groupe américain dispose d’un réseau de plus de 50 banques centrales qui lui ont fait confiance pour la conception et la fabrication de leurs billets de banque nationaux. Du pain béni donc pour Dar As-Sikkah. « Le partenariat stratégique entre Bank Al Maghrib et le Groupe Crane vise à se positionner, ensemble, sur le marché international, pour réaliser des projets de fabrication de billets au profit de différents clients potentiels, se trouvant sur tous les continents, avec une préférence naturelle pour le marché africain », explique une source officielle à Bank Al Maghrib.

Grande distribution

Le Maroc de par sa démographie constitue un petit marché comparé aux pays du continent africain, l'ensemble du commerce intérieur y est inférieur à 10 milliards de dollars soit environ 10 % du PIB, le commerce emploie 13 %[138] de la population. La grande distribution est apparue au Maroc à partir du début des années 1990, depuis, la croissance moyenne annuelle des GMS durant les cinq dernières années est de 15 % et de 600 % de 2002 à 2012 où le secteur représente 2,5 milliards de dollars pour un nombre de 250 GMSs correspondant en majeure partie aux chiffres des hypermarchés et supermarchés des groupes Inna, SNI et Hyper SA, les statistiques du hard discounter turc qui détient à lui seul 258 points de vente ne figurent pas dans ces chiffres car ses supérettes sont généralement inférieures à 1 000 m² et ne peuvent donc être qualifiées de moyenne surface. Le groupe Inna ne possède pas de formule supermarché, il exploite 13 hypermarchés sous l’appellation commerciale Aswak Assalam de 5 000 m² de surface moyenne, les groupes SNI et Hyper SA exploitent des points de vente sous forme de supermarchés de 2 000 m² à 3 000 m² de surfaces moyennes et des hypermarchés de surfaces plus grandes.

En 2012 les parts de marchés des différents acteurs sont comme suit :

  • Groupe SNI (37 hypermarchés Marjane / 12 Electroplanet / 36 supermarchés Acima) : 65 % ;
  • Groupe Hyper SA (6 hypermarchés Carrefour / 12 hypermarchés Atacadao / 41 supermarchés Labelvie) : 28 % ;
  • Groupe Inna (13 hypermarchés Aswak Salam) : 7 %.

Ces chiffres correspondent à 2012 quand le groupe hard discounter turc BIM détenait 200 points de vente et réalisait 70 millions de dollars, BIM envisage d'ouvrir 1 000 supérettes d'ici 2020. Cependant, malgré la prolifération rapide des points de vente du hard discounter BIM le marché de la grande distribution est toujours largement dominé par les holdings SNI et Hyper SA avec 260 000 m² et 152 000 m² de surfaces de de vente et respectivement 13 milliards de dirhams (1,30 milliards de dollars) et 6 milliards de dirhams (600 millions de dollars) de chiffres d'affaires réalisés en 2014.

À la fin 2012 le Maroc dispose de cinq malls composés de 4 000 points de vente issus de 584 franchises différentes dont, parmi les plus connues, Galeries Lafayette et la Fnac. En 2008 le ministère du commerce a conçu un plan baptisé « Rawaj » en vue de moderniser le commerce intérieur grâce à l'élaboration de 15 nouveaux malls, 50 hypermarchés et 600 supermarchés en 2020, l'objectif est de générer 106 000 emplois et de porter la part du commerce de 10 à 15 % du PIB en 2020[138].

Marjane et Labelvie avaient annoncé à leur tour qu'ils s’apprêtent à s'installer dans cinq pays africains. Afin de préparer son entrée en Côte d'Ivoire, Labelvie se retrouve en compétition avec son partenaire Carrefour sur le sol marocain, Labelvie prend une participation dans le géant de la distribution en Côte d'Ivoire[139] on ignore si les deux groupes vont s'associer pour attaquer ensemble le marché de la CEDEAO, comprenant le Nigeria. Outre l'alimentaire, les grandes surfaces spécialisées sont encore moins développées au Maroc, les plus répandues sont actives dans le prêt-à-porter ou les matériaux comme Bricoma (12 magasins), Mr Bricolage (4 magasins), Decathlon (4 magasins) etc..

Concernant les meubles l'activité au Maroc recèle tout un art de vivre avec une compétition constante en zone MENA entre les produits types salons marocains et salons turcs les deux anciens empires du monde musulman d'autant plus que ces deux derniers pays sont soumis à un accord de libre échange commercial. Autrefois concentré dans les zones spéciales réservées aux artisans des villes impériales, le secteur de la construction des meubles constituait une activité ancestrale au Maroc, depuis environ un demi siècle ce secteur s'est enrichi grâce à deux groupes marocains qui prospèrent dans ce domaine: Richbond[140] et Dolidol[141] qui réalisent de bons résultats en interne et à l'export. Plus tard Kitea (22 magasins) est venu agrandir l'offre avec des meubles modernes, Le groupe Kitea a commencé depuis 20 ans avant qu'il soit rejoint par un autre groupe marocain Mobilia qui totalise 23 points[142] de vente puis par le géant turc Istikbal avec dix magasins et le français Atlas avec cinq magasins, le groupe suédois Ikea a construit un premier hypermarché de meubles et projette d'ouvrir à terme cinq points de vente[143]. Impacté par la rude concurrence sur le marché marocain, Kitea s'est associé avec le groupe belge Casa à qui il a rebaptisé ses petits magasins au nom de la marque belge, Kitea s'est aussi installé dans sept autres pays d'Afrique (Angola, Burkina, Guinée, RDC, Centrafrique et Congo).

Côté culture il existe un seul magasin FNAC au Morocco Mall de Casablanca, cependant, alors que Virgin Megastore ferme son activité en France cette dernière enseigne disposait quatre magasins[144] au Maroc et prévoit d'en ouvrir quatre autres. L'enseigne Megarama a ouvert trois complexe cinématographiques à Fez, Marrakech et Casablanca et a mis en chantier trois autres à Agadir, Rabat et Tanger, la date d'ouverture du Megarama de Tanger est programmée pour mars 2016 simultanément avec l'inauguration du Mall Tanger City Center[145].

Cafés restaurants

Le secteur des enseignes de cafés modernes et de fast-foods est relativement nouveau au Maroc et constitue un grand potentiel mais se conforte à la difficulté de trouver du foncier pour une expansion rapide, McDonald's qui détient une relative grande force de frappe a pu décrocher beaucoup d'emplacements privilégiés sur des corniches avec vue sur mer, actuellement la chaîne américaine totalise 35 restaurants et un premier McCafé inauguré en 2014 à la Gare de Casa-Port, l'enseigne de restauration rapide américaine se voit en compétition avec la belge Quick comme nouvel arrivant et le groupe Burger king qui comprend cinq restaurants. À défaut d'avoir les mêmes moyens que son concurrent pour une prolifération rapide, Burger king a réussi à trouver un partenariat avec le groupe pétrolier Shell[146] afin d'équiper ses aires de repos autoroutières de points de restauration estampillées Burger King. Une autre manière d’accélérer l'expansion des enseignes de restauration est le système de food courts qui est relativement nouveau au Maroc, les food courts sont disponibles dans les premiers malls ouverts ainsi qu'au sein de l'aéroport de Casablanca. L'enseigne franco-belge Quick inaugura son premier restaurant à Rabat le 11 février 2016[147] deux autres restaurants en travaux seront livrés à Marrakech et Casablanca courant du premier semestre 2016, Quick projette d'atteindre 15 restaurants au Maroc dans les cinq ans à venir[147]. Pizza Hut et KFC sont présents avec respectivement 35 et 12 restaurants, Pomme de pain 7 points de vente, l'enseigne bretonne Brioche Dorée 3 restaurants, Paul, présent dans 35 pays différents détient 7 boulangeries actuellement au Maroc parmi lesquelles sa boulangerie casablancaise de la villa Zévaco réalise le cinquième plus grand chiffre d'affaires[148] à l'échelle mondiale ces dernières années. La prestigieuse marque de boulangerie française a implanté son site de production à Mohammadia et expérimente des produits adaptés aux habitudes alimentaires locales, elle ambitionne de décrocher des partenariats avec l'ONCF et l'ONDA pour servir les passagers des gares et des aéroports marocains.

À côté des ténors de la restauration rapide plusieurs enseignes de cafés modernes ont fait leur apparition au Maroc et il est difficile de leur assurer une expansion aussi rapide que la restauration moderne dans la mesure où la consommation du thé au Maroc est toute une institution notamment du fait que ce pays maghrébin n'a pas été colonisé par l'empire ottoman, l'empire qui a propagé la consommation du café dans toutes ses anciennes colonies et à travers ses exportations vers l'Europe continentale. Généralement la consommation du café est largement inférieur à la consommation du thé au Maroc, cependant, cela n'a pas empêcher plusieurs enseignes internationales de s’installer au royaume chérifien à commencer par le numéro un mondial Starbucks qui démarre avec six cafés, du britannique et numéro deux mondial Costa Coffee, de l'enseigne française Columbus Café, et des deux marques prestigieuses l'émirati Rotana Cafe et l'allemand Cafe extrablatt qui ont mis un grand accent sur la qualité de leurs décors qui sont aussi originaux que somptueux. Il n'existe pas à ce jour de grande enseigne de café marocaine néanmoins, dans un pays où il fait souvent plus de 30 degrés à l'ombre un glacier marocain, Venezia Ice, a le vent en poupe ces dernières années il détient 13 glaceries dans plusieurs villes différentes, il est confronté à plusieurs enseignes européennes dont le dernier arrivant étant la marque française Amorino qui projette d'ouvrir 10 points de vente[149] en cinq ans.

E-commerce

Le secteur du E-commerce est comparativement assez en retard en Afrique en général et assez récent au Maroc en particulier, à l'échelle continentale sans doute plusieurs facteurs entraveraient ce mode de consommation à savoir la sécurité informatique, le taux de bancarisation, l'émergence des couches moyennes etc.. Au Maroc le commerce électronique serait certes impacté par la qualité de la logistique cependant, ce secteur connait une croissance rapide ces dernières années, la Fédération Nationale du E-commerce au Maroc (FNEM) comptabilise a ce jour 500 sites de commerce électroniques. Les premiers sites à voir le jour furent des sites de vente de produits high tech à l'instar de Microchoix.ma, supercou.ma, suivis de sites de ventes de différentes marchandises allant de produits frais avec epicerie.ma, de discounter comme Jumia.ma jusqu'au prêt à porter comme Laredoute.ma.

Les commerçants et e­-marchands affiliés au Centre Monétique Interbancaire CMI ont enregistré 32,8 millions d'opérations de paiement, par cartes bancaires marocaines et étrangères durant l'année 2015, pour un montant global de 22,9 milliards de dirhams (MMDH), soit une progression de +17,1 % en nombre et +9,6 % en montant par rapport à 2014, selon le Centre Monétique Interbancaire (CMI). Cependant, une grande partie de ces transactions concerne des paiements de titres de transport, d'hébergement ou de créances fiscales. Pour ce qui est de l'activité e-­Commerce, les sites marchands affiliés au (CMI) ont réalisé 2,5 millions (+22,5 %) d'opérations de paiement en ligne au Maroc via cartes bancaires, pour un montant global de 1,33 milliards de dirhams (MDH) durant l'année 2015, en progression de +12,4 % en montant par rapport à l'année précédente, a indiqué le CMI. Par ailleurs, l'activité reste très fortement dominée par les cartes marocaines à hauteur de 96,1 % en nombre de transactions et de 90,3 % en montant, relève la même source.

Offshoring

Le secteur de l'offshoring a connu une croissance soutenue depuis 2003 jusqu'à 2013 l'année où le secteur a connu sa première stagnation pour se stabiliser à un chiffre d'affaires de 7,30 milliards de dirhams. Onze sociétés principales réalisent la majeure partie des revenus du secteur dont le groupe marocain Intelcia qui ambitionne de franchir la barre de un milliard[150] de dirhams de chiffre d'affaires en 2016. Intelcia possède plusieurs sites au Maroc et a également investi en France où le groupe marocain réalise 40 % de son chiffre d'affaires, afin de rester compétitif Intelcia s'apprête à ouvrir des sites en Afrique sub-saharienne francophone dont la première ouverture est réalisée au Cameroun[150] avec un investissement de 18 millions de dirhams et un recrutement de 500 collaborateurs camerounais. Le Maroc ambitionne d'atteindre 15 milliards de dirhams en valeur ajoutée et une masse salariale de 100 000 employés en offshoring à l'horizon de l'an 2020.

Conseil aux entreprises

Tourisme

Article détaillé : Tourisme au Maroc.
Jamea el Fna de Marrakech
Corniche d'Agadir
Oasis de Figuig

Le tourisme occupe une bonne partie de l'économie marocaine, le nombre d'arrivées de touristes est passé de 4,4 millions en 2001 à 9,3 millions en 2010 avec une croissance des revenues touristiques passant de 31 milliards de dirhams à près de 60 milliards de dirhams à la fin de la dernière décennie à la veille du printemps arabe. La progression du secteur touristique au Maroc a été accompagné par un plan stratégique dit vision 2010 d'un objectif de 10 millions de touristes vers l'année 2010, un plan enclenché le 10 janvier 2001 à Marrakech[151].

Alors que la vision 2010 arrive à échéance avec un succès palpable consistant en la réalisation de 93 % des objectifs, le Maroc lance le 30 novembre 2010 un nouveau programme baptisé vision 2020 ambitionnant d'atteindre 20 millions de touristes horizon 2020. La crise économique des principaux marchés émetteurs ainsi que les instabilités post printemps arabe ont beaucoup impacté le tourisme marocain qui a stagné depuis 2010. En 2015 le nombre d'arrivées touristiques au Maroc a même subi une baisse de 0,2 % totalisant 10,25 millions contre 10,28 millions en 2014, cependant, Malgré cette baisse le Maroc conserve la première place à l'échelle continentale en terme d'arrivées de touristes depuis 2013[152]. Afin de remédier aux baisses de tourisme sur ses marchés classiques le Maroc se prépare à développer les marchés émergents de Russie, Brésil, Asie, Europe de l'est et des Amériques, dans ce même objectif une ouverture de 57 nouvelles[153] lignes aériennes est projetée afin de cibler les touristes issues des marchés émergents et notamment capter une bonne partie de touristes russes boycottant l'Egypte, la Turquie et les pays européens à cause des crises syrienne et ukrainienne. Le fait marquant dans cette création de lignes consiste à assurer des dessertes directes des villes de Marrakech et d'Agadir via des lignes long courrier vers la Russie, les Amériques, et le Moyen-Orient ce qui sera en soit une première. Néanmoins, concernant l'Asie, la compagnie nationale RAM ne disposant pas de flotte d'avions long courrier conséquente vendra des vols long courrier vers plusieurs destinations asiatiques en partage de code avec Qatar airways.

Nombre de touristes par an[152] (millions)
Pays 2010 2011 2012 2013 2014
Drapeau du Maroc Maroc
9,29
9,34
9,38
10,05
10,28
Drapeau de l'Égypte Égypte
14,05
9,50
11,20
9,17
9,63
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
8,07
8,34
9,19
9,54
9,55
Drapeau de la Tunisie Tunisie
6,90
4,79
5,95
6,27
6,07
Drapeau de l'Algérie Algérie
2,07
2,40
2,63
2,73
N.C.

Tourisme au sein des 5 premières destinations africaines (Source : afbd.org[152])

Le Maroc a accueilli en 2014 un total de 10,28 millions de touristes, en hausse de 2 % par rapport à 2013 (10,05 millions) générant 57,4 milliards de dirhams de recettes en baisse de 4,3 % par rapport aux 60 milliards de dirhams réalisées en 2013, ci-dessous les statistiques du tourisme pour l'année 2014[154] :

Les principaux indicateurs touristiques en 2014 :

  • Arrivées aux postes frontières : 10 282 944 touristes
  • Nuitées dans les établissements classés : 19 633 475 nuitées
  • Capacité d'hébergement (en lits) : 216 386 lits
  • Taux d'occupation des chambres : 30%
  • Recettes voyages (en dirham MOR) : 57 400 milliards MAD

La ville de Marrakech est la première ville touristique du Maroc. En 2014, la ville possédait une capacité d’hébergement équivalente à 65 640 lits devant Agadir avec 34 773 lits et Casablanca avec 16 529 lits. Le Maroc est 2e pays le plus touristique d'Afrique et 29e à l'échelle mondiale, le programme baptisé vision 2020 ambitionnait de placer le Maroc en tant que 20e destination touristique mondiale, les efforts en matière de construction d'hôtel haut de gamme n'ont pas manqué en plus des destinations classiques comme Marrakech et Agadir qui totalisaient à elle seules 45% des capacités classée d'autres complexes luxueux ont été construits à Mazagan, Tanger, Saidia et Casablanca sauf que la crise économique conjoncturelle a lourdement impacté les budgets des touristes habituels de la destination Maroc, cela se traduit par un faible taux de remplissage des hôtels classés, le taux global de remplissage passe de 44% en 2008 à 30% en 2014. Afin de financer les compagnes de communication de l'Office du tourisme le gouvernement marocain adopte une taxe aéroportuaire sur les vols internationaux, une taxe que l'association internationale du transport aérien (IATA) alertait[155] les autorités marocaines sur de possibles effets inverses. Ladite taxe de 100 dirhams est certes relativement supportable pour les classes économiques cependant, s'élève à 400 dirhams pour les vols premières classes ce qui aurait pu affecter le tourisme de luxe.

Ci-dessous la répartition des capacités d'hébergement classée (en termes de lits) en 2014[156]:

Transport

Transport routier

Articles détaillés : Transport au Maroc et Réseau routier marocain.
Autoroute A3 Rabat-Casablanca en 2008

L'apparition de la voiture et sa propagation coïncide avec l'incidence de l'impérialisme français dans le Maghreb au début du 20ème siècle, le Maroc tout comme la Tunisie furent considérés comme des territoires sous protectorat contrairement à l'Algérie qui fut considéré comme un territoire français soumis, en voie de conséquence, au même obligations d'aménagement du territoire que les autres régions françaises. Il en résulte qu'à l'indépendance le Maroc et la Tunisie héritent d'un réseau routier d'à peine environ une dizaine de milliers de kilomètres bitumées chacun contre approximativement une centaine de milliers de kilomètres de routes érigées en Algérie pendant la même période. Après l'indépendance le Maroc central anciennement sous protectorat français découvre d'abord l'état encore plus délabré des infrastructures routières dans le Rif anciennement sous protectorat espagnol, dans la foulée la première route lancée par le roi Mohammed 5 fut la route reliant Fez à Al Hoceima, une route traversant des régions très montagneuses qui fut baptisée et encore appelé comme tel à ce jour "Tariq el Wahda" (route de l'union). Une fois cette route achevée le Maroc lance la première étude du schéma routier national en 1969 où il s'agissait d'étendre le réseau routier existant. En 1972 une autre étude fut lancée pointant l’insuffisance des infrastructures routières autour de Casablanca notamment vers le nord malgré les trois routes existantes qui reliaient cette ville à Rabat, il fut décidé de convertir la route principale entre ces deux villes en autoroute. Dès 1975 l'année stipulée comme début de ce projet autoroutier l'Espagne se retire du Sahara et la Maroc se retrouve en pleine guerre ouverte contre le front indépendantiste Polisario massivement appuyé par un soutien technique des pays du bloc soviétique et par un généreux soutien financier des mannes pétrolières des leaders révolutionnaires Boumedyen et Ghadafi à partir du sol algérien, le Maroc se trouve lâché par les américains qui furent très occupés par le développement du marxisme sur leur propre continent, le seul soutien symbolique au Maroc émanait de la France qui le trouvait comme allié contre l'avancée des soviétiques en Afrique, le soutien de la France s'est vu efficace de telle manière à infléchir le rôle de la Mauritanie et la rendre neutre dans ce conflit. Pendant toute la durée de ce conflit et notamment les premières années où le choc pétrolier a alourdi la facture du Maroc et où le prix du baril a permis à Ghadafi d'ouvrir des ressources inestimables pour le Polisario le développement des infrastructures de transport au Maroc était quasi nul, ainsi au lieu de lancer l'autoroute Casablanca - Rabat le projet initial a été converti en un simple doublement partiel de la route principale sur 40 km de Casablanca vers le nord, ce doublement est lancé en 1975 et achevé en 1978[157], parallèlement à ce doublement routier partiel et afin de limiter les importations de pétrole les autorités marocaines ont lancé un chantier unique en son genre à cette époque en Afrique il s'agit du doublement des voies de chemin de fer électrique pour trafic passagers entre Rabat et Casablanca un projet qui est inauguré par un train rapide en 1984 soit 25 ans avant le Gautrain qui a vu le jour à la veille de la coupe du monde de football en Afrique du Sud sur une portion de 20 km de Johannesburg à son aéroport en 2010[158].

A3 Rabat-Casablanca après triplement en 2013

La mise en service du Train navette rapide a laissé relativement plus de répit aux autorités de tutelle pour imaginer un schéma global de réseau autoroutier, plusieurs études complémentaires ont été effectuées durant les années 1980 et ont mis en exergue la croissance du trafic routier de 6% par an et la nécessité de se doter à horizon 2010 d'une armature autoroutière nationale de 1 500 km. La société ADM est créée afin d'étendre le réseau vers Kénitra et Larrache vers le nord puis Settat vers le sud de Casablanca, par la suite plusieurs autoroutes viennent se greffer à ce réseau initial notamment vers l'orientale et la consolidation du réseau autoroutier s'est vue considérée comme une priorité nationale. Géré par la Société nationale des autoroutes du Maroc, le réseau autoroutier marocain est à ce jour un des plus denses en Afrique avec 1 588 km ouvertes à la circulation et dessert toutes les villes de plus de 200 000 habitants à savoir entre autres Tanger, Tétouan, Fès, Meknès, Larache, Oujda, El Jadida, Marrakech, Agadir et Béni-Mellal. À l'horizon 2015, il devrait compter 1 804 km et desservir les villes de Oualidia et de Safi.

Le développement des infrastructures routières au Maroc devrait aussi passer par le renforcement du réseau de voies express, alternatives intéressantes aux autoroutes puisque moins coûteuses. Le réseau qui comporte (à fin 2013) 730 km de voies en service devrait être étendu à plus de 1 600 km d'ici 2016.

Le Maroc comptait en 2007 68 550 kilomètres de routes dont 69 % étaient goudronnées. Le réseau routier est généralement considéré comme de qualité satisfaisante et l'un des meilleurs d'Afrique. Le PNRR2 (Programme national de routes rurales) envisage la construction de 15 500 kilomètres de routes rurales supplémentaires à l'horizon 2015 afin de faire passer le taux de désenclavement rural de 54 % à 80 % à cette même échéance[159]. Toutefois, 22 % des localités demeurent injoignables en véhicule et 35 % sont difficiles d'accès[160].

Transport ferroviaire

A contrario, le chemin de fer a longtemps pâti au Maroc du manque de volontarisme de la part des pouvoirs publics. L’ONCF, entreprise publique chargée de l’exploitation du réseau ferroviaire marocain semble cependant avoir repris les choses en main, pragmatique dans ses choix, au lieu de s’aventurer dans le quantitatif, l'opérateur marocain a misé avant tout sur la qualité et semble à priori réussir son pari: selon le dernier classement du forum économique mondial le Maroc se classe premier en Afrique et 34ème à l'échelle mondiale en termes de qualité du réseau ferroviaire[161]. En matière de ferroviaire l'héritage colonial et notamment de par les parties sous ancien protectorat espagnol a certes fait du Maroc un des pays les moins équipés d'Afrique au regard de sa population à l'indépendance, la ligne rail Marrakech - Agadir ayant été projetée durant les années 1970[162] mais stoppée par la guerre du Sahara, cependant, durant les deux dernières décennies le Maroc a beaucoup modernisé son réseau notamment concernant l’électrification. À fin 2013 l'ONCF dispose de 3 657 km[163] de voies ferroviaires toutes à écartement standard UIC dont 2 238 km de voies électrifiées soit en 2014 plus du total de tous les pays[164] du continent africain réunis. Les 3 657 km de voies ferrées sont toutes toujours en activité et gérées par l'ONCF comme opérateur unique de maintenance y compris les embranchements particuliers vers ses clients cimentiers, ports, sidérurgistes, industriels, agricoles, miniers etc. Autrefois l'OCP gérait ses propres lignes minières, il a confié depuis la fin du siècle dernier la gestion et la maintenance de ses embranchement miniers à l'ONCF. Au premier janvier 2014 le réseau marocain de voies ferrées est composé comme suit:

  • 3 657 km total de voies ferroviaires en activité (dont 2 238 km électrifiées) ;
  • 2 921 km de voies de circulation principales ;
  • 736 km d'embranchements particuliers, de voies de service et de traitement logistique ;
  • 2 110 km de lignes principales à écartement UIC exploité pour le transport de Fret et passagers;
  • 1 965 km de ces lignes sont en Long Rail Soudé LRS (93% du réseau principal);
  • 1 300 km de lignes électrifiées (60% du réseau principal);
  • 640 km de lignes à double voies (30% du réseau principal).

Le réseau de l'ONCF s'étend sur 2 110 km en 2014. Il est certes d'un linéaire assez modeste (8e réseau en Afrique), cependant, malgré sa taille restreinte il est de loin le réseau qui totalise le plus de passagers à l'échelle continentale. En effet, les pays anglophones africains introduisent les chiffres des passagers du Métro et des trains de banlieue alors que le transport passagers longues distances est quasiment réduit à néant depuis l'arrivée des autoroutes dans ces derniers. Le réseau actuel marocain est à écartement uniforme UIC et relativement bien entretenu: 93% du rail marocain est renouvelé et transformé en Long Rail Soudé (LRS) ce qui confère un bon confort d'usage pour le trafic passagers notamment pour les trains couchettes, l'axe le plus sollicité du réseau est situé entre Casablanca et Tanger (~400 km), il est en cours de triplement grâce à une nouvelle LGV Tanger - Kénitra et un triplement de lignes classiques Kénitra - Casablanca, le taux d'électrification (actuellement de 60%) est censé atteindre 90% en 2018 avec la mise en service de la LGV Kénitra-Tanger et l'électrification de la ligne Fès - Oujda.

Les infrastructures ferroviaires actuelles devraient être augmentées de deux lignes de TGV :

Gare de train de Casablanca Port
Gare de Marrakech

La première LGV Tanger - Kénitra a été contractée de grès à grès sans appel d'offre, il en résulte que l'Allemagne s'est opposée à un financement auprès de la banque européenne, afin de finaliser le marché la France a financé une bonne partie de ce contrat, d'autres pays du Golfe sont venus à la rescousse in extremis afin de sauver ce projet qui paraissait hors de portée des moyens de l'ONCF[166], in fine même si l'état marocain n'a eu à financer que 30% du coût de cette LGV cependant, l'autre partie étant conclue avec une période de grâce assez clémente, malgré cela beaucoup d'opposants au TGV se sont manifestés pour réclamer son annulation et réaliser à la place plus de linéaires de lignes classiques.

L’ONCF a procédé à la rénovation de plusieurs gares, à l’achat de nouvelles rames, a étendu son réseau vers deux ports Méditerranéens à savoir Tanger Med et Nador en 2009 et envisage de relier d'autres villes telles que Essaouira, Beni Mellal, Tétouan, Laayoun, Dakhla[167] et d'étendre son réseau classique de 2 700 km parallèlement à la mise en place du réseau LGV pour le même prix à savoir 10 milliards de dollars pour les 1 500 km du réseau LGV en 2035 et 10 milliards de dollars pour les 2 700 nouveaux km de rail classique. En attendant cette échéance, les réalisations accomplies à fin 2009 faisaient partie d'un contrat-programme 2005-2009 ayant coûté 18 milliards de dirhams (1,5 milliard d'euros) et ayant permis l'optimisation des dessertes aussi bien fret que pour les passagers comme suit:

  • Création de 209 Km de nouvelles voies pour le fret (117 km Taourirt vers Nador port, 47 km Sidi Yahya vers Belciri et 45 Km Tanger vers Tanger Med) ;
  • Électrification de 302 km de voies existantes (255 km de Sidi Kacem vers Tanger-Med et 47 km de Sidi Yahia à Belkciri) ;
  • Doublement de voies sur 258 km (115 km de Sidi Kacem vers Fès + 143 km de Casablanca vers El jadida[168] et vers Sidi Aïdi) ;
  • Augmentation des dessertes de 110 trains par jour en 2005 à 228 trains par jour en 2010[169] ;
  • Raccourcissement des temps de trajet de une heure sur l'axe Rabat - Tanger ainsi que Rabat - Fès ;
  • Passage de 18,5 millions de passagers en 2005 à 30 millions en 2010 ;
  • Augmentation du trafic fret de 4 millions de tonnes en 2005 à 9 millions en 2010 ;
  • Électrification de toute la ligne atlantique et ses ramifications permettant d'utiliser du matériel roulant performant et moderne, les rares locomotives Diesel sont écartée vers la partie non encore électrifiée à l'est du pays.

À l'issue du contrat programme 2005-2009, l'ONCF a porté le montant de ses investissements a 33 milliards de dirhams dans son nouveau contrat programme 2010-2015 signé avec l'état, un programme que la compagnie a baptisé Rihane 50 faisant allusion à son ambition initiale d'atteindre 50 millions de passagers et 50 millions de fret en 2015. 20 milliards de ce budget est dédié à la grande vitesse et 13 milliards restant à la modernisation du réseau classique.

Le projet Rihane 50 démarrant en même temps que le printemps arabe a connu relativement plus de retards dans son développement, la ligne LGV Tanger - Kénitra est annoncée pour 2018 au lieu de 2015, l'électrification de la ligne Fez - Oujda tarde également à se concrétiser, en 2014 l'ONCF réalise 39 millions de transport de passagers et 35 millions de transport de marchandises il serait vraisemblablement peu probable d'atteindre 50 millions de tonnes fret et de voyageurs à court terme. En attendant le parachèvement des phases du dernier contrat programme, l'ONCF est en cours d'élaboration de trois plans simultanés complémentaires : Stratégie 2025 , Plan Maroc Rail 2040 et Plan Dessertes Régionales (PDR). Le premier programme décennal porte principalement sur le renouvellement des gares et du matériel roulant, le Plan Maroc Rail 2040 (PMR-2040) est un projet à long terme portant sur l'extension du réseau ferré de 1 500 km de LGV et de 2 700 km de lignes conventionnelles pour atteindre un réseau ferroviaire de 6 300 km en 2040. Quant au programme dessertes régionales, ce dernier vise à promouvoir le transport ferroviaire régional, l'idée principale est de réserver toutes les dessertes longues distance au TGV et garder les trajets inférieurs à 200 km au trains classiques.

Transport maritime

Le Maroc occupe une assez large façade maritime sur la Méditerranée et l'Atlantique, son secteur maritime est doté de 38 ports répartis comme suit :

  • 13 ports de commerce international ;
  • 6 ports passagers ou de de plaisance ;
  • 19 ports de pêche ou d'export de produits halieutiques.

Après le succès du port de Tanger Med le Maroc projette de construire prochainement trois nouveaux ports similaires : Nador West Med, Kénitra Atlantique et Dakhla Atlantique. Au terme de l’année 2014, l’activité des ports marocains a atteint un nouveau record, avec un volume de 115 millions de tonnes, marquant ainsi une augmentation exceptionnelle de 14,3% par rapport à l’année précédente[170]. Cette hausse a été tirée par la bonne orientation aussi bien du trafic domestique (Import Export), ayant enregistré un raffermissement de 11,5%, que du trafic de transbordement des conteneurs au port de Tanger Med, ayant marqué une consolidation du positionnement du Maroc sur ce segment avec une amélioration des volumes manipulés de 20,2%.

Principaux ports de commerce:

  • Tanger Med (39 millions de tonnes) ;
  • Port de Casablanca (25 millions de tonnes) ;
  • Port de El Jadida-Jorf el sfar (22 millions de tonnes) ;
  • Port de Mohammadia (11,5 millions de tonnes) ;
  • Port de Safi (6.2 millions de tonnes) ;
  • Port de Agadir (4.2 millions de tonnes) ;
  • Port de Layoune (3.2 millions de tonnes) ;
  • Autres ports (0.5 millions de tonnes).

Transport aérien

Lignes Aériennes Latécoère, c.1918.

Si de tous les modes de transports actuels l'aérien est le plus récent, la position géographique du Maroc lui a permis dès le départ de jouer un rôle essentiel dans ce domaine: la première ligne aérienne intercontinentale fut la ligne postale aérienne[171] Toulouse - Rabat qui a commencé le suivie d'un service passagers un an plus tard[172]. Par la suite cette ligne a été prolongée à Dakar puis jusqu'en Amérique latine. Cette ligne fut exploitée par le groupe privé Latécoère. Par la suite et devant le manque d’aérodromes au début du siècle dernier les premiers avions passagers furent des hydravions afin de pouvoir atterrir dans les villes côtières ainsi que pour réaliser plus facilement des atterrissages d'urgence en mer. Là encore le Maroc et le Sénégal ont joué un rôle fondamental grâce l'étendue de leurs façades maritimes. On ne dispose pas avec exactitude des chiffres de passagers transportés les premières années ce service restait assez exceptionnel et onéreux. Cependant, concernant le transport du courrier une convention a été signé entre les postes marocaines et françaises le 10 mars 1919, à partir de début septembre à fin décembre de la même année 9 124 lettres[173] ont été acheminées par voie aérienne au Maroc.

La crise économique de 1929 et la seconde guerre mondiale on lourdement handicapé le secteur aérien civile, il aura fallu attendre 1946 pour voir la première ligne aérienne marocain (Air Atlas), suivie par la création de la compagnie Air Maroc en 1948. En 1951 le gouvernement marocain décide par décret royal de concéder l'exclusivité du transport public à Air Atlas en la rebaptisant Compagnie Chérifienne de Transport Aérien Air Atlas (CCTA) avec un capital partagé entre l'état marocain, Air France et la compagnie Air Maroc qui s'est spécialisée dans la maintenance. La fin du protectorat survint le 2 mars 1956 cependant, la totalité des pilotes de la CCTA étaient européens en majorité français, l'incident du détournement de l'avion[174] des leaders du FLN a beaucoup marqué le roi Mohammed V, selon quelques sources il aurait proposé aux autorités françaises d'échanger son fils le prince Hassan II contre les chefs de la résistance algérienne, immédiatement Mohammed V demanda la création d'une école de formation de pilotes pour éviter de tels incidents. Le premier juillet 1957 les compagnies CCTA et Air Maroc ont fusionné sous le nom de Royal Air Maroc qui démarra avec 8 avions (3 DC3, 4 DC4 et un L749 Constellation). Le Centre de Formation Professionnelle (CFP) arrive en 1958 et le premier pilote marocain formé fut Mohammed Kabbaj qui débuta ses services en 1964.

Le Maroc est actuellement connecté à 51 pays et 113 aéroports étrangers via des lignes régulières contre 29 pays et 43 aéroports une décennie plus tôt. Le trafic aérien au Maroc a aussi presque triplé en passant de 7 millions de passagers en 2004 à plus de 17 millions de passagers en 2014. Lors de la 7ème conférence World Connect qui s'est tenue à Marrakech en octobre 2015 le ministre de transport marocain révèle l'objectif d'atteindre 70 millions de passagers en 2030[175]. Vue le nombre de touristes escompté à cette date, il parait difficile d'atteindre ce chiffre sans développer le trafic aérien interne qui à défaut de sa libéralisation reste encore assez onéreux et restreint. Le Maroc est desservi par 50 compagnies aériennes, le transport aérien est largement international. La compagnie national Royal Air Maroc (RAM) détient 45 % du trafic à la suite de l'entrée des low cost européennes, avant l'OpenSky la compagnie marocaine atteignait 62% du trafic aérien. Le total de passagers enregistrés au sein des aéroports marocains en 2014 s'élève à 17.30 millions de passagers en augmentation4.8%.

La compagnie nationale Royal Air Maroc est l'une des premières compagnies africaines en termes de trafic voyageurs, elle a transporté en 2014 plus de 6 millions de passagers juste devant Ethiopian Airlines et derrière Egypt Air et South African Airlines (SAA) ayant tout deux transporté 7 millions de passagers[176]. Malgré une population marocaine assez modeste comparée à ces trois derniers pays et en dépit du fait que la Royal Air Maroc est la seule compagnie africaine soumise à la concurrence féroce des Low Cost, la compagnie marocaine est en pleine croissance tout comme sa rivale éthiopienne. Ces deux dernières compagnies qui sont au coude à coude rêvent de profiter des grandes contre-performances actuelles de Egypt Air et de la SAA pour devenir leader à l’échelle continentale. La RAM détient le plus de trafic international comparée aux reste des compagnies africaines, en effet, Les trois autres compagnies aériennes africaines majeures réalisent le gros de leurs trafic sur des lignes internes à cause de la décadence ou de l'arrêt de leurs transports ferroviaire interurbain.

Le Maroc dispose de plusieurs infrastructures aéroportuaires dont 18 aéroports internationaux, 10 principaux aéroports nationaux et des petits aéroports à usages touristiques, militaire ou de sports aériens. Le dernier aéroport construit est l'Aéroport de Beni Mellal. La stratégie du transport arien actuelle au Maroc porte sur l'agrandissement de plusieurs aéroports dont une bonne partie est en cours mais aussi sur la construction de 3 grands aéroports nouveaux : un nouvel aéroport passagers à Marrakech, un aéroport spécial fret à Casablanca-Ben Slimane et un nouvel aéroport mixte à Tanger-Tétouan[177]. En 2014 l'aéroport de Casablanca avoisine 8 millions de passagers soit 45% du total du trafic aérien suivi de Marrakech avec 4 millions de passagers. Un événement majeur est survenu depuis 2013 où l'Aéroport de Casablanca a détrôné Londres comme porte d'entrée et sortie du continent africain[178], à ce jour le premier hub africain est paradoxalement toujours Paris Charles de gaule un aéroport non africain suivi de l'aéroport de Casablanca et la première compagnie de transport d'Europe vers l'Afrique est Air France avec une croissance de 3% suivie de Royal Air Maroc avec une croissance à deux chiffres. Air France bénéficie certes d'un pas d'avance avec ses lignes Paris - Tunis et Paris - Alger encore relativement rentable car non sous mises à la compétition des low costs cependant, cette dernière compagnie projette de créer un hub à Abidjan[179] afin de servir tous les aéroports des pays de la CEDEAO.

Le transport aérien de marchandises est cependant très limité au Maroc, vue la proximité avec l'Europe la plus grande partie des marchandise exportées du Maroc sont des produits frais ils sont acheminés par transport TIR frigorifié vers le réseau autoroutier européen. La RAM possède un seul avion spécial Fret, et un avion mixte modulable. La messagerie express et les colis à haute valeur ajoutée donnent de l'activité aux avions de DHL et Fedex.

Internet et Télécoms

Chiffres clés
Opérateur Chiffres d'affaires Effectif Fibre optique (km)
Maroc Telecom 28,5* MM Dh 11 500 35 000
Inwi 6,2 MM Dh 1 195 4 500
Meditel 5.5 MM Dh 1 160 4 000

* Chiffres à fin 2013, sur les 28,5 milliards de Dirhams, Maroc Telecom réalise 8 milliards à l'international.

En raison du fort pourcentage de la population rurale au Maroc durant le siècle dernier, l'accès à la téléphonie fixe était assez faible pendant cette période. Cependant, l'opérateur Télécom national a démarré la numérisation de son réseau longtemps avant ses homologues sur le continent, dès le milieu des années 1980 l'ensemble du réseau téléphonique inetrurbain marocain était enfui sous terre et numérisé. L'objectifs de ce programme était de se préparer à profiter au maximum du juteux marché des communications fixes. Par la suite cette numérisation s'est avérée aussi rentable quand au marché d'Internet et d'appels mobiles.

Au Maroc comme dans le reste des pays africains francophones l'apparition d'Internet est survenue relativement tard, le premier pays africain à être connecté à la toile mondiale fut l'Afrique du Sud dès 1991, cependant, le retard de la numérisation du réseau téléphonique dans ce pays y a longtemps limité la propagation rapide de l'usage d'Internet. La proximité des pays nord africains de l'Europe a aussi permis aux opérateurs de ces derniers à passer des câbles de fibre optique sous marins peu onéreux vers l'Europe et offrir ainsi une assez confortable bande passante bon marché à leurs clients. Internet est apparu au Maroc en 1995, ce dernier est à présent connecté à plusieurs câbles de fibre optiques intercontinentaux même si les données Internet passent par les câbles de ses propres opérateurs à savoir un câble sous marin de Meditel vers l'Espagne, deux câbles sous marins de Maroc Telecom un vers Marseille, l'autre vers l'Espagne et un câble international terrestre de Maroc Telecom vers plusieurs pays du Sahel. A fin 2013 les backbones de fibre optique des opérateurs marocains sont de 35 000 km[180] pour Maroc Télécom, 5 500 km[181] pour Inwi et 4 000 km pour Meditel. L'ensemble des trois opérateurs commercialisent des forfaits 3G/4G, l'opérateur historique Maroc Télécom proposait depuis plusieurs années des offres dual play et triple play en ADSL2+ allant jusqu'à 20 Mbps, à partir de fin 2015 les deux opérateurs alternatifs ont lancé leur propres offres ADSL dual play Internet et Téléphone illimités à prix plus compétitifs.

Avant l’avènement de la 4G et de la mise en place du dégroupage total le plus gros du trafic internet marocain transitait par les serveurs de Maroc Télécom grâce à ses forfaits ADSL allant de 4 à 20 Mbps, les deux opérateurs alternatifs ne voyaient pas d'urgence à investir dans un point d'échange Internet (IXP), à la suite du lancement de leurs offres ADSL dégroupées un IXP est lancé en février 2016[182] au Maroc afin d'optimiser les trafics de données inter-opérateurs marocains et d’améliorer les pings des usagers, aussi depuis le le Maroc s'est doté d'une copie du Serveur racine du DNS afin d’améliorer les requêtes de résolutions des noms de domaines Internet et d’accélérer ainsi le chargement des pages web[183], le Maroc rejoint de ce fait le Kenya et l'Afrique du sud, les deux seuls pays africains à héberger des copies de serveurs racine DNS du réseau Internet mondial. Concernant la bande passante Internet internationale, le Maroc est leader à l’échelle de son continent avec une bande passante internationale de 412 Gbps[184] à fin 2013[185] suivi de l'Afrique du Sud bénéficiant de 200 Gbps et de l'Egypte, Algérie et Tunisie qui sont dotés d'une bande passante allant de 100 à 200 Gbps[186]. La bande passante Internet internationale marocaine a été multipliée par 5,5 de 2010 à 2014 passant de 75 Gbps en 2010 à 266 Gbps en 2012 puis à 412 Gbps à fin 2013[184]. L'accroissement de cette bande passante internationale et la concurrence féroce entre les trois opérateurs Télécom a permis de baisser les prix et d'augmenter le nombre d'usagers ainsi que leur bandes passantes effectives, il en résulte que le Maroc détenait à fin 2013 le plus fort pourcentage d'utilisateurs d'Internet en Afrique avec 56%[187] de la population devant l'Égypte, l'Afrique du Sud et la Tunisie détenant tous trois un taux d'internautes inférieur à la moitié de leurs populations respectives. À fin juin 2015 le nombre d'internautes au Maroc progresse à 60,60% (soit 20,2 millions) et se voit devancé par le Kenya qui atteint 63,60%[188] puis l'Ile Maurice à 60% et l'Égypte à 54,6%.

Au 30 septembre 2015 les chiffres d'internet et téléphone sont:

  • Nombre d'utilisateurs d'Internet : 20,5 millions ;
  • Nombre d'abonnements à Internet : 13,9 millions[189] en augmentation23,5% :

- Internet mobile : 12,8 millions (92,2%) en augmentation21,5%
- Internet ADSL : 1,1 millions (7,9%) en augmentation2%

- IAM : 41,8%
- Meditel : 31,8%
- Inwi : 26,5%

- IAM : 1,73 millions (75%)
- Inwi : 0,57 millions (25%).

Les offres illimitées

Si Maroc Telecom (IAM) profite encore de l'étendue de son réseau et de sa plus forte couverture pour recruter ou garder ses clients, de l'autre côté une concurrence féroce est constatée entre les deux opérateurs alternatifs Inwi et Meditel qui ont recruté deux managers français expérimentés (F. Debord et M. Paulain) afin de gratter des parts de marché à l'opérateur historique. Début septembre 2014 Inwi lance pour la première fois au Maroc un forfait mobile illimité[190] data et voix vers fixes et mobiles au Maroc et vers les fixes européens et nord américains à 499 Dirhams (50$) avec un engagement de 12 mois sous réserve d'un plafond de 100 contacts appelés par mois, un mois plus tard Maroc Telecom riposte[191] avec un forfait illimité au même prix sans limitation du nombre de contacts. Les deux derniers forfaits illimités n'ayant pas eu le succès escompté à cause de leur prix élevé, entre temps Meditel multipliait les offres promotionnelles à ses abonnés prépayés pour les garder et constatant l'échec des offres illimitées à 499 Dirahams lance à son tour son forfait illimité data et voix à 199 Dirhams (20$)[192] uniquement ves les mobiles et les fixes marocains avec une idée encore plus originale son offre illimitée est sans engagement. Pour les clients ayant besoin d'appeler en Europe Meditel lance une option Europe pour un forfait global à 399 Dirhams soit 100 Dirahms de moins que ses concurrents tout en restant prudent l'option Europe est limitée à 17 contacts. Il convient de rappeler que Orange détenait 40% de Meditel et venait de passer à 49%, Orange étant présent sur plusieurs pays en Europe le coût des appels fixe vers le vieux continent ne lui coûteraient sans doute pas grand chose et surtout avec une limitation à 17 contacts Michel Paulin DG de Meditel prenait donc moins de risque, de son côté l'offre lancée par Fréderic Debord DG de Inwi s'est avérée un échec total d'autant plus que ce dernier est le seul opérateur marocain qui ne détient pas sa propre fibre optique sous marine, à peine quelques mois plus tard Debord est remplacé[193] à la tête de Inwi.

Partage des infrastructures

Pendant longtemps Maroc Telecom a essayé de garder son monopole sur le fixe et retarder le lancement de la 4G qu'elle considérait une grande menace à son ADSL tout en s'activant dans le déploiement de son réseau de fibre optique pour les particuliers, les tractations ont duré longtemps entre Maroc Telecom et l'ANRT qui stipulait dans le cahier des charges d'obtention de la licence 4G le partage obligatoire de ses infrastructures avec ses concurrents ainsi que l'ouverture de son réseau de boucle locale (le dégroupage)[194] à ces derniers avec des tarifs convenables.

Après un appel d'offre 4G publié en novembre 2014 les trois opérateurs mobile décrochent leur licence en mars 2015[195], Meditel lance le premier son offre 4G le 8 juin 2015 suivi par Inwi et Maroc Telecom deux mois plus tard. À l'heure actuelle le partage des infrastructures 4G n'est toujours pas effectif, les deux opérateurs mobiles alternatifs bénéficient donc d'une couvertures 4G dans les villes mais en zones rurales leurs abonnés basculent en 3G.

Après avoir publié des offres de dégroupages de la boucle locale jugées onéreuses en 2014 Maroc Telecom a été sommé par l'ANRT de publier des offres moins onéreuses au plus tard le 15 octobre 2015. Aussitôt que ce fut fait les opérateurs alternatifs Meditel et Inwi lancent leurs offres ADSL double play phone fixe et Internet respectivement le 23 octobre 2015[196] et le 24 novembre 2015[197] les deux au même prix de 249 Dirhams (25$) appels fixe et Internet illimité sans quota avec portabilité du numéro.

Internet 4G LTE

Malgré l'obligation faite par l'ANRT aux opérateurs de partager leurs infrastructures de communication 4G les modalités d'application ne sont pas encore fixées et au début 2016 chaque opérateur utilise toujours ses propres bornes 4G. À peine 6 mois après l’introduction de la 4G LTE au Maroc les opérateurs marocains réalisent de très bonnes performances en termes de bande passante avec 16 Mbps de moyenne en classant le royaume chérifien premier en Afrique et 26e mondial selon le cabinet britannique OpenSignal[198] suivi de l'Afrique du Sud 59e mondial avec 8 Mbps, La couverture 4G atteint 66% avec Maroc Télécom[199] , 62% pour Inwi et 42% de la population pour Méditel selon le même cabinet. En définitive, le lancement de la 4G LTE au Maroc ayant certes pris plus de temps que prévu pour redistribuer le spectre de fréquence entre les télécoms, la Télévision TNT et les fréquences GSM-R ferroviaires, cependant, les trois opérateurs avaient déjà anticipé le déploiement de leurs antennes 4G et avec des équipements plus modernes, c'est sans doute ce facteur ou la faible proportion d'abonnés qui partagent la bande passante au Maroc qui placerait ce pays devant des pays pionniers en nouvelles technologies comme l’Allemagne classé 34e mondial selon la même étude , le Brésil (42e), le Japon (44e) ou encore Hong Kong (48e) des pays qui ont déployé leur 4G LTE depuis plusieurs années et avec des équipements d'anciennes générations.

Internet Par satellite

En 2000 l'opérateur norvégien Telenor à créé au Maroc une filiale spécialisée dans la connexion Internet par Satellite baptisée Nortis[200], au début l'activité de cette société se concentrait sur les entreprises agricoles et les écoles rurales, depuis 2014 Nortis est acheté par le groupe espagnole Quantis qui l'a ouvert aux particuliers et aux artisans pêcheurs. À fin 2015 Nortis totalise 4 712 écoles rurales connectées par satellite au Maroc[201].

Fibre optique

La connexion internet par fibre optique est assez rare en Afrique en général et au Maroc en particulier, depuis plusieurs années Maroc Télécom fournissait la fibre optique à ses clients professionnels et institutionnels, en 2004 Maroc Télécom assurait un réseau de recherche scientifique baptisé Marwan 2 connectant les universités marocaines à une bande passante de 155 Mbps, En 2009 l'appel d'offre pour la nouvelle version Marwan 3 est remportée par Méditel qui fournit un débit de 300 Mbps à la communauté scientifique marocaine[202]. Depuis le début des années 2000 Les deux opérateurs s'activent pour équiper les locaux des entreprises en fibre optique. La fibre optique pour les particuliers (FFTH) a démarré depuis 2014 avec Maroc Télécom grâce à des offres 50 et 100 Mbps commercialisées respectivement à 600 et 1 000 dirhams (60 et 100 $)[203].

Énergies

Le Maroc produit un peu de pétrole et de gaz, ainsi que de l'électricité éolienne et hydraulique. [27]

Le maroc produit un peu de pétrol et de gaz, mais dépend tout de même des importations.

Énergie électrique

Le Maroc consomme essentiellement du pétrole (importé en grande partie) ainsi que du charbon et du gaz pour son électricité.[28]

Le Maroc est l'une des grandes économies africaines qui est parmi les plus dépendantes des importations d'énergie avec ses 95% de sa consommation, la production de l'électricité n'échappe pas à cette règle. Conscient de ce handicap le royaume chérifien a été le seul pays africain à adopter un modèle MARKAL clair et intégré à son espace régional notamment les pays ibériques. Le modèle marocain consiste à diversifier son mixe énergétique par étapes avec une ambition de 42% d'énergie renouvelables en 2020, 52% en 2030[204] et de l'énergie nucléaire au-delà de 2030[205]. Longtemps que le Maroc bénéficiait d'un bon ratio d'énergie propre grâce à la production de l'énergie hydraulique des barrages au siècle dernier, l'électrification rapide des zones rurales et l'augmentation de l'industrie ont créé une si forte demande sur l'énergie électrique qu'il a fallu satisfaire aussi rapidement et d'une façon peu onéreuse, le moyen le plus compétitif trouvé fut le charbon qui constituait 48% à lui seul de la production nationale en 2010. La même année l'électricité hydraulique s'est rétrécie à 16%, l"apparition de l'éolien assurait 3% de la production, le reste étant assuré par les centrales à gaz et à pétrole. En 2007 le Maroc avait lancé un programme afin d'installer 2 000 MW de moyen de production d'électricité solaire, et 2 000 MW d'éolien pour atteindre 42% d'énergie renouvelable en 2020. Afin d'optimiser son réseau de distribution l'ONE projette de déployer la technologie des smart grid[206]. L'ONE est en cours de déployer une nouvelle solution de l'ERP allemand SAP afin d'optimiser les coûts de gestions de sa clientèle. En milieu rural, afin d'éviter les impayés et les frais de justice l'ONE a mis en place un modèle de compteur électrique fonctionnant avec une carte à puce prépayée c'est le même modèle que ce dernier utilise dans quelques pays d'Afrique sub-saharienne et qui leur donne entièrement satisfaction dans la mesure où cela évite les soupçons de fraudes et de raccordement sauvages de la part des voisins.

De part sa position stratégique le Maroc joue un rôle primordial dans les plans d'interconnexions électriques il relie à ce jour le continent africain à l'Europe par deux câbles à haute tension sous le détroit de Gibraltar, à terme le Maroc projette de rajouter une troisième interconnexion avec l'Espagne et une nouvelle interconnexion de 1 000 Mw avec le Portugal[207]. D'autre part, à long terme le Maroc ambitionne d'exporter son énergie électrique vers l'Afrique sub saharienne via la Mauritanie[207] où l'ONE possède déjà des concessions dans plusieurs pays sur le continent. En effet, depuis la dernière décennie[208] l'ONE investit en Mauritanie, au Sénégal, en Gambie, au Niger, en Libye, en Sierra Leone et au Tchad en participant à la construction des centrales et des réseaux, l’assistance technique et le transport. En 2006, l’ONE avait décroché des concessions de production de 7 MW à Nouadhibou en Mauritanie, ou encore une production de 15 MW à Freetown, en Sierra Leone cette politique de coopération régionale ferait du Maroc un carrefour énergétique entre l’Europe, le Maghreb et l’Afrique subsaharienne.

Gaz et Carburants

Énergies renouvelables

En 2010 le taux d'énergies renouvelables produites au Maroc fut de 19% avec 16% d'énergie hydraulique et 3% d'énergie éolienne. Le Maroc ambitionne d'atteindre un taux de 42% d'électricité écologique d'ici 2020 grâce à l'énergie solaire, hydroélectrique et éolienne[209]. Les barrages marocains assurent une réserve de 17 milliards de mètres cubes d'eau et une bonne partie d'électricité verte. En plus de l'énergie photovoltaïque, le Maroc expérimente un projet de grande envergure afin de produire de l'électricité thermo-solaire dans le Sahara[210], les hautes températures dans cette région rendant plus rentable cette technologie comparée au photovoltaïque.

Accès à l'eau et à l'électricité

Au Maroc l'ensemble des habitants en milieu urbain sont raccordés aux commodités, contrairement à une grande partie des pays africains il n'existe pas de raccordements sauvages ni de coupures intempestives d'électricité et d'eau courante été comme hiver en villes comme en rase compagne, ce qui est loin d'être le cas dans la quasi totalité des pays africains y compris au sein des plus grandes puissances économiques africaines actuelles que sont le Nigeria, l'Afrique du Sud, l'Algérie et l'Égypte où les coupures d'eau et d'électricité sont assez fréquentes[211]. L'accès à l'eau potable, à l'électricité et, dans une moindre mesure, à l'assainissement a augmenté de manière significative au Maroc depuis 1990. À fin 2010 l'accès à l'eau en milieu rural atteint 91%[212], une partie d'agriculteurs ont un ou plusieurs puits et préfèrent consommer leur propre eau grâce à des pompes électriques, le taux d'électrification est de 100% en villes et atteint 99.52% en milieu rural.

Concernant l'électricité il existe toujours un seul distributeur pour les particuliers, la loi a été amendée pour permettre la libéralisation du marché néanmoins, seulement quelques grandes entreprises ont demandé une licence pour produire leur propre électricité souvent éolienne, d'un autre côté la nouvelle loi oblige l'office national d'électricité (ONE) à acheter l'électricité d'opérateurs privé produisant de l’électricité verte. À l'heure actuelle le plus grand fournisseur d’électricité écologique à l'ONE est l'entreprise NAREVA[213]. En outre, concernant la distribution d'eau potable plusieurs communes ont fait un appel d'offre et ont déléguée ce service à des opérateurs privés, notamment à Casablanca, Mohammédia, Rabat, Salé, Témara, Bouznika, Tanger, Tétouan..., tandis qu'elle est encore assurée par des régies municipales dans 13 autres villes et par l'Office national de l'eau potable (ONEP) dans 500 communes intermédiaires et rurales.

Secteur secondaire

Industries

Pendant longtemps l'économie du Maroc était basée principalement sur l'agriculture et la pêche maritime, ceci fut le cas notamment au siècle dernier quand les populations rurales dépassaient la moitié de la démographie du pays. L'industrie marocaine contribuait à 16% du PIB et employait 12% de la population active, l'industrie lourde fut relativement négligée aux dépens des activités pressentie nécessaires à l’autosuffisance alimentaire et vestimentaire, cela a eu comme conséquence de développer l'industrie textile et agroalimentaire pour la consommation locale et à l'export : jusqu'à 2002 presque trois quarts des exportations marocaines de produits manufacturés étaient constituée d'articles de cuire, textile et d'aliments transformés. En 2005 le ministère de l'industrie marocain a engagé le cabinet McKinsey[214] afin d'élaborer une étude sur les modalités de stimulation de l'industrie, l'étude est intégrée dans un programme d'ensemble baptisé Plan National Emergence I (PNE I) ayant comme objectif de créer 250 000 emplois. Ce dernier programme était loin de réaliser les objectifs escomptés.

En 2009 un nouveau programme Plan National Emergence II (PNE II) est mis en place avec des objectifs clairs et des secteurs bien définis et baptisés "les métiers mondiaux du Maroc" que seront :

  1. Offshoring : Positionnement sur le nearshore francophone et hispanophone – Ambitions : + 100 000 emplois - + 15 Mds DH en VA ;
  2. Automobile : Création d’une base industrielle autour d’un tissu d’équipementiers – Ambitions : + 70-80 000 emplois - +10 Mds DH en VA ;
  3. Electronique : Focalisation sur l’électronique de spécialité et intégré – Ambitions : + 10 000 emplois - +5 Mds DH en VA ;
  4. Halieutique : Valorisation industrielle et commerciale des pélagiques et développement des produits congelés – Ambitions : 35 000 emplois - + 3 Mds DH en VA ;
  5. Aéronautique : Offre intégrée – Ambitions : + 10 000 emplois - +3 Mds DH en VA ;
  6. Textile et cuir : Repositionnement sur le fast fashion et co-traitance – Ambitions : 50 000 emplois - + 5 Mds DH en VA ;
  7. Agroalimentaire : Développement de 8 à 10 filières à fort potentiel autour de projets intégrés – Ambitions : 6 000 emplois - + 5 Mds DH en VA.

Ainsi, ces sept secteurs considérés comme stratégiques et porteurs ont été ciblés. Orientés vers l’export, ces moteurs de croissance ambitionnent de représenter 70% de la croissance industrielle au Maroc à partir de 2015, doper la croissance annuelle du PIB de 1,6 % (soit 90 Mds DH additionnels) et créer 400 000 emplois. Afin de parer au manque de résultats réalisés par le premier programme Emergence I, plusieurs mesures ont été prises dont:

  • La mise à niveau des infrastructures de transport par la création de zones et plateformes industrielles dédiées ;
  • un cadre fiscal attrayant pour les investissements industriels ;
  • un programme de formation intégré, spécialement conçus pour accélérer le développement de ces branches.

L'analyse globale des sept dernières filières motrices à l'export permet de relater la fragilité du secteur textile face à la concurrence asiatique, cependant, l'offshoring, l'aéronautique et l'industrie automobile ont relativement bien progressé. L'offshoring a permis au Maroc de jouer la carte linguistique et la proximité en fuseau horaire par rapport aux principaux marchés émetteurs, cette forme de nearshoring a même poussé quelques professionnels de pays concurrents comme l'Inde[215] et l'Égypte[216] à installer leurs antennes au Maroc.

Concernant l'aéronautique et l'automobile ces deux secteurs ont largement évolué au Maroc passant d'à peine quelques rares sociétés opérant dans chacun de ces deux domaines à 150 équipementiers automobiles[217] et 120[218] autres groupes opérant dans l'aéronautique installés au Maroc à fin 2015 dont les derniers implantés sont Hexcel, Stélia, Bombardier et autre Latécoère. Sans compter la valeur produite pour le marché interne, en 2015 le secteur automobile a généré 68,50 milliards de dirhams en croissance de 20% par rapport à 2014 comprenant 48,60[219] milliards de dirhams en voitures et composants automobile destinés aux usines européennes et 19,90[219] milliards de câblage. Le secteur aéronautique a exporté environ 15 milliards de dirhams (7,20[219] Milliards en pièces et 7,70[219] milliards en électronique).

En 2014 une nouvelle feuille de route baptisée "Plan d'accélération industrielle 2014-2020" est mise en place pour dynamiser l'industrie, un budget de 20 milliards de dirhams est réservé pour mener à bien ce projet qui vise à accueillir une centaine d'équipementiers aéronautiques supplémentaires et plusieurs usines automobiles afin de doubler les capacités de productions actuelles qui sont de 400 000 voitures.

Secteur primaire

Pêche et pisciculture

Doté d’une double façade maritime, atlantique et méditerranéenne, le Maroc dispose d'une zone de pêche exclusive de 3.500 km de côtes riches et variées tant par leur biodiversité que par la spécificité de leurs écosystèmes. Les côtes marocaines, constituées d’une zone économique exclusive de plus d’un million de km² sont réputées parmi les plus poissonneuses au monde, selon la FAO le Maroc occupe le rang de 1er producteur de poissons en Afrique et 18e à l'échelle mondiale. En 2014, le secteur de la pêche maritime a généré 8 Milliards de dirhams soit environ 2% du PIB national. En termes d’emplois, la filière pêche crée plus de 170.000 emplois directs, soit 1,5% de la population active, et près de 500.000 emplois indirects. En 2009 le Maroc a lancé un programme baptisé Halieutis visant à créer 115 000 nouveraux emplois dans le secteur et à générer 3 milliards de dollars à l'export.

Agriculture

Depuis son indépendance, le Maroc a déployé d’importants efforts pour le développement agricole, aussi bien des zones irriguées par la mobilisation des ressources hydrauliques et l'aménagement de grands périmètres irrigués, que des zones bour par des opérations de grande envergure, des mesures d'incitation, d'encadrement et de soutien des prix; en plus de la formation des cadres, composante essentielle à la conception et la mise en œuvre des programmes de développement. En dépit des moyens humains et financiers mis en œuvre, les projets et programmes de développement retenus n'ont pas toujours réalisé les objectifs escomptés aussi bien en matière de sécurité alimentaire qu'en matière d'amélioration des conditions de vie et de production des exploitants agricoles.

Le secteur de la culture maraîchère, largement dominé par des petits agriculteurs, a moins souffert de variations cycliques de productions grâce à l’irrigation et à la persévérance des propriétaires locaux, en revanche quelques domaines agricoles ont été gérés d'une manière désastreuse par des compagnies publiques sous forme de grandes kolkhozes d'une gouvernance qui laisse à désirer. Les compagnies publiques SODEA et SOGETA[220] sont deux exemples de cette mauvaise gestion, ces deux dernières ont provoqué un retard criant de leurs domaines respectifs en laissant derrière elles une ardoise monstre prouvant encore une fois de plus l'incompétence du capitalisme d'État dans ce secteur économique précis qui nécessite beaucoup d'attention et beaucoup d'innovation. Cependant, les employés se sont toujours opposés à la privatisation de ces deux entreprises, Il a fallu attendre le début des années 2000 pour commencer la privatisation[220] de ces deux compagnies agricoles.

En 2008 le plan "Maroc Vert" est lancé afin de dynamiser l'agriculture marocaine, doté d'un budget de 174 milliards de dirhams (16,1 milliards d'euros), le Plan Maroc Vert entend moderniser le secteur et le rendre plus concurrentiel à l'échelle internationale, tout en proposant des aides ciblées aux petits exploitants pour une croissance plus inclusive dans les zones rurales. Ce plan devrait permettre la création de quelque 1,15 million d'emplois dans le secteur d'ici 2020 et multiplier par trois les revenus de 3 millions de ruraux. Le secteur agricole, conforté par une valeur ajoutée qui a augmenté de 50 % depuis 2008, connait une progression soutenue comme en témoignent les indicateurs qui affichent une croissance des exportations agricoles de 34%. La valeur ajoutée agricole a augmenté de 70 MMDH en 2008 à 105 milliards de DH en 2014, ce qui montre qu'elle progresse plus rapidement que celle du reste de l'économie. Ces chiffres signifient que le revenu/tête a progressé de 48 % dans le monde rural depuis 2008. La hausse des exportations agricoles a été accompagnée d'une intensification des investissements dans l'économie agricole, en progression de 170 % entre 2008 et 2014, et cela particulièrement en amont. La part des investissements destinés à l'amont de la filière a permis de renforcer les systèmes de production contre l'aléa climatique.

En outre, Selon une étude bilan de l'Oxford Business Group (OBG), le secteur agricole marocain a enregistré une année exceptionnelle en 2015, avec une récolte céréalière qui a atteint des sommets, s'élevant à 11 millions de tonnes sur l'ensemble de l'année qui s'est écoulée. D'après les experts du cabinet d'étude britannique, le secteur agricole contribue à hauteur d'environ 15 à 20 % au PIB de l'économie marocaine et fournit des emplois directs à plus de 4 millions de personnes. À l’international, depuis 2008 et selon les précipitations les importations agricoles marocaines représentent entre 14 et 24% des importations globales, quant aux exportations agricoles, elles représentent entre 15 et 21% du total des exportations.

Mines

Politique

Blason du Royaume du Maroc.

Le Maroc a pour régime politique une monarchie constitutionnelle dont le souverain actuel est le roi Mohammed VI, de la dynastie alaouite, établie depuis 1666 et l'une des plus anciennes du monde contemporain.

Le Maroc est membre de l'Organisation des Nations unies, de la Ligue arabe, de l'Union du Grand Maghreb, de la Francophonie, de l'Organisation de la coopération islamique, du Groupe des 77, de l'Union pour la Méditerranée, et de la Communauté des États sahélo-sahariens.

Le Maroc est le seul pays africain à ne pas faire partie de l'Union africaine, mais peut bénéficier des services de cette organisation tels que les services de la banque africaine de développement. En 1987, le Maroc a tenté, sans succès, d'adhérer à la CEE, et s'est vu octroyer en 2008 un « statut avancé » auprès de l'UE[221]. Le , il a rejoint le Centre Nord-Sud du Conseil de l'Europe[222]. En , le Maroc est désigné en tant qu'allié majeur hors-OTAN (en) par les États-Unis[223].

Selon l'historien Bernard Lugan, c'est entre autres l'attrait des richesses provenant du commerce du Sud (Sahara) vers le Nord (l'Occident) qui va attirer les convoitises de diverses tribus avec pour ville carrefour Marrakech qui deviendra naturellement la capitale de diverses dynasties, en particulier celles venant du Sud (Almoravides, Almohades, Saadiens) ; toute l'histoire du Maroc (des Idrissides aux Alaouites) est ainsi marquée par le commerce des richesses du Sud vers le Nord. L'histoire du Maroc fut partiellement marquées par des liens commerciaux avec le Sahara[224].

Carte des principales localités du Maroc

Le Maroc est une monarchie constitutionnelle. Sa constitution est celle proposée par le roi Mohammed VI et votée par referendum en 2011, augmentant les pouvoirs du parlement bien que ceux-ci restent toujours limités sur certains points.

La première constitution a été promulguée par Hassan II en 1962. Elle avait été modifiée et enrichie en 1970, 1972, 1992 et 1996.

En effet, l’essentiel du pouvoir est concentré entre les mains du roi, monarque héréditaire. Actuellement, le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif, bicaméral, est exercé par la chambre des représentants composée de 395 membres élus tous les cinq ans au suffrage universel, et la chambre des conseillers qui comprend entre 90 et 120 membres renouvelés par tiers tous les trois ans[réf. nécessaire].

La justice est le troisième pouvoir. Ce pouvoir en forte mutation depuis quelques années, grâce à la création de nouvelles juridictions spécialisées (tribunaux administratifs, tribunaux de commerce).

Droits de l'homme

Article détaillé : Droits de l'homme au Maroc.

Le Maroc a fait des progrès considérables depuis la fin des « années de plomb » du règne du roi Hassan II (1961-1999). Néanmoins, malgré la modernisation apportée par son fils le roi Mohammed VI, le respect du droit international sur ce point n'est pas encore complet. En 2011, une nouvelle constitution, approuvée par référendum, réserve une place importante aux droits de l'homme, tant politiques, sociaux, économiques que civils[225]. Malgré cette nouvelle constitution, les gouvernements n'ont depuis pas procédé à la mise en place législative de l'abrogation des lois sanctionnant ces droits, devenues inconstitutionnelles. Sous l'impulsion du ministre de la Justice et des Libertés El Mostafa Ramid en 2015, un nouveau projet de code pénal prévoyait l'aggravation des sanctions[226]. Ce projet est retiré en 2016 sous la pression populaire[227].

Droit des femmes

Article connexe : Moudawana.

Depuis la venue au trône de Mohammed VI, des réformes sur la condition de la femme ont été accomplies. À la suite des luttes du mouvement féminin et du mouvement démocratique et malgré la farouche résistance opposée par le mouvement intégriste et les conservateurs. Le roi Mohammed VI a joué un rôle d’arbitre en sa qualité de commandeur des croyants qui lui est conféré par la constitution marocaine. Il constitua une commission consultative royale qu’il a chargé de répondre aux attentes des militantes féminines qui avaient dénoncé toutes les injustices endurées par les femmes marocaines. Après des concertations avec toutes les parties concernées qui ont duré près de trente mois, c’est le roi qui a tranché en présentant devant le parlement, le 10 octobre 2003, le nouveau projet de code de la famille, appelé Moudawana, qui a été discuté, amendé et adopté à l’unanimité par toutes les forces représentées au parlement en janvier 2004.

Le nouveau code de la famille est fondé sur l’égalité entre les sexes et abolit la tutelle exercée sur les femmes. La notion de « chef de famille » est abolie et remplacée par la coresponsabilité entre les époux.

Le mariage d’une jeune femme n'était possible qu'en présence de son père en tant que tuteur, seules les filles ayant perdu leur père pouvaient se marier sans tutelle : désormais, une femme peut se marier en toute liberté que son père soit vivant ou décédé. L’âge légal de mariage pour la jeune femme a été revu à la hausse : il est maintenant de dix-huit ans pour les filles et les garçons au lieu de quinze ans auparavant pour les filles. Enfin, et cela représente une grande avancée, la femme mariée a le droit d’obtenir le divorce de son mari sans être obligée comme c’était le cas auparavant de fournir des preuves et des témoignages pour justifier les raisons de sa demande [29].

En 2006, un nouveau chapitre ajouté au code de la Famille rend possible pour la mère marocaine de transmettre la nationalité marocaine de plein droit et automatiquement à ses enfants nés de père étranger, dans le cadre d'un mariage[228].

Le mariage de la Marocaine musulmane n’est légal qu'avec un époux musulman, et un Marocain musulman ne peut se marier avec une non-musulmane, sauf si sa religion est monothéiste.

Les Marocains de confession juive sont soumis aux règles du statut personnel hébraïque marocain[229].

En 2010, le pays compte un taux d’analphabétisme à l’échelle nationale de 30 %[230] plus élevé chez les femmes et en milieu rural. Le taux d’activité s’élève à 86,9 % chez les hommes contre 47,9 % chez les femmes[231].

Organisations internationales et régionales

Le Maroc est membre fondateur de l’Organisation de l'unité africaine (OUA devenue Union africaine) mais s’en est retiré en 1984 pour protester contre l’admission de la « République arabe sahraouie démocratique[232] » ; et du comité Al Qods dont la présidence est assurée par le roi marocain. À l'échelle régionale, le Maroc est également membre de l'Union du Maghreb arabe, qui réunit au sein d'une même entité régionale les pays du Maghreb tel qu'on le conçoit traditionnellement (Maroc, Algérie et Tunisie) ainsi que la Libye et la Mauritanie. Fondée à Marrakech en 1989, l'Union du Maghreb arabe a dû revoir au fil des années ses ambitions à la baisse au vu des dissensions persistantes qui existent entre les deux principales puissances régionales, à savoir le Royaume du Maroc et l'Algérie. Le siège actuel de l'organisation se trouve à Rabat.

Le Maroc est également membre de l'Union pour la Méditerranée fondée à Paris le 13 juillet 2008. Le royaume a en outre fait savoir dans un premier temps qu'il comptait abriter le siège de l'UPM. Rabat (ou Tanger pour certains) en donc en lice aux côtés de la Valette, Marseille, Barcelone et Tunis. Le Maroc fait aussi partie de différentes organisations internationales, dont la Banque africaine de développement, l’Organisation des Nations unies, l’Organisation internationale de la francophonie, l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation mondiale du commerce et entretient des liens étroits avec L'Organisation de coopération et de développement économiques et l'OTAN.

Rangs internationaux

L’indice de développement humain (IDH) du Maroc en 2008 (0,706, catégorie « moyen ») le classe à la 127e place, un classement que conteste[233] le Maroc sous prétexte que le taux réel de pauvreté est de 9%[234] de la population au lieu de 28% le chiffre sur lequel est basé cet indice. Il convient de rappeler à titre d'exemple que le classement de Cuba en terme d'IDH est 67e[235] pour un pays où les salaires sont de 10€ par mois et où on ignore le pourcentage de pauvres retenus dans ce dernier pays par le PNUD l'institution émettrice de cet indice.

Standard & Poor's (S&P) a revu à la hausse la cote financière du Maroc en haussant la note de sa dette de BB à BB+ en 2005, et depuis le 23 mars 2010, Standard & Poor's a rehaussé la note du Maroc du crédit souverain de la dette à long terme en devises de « BB+ » à « BBB- » et de la dette en monnaie locale à long terme de « BBB » à « BBB+ » avec des perspectives stables. Attribuant ainsi au Maroc la note « Investment grade[236] », alors que Fitch Ratings a attribué le 19 avril 2007 l’Investment grade au royaume du Maroc. Selon cette agence, la cote attribuée au Maroc reflète les progrès remarquables accomplis aussi bien sur le plan politique, économique que social au cours des dernières années, ce qui s’est traduit par des améliorations sensibles du niveau de vie.

Dans le contexte régional et conjoncturel plusieurs pays africains sont d'un écosystème économique tellement fragile qu'ils ne sont notés par aucun des trois cabinets de notation, cependant, la Coface permet d'avoir une estimation de risque concernant tous les pays du continent africain. Le 19 juin 2015 la Coface établit la notation A4/A4 à perspective stable concernant le Maroc, une notation à nouveau confirmée en janvier 2016. Sur la même période la Coface place sous surveillance négative les deux derniers pays du top 10 des économies africaines à avoir été noté A4 en risque pays avant de les rétrograder à B en janvier 2016[237] en pleine dégringolade du cours des matières premières.

Notations Coface des principaux pays africains
Pays Risque pays Environnement des affaires
Drapeau du Maroc Maroc
A4
A4
Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
B(1)
A4
Drapeau de l'Algérie Algérie
B(1)
B
Drapeau de l'Égypte Égypte
C
B
Drapeau du Nigeria Nigeria
C
D
(1) Pays rétrogradés de A4 à B depuis le 26 janvier 2016

Notations Coface en janvier 2016[237] des cinq premières économies africaines.

Défis de l'indépendance à l'époque moderne

Intégrité territoriale

Espace géographique communément revendiqué par les tenants de la thèse du Grand Maroc

Les différends territoriaux entre le Maroc et deux de ses voisins, l’Algérie et l’Espagne, sont nombreux et sont le résultat direct de la décolonisation franco-espagnole. Le Maroc revendique et contrôle majoritairement le Sahara occidental, mais sa souveraineté sur ce territoire n'est pas reconnue internationalement. Il y est confronté à un mouvement indépendantiste, le Front Polisario, soutenu par l’Algérie.

Certains pays soutiennent les revendications du Maroc, d'autres celles du Polisario, cependant la plupart ne prennent pas parti[238],[239],[240].

Le Maroc réclame toutes les positions espagnoles ou Plazas de soberanía sur ses côtes nord : Ceuta, Melilla, îles Chafarinas, l’île Alborán, l'îlot Leila et le rocher Vélez de la Gomera[241].

Terrorisme

Le Maroc est confronté depuis plusieurs années au terrorisme, malgré une présence accrue des autorités sur le terrain de la lutte anti-terroriste : l’une des principales cellules islamistes est le Groupe islamique des combattants marocains (GICM). Les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca ont fait 45 morts[242] et une centaine de blessés. Fin décembre 2006, deux islamistes marocains ont été condamnés à mort[242] par le tribunal anti-terroriste de Salé pour « préparation d'actes terroristes au Maroc ».

En 2007, plusieurs attentats-suicides touchent Casablanca, dans un cyber-café le 11 mars à Sidi Moumen et trois autres dans le quartier El Farah le 10 avril, deux policiers ont été blessés lors de la deuxième explosion, un a succombé à ses blessures lors de son transfert à l’hôpital, l’autre a eu des blessures moins lourdes et a survécu[243]. Le samedi , un terroriste s’est fait exploser devant le Centre américain de langue, alors qu’un autre s'est fait exploser quelques secondes après à une centaine de mètres de lui. Ces explosions n’ont fait aucun mort sauf les kamikazes eux-mêmes. La police a réussi dans la journée à arrêter le chef de la cellule terroriste ainsi que son adjoint, et a pu localiser leur laboratoire où ils fabriquaient les explosifs[244]. Les attentats de 2007 ont été perpétrés à l'aide d'explosifs artisanaux de très faible puissance. Aucun lien entre ces derniers attentats et le terrorisme islamique international n'a pu être établi de façon certaine, contrairement aux attentats de 2003.

Le jeudi , au centre de Marrakech, a lieu un attentat dans le café Argana tuant 17 personnes dont plusieurs touristes[245].

Le dimanche , au lendemain des attentats perpétrés en France par des islamistes radicaux, le Maroc a dépêché son ministre des Affaires étrangères et de la Coopération Salaheddine Mezouar pour représenter le royaume. Le ministre marocain a été le seul à poser des conditions basées sur des considérations religieuses à sa participation à la marche multi-confessionnelle pour dénoncer les attentats. Le Maroc a été le seul pays représenté officiellement à ne pas participer à la marche de solidarité. [réf. nécessaire].

Démographie

Évolution de la démographie entre 1961 et 2003 (chiffres de la FAO, 2005). Populations données en milliers d’habitants.
Article détaillé : Démographie du Maroc.

Selon le recensement de 2014, le Maroc compte environ 33,8 millions d'habitants. Le pays a connu tout au long du XXe siècle une forte croissance démographique qui a multiplié par 6 sa population depuis 1912. Durant la même période la proportion de citadins a augmenté constamment atteignant 55 % en 2005 : le pays compte aujourd'hui une trentaine de villes de plus de 100 000 habitants (alors qu'il n'en existait aucune un siècle auparavant) ; trois agglomérations comptent plus d'un million d'habitants : Casablanca, Rabat-Salé et Fès.

Le Maroc est un des premiers pays d'Afrique après la Tunisie et l'Algérie à avoir entamé sa transition démographique : l'indice de fécondité synthétique a chuté de 7,2 à 2,5 entre 1962 et 2004[246].

Évolution démographique
Année 1912 1936 1952 1960 1971 1982 1994 2004 2014
Population totale 5 7 9,1 11,6 15,4 20,4 26,1 29,9 33,8
Population urbaine 0,4 1,4 2,4 3,4 5,4 8,7 13,4 16,5 20,4
Pourcentage 8 % 20 % 26 % 29 % 35 % 43 % 51 % 55 % 60,3 %
Source 2005[247]

Ethnies

La population marocaine se compose principalement de Berbères (dont les Berbères arabisés des plaines littorales), d'Arabes (dont les Hassanya du Sahara), de Morisques originaires d'Al Andalus (qui ont préservé dans les médinas traditionnelles du Maroc une part importante de la civilisation andalouse), et de Noirs (Haratins du Sud et descendants d'esclaves subsahariens de l'Empire songhaï qui ont légué la culture gnaouia avec son important patrimoine mystique et musical).

On trouve aussi parfois des éléments d'origine ottomane dus à la proximité de l'ancienne Régence turque d'Algérie et qui sont historiquement établis dans certaines villes comme Oujda, Tétouan et Rabat[248], et d'autres éléments d'ascendance européenne liés à la présence multiséculaire de renégats occidentaux convertis à l'islam (parmi les renégats les plus connus de l'histoire marocaine figurent l'Espagnol Jawdar Pacha, le Néerlandais Murad Reis, l'Anglais Ahmed El Inglizi et la Corse Dawia Franceschini). Par ailleurs, le Maroc aurait également accueilli une population de Gitans nommés les Jenkanes[249]. Les différentes composantes qui forment le peuplement du pays sont donc métissées à des degrés très divers.

Après la création de l’État d’Israël, l'essentiel de la minorité juive marocaine a quitté le pays. Aujourd’hui il reste environ 3 000 juifs au Maroc[250]. En outre certaines familles de Fès sont issues de juifs convertis à l'islam à l'époque almohade et sont désignées par le terme de beldyin[251]. Traditionnellement les juifs citadins résidaient dans des quartiers nommés mellahs et situés dans les villes principales à proximité des palais du sultan. La communauté employait le dialecte judéo-marocain, le judéo-espagnol du Maroc, l'arabe dialectal marocain ou l'une des différentes langues amazigh en fonction de son origine géographique et culturelle (séfarade andalouse ou autochtone berbère), la langue hébraïque étant alors exclusivement réservée à la liturgie religieuse et à l'étude des textes de la Torah et du Talmud.

La plupart des étrangers vivant au Maroc sont des Français et des Espagnols, auxquels s'ajoutent des Africains subsahariens, des Indiens (communauté anciennement établie depuis les années 1930[252]), des Chinois[253] et des Syriens réfugiés fuyant la guerre civile de leur pays. De plus en plus de retraités européens viennent vivre au Maroc, en particulier à Marrakech.

Religion

Articles détaillés : Religion au Maroc et Juifs du Maroc.

La religion la plus représentée est l’islam, qui regroupe 99.9 % des croyants. L'islam est la religion officielle, mais la coexistence avec les autres religions est effective (la pratique des autres religions révélées est d'ailleurs garantie par la constitution). La journée est rythmée par 5 appels à la prière. La vie religieuse suit le calendrier musulman. Il débute en 622, l'année où le prophète de l'islam Mahomet quitta La Mecque pour s'établir à Médine où il avait beaucoup plus d'adeptes. L'année hégirienne, année lunaire, se compose de 12 mois, mais est plus courte que l'année solaire. Le mois de Ramadan et les grandes fêtes religieuses varient par rapport au calendrier grégorien.

La vie civile est régie par le calendrier grégorien. À la différence d'autres pays musulmans, le week-end se compose du samedi et du dimanche. Le vendredi n'est pas férié mais administrations et services publics allongent leur pause-déjeuner pour permettre aux fidèles de se rendre à la prière[254]. Le judaïsme et le christianisme (ce dernier reste principalement représenté par les résidents européens et par un certain nombre de ressortissants subsahariens) suivent avec respectivement 0,1 % et 0,2 %[255]. Sur les 265 000 Juifs qui vivaient au Maroc il y 50 ans, 35 000 Juifs émigrèrent en Israël avant 1954, 33 000 Juifs après 1956 ; la majorité d'entre eux quittèrent le Maroc lors de la guerre du Kippour (1973), craignant que le Maroc ne rejoigne la guerre. Seulement 4000 Juifs vivent au Maroc à l'heure actuelle. En tout, les deux tiers des Juifs marocains se sont expatriés sur le territoire israélien[256].

Langues

Article détaillé : Langues au Maroc.

Les langues officielles du Maroc sont le berbère[6] et l'arabe classique qui se décline lui-même en plusieurs dialectes parlés selon les régions comme les parlers-hilaliens dans les plaines occidentales par exemple. Le pays considère comme autres langues culturelles le français et l'espagnol (au Sahara occidental), ainsi que l'anglais en expansion chez les jeunes générations.

Arabe

Littéraire

La langue enseignée dans les écoles publiques et employée à l'écrit, dans les discours formels et les media est l'arabe littéraire.

Elle n'est bien maîtrisée que par la population la plus éduquée.

Dialectal

Par un phénomène de diglossie, le dialecte arabe couramment parlé dans la rue et la vie quotidienne est la darija ou arabe marocain, langue maternelle des Marocains arabophones (environ 60 % de la population[257]) et pratiquée également par les berbérophones dans leur grande majorité (bien que beaucoup d'hommes et de femmes, surtout en milieu rural, ne parlent que le berbère). La darija diffère peu des autres dialectes du Maghreb mais est incompréhensible pour les locuteurs du Machrek, contrairement à l'arabe littéraire qui sert alors de lingua franca.

Le hassani, dialecte arabe utilisé dans le Sahara et les régions du sud (Guelmim, Assa, Tarfaya, Mhamid el Ghizlane), est citée elle aussi dans la Constitution, après l'arabe et l'amazighe[6].

Amazighe (berbère)

Environ 40 %[257] de la population parle l’amazighe[258] ou tamazight. La reconnaissance du tamazight est une revendication ancienne des mouvements berbères qui estiment les Berbères culturellement opprimés par la politique d'arabisation menée après l'indépendance. Le 17 octobre 2001 le roi Mohammed VI a créé l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM)[259], régi par le dahir royal no 1-01-299 et qui a pour vocation de donner avis « sur les mesures de nature à sauvegarder et à promouvoir la langue et la culture amazighes dans toutes ses formes et expressions ».

Le , la Constitution approuvée par référendum à plus de 98 %[7], fait de l'amazigh une langue officielle du Maroc, après l'arabe, et institue un Conseil national des langues et de la culture marocaine « chargé notamment de la protection et du développement des langues arabe et amazighe ». Cette mesure, considérée par une défaite par certains arabophones[260], ne satisfait pas pleinement les amazighophones qui notent que seul l'arabe, dans la Constitution, bénéficie de la protection et des efforts de développement de la part de l'État.

Étant une langue de tradition principalement orale, la langue berbère présente de nombreuses variantes régionales ou locales dans toute l’Afrique du Nord. Pour ce qui concerne le Maroc, les linguistes ont coutume de distinguer trois principaux parlers, le rifain au Nord, le tachelhit au Sud et le « tamazight du Maroc central » au centre du pays[261], en plus de dialectes parlés par un nombre plus restreint de locuteurs comme le chleuh de Figuig à l'est, le ghomari[262] au nord et le sanhadji des Srayr[262] dans le sud du Rif. Cependant cette classification reste très théorique, la transition entre ces différentes variantes étant progressive ; de plus, les mouvements de population et notamment l’émigration vers les villes modifie la répartition traditionnelle.

L’amazighe développé par l’IRCAM se veut une langue commune à toutes les régions du Royaume, empruntant un peu à tous les dialectes et réinventant l’alphabet tifinaghe, au risque de créer un sabir incompréhensible pour tous.

Français

Le français est la langue de l'économie, des études supérieures scientifiques et techniques, et la langue de travail de plusieurs ministères. Il est enseigné dans les écoles primaires, collèges et lycées, dans toutes les universités et dans les écoles supérieures.

L'enseignement dans les écoles publiques ayant été arabisé puis islamisé dans les années 1980, les familles issues de l'élite marocaine préfèrent scolariser leurs enfants dans le privé afin de leur donner une meilleure maîtrise du français et une meilleure ouverture sur le monde.

Selon une enquête publiée en 2010[263], le français est très largement maîtrisé au Maroc : 10 366 000 personnes sont considérées comme francophones (sachant le lire et l'écrire), soit 32 % de la population totale ou 39 % de la population âgée de 10 ans et plus. Ceci n'inclut pas les personnes sachant parler le français mais qui ne savent pas l'écrire ou le lire. Le français est bien plus parlé en ville qu'en milieu rural.

Plusieurs régions marocaines sont membre de l'Association internationale des régions francophones[264] et le Maroc fait partie de l'Assemblée parlementaire de la francophonie.

Autres langues

L'espagnol reste pratiqué dans le nord du pays et dans le Sahara, du fait de l'ancienne présence espagnole.

L’apprentissage de l’anglais est de plus en plus privilégié par les jeunes Marocains, l’allemand et l’italien sont aussi très pratiqués dans le secteur touristique.

Éducation

L'école est obligatoire au Maroc pour les enfants de moins de quinze ans. Le taux d'analphabétisme de la population est passé de 43% en 2004 à 28 % en 2012 [265]. En 2014, 53% des marocaines sont analphabètes, un taux qui atteint les 71% en milieu rural [266].

Le système éducatif reste marqué par de très fortes inégalités. Le système éducatif public arabisé dans les année 80 est très régulièrement critiqué pour ses résultats et sa pédagogie. Les familles de la bourgeoisie et de la classe moyenne marocaines préférant envoyer leurs enfants dans écoles privés francophones.

Il existe au Maroc une quinzaine d’universités publiques comprenant 230 000 étudiants, et plusieurs universités privées dont Al Akhawayn University à Ifrane et l’Université internationale de Rabat. Le Maroc compte aussi un grand nombre de grandes écoles d'ingénieurs et de commerce telles que l'Académie internationale Mohammed VI de l'aviation civile, l'EHTP, l'EMI, l'ISCAE, L'ENCG.

Émigration

Article détaillé : diaspora marocaine.

Immigration

Il existe au Maroc une importante communauté algérienne issue notamment des vagues d'exil datant de la période coloniale (ces vagues concernent aussi la Tunisie). Le Maroc accueillait également en 2007 une communauté d'expatriés français de l'ordre de 120 644 individus[267]. Enfin, les divers protocoles d'accords culturels signés avec de nombreux pays africains et portant notamment sur l'octroi de bourses d'étude ont permis au Maroc d'accueillir en 2007 une communauté de 9 500 étudiants subsahariens (chiffre représentant 70 % de l'ensemble de la communauté estudiantine étrangère)[268]. Par ailleurs une communauté chinoise commence à se constituer à Casablanca, notamment au sein du quartier commerçant de Derb Omar[269]. Signe de relations anciennes avec l'Asie, le Maroc abritait déjà une communauté indienne historique établie depuis les années 1930[252]. Depuis le déclenchement de la guerre civile syrienne en 2011, le Maroc accueille également des réfugiés originaires de Syrie. Une importante communauté belge existe aussi au Maroc. En février 2016, 4000 Belges résident au Maroc et sont inscrits au consulat belge, et entre 20 000 et 40 000 Belges y séjournent l’essentiel de l’année[270].

Armée et police

Les différents corps d'autorité ayant un pouvoir de police sont la Direction générale de sûreté nationale (DGSN — police urbaine à statut civil), la gendarmerie royale (police rurale à statut militaire), les forces auxiliaires (garde nationale et territoriale — rurale, urbaine, aux frontières — à statut militaire), la DAG Direction des affaires générales (police préfectorale et provinciale, avec contrôle administratif et territorial par les moqqademns, chioukhs, caïds, préfets, walis), la Douane (police fiscale), la protection civile marocaine (sapeurs-pompiers de protection), la brigade des eaux et forêts (police des eaux et forêts).

Dans ces différents corps, seules la protection civile, la DAG, et la Brigade des eaux forêts ne sont pas armés. Certains corps sont régis comme paramilitaires (Gendarmerie royale, forces auxiliaires, protection civile).

La fonction d'autorité est attribuée à tous ces différents corps. La fonction de police est attribuée à la DGSN, la Gendarmerie royale, les F.A., et la D.A.G. Quant à la fonction militaire de défense, elle est attribuée aux F.A.R., aux F.A., et à la Gendarmerie.

Les armées marocaines se composent de :

  • Une armée régulière (FAR : Forces armées royales) professionnelle de 256 000 hommes dépendant de l'administration de la défense nationale (ADN)
  • Une garde nationale nommée Forces auxiliaires (FA) de 45 000 militaires (qui dépendent du ministère de l'intérieur)
  • Une réserve de 250 000 militaires réservistes.

Soit 301 000 militaires professionnels et 250 000 militaires réservistes, au total environ 550 000 soldats.

Selon ces chiffres, en nombre de soldats l'armée marocaine est la deuxième armée d'Afrique, derrière l'armée égyptienne, et la 21e armée au monde.[réf. souhaitée]

Forces armées royales

Article détaillé : Forces armées royales (Maroc).

Les Forces armées royales (FAR) sont un ensemble de 5 armées dépendant de l'administration de la défense nationale. Le roi du Maroc porte le titre de « chef suprême et chef d’état-major général des Forces armées royales ». Les Forces armées royales ont été créées le 14 mars 1956, à la fin du régime du Protectorat (la Marine royale a seulement été fondée en 1960). Elles ont combattu lors de la guerre des sables en 1963, puis sur le front du Golan en 1973 (voir Guerre du Kippour#Contribution d'autres pays), contribué à sauver le régime zaïrois en 1977 lors des guerres du Shaba, se sont illustrées lors des affrontements avec le Polisario pour le contrôle du Sahara occidental, elles surveillent le mur marocain et ont participé en 1991 à la guerre du Golfe. Elles sont également intervenues en Somalie en 1993 et au Kosovo en 1999.

Le , les Forces armées royales ont défilé sur les Champs-Élysées représentées par la garde royale marocaine, ce qui était alors exceptionnel pour une armée non française, à l'invitation du président de la République française de l'époque (Jacques Chirac)[3].

Actuellement, elles participent aux missions de paix (MONUC, ONUCI, EUFOR, KFOR...) Elle est très bien entrainé et aussi considérée parmi l'une des meilleures armées africaines. De nombreux généraux mais aussi officiers et sous-officiers africains sont formés à l'école militaire de Rabat où l'ancien souverain Hassan II été formé.

Composition

Les FAR sont des armées régulières et comprennent 5 armées (325 000 soldats de métier)[réf. nécessaire] avec :

Les FAR disposent aussi d'une réserve de 250 000 militaires réservistes.

Les FAR correspondent ainsi à 256 000 militaires professionnels et 250 000 militaires réservistes, soit au total 514 000 soldats.[réf. nécessaire]

Garde royale
Drapeau de la garde royale marocaine
Article détaillé : Garde royale marocaine.

La Garde royale marocaine est un corps d'armée chargé de la sécurité du roi et des palais royaux. Il s'agit d'une force militaire d'élite assurant la sécurité du Roi et des installations royales (palais....).

Elle a aussi une fonction protocolaire. Elle est composée aujourd'hui de plus de 5000 hommes répartis en quatre bataillons d'infanterie et services, et deux Groupes d'escadrons à cheval.

La Garde Royale puise ses origines dans la prestigieuse garde noire qui fut créée en 1088 par l’Émir almoravide Youssef Ibn Tachfine pour assurer sa protection. Elle doit se nom de garde noire à l'origine de ses troupes, traditionnellement recrutées aux confins méridionaux des territoires du sultan, dans la région du fleuve Sénégal et sur l'ancien territoire de l'Empire songhaï du Mali, appelé alors Soudan marocain, ainsi qu'en Guinée.

Gendarmerie royale
Article détaillé : Gendarmerie royale marocaine.

À l'indépendance du Maroc, la gendarmerie royale marocaine fut créée par le décret-loi (Dahir) du 29 avril 1957 et prit la relève de la légion de gendarmerie française du Maroc. Elle se compose aujourd'hui de 23 000 hommes. Le décret-loi reprend très largement le décret organique français du 20 mai 1903 et prolonge ainsi l'organisation, les principes d'action et les missions de l'ex-légion dissoute. Depuis octobre 1999, la gendarmerie royale est membre de l'association des polices à statut militaire (FIEP).

La gendarmerie fait partie intégrante de l'A.D.N. (Administration de la Défense Nationale), notamment en sa qualité de Police Militaire Judiciaire. Il s'agit d'une armée dans l'armée, tant cette gendarmerie concentre des pouvoirs et moyens (financiers et militaires) très importants (Gendarmerie marine, gendarmerie de l'air, gendarmerie de terre, gendarmerie de police administrative, gendarmerie de police judiciaire, gendarmerie de police militaire judiciaire, gendarmerie mobile, gendarmerie d'intervention (GIGR), gendarmerie de sécurité royale, et la fameuse élite de gendarmerie qui constitue le corps de la Garde Royale). Ainsi l'on voit que la gendarmerie royale est l'élite des forces armées marocaines.

Elle est rattachée pour emploi au roi, chef suprême et chef de l'état-major général des forces armées royales et pour administration et gestion au secrétariat général pour l'administration de la défense nationale qui reçoit délégation du Premier ministre. Elle a assure d'ailleurs la sécurité du souverain.

Elle relève également :

  • du ministre de la justice pour l'exercice de la police judiciaire,
  • du ministre de l'intérieur pour l'exercice de la police administrative.

Les principes d'action sur le service de la gendarmerie royale marocaine sont contenus dans le Dahir du 14 La gendarmerie royale assure des missions de police judiciaire (à la campagne), administrative, militaire (en temps de paix ou en temps de guerre), de service d'ordre, de maintien d'ordre...

Forces auxiliaires marocaines

Les Forces auxiliaires marocaines sont des forces paramilitaires non armées qui « concourent avec les autres forces de police » et que l'on retrouve auprès des différents corps d'autorité du Maroc. Les agents des Forces auxiliaires sont anciennement nommés Mkhaznis ou Mrouds. Autrefois présents partout y compris en ville pour disperser les manifestations, les attroupements de hooligans les jours de match, assurer les couvres feu après minuit jusqu'à 1985, et garder des bâtiments public voire des banques privées, aujourd'hui tous les établissements publics ont été forcés de faire appel à des sociétés de sécurité privées exceptés les tribunaux et les prisons qui sont gardées par des policiers. À cause de leur rôles comme forces anti-émeutes pendant les années 1980 les éléments des Forces auxiliaires ont été pendant longtemps méprisés par la société marocaine même une fois déployés en zones rurales où ils apportent un grand soutien à la prévention des feu de forets, participent aussi à éteindre les feu avec les pompiers, aident les populations rurales en cas de sinistres. Les forces auxiliaires sont aussi postées sur les rives maritimes protègent les randonneurs et surveillent les zones de baignade dangereuse gardent les côtes contre les trafic d'armes, de drogues, d'émigration clandestines et de vol de sable en zones fragile.

Malgré leur disponibilité, ces derniers sont les premiers à intervenir en cas d’inondation par exemple, les marocains, notamment les jeunes, gardaient encore une relative haine envers les forces auxiliaires, cependant, depuis un triste événement survenu en 2010 où pendant une de leurs interventions à Gdeim Izik dans une zone rurale à une dizaine de kilomètre de Laayoune pour disperser un campement sauvage d'activistes Sharaouis, les forces auxiliaires ont perdu onze de leurs membres assassinés[271] par des jeunes militants Sahraouis pro polisario, une partie de ces onze membres de forces auxiliaires assassinés ont été égorgés par les militants indépendantistes saharouis, filmés et postés sur Youtube. Depuis cet incident les forces auxiliaires bénéficient d'un grand élan de sympathie de la part de la population marocaine, un élan qui a été exploité par quelques membres de ces forces auxiliaires qui postaient anonymement sur internet la situation précaires de leurs revenus. À la suite de cela des collectes de dons en faveur des enfants des membres de F.A. assassinées et plusieurs pétitions ont eu lieu pour réclamer la mise à niveau de leurs salaires, chose qui a été accomplie en 2011[272] puis en 2014[273]. La réévaluation des salaires des forces auxiliaires fut d'autant compliquée tout d'abord du fait que le Maroc est un état civile et donc contrairement aux nombreuses dictateurs militaires du tiers-monde où les seuls fonctionnaires bien entretenus sont les militaires, au Maroc généralement au même niveau d'études un civile est rétribué mieux qu'un militaire. Maintenant concernant les force auxiliaires ces dernières ont un statut militaire, mais dépendent du ministère de l'intérieur, l'ironie du sort quand il s'agissait de revoir leurs salaires même le ministre de l'intérieur ne le connaissait pas puisque le revenu des forces auxiliaires relèvent du budget du ministère de la défense. Alors qu'au ministère de l'intérieur les plus bas échelles des policiers dépassaient 3 000 Dirhams ou 4 000 s'ils sont mariés, le revenu des forces auxiliaires avant 2011 était dérisoire (à peine 1 400 Dirhams) quoiqu'ils officient souvent en zones rurales et bénéficiaient d'un logement de fonction. Depuis 2011 au moins trois augmentations majeures ont eu lieu les concernant mais on ne connait toujours pas leur salaire actuel.

Les forces auxiliaires se composent de 47 000[272] et constituent l'un des six corps de l'armée du Royaume du Maroc, à côté de la Gendarmerie, l'aviation, la marine, l'armée de terre, et la garde royale. Les forces auxiliaires marocaines sont à très grande majorité des unités paramilitaires non armées, elles ne portent que des matraques en caoutchouc, cependant, les unités servant de gardes côtes et assistant à la surveillance des frontières sont armées. Comme armement, les unités des forces auxiliaires officiant aux frontières possèdent des MAS 36, des AK-47, des MAG et des véhicules blindés UR 416, Panhard AML 60.

De 2011 à 2013 le Maroc a connu une grande vague de protestations sociales sans précédent où des centaines de manifestations immenses ont eu lieu dans tout le pays; dans les villes la sécurité des cortèges a été assurée par des policiers afin d'éviter les pillages de magasins et les échauffourées, dans les petits villages et en zone rurale ce sont les forces auxiliaires qui ont joué le rôle d'unités anti-émeutes. Alors qu'on a dénombré des morts assassinés par les forces de l'ordre par centaines voire par milliers dans la plupart des pays dits du printemps arabe, au Maroc les manifestants descendirent dans la rue chaque dernier dimanche du mois par millions sans qu'aucune victime ne fût à déplorer dans aucune manifestation. Les forces auxiliaires qui sont souvent d'un age très avancé qui leur empêchent de communiquer avec les jeunes semblaient avoir bien pris conscience que ce furent ces mêmes jeunes qui ont réussi à leur obtenir leur augmentation salariale grâce à leurs pétitions facebook, les jeunes manifestants distribuaient parfois des fleurs aux forces anti-émeutes. Pour la petite histoire, le leader du mouvement du 20 février qui fut à l'origine de ces grandes manifestations est fils d'un policier au plus bas de l'échelle, que sa hiérarchie harcelait et avait tout fait pour qu'il change l'avis de son fils qui habitait encore sous son toit.

Sûreté nationale

La Sûreté nationale est un corps d'autorité et de police nationale à statut civil, agissant dans les communes urbaines et dépendant du ministère de l'intérieur.

Avec près de 60 000 policiers, la sûreté nationale est divisée en plusieurs services :

  • La sécurité publique
  • Les renseignements Généraux (renseignement)
  • La police judiciaire
  • La police scientifique
  • La direction de sécurité royale

L'importance des services et attributions (surveillance, renseignements, contre espionnage, police judiciaire, sécurité royale) de la Sûreté nationale font d'elle un puissant corps d'autorité, à statut civil mais rival à la Gendarmerie royale.

Services de renseignements marocains

Sous la tutelle du ministère de l'intérieur

Sous la tutelle du ministère de la défense

Culture

Articles détaillés : Culture du Maroc et Langues au Maroc.

Même si la grande majorité de sa population est musulmane, le Maroc se veut un pays multiculturel de par son contact notamment avec les Phéniciens, les Romains, les Byzantins, les Vandales, les Arabes, les Portugais, les Ottomans, les Africains subsahariens, les Espagnols et les Français[274],[275],[276]

L'état civil marocain n'autorise pas de nombreux prénoms que des parents marocains souhaitent donner à leurs enfants pour des raisons de « rupture avec l'identité marocaine »[277]. Alors que cette mesure concernait surtout les prénoms berbères, elle « est de plus en plus élargie aux appellations d’origine arabe, liés à l'islam ou parfois inspirés des célébrités de cinéma[277]. »

Artisanat

Article détaillé : Artisanat marocain.

La région est très réputée par ses tapis de campagne, ses paniers et ses différents autres objets de grande utilité. Le tissage de tapis modernes et la broderie sont très prospères surtout dans les complexes artisanaux. D'autres objets de grande utilité sont fabriqués par les artisans de la région, tels que les tajines, les jarres, etc.

Caftan marocain

Article détaillé : Caftan marocain.

Les caftans du Maroc sont originaires de l'Andalousie mauresque (Al-Andalus) où les élites arabo-musulmanes de l'Empire omeyyade (dont Zyriab, le père de la musique arabo-andalouse) ont apporté à partir du IXe siècle les caftans empruntés aux Perses. Entre le IXe et le XVe siècle, les émirats arabo-andalous (composés de peuples d'origines variées) ont progressivement donné aux caftans leurs touches civilisationnelles. Rappelons que l'Andalousie mauresque des Omeyyades de Cordoue s'est construite en opposition vis-à-vis de l'Empire abbasside de Bagdad. Cette divergence va se traduire entre autres par la divergence des tenues vestimentaires.

Fantasia

La célèbre fantasia marocaine
Article détaillé : Fantasia (Maghreb).

Au vu des diverses archives actuelles, il est clair que cette tradition est bien inscrite dans le patrimoine séculaire équestre marocain.

Au Maroc, pays fortement agricole et resté longtemps tribal (et cela même après l'indépendance en 1956 du pays), cette démonstration va perdurer en devenant une tradition tribale, rurale et religieuse : les tribus guerrières rurales l'associeront, avec la collaboration active de la population, aux Moussem (fête des semailles, de la moisson) et à la fête d'un saint de la tribu (ou reconnu par la tribu) et cela de façon annuelle et séculaire. La fête des saints a été instaurée au XVe siècle par les Mérinides[278]

Autres lectures

Médias

Le premier journal à apparaître au Maroc était un hebdomadaire anglophone appelé « Maghreb Al Aksa », en 1877. De telles publications n'étaient généralement pas disponibles dans les villes marocaines jusqu'en 1908.

Pendant le protectorat français, à partir de 1920, commença l'apparition des publications françaises comme L'Écho du Maroc et La Vigie marocaine. Elle fut suivie par le lancement d'un groupe de presse appelé Mas, qui publia Farmhouse ainsi que les quotidiens Le Petit Marocain et L'Écho du Maroc, bien que ces derniers continuèrent à s'adresser principalement aux étrangers.

Ensuite, les nationalistes marocains tels que Mohamed Hassan El Ouazzani commencèrent leur propres publications. En 1933, ce dernier fonda « L'Action du Peuple », un hebdomadaire francophone. Plus tard, Abdelkhalek Torrès et Mohamed Bennouna, à Tétouan, publièrent en arabe, respectivement deux publications : « Al Salam » et « Al-Hayat ». Ces journaux donnèrent aux nationalistes une plateforme pour exprimer leurs revendications indépendantistes vis-à-vis de la France et de l'Espagne. De plus en plus de journaux étrangers furent publiés au Maroc.

Plus tard, le Maroc édita un code de la presse le [279].

Actuellement

Le gouvernement marocain dispose de nombreux moyens audiovisuels comme la radio et la télévision marocaine. L'agence de presse marocaine, Maghreb Arabe Presse et un quotidien en langue arabe Al-Anbaa sont des organes officiels du gouvernement. Des organes semi-officiels sont les suivants : le quotidien Assahra Al Maghribia, le quotidien de langue française Le Matin du Sahara et du Maghreb.

Les Marocains ont à leur disposition environ 2 000 publications locales ou étrangères.

Chaînes et radios

Articles détaillés : Audiovisuel au Maroc et Radio au Maroc.

Presse

Article détaillé : Presse au Maroc.

Gastronomie

Article détaillé : Cuisine marocaine.

La cuisine marocaine traditionnelle est extrêmement riche et variée, elle a une bonne place dans le classement international. Le couscous et le tajine,très connus sont considérés comme des plats traditionnels ordinaires dans cette région. Ils sont préparés à base de viande de mouton ou poisson et de légumes variés. Durant les fêtes, on mange d'autres plats typiquement marocains et plus raffinés : les pastillas (prononcé bastela), le tajine de viande au miel, aux pruneaux et amandes, le méchoui...


Toxicomanie

  • Drogues douces

Le chanvre serait cultivé dans le Rif depuis le VIIe siècle, soit depuis plus d'un millénaire[280].

Le chanvre consommé en Europe est issu à hauteur de 88 %[281] de la région du Rif, une région montagneuse située dans le nord du Maroc, aux portes de l'Europe. Selon un Rapport mondial sur les drogues de l'ONU publié en 2004, sa culture représentait 0,57 % du PIB national en 2002[282].

Le kif est un mélange de cannabis et de tabac brun finement haché, et typiquement fumé avec une longue pipe à petit foyer appelée sebsi.

  • Psychotropes

Contrairement au Cannabis qui est de nos jours autorisé ou toléré dans la quasi-totalité des pays d'Europe occidentale, le Maroc est de plus en plus confronté à l'invasion de psychotropes industriels qui seraient issus en grande partie de la frontière algérienne[283], les psychotropes algériens diffusés au Maroc sont surnommés « Karkoubi ». Ils sont composés de molécules hyperpuissantes et irréversiblement dangereuses pour le système nerveux central, le mot Karkoubi signifie que en les prenant la tête du consommateur se transformerait en une boite vide. Depuis des siècles les adolescents du Rif consommaient le kif sans grandes conséquences sur leur santé, cependant, depuis l'entrée du Karkoubi cette drogue, très dure à contrôler par la force publique à cause de sa ressemblance aux médicaments, occasionnerait 80 % de crimes commis[284] par les jeunes marocains dont plusieurs fois l'assassinat de leurs propres parents en cas de manque de ces psychotropes. Les agents de la douane et de la gendarmerie marocains redoublent d'efforts afin de contrôler les entrées de ces substances, cependant, les trafiquants changent de couleurs et de formes de ces pastilles qui sont en outre inodores et par conséquent indétectables par les brigades canines. Le contrôle aux frontière de ces drogues industrielles est d'autant plus difficile que souvent les populations frontalières des deux côtés ont des liens de parenté et s'échangent ces psychotropes contre des clés USB Internet 3G/4G ou de vrais médicaments qui pour des raisons inexpliquées manquent fréquemment dans les villes de l'ouest algérien. Le niveau des quantités de cannabinoïdes dans ces échanges serait relativement faible, les contrebandiers marocains préféreraient le marché intérieur au sud du Rif et le marché européen vers le nord réputés moins risqués[285], plus rentables et plus laxistes face aux drogues douces.

  • Drogues dures

Le niveau de vie des marocains est relativement faible, les drogues dures comme la cocaïne ou l'héroïne sont quasi-inexistantes.

Danse

Le hadidou est une danse collective traditionnelle, typique des Berbères du Moyen Atlas. Un demi-cercle se forme : hommes et femmes se croisent et se tiennent la main. Au milieu, un ou plusieurs chefs de troupe mènent la danse au son du bendir, un grand tambourin.

Cette danse symbolise l'unité de la communauté et un moyen pour résoudre des conflits quelquefois meurtriers qui se déroulaient autrefois au sein des tribus, comme le rappellent les pacifiques joutes poétiques (abraz) mais aussi les sabres, fusils, bâtons, utilisés par les danseurs.

Musique

Article détaillé : Musique marocaine.
La chanteuse marocaine Oum, en concert à Rabat

La musique au Maroc est très diversifiée et se compose de quatre grands groupes ou familles de musique : la musique berbère (amazigh), la musique africaine, la musique internationale, la musique hassanie des régions du sud et la musique arabe.

Chaque groupe est lui-même constitué de sous-groupes. Ainsi la musique arabe au Maroc est-elle constituée de musique arabe moderne influencée par la musique arabe contemporaine du reste du monde arabe (Algérie, Égypte, Liban, Syrie, etc.), la musique arabe du terroir (populaire) propre à chaque région du Maroc, généralement chantée en arabe dialectal de chaque région, la musique « classique » arabo-andalouse, elle-même composée de sous-groupes de Fès, Rabat, Salé, Tétouan, Oujda (gharnati) et le berceau de la Musique Aarfa qui est la source de plusieurs musiques comme Reggada, Allaoui, nâari. Il y a aussi le Raï de la région d’Oujda trouvant sa source à proximité de la frontière algérienne (Oran, Tlemcen, Saïda).

La musique amazigh (berbère) est, elle aussi, divisée en sous-groupes, généralement suivant les diverses régions et parlés : amazigh, tachelhite, tarifite, etc. Cette musique est aussi divisée en « moderne » et « traditionnelle ». La musique afro-marocaine, connue sous le nom de Gnaoua est propre à la région de Marrakech, Essaouira ainsi que le sud du Maroc, les paroles sont soit en arabe, en amazigh ou en un mélange afro-arabe.

Enfin il existe une nouvelle génération de jeunes, qui crée une musique qui synthétise l’esprit marocain aux influences venues du monde entier (blues, rock, metal, reggae, rap marocain, etc.). Un des évènements les plus importants de cette scène « underground », est le festival du Boulevard des jeunes musiciens qui a lieu tous les ans à Casablanca et qui rallie la jeunesse marocaine dans un même événement culturel.

Cinéma

Article détaillé : Cinéma marocain.

Le cinéma marocain regroupe à la fois les films, téléfilms et les productions cinématographiques produites au Maroc. À l'opposé d'autres cinémas d'Europe ou du Maghreb, l'État marocain a longtemps laissé son cinéma trouver par lui-même les moyens nécessaires à sa survie et son épanouissement national et international, créant ainsi un déséquilibre entre cinéma commercial (souvent médiocre) et cinéma esthétisant à public essentiellement élitiste. Le Protectorat français du Maroc (1912-1956) avait établi une commission de censure ayant survécu à l'indépendance. Cet organisme de réglementation s’est occupé jusqu'aux années soixante-dix surtout de contrôler la distribution des films étrangers en raison d'une production nationale encore faible comparée à celle des pays francophones voisins[286]. De ce fait, le Maroc a laissé le champ libre à d'autres cinémas concurrents qui se sont affirmés aisément auprès du public marocain ; aujourd'hui il doit lui faire face avec plusieurs années de retard. Il en est de même pour d'autres secteurs artistiques tel que la musique par exemple.

Récemment, la politique culturelle du pays a changé (en particulier sous l'impulsion du Festival international du film de Marrakech) et le Maroc vient de se doter d'une toute neuve industrie du film (voir ci-après). À ce jour, le cinéma marocain progresse et les nombreuses perspectives d'évolution semblent prometteuses ; le cinéma marocain est de plus en plus sélectionné et/ou primé dans des festivals arabes, africains et occidentaux, ce qui encourage de plus en plus de jeunes à se lancer dans une carrière dans le 7e art (voir ci-après défis et atouts du cinéma marocain). Ce progrès sert également de référence au cinéma africain.

Les cas de censures religieuses malgré la constitution de 2011 sont de plus en plus nombreuses. Le film Exodus:_Gods_and_Kings de Ridley Scott a tout d'abord obtenu son via d'exploitation par le Centre Cinématographique Marocain, visa retiré quelques heures avant la projection pour raisons religieuses [30] avant d'être à nouveau autorisé après la censure de certaines scènes.

En mai 2015, alors qu'il était présenté devant un parterre de professionnels lors de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, le film "Much Loved" de Nabil Ayouch a été sévèrement critiqué au Maroc au travers de 4 bandes annonces mises à disposition du Festival de Cannes. Le Film, qui traite la réalité de la prostitution (Féminine et Masculine) au Maroc, et en particulier à Marrakech, a déplu aux intégristes religieux et au gouvernement qui a décider pour raison politique et religieuse une censure totale avant même que la demande de visa d'exploitation ne soit déposée, prétextant avoir visionné le film (alors qu'il n'a pas encore été diffusé ailleurs qu'à cannes). Les motifs invoqués sont de montrer la pure réalité de la prostitution, contrairement à l'idéologie forcenée prônée par le gouvernement islamiste et les intégristes religieux qu'il n'y a ni prostitution ni homosexualité au Maroc, et surtout a Marrakech. Pour rappel, un précédant film de Nabil Ayouch, Les Chevaux de Dieu, plusieurs fois primé, montre une scène de viol d'un garçonnet de 10 ans par un autre de 14 ans, situation qui a alors semblé normale aux institutions.

Littérature

Article détaillé : Liste d'écrivains marocains.

Sport

Article détaillé : Sport au Maroc.

Le Maroc s’illustre dans de nombreux sports au niveau continental et mondial et constitue la locomotive du développement du sport du continent africain et du monde arabe. À titre d’exemple, l’augmentation à cinq du nombre de pays africains à représenter l’Afrique au mondial du football grâce aux bonnes prestations que le Maroc a réalisées ces 3 dernières décennies dans le football et également dans d'autres compétitions internationales telles que l’athlétisme, la motomarine, le taekwondo, la boxe thaïe, la pétanque, etc. Voici quelques sportifs et équipes ayant marqué le sport marocain :

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Monuments et sites remarquables du Maroc

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Codes

Le Maroc a pour codes :

Notes et références

  1. a et b Site officiel de l'IRCAM
  2. a et b « Territoires non autonomes », sur Organisation des Nations unies (consulté le 25 juillet 2015)
  3. [PDF] « Dahir no 1-05-99 du 20 chaoual 1426 (23 novembre 2005) relatif aux caractéristiques de l'emblème du Royaume et à l'hymne national », Bulletin officiel du Maroc, no 5378,‎ , p. 835 (ISSN 0851-1217, lire en ligne)
  4. [MP3] Version de l'hymne avec paroles
  5. Voir l'article 1 de la Constitution de 2011.
  6. a, b et c Article 5 de la Constitution marocaine de 2011 :
    « L’arabe demeure la langue officielle de l’État.
    L’État œuvre à la protection et au développement de la langue arabe, ainsi qu’à la promotion de son utilisation.
    De même, l’amazighe constitue une langue officielle de l’État, en tant que patrimoine commun à tous les Marocains sans exception.
    ...
    L'État œuvre à la préservation du Hasani, en tant que partie intégrante de l'identité culturelle marocaine unie, ainsi qu'à la protection des parlers et des expressions culturelles pratiqués au Maroc »
  7. a et b Plus de 98 % des Marocains ont voté « oui » au le projet de réforme de la constitution, sur le site afriquinfos.com
  8. a et b Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées note1.
  9. [xlsx] Haut-commissariat au Plan, Note sur les premiers résultats du recensement général de la population et de l’habitat 2014 (lire en ligne)
  10. États membres Sur le site de l'ONU
  11. maroc.ma: Portail officiel du Royaume du Maroc
  12. « Maroc », sur Universalis Junior (consulté le 11 août 2015)
  13. « Lexique religieux berbère et néologie, Kamal Naït-Zerrad »
  14. « Dictionnaire Amazigh - Français - Tiddukla Tadelsant Imedyazen, Omar Mouffok. »
  15. « Maroc », dans Dictionnaire de l'Histoire de France, Larousse, (lire en ligne), p. 794
  16. Raynal, J-P. et Texier, J-P. (1989) - « Découverte d'Acheuléen ancien dans la carrière Thomas 1 à Casablanca et problème de l'ancienneté de la présence humaine au Maroc », Compte Rendu de l'Académie des sciences, Paris, t. 308, série II, p. 1743-1749.
  17. Wrinn, P. J. et Rink, W. J. (2003) - « ESR dating of tooth enamel from Aterian levels at Mugharet el ‘Aliya (Tangier, Morocco) », Journal of Archaeological Science, 30, p. 123-133.
  18. Debénath, A., Raynal, J-P., Roche, J., Texier, P.-J. et Ferembach, D. (1986) - « Stratigraphie, habitat, typologie et devenir de l'Atérien marocain : données récentes », L'Anthropologie, t. 90, no 2, p. 233-246.
  19. [1]
  20. Encyclopédie berbère, vol. 27 Gabriel Camps, (ISBN 2857442017 et 9782857442011)
  21. a et b Évariste Lévi-Provençal Histoire de l'Espagne musulmane, Volume 1 Maisonneuve & Larose, 1999 (ISBN 2706813865 et 9782706813863)
  22. Jamil M. Abun-Nasr A History of the Maghrib in the Islamic Period Cambridge University Press, 1987 (ISBN 0521337674 et 9780521337670)
  23. a et b Berghrouata Encyclopédie Britannica en anglais
  24. « Berghwata. Nos ancêtres les païens », TelQuel, no 247
  25. Paul Balta, Les particularités de l'islam au Maghreb - Clio - Voyage Culturel
  26. [réf. incomplète]Histoire de l'Espagne musulmane : La…, [lire en ligne]
  27. [2]
  28. [réf. incomplète] [lire en ligne]
  29. [réf. incomplète] [lire en ligne]
  30. Idrissides
  31. Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique Septentrionale d'Ibn Khaldūn, William MacGuckin
  32. a et b Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères
  33. Histoire des berbères, Ibn Khaldoun
  34. Voir La Berbérie et L'Islam et la France par Eugène Guernier, tome 1, édition de l'union française, 1950
  35. Ministère du Habous et des affaires islamiques, Maroc
  36. Ibn Khaldoun, Histoire des berbères
  37. Encyclopedia Britannica
  38. Aḥmad ibn Khālid al-Salāwī, Kitāb el-istiqça li akhbār doual el-Maghrib el-Aqça : Histoire du Maroc, vol. 30-31, Librairie orientaliste Paul Geuthner, (lire en ligne)
  39. L'Univers histoire et description de tous les peuples, Rozet et Carette Version du livre en ligne
  40. [3]
  41. http://www.maroc-hebdo.press.ma/MHinternet/Archives_860/html_860/quand.html
  42. https://books.google.fr/books?id=oBWnh3njg4YC&pg=PT25&dq=quartier+des+maghrebins+jerusalem&hl=fr&sa=X&ei=ZF5HVZOSGsvpUvnugYAE&ved=0CDkQ6AEwAg#v=onepage&q=quartier%20des%20maghrebins%20jerusalem&f=false
  43. « Le joyau des sultans », L'Histoire, vol. 7, no 378,‎ (lire en ligne)
  44. [4]
  45. Ibn Khaldoun, Histoire des Berbères, édition Berti, Alger, 2003, p. 1181
  46. a et b http://www.memoarts.ma/documentation/merinides.asp
  47. http://www.cosmovisions.com/ChronoMarocMerinide.htm
  48. http://www.universalis.fr/encyclopedie/merinides-les/
  49. a et b Herman L. Beck, L'image d'Idrīs II, ses descendants de Fās et la politique sharīfienne des sultans marīnides, 656-869/1258-1465, BRILL 1989, pp.250-255 [5]
  50. [6]
  51. Tanger, l'époque anglaise
  52. Philippe Conrad, « Quand Portugais et Espagnols tentaient de prendre pied en Afrique du Nord »,‎ (consulté le 21 août 2011)
  53. [7]
  54. Le califat imaginaire d’Ahmad al-Mansûr de Nabil Mouline.
  55. ["Zamane" no 29, avril 2013, p. 72]
  56. [Histoire de l'Afrique du Nord des origines à 1830 par Charles André Julien]
  57. Chronologie Maroc, De la décadence mérinide au royaume saadien - Clio - Voyage Culturel.
  58. - Google Livres.
  59. Mémorial du Maroc volume 3.
  60. [8]
  61. [9]
  62. p. 45.
  63. [10]
  64. [11]
  65. [12]
  66. Mohamed Kenbib, « Une autre histoire du Maghreb », émission La Fabrique de l'histoire, 12 avril 2012
  67. « http://www.maroc-hebdo.press.ma/MHinternet/Archives288/Semaine288/LHISTOIRE%20AMERICAINE.html » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  68. Abdelkhaleq Berramdane, op. cité, p. 20
  69. [13]
  70. [revue d'histoire du MarocZamane no 50, page 26]
  71. La Gazette du Maroc
  72. Zamane no 25 novembre 2012 p. 28-33
  73. [14]
  74. [15]
  75. Persée
  76. [16]
  77. [17]
  78. Moulay Hassan I sultan du Maroc
  79. [18]
  80. [19]
  81. MarocAntan, documents et souvenirs du Maroc d'autrefois : Autour des caïds de Berrechid
  82. Maroc, Constitution de 1908, MJP
  83. "Zamane" no 40 mars 2014 p. 6 à 10
  84. http://www.linternaute.com/histoire/pays/evenement/36765/1/a/53136/la_conference_d_algesiras.shtml
  85. Alfred Colling, La Prodigieuse histoire de la Bourse, Paris, Société d'éditions économiques et financières, , p. 339
  86. Jean-Pierre Maury, « Maroc – Indépendance du Maroc », sur mjp.univ-perp.fr, université de Perpignan,‎ (consulté le 26 novembre 2013).
  87. http://www.avaaz.org/fr/petition/Nous_voulons_que_les_Lions_de_lAtlas_soient_Reintroduits_dans_leur_milieu_naturel_au_Maroc_2/?fBaXEeb&pv=5
  88. Conformément à l’article 100 de la Constitution
  89. Maroc 2ème investisseur en Afrique
  90. Croissance au Maroc 2008-2013
  91. a, b et c Maroc : un taux de croissance de 4,8% en 2015, selon le ministère de l'Economie Journal Usine Nouvelle
  92. contribution au PIB de l'économie marocaine
  93. Maroc : en 2014, la croissance a plafonné à 2,4%, selon le HCP
  94. Fiche pays Maroc - Indicateurs économiques
  95. http://www.scribd.com/doc/25848936/Maroc-Contribution-Sectorielle-des-Regions-a-la-Creation-de-la-Richesse-Nationale
  96. Voie express Tiznit - Sahara
  97. Le nouveau découpage régional enfin révelé
  98. http://www.entreprendre.ma/Offshoring-Le-Maroc-doit-developper-de-nouvelles-filieres_a411.html
  99. Projet du Port de Tanger Atlantique annulé
  100. Inauguration de Tanger Med 1
  101. Tanger Med 1 atteint sa capacité maximale en 2014
  102. Tanger Med 2 prêt à être équipé
  103. Baisse continue du phosphate
  104. L'industrie automobile détrône le phosphate en 2014
  105. Maoulaïnine détaille l'activité de Phosboucraa
  106. Ces phosphates africains que tout le monde convoite
  107. CNSS : 5 chiffres à retenir en 2014
  108. Assurance Maladie Obligatoire
  109. a et b Deux projets phares: élargissement de la couverture santé, réforme des retraites
  110. a et b Maroc : Des militaires sauvent le trafic ferroviaire de la grève générale
  111. Retraites : une réforme sous haute tension au Maroc
  112. Taux de chômage au premier trimestre 2014
  113. Le taux de chômage repasse sous la barre des 10 % au 1er trimestre 2015
  114. Maroc deuxième marché de l'assurance en Afrique
  115. Axa souhaite le rachat de Saham
  116. le sud africain Sanlam acquiert 30 % de Saham
  117. Saham est déjà présent en Egypte, Liban et en Arabie Saoudite
  118. [Exceptée le Crédit agricole qui a pour vocation à soutenir les agriculteurs]
  119. Liste des banques acréditées par Bank Al-Maghrib
  120. Banques marocaine en Afrique
  121. Expansion des banques marocaines en zone UEMOA
  122. CFC, c'est déjà 101 entreprises labellisées
  123. CFC domine le classement africain
  124. CFC gagne 11 places
  125. Bank of China s’installe à Casablanca Finance City
  126. Exim Bank of China ouvre un bureau au Maroc pour couvrir 26 pays africains
  127. Apparition de cartes bancaires NFC au Maroc
  128. Monétique: HPS et M2M group leader an Afrique
  129. HPS Powercard dans top 5 mondial des solutions monétiques
  130. HPS lorgne 100 % de S2M
  131. Echec de la fusion acquisition de S2M par HPS
  132. Crédit Agricole choisit la solution Powercard pour sa filiale CEDICAM
  133. FNB choisit la solution Powercard
  134. S2M un portefeuille de 135 institutions en 2012
  135. S2M selctionné par AttijariWafa Bank pour les cartes contatctless>
  136. M2M Group introduit sa technologie sur le campus de Dakar
  137. M2M accompagne la fusion de deux banques mauriciennes
  138. a et b Les GMS visent 15 % de PIB en 2020
  139. Labelvie prend des actions dans la CDC
  140. Rishbond a bientôt 50 ans
  141. Dolidol au service de la maison depuis 1970
  142. Le réseau de distribution de Mobilia.ma
  143. Ikea souhaite ouvrir 5 magasins au Maroc
  144. Plan de développement de Virgin Megastore au Maroc
  145. Ouverture du Mall de Tanger
  146. Burger king emménage dans les aires d'autoroutes Shell
  147. a et b Ouverture: Quick s’exporte à Rabat
  148. Paul en expansion
  149. Amorini s'installe au Maroc
  150. a et b Intelcia la barre du milliard de Dh prévue en 2016
  151. Tourisme Vison 2010
  152. a, b et c Africa Tourism Monitor afdb.org October 2015
  153. l’ONMT vise 1,5 million de touristes en 2 ans
  154. Administration du Tourisme chiffres 2014
  155. Taxe sur les vols internationaux l'IATA chiffre la facture
  156. :: Royaume du Maroc : Administration du Tourisme
  157. Doublement route Casablanca Oued Cherrat
  158. inauguration du Gautrain
  159. http://www.mtpnet.gov.ma/met_piecesjointes/piecesjointes/actualites/2007326162756_communiqué-presse-enfrancaisfades.doc
  160. Jean-François Troin, Mohamed Berriane, Maroc: régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve & Larose, , 502 p. (ISBN 978-2-7068-1630-7 et 2706816309, LCCN 2002508989, lire en ligne), p. 364
  161. Le classement WEF 2014-2015
  162. Projet de la ligne rail Marrakech - Agadir dans les années 1970
  163. Détail du réseau de l'ONCF Rapport IPMED novembre 2014 PP 34-36
  164. L'Afrique du Sud dispose d'un bon taux d'électrification mais à écartement étroit
  165. Ligne Rabat Meknes
  166. http://akelhawa.com/fr/tgv-marocain-larabie-saoudite-offre-200-millions-de-dollars/
  167. Extension du réseau classique vers le sud
  168. Doublement de Nouaceur à Jorf El Sfar
  169. Bilan contrat programme 2005-2009
  170. Bilan portuaire 2014 Rapport ANP 2014 (page 2)
  171. Ligne postale aérienne Toulouse - Rabat
  172. Service commercial Toulouse - Maroc
  173. premières Lettres par avion France - Maroc
  174. détournement de l’avion du FLN
  175. Transport aérien horizon 2030
  176. Le Big 4 du ciel africain
  177. les futurs projets de transport
  178. Transport aérien : la courageuse stratégie du Maroc
  179. Côte d’Ivoire : Air France veut faire d’Abidjan un hub régional
  180. réseau Maroc Telecom
  181. fibres Meditel & Inwi
  182. CASIX: premier échangeur IP neutre (IXP) du Maroc
  183. Internet : déploiement du L-Root du DNS au Maroc
  184. a et b Les prix de l’Internet et des Télécoms ont baissé en 2013 au Maroc
  185. 412 Gbps de bande passante réelle, avec une capacité installée de 1 600 Gbps
  186. Bandes passantes réelles, beaucoup de pays africains confondent bandes passantes réelles et capacités
  187. Stats ITU
  188. Internet users in Africa 30-Jun-2015
  189. a et b Chiffres Internet et Telecoms 2015
  190. Forfait illimité Inwi
  191. Forfait illimité IAM
  192. Offre illimité phone + data à 199 Dh de Meditel
  193. Debord quitte Inwi
  194. Maroc Telecom sommé par l'ANRT de publier son offre Bitstream
  195. Licence 4G
  196. Meditel lance son offre ADSL
  197. Inwi lance son offre ADSL
  198. Couverture 4G: Le Maroc ouvre la marche en Afrique
  199. Maroc :Couverture 4G
  200. Le marocain Nortis veut lancer une opération "Internet pour tous" par le satellite au Maroc
  201. Nortis connecte 4 712 écoles rurales
  202. Méditel remporte le projet Marwan 3
  203. Premières offres fibres optiques pour les particuliers
  204. Electricité au Maroc 42% de renouvelable en 2020, 52% en 2030
  205. Intégration de l'énergie nucleéaire à partir de 2030
  206. http://lematin.ma/journal/2014/le-maroc-sur-la-piste-des--smart-grids-/206354.html Déploiement de la technologie smart grid par l'ONE]
  207. a et b Projets d'interconnexions avec le Portugal et la Mauritanie
  208. Coopération Maroc-Afrique
  209. (en) Roger Harrabin, « Moroccan solar plant to bring energy to a million people »,‎ (consulté le 23 novembre 2015).
  210. « Maroc : 32% d’intégration locale atteinte pour la centrale solaire CSP Noor 1 qui va incessamment entrer en service », sur usinenouvelle.com,‎ (consulté le 23 novembre 2015).
  211. energy-for-africa.fr
  212. Chiffres ONEP (page 10)
  213. des turbines Alstom et GE pour Nareva
  214. Plan émergence I
  215. Tata investit dans l'offshoring au Maroc
  216. L'égyptien Xceed investit en offshoring à Casablanca
  217. Evolution du secteur automobile
  218. 120 Equipementiers aéronautiques installés au Maroc à fin 2015
  219. a, b, c et d Exportations des industries mécaniques en 2015
  220. a et b 2,38 milliards de dirhams de passif pour SODEA & SOGETA
  221. L’Europe octroie un statut avancé à Rabat Sur le site rfi.fr
  222. http://www.lematin.ma/Actualite/Express/Article.asp?id=113309
  223. Le Maroc désigné au nombre des alliés majeurs des États-Unis Sur le site bladi.net
  224. Mouvement Almoravide Sur le site universalis.fr
  225. Omar Bendourou, « Les droits de l’homme dans la constitution marocaine de 2011: débats autour de certains droits et libertés », La Revue des droits de l'homme,‎ (lire en ligne)
  226. Omar Brouksy, « Maroc : un projet de réforme du code pénal divise la société », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  227. Abdelali El Hourri, « Ramid retire le projet de code pénal et propose une version consensuelle », Médias 24,‎ (lire en ligne)
  228. [20]
  229. Comme l’indique l’article 2 de la Moudawana, présentée [PDF] sur ce lien
  230. http://www.yabiladi.com/articles/details/6824/maroc-taux-d-analphabetisme-reduit-pres.html
  231. Dounia no 720 - Semaine du 14 au 20 mai 2007
  232. Said Ida Hassan, « Le Sahara Occidental hypothèque le retour du Maroc à l'OUA », sur Panapress,‎
  233. Polémique sur l'indice IDH du Maroc
  234. Le Maroc conteste l'indice du PNUD
  235. IDH 2014 (page 37)
  236. http://www.finances.gov.ma/portal/page?_pageid=53,17814589&_dad=portal&_schema=PORTAL&lang=Fr&id=638
  237. a et b Notations Coface janvier 2016
  238. http://www.un.org/News/fr-press/docs/2008/CS9319.doc.htm
  239. Washington approuve la proposition marocaine d’autonomie du Sahara occidental
  240. http://www.bladi.net/onu-autonomie-sahara.html
  241. http://www.insecula.com/zone/Z0007513.html#Frontières_terrestres
  242. a et b « Arrestation d'un Marocain soupçonné d’être impliqué dans les attentats de Casablanca et Madrid » dans Le Monde du 9 mars 2007, [lire en ligne]
  243. Le Monde avec l’Agence France-Presse, « Casablanca, de nouveau la cible de kamikazes », sur Le Monde.fr,‎
  244. Selon la chaîne télévisée marocaine 2M
  245. http://www.leparisien.fr/international/marrakech-sept-francais-sont-morts-dans-l-attentat-29-04-2011-1428538.php
  246. Muriel SAJOUX CITERES, Université de Tours, « XXVIe Congrès international de la population – UIESP 2009 Marrakech : La transition démographique au Maroc : spécificité du milieu rural et enjeux soulevés », Université du Maine Le Mans (France)/CNRS,‎ (consulté le 27 novembre 2009)
  247. Abdellatif FADLOULLAH, Université de Rabat, Maroc, « Explosion urbaine et maîtrise de la croissance des grandes agglomérations marocaines : le cas de la capitale », Université du Maine Le Mans (France)/CNRS,‎ (consulté le 22 novembre 2009)
  248. [21]
  249. [22]
  250. Article de Maroc hebdo
  251. [23]
  252. a et b [24]
  253. [25]
  254. http://www.anatolefrance.org/histoire_maroc.htm
  255. (en) The World Factbook, CIA (consulté le 13.4.2009)
  256. Abdessamad BELHAJ, Dimension islamique dans la politique étrangère du Maroc, Presses univ. de Louvain, (ISBN 2874631469 et 9782874631467, lire en ligne), chap. Volume 2, p. 187
  257. a et b Le Maroc sur AXL, Jacques Leclerc, L’aménagement linguistique dans le monde. CIRAL (Centre international de recherche en aménagement linguistique).
  258. Appellation employée par la Constitution marocaine de 2011
  259. site de l'IRCAM
  260. Selon le prince Hicham Al Alaoui, « Mohamed VI a cédé sur l'essentiel qui est l'unité nationale par la constitutionnalisation du Berbère », propos dénoncés par un communiqué des Associations, Coordinations et Fédérations Amazighes du Maroc.
  261. http://www.tlfq.ulaval.ca/AXL/afrique/maroc-map-lng.htm
  262. a et b Peter Behnstedt, "La frontera entre el bereber y el árabe en el Rif", Estudios de dialectología norteafricana y andalusí vol. 6, 2002
  263. La langue française dans le monde 2010, p. 11, Éditions Nathan, Paris, 2010
  264. regions-francophones.com
  265. « Baisse du taux d'analphabétisme au Maroc à 28% », sur La vie éco,‎
  266. « Au Maroc, une femme sur deux est analphabète », sur Le Figaro,‎
  267. Bladi.net : http://www.bladi.net/11778-retraite-francais-maroc.html
  268. Bladi.net : http://www.bladi.net/15920-etudiants-subsahariens-maroc.html
  269. [26]
  270. http://www.rtl.be/info/monde/international/des-milliers-de-belges-vivent-au-maroc-sans-crainte-de-l-etat-islamique-plus-en-securite-ici-que-si-je-vivais-en-belgique--796256.aspx
  271. Onze membres de forces auxiliaires assassinés à Gdeim Izik
  272. a et b Augmentation de salaires et logements des F.A.
  273. Augmentation générale des salaires des F.A.
  274. Le multiculturalisme, une caractéristique fondamentale de la société marocaine
  275. Figures et valeurs du dialogue des civilisations et des cultures
  276. Un Maroc multiculturel, Yakov M Rabkin
  277. a et b Ibrahima Koné, « Quand des prénoms marocains sont interdits dans les consulats du Maroc », Yabiladi.com,‎ (consulté le 15 décembre 2009)
  278. http://books.google.fr/books?id=-Mtu9IWXHsAC&pg=PA86&dq=fantasia+marocaine&lr=&as_brr=3#v=onepage&q=&f=false
  279. Source : Médias et communication - Gouvernement marocain.
  280. Historique de la culture du cannabis au Maroc d'après l'UNODC
  281. La drogue
  282. Nations unies. Office pour le contrôle des drogues et la prévention du crime, Rapport mondial sur les drogues 2004, vol. 2 : Rapport mondial sur les drogues, New York, United Nations Publications, , 431 p. (ISBN 978-92-1-248122-7 et 9212481221, lire en ligne), p. 268
  283. Côté algérien : « Les Marocains ont le kif, nous avons le karkoubi ! »
  284. Le Karkoubi principal cause des crimes au Maroc
  285. Les forces de sécurité espagnoles et marocaines sont interdits de blesser mortellement les trafiquant
  286. Giuseppe Sedia, Entretien avec Abdelhatif Laassadi. Clap noir octobre 2008.

Voir aussi

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes