Maria van Rysselberghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maria van Rysselberghe
Théo van Rysselberghe - La dame en blanc.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
Nom de naissance
Maria MonnomVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Enfant
Élisabeth Van Rysselberghe (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Maria van Rysselberghe, née Maria Monnom (1866-1959), écrivain belge, épouse du peintre Théo van Rysselberghe (1862-1926). L’histoire littéraire présente souvent Maria van Rysselberghe, confidente d'André Gide, sous le surnom de la « petite dame », en référence aux Cahiers de la petite dame édités de manière posthume en quatre tomes dans les Cahiers André Gide (volumes 4 à 7). Ils couvrent les années 1918 à 1951.

Biographie[modifier | modifier le code]

Maria Monnom est née le 9 février 1866 à Bruxelles, dans la famille des éditeurs bruxellois Monnom qui publièrent notamment les poèmes d'Emile Verhaeren. La jeune Maria a avec le poète une passion brève qu'elle raconte dans son livre Il y a quarante ans. Verhaeren découvre le peintre Théo Van Rysselberghe que Maria épouse en 1889. Leur fille Elisabeth naît en 1890.

Maria Van Rysselberghe fut pendant plusieurs décennies l’amie et la confidente d’André Gide et ses Cahiers constituent un apport incomparable à l’étude de l’œuvre[1] et de la personnalité de cet écrivain. Sa fille Élisabeth Van Rysselberghe devient en 1923 la mère de l'enfant unique d’André Gide, Catherine Gide (reconnue et adoptée par André Gide après la mort de son épouse Madeleine en avril 1938).

Élisabeth, qui avait eu vers 1910-11 une liaison avec le poète anglais Rupert Brooke, mort en 1915 en Grèce, épousa en 1931 l’écrivain français Pierre Herbart, de treize ans son cadet.

À gauche, Maria van Rysselberghe à côté d'André Gide en 1936.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Cahiers de la Petite Dame, I, II,III, IV, parus dans les Cahiers André Gide 4, 5, 6 et 7, publications de l'Association des Amis d'André Gide, Paris, NRF, Gallimard, 1973-1977.
  • Je ne sais si nous avons dit d'impérissables choses, anthologie des Cahiers de la Petite Dame, choix et présentation de Peter Schnyder, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2006.
  • Il y a quarante ans, suivi de Strophes pour un Rossignol et Galerie Privée, préface de Béatrix Beck, Paris, Gallimard, 1968.
  • André Gide - Maria van Rysselberghe. Correspondance 1899-1950, présentée par Peter Schnyder et Juliette Solvès, Paris, Gallimard, 2016.
  • Jacques Roussillat, Maria van Rysselberghe, La Petite Dame d'André Gide, édition P.G. de Roux, 2017.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Malraux affirme le contraire dans la préface qu'il donne en 1973 aux Notes pour l'histoire authentique d'André Gide, autre nom des Cahiers de la Petite Dame : "Elle (Maria van Rysselberghe) croit que ses notes éclairent aussi la création artistique de Gide, l'élaboration de ses romans. En quoi ? (...) la totalité des Cahiers ne serait pas différente si Gide n'avait jamais écrit un livre de fiction. (...) Ces Cahiers où le mot art se trouve si souvent, ne révèlent rien de la création proprement artistique". Cf. Je ne sais si nous avons dit d'impérissables choses, anthologie des Cahiers de la Petite Dame, Gallimard, coll. « Folio », 2006, p. 71.

Article connexe[modifier | modifier le code]