Manuel Rojo del Río y Vieyra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Manuel Antonio Rojo del Río y Vieyra
Manuel Antonio Rojo del Rio Vera.jpg
Fonctions
Gouverneur général des Philippines
-
Miguel Lino de Ezpeleta (en)
Archevêque
Archidiocèse de Manille
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 55 ans)
ManilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Religion
Grade militaire

Manuel Antonio Rojo del Río y Vieyra (né à Tula au Mexique espagnol le et mort à Manille aux Philippines espagnoles le ) fut archevêque de Manille et gouverneur général des Philippines.

Biographie[modifier | modifier le code]

Manuel Rojo était issu d’une famille de colons espagnols installés au Mexique, qui faisait alors partie de l’Empire colonial espagnol, ce qui faisait de lui un criollo (un espagnol né dans l’empire colonial). Entré dans les ordres en 1748, il fut nommé archevêque de Manille le et entra en fonction le [1],[2] (les Philippines étaient aussi une colonie espagnole qui dépendait alors de la vice-royauté de Nouvelle-Espagne).

En , il devint gouverneur général de la colonie par intérim, remplaçant Miguel Lino de Ezpeleta et dans l’attente de l’arrivée du nouveau gouverneur en poste, Francisco Javier de la Torre. Ce fut sous sa gouvernance que Manille et Cavite furent occupées par les Britanniques dans le contexte de la guerre de Sept Ans. Les Espagnols souffrirent d’une défaite humiliante à Manille qui tomba le . Les historiens estiment de nos jours que la défaite incombe en partie à Manuel Rojo, qui était un religieux et n’avait aucune connaissance du domaine militaire[3],[4]. Madrid ne renouvela d’ailleurs plus jamais l’expérience, Rojo étant le dernier religieux à gouverner l’archipel[5].

Il se rendit à la fin de la bataille et accepta de payer une rançon de quatre millions de dollars pour mettre fin au pillage[6]. L’accord de reddition conclu par Rojo garantissait également le maintien du clergé en place, ainsi que le respect du catholicisme et de la propriété privée des habitants[7]. Pacifique, il accepta globalement de parlementer avec les Britanniques et accéda à plusieurs de leurs demandes, notamment en réclamant la reddition complète de l’archipel et la reconnaissance de la souveraineté anglaise[8].

La Real Audiencia de Manille n’accepta toutefois pas l’acte de reddition signé par Rojo et confia le pouvoir à Simón de Anda y Salazar le 6 octobre, qui organisa la résistance dans le reste de l’archipel et maintint de fait la souveraineté espagnole sur la colonie. Rojo refusa de reconnaître en Anda le nouveau gouverneur[9] et resta à Manille jusqu’à sa mort le 30 janvier 1764, créant une forte rivalité entre les deux hommes[8],[10]. La Real Audiencia avait bel et bien le droit d’assumer le pouvoir en situation de crises militaires, et le roi valida rétrospectivement la nomination d’Anda comme gouverneur temporaire[11]. Les Britanniques nommèrent eux aussi leur propre gouverneur pour administrer Manille le 2 novembre 1762, Dawsonne Drake[12], si bien que trois gouverneurs étaient simultanément en poste[13].

Sources primaires[modifier | modifier le code]

Rojo tint un journal narrant notamment son point de vue sur les événements à Manille durant la conquête et l’occupation anglaise. Il subsiste de plus une forte correspondance de cette époque, notamment de Dawsonne Drake, de William Draper (le général qui prit Manille), de Simón de Anda et d’autres contemporains espagnols[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Archbishop of Manila, Philippines », sur catholic-hierarchy.org.
  2. Domingo Abella, « Episcopal Succession in the Philippines », Philippine Studies, vol. 7, t. 4,‎ , p. 435-447 (lire en ligne)
  3. Tracy 1995, p. 33.
  4. Escoto 1973, p. 5-7.
  5. Escoto 1973, p. 14.
  6. (en) James Draper, Pitt’s ’Gallant Conqueror’: The Turbulent Life of Lieutenant General William Draper, I.B.Tauris, (ISBN 9781845111779, lire en ligne), p. 101.
  7. Tracy 1995, p. 54.
  8. a et b Escoto 1973, p. 12.
  9. Tracy 1995, p. 58-59.
  10. a et b Blair et Robertson 1907, préface.
  11. Tracy 1995, p. 54-58.
  12. Thomas Backhouse, The Secretary at War to Mr. Secretary Conway, Londres, British Library, , v. 40.
  13. (en) Gregorio Zaide, Philippine political and cultural History, vol. 2, Philippine Education Company, , p. 15-16

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (es) Joaquín Meade, « Semblanza del ilustrísimo señor doctor don Manuel Antonio Rojo del Río Lafuente y Vieyra: arzobispo de Manila, gobernador y capitán general de las Islas, Filipinas, mexicano ilustre que propuso la fundación, del real Colegio de abogados de la ciudad de México, 1708-1764 », Memorias de la Academia Mexicana de la Historia, vol. 19, no 2,‎ , p. 125-166 (lire en ligne).
  • (en) Nicholas Tracy, Manila Ransomed: The British Assault on Manila in the Seven Years War, University of Exeter Press, (ISBN 0859894266, lire en ligne).
  • (en) Salvador P. Escoto, The administration of Simon de Anda y Salazar, governor-general of the Philippines, 1770-1776, université Loyola de Chicago, (lire en ligne) (thèse de doctorat).
  • (en) Emma H. Blair et James A. Robertson, The Philippine Islands 1493-1898, vol. 49, A. H. Clark Company, (lire en ligne).