Mahamuni Mayan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mahā-múni Mayan (மாமுனி Māmuṉi, du sanskrit signifiant « grand ascète ») ou encore Brahma-rishi Mayan[1] est un héros prométhéen de la culture tamoule. Personnage central de diverses épopées de la tradition littéraire Sangam (le Silappatikaram, Manimekalai, et le Civaka Cintamani), il est fréquemment assimilé au roi des asura, le démon Maya (asura) (Mayasura) du Mahābhārata, inventeur légendaire des règles de l'architecture traditionnelle indienne (le Vastu Shastra).

Selon le professeur V. Ganapati Sthapati, directeur du College of Architecture & Sculpture, Mayan aurait été vénéré par Vyasa comme le Vishvakarma, le forgeron primordial adoré par la secte des Vishwabrahmin[2].

On lui attribue divers exploits, allant de la composition d'un « mantra primordial » à la construction de machines volantes. Selon la doctrine reçue du mysticisme nationaliste tamoul, le « Pranava Veda » de Mayan serait une transcription fidèle du Tamil Veda originel, composé il y a 10 000 ans au Kumari Kandam, et les Vedas hindous n’en seraient que des extrapolations.

On attribue encore à Mayan la paternité du Surya Siddhanta[3], et d'un traité (perdu) de grammaire sanskrite, l’Aintiram[4].

« L'inventeur de tous ces anciens savoirs est un certain Mayasura, de la tribu de ceux qui édifièrent la mayasabha du Mahabharata. Mais il vécut à l'époque du Ramayana, il y a 16 000 ans. Il fut le père de Mandodari et le beau-père de Ravana. Une de ses nièces était Sita, qui avait épousé Rama et par erreur il déclencha la guerre. Il était passé maître en plusieurs disciplines, dont la vastu shastra, la Jyotirganita-Surya Siddhanta, l’Aintiram... la géographie, la physique, le principe Brahma, le yoga shastra etc. Ses contributions à l'esthétique étaient fort prisées du défunt Pr. [Surendra] Barlinge. »

— R. R. Karnik, Deccan Herald[5] (29 septembre 2003)

Les mystiques nationalistes tamouls, tenants du mythe du continent perdu de Kumari Kandam, voient dans la « tradition Mayan » l'origine de toutes les grandes civilisations humaines, y compris la civilisation Maya.

Voir également[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Mamuni Mayan » (voir la liste des auteurs).
  • Bruno Dagens, Mayamata : Traité Sanskrit d'Architecture, Pondichéry : Institut Français d'Indologie (1970), OCLC: 61978029.
  • Phanindra Nath Bose, Principles of Indian śilpaśāstra with the text of Mayaśāstra, Punjab Sanskrit Book Depot (1926), OCLC: 3354836.
  • Er. R. R. Karnik, Ancient Indian Technologies as Seen by Maya, the Great Asura
  • Er. R. R. Karnik, Yuga, Mahayuga and Kalpa (1996) [1]
  • S.P. Sabharathnam, Mayan's Aintiram : With Tamil Texts of Mayan and Paraphrasing with English Translation, Vaastu Vedic Research Foundation (1997), OCLC: 47184833.
  • V. G. Sthapati, An overview of Mayonic Aintiram, Shilpi Speaks series 1 [2]
  • Aintir̲am, Directorate of Technical Education, Cen̲n̲ai : Tol̲il Nuṭpak Kalvi Iyakkakam (1986), OCLC: 19172544
  • K S Subrahmanya Sastri; O A Nārāyaṇasvāmi Ayyar, Mayamatam, Śrīraṅkam : Śrī Vāṇī Vilāsam Patippakam (1888), OCLC: 13891788.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On trouve bien d'autres épithètes, comme Sangakala Sirpachithan Mamuni Mayan, Mayamuni, Mayendran, etc.
  2. Le Pr. Sthapati a été en 2004 l'initiateur d'une souscription de 600 000 euros visant à édifier un monument à Mayan sur le site de son établissement, près de Mamallapuram. Avec l'appui de C. Aranganayakam, ministre de l’éducation du Tamil Nadu, le même Pr. Sthapati publiait en 1986 une « reconstitution » d’un traité perdu relatif aux règles divines du Vastu Shastra, et intitulé Mayan's Aintiram.
  3. Translation of Surya Siddhanta into English, by Bhāskarācārya, Bapu Deva Sastri, Lancelot Wilkinson, ISBN 3-7648-1334-2, 9783764813345, http://www.wilbourhall.org/pdfs/suryaEnglish.pdf
  4. L’« école Aindra » (c'est-à-dire « du seigneur Indra », roi des dieux dans la mythologie hindoue) est l’une des onze écoles de grammairiens du sanskrit citées dans l’Ashtadhyayi de Pāṇini.
  5. : The originator of all these ancient sciences is one known as Mayasura of the same tribe that constructed the mayasabha of Mahabharata. But the period is that of Ramayana some 16 000 years ago. He is the father of Mandodari and father-in-law of Ravana. One of his niece was Sita, who had married Rama and [by] an error of judgement started the epic war. He was master in many subjects. Some of these are: Vastu Shastra, Jyotirganita-Surya Siddhanta, Aintiram, ... cartography, fundamental physics, the Brahma principle, the yogashastra etc. His contribution to Aesthetics ... was highly appreciated by late Prof. [Surendra] Barlinge. dans (de) R.R. Karnik, « On Mayan », Deccan Herald,‎ .