Magnus Fredrik Ferdinand Björnstjerna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Magnus Björnstjerna
Militär o diplomat Magnus Björnstjerna (1779-1874) Bex.JPG
Fonctions
Seigneur du royaume (en)
à partir de
Ambassadeur
-
Commandant de régiment (d)
Kalmar regemente (en)
-
Membre du Riksdag des États
Riddarhuset
-
Titres de noblesse
Baron
à partir de
Comte
à partir de
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
StockholmVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Magnus Olof Beronius Björnstjerna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Wilhelmine Auguste von Björnstjerna (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Carl Björnstjerna (d)
Oscar Björnstjerna (en)
Roger Björnstjerna (d)
Theresia Ulrika Elisabet Wilhelmina af Ugglas (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de
Arme
Armée de terre de Suède (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Grade militaire
Conflits
Guerres napoléoniennes
Bataille de Lapua (en)
Sixième Coalition
Bataille de Nykarleby (en)
Bataille de Pyhäjoki (en)
Guerre de FinlandeVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Magnus Fredrik Ferdinand Björnstjerna est un général, écrivain, diplomate et homme politique suédois. Né à Dresde le , il est décédé le à Stockholm.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un secrétaire de légation, il est élevé en Allemagne. Nommé enseigne à 14 ans, il participe et se fait remarquer lors de la guerre de Finlande. En 1809, il est envoyé en mission secrète auprès de Napoléon Ier et en 1812, négocie à Londres la vente de la Guadeloupe. Général (1812), il participe en 1813 aux combats de Großbeeren, Dennewitz et Leipsick et négocie la reddition de Lübeck, Hambourg et Maastricht.

En 1814, il fait partie de l'expédition chargée de faire passer la Norvège sous les lois suédoises.

Baron (1815), lieutenant-général (1820), comte (1826), maréchal (1843), il sera par la suite ambassadeur à Londres de 1828 à 1846.

Œuvres[modifier | modifier le code]

On lui doit :

  • L'Empire britannique de l'Est (1840)
  • Théogonie, philosophie et cosmogonie des Hindous (1843)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p. 306
  • Biografiskt lexicon öfver namnkunnige svenske män, 1838, p. 130

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]