Luís Carlos Inácio Xavier de Meneses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Meneses.
Luís Carlos Inácio Xavier de Meneses
Retrato de D. Luís Carlos Inácio Xavier de Menezes (séc. XVIII) - Pompeo Batoni.png
Biographie
Naissance
Décès
Enfant
Henrique de Meneses, 3rd Marquis of Louriçal (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Luís Carlos Inácio Xavier de Meneses (Lisbonne, 1689 — Goa, 1742), comte d'Ericeira, est un administrateur colonial portugais, vice-roi de l'Inde portugaise entre 1717 et 1721 puis entre 1740 et 1742.

Le Combat de Saint-Denis[modifier | modifier le code]

Le alors que son navire, le Nossa Senhora do Cabo, relâchait sur l'ile Bourbon pour réparation à la suite d'une tempête subie lors du retour au Portugal, celui-ci est attaqué par les pirates John Taylor et la Buse[1]. Le navire pratiquement sans défense à cause des avaries fut détruit et sa cargaison d'or, de tissus et de diamant fut pillée. Les pirates firent remorquer le navire vers le port de Saint-Paul et De Meneses put regagner Lisbonne par un navire français en 1723, non sans avoir payé une rançon de 2 000 piastres, avancée par le gouverneur de Saint-Denis[2]. Tous ces pirates devinrent riches et ces évènements causèrent un grand scandale, aussi beaucoup de pirates profitèrent de l'amnistie proposée par le Louis XV de France et s'installèrent à Bourbon[1].

Cependant, Taylor impressionné par son courage pendant le combat lui rend son épée, dont la garde est en or, incrustée de diamants[2]. Mais il est très mal accueilli à son retour à Lisbonne et cela malgré la résistance désespérée qu'il a opposée aux pirates, à cause des diamants qui devaient être remis au roi Jean V de Portugal. Ce dernier, furieux de leur perte, sanctionne Ericeira en le bannissant de la cour pendant 10 ans[2].

Cette histoire est relatée par João Fernandes de Almeida et cet épisode de l'histoire est connu sous le nom de combat de Saint-Denis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://ybphoto.free.fr/diamants_goa_5.html Yannick Bénaben
  2. a, b et c Collectif, Pirates, p. 163

Bibliographie[modifier | modifier le code]