Lori ultramarin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Vini ultramarina

Vini ultramarina
Description de cette image, également commentée ci-après
Lori ultramarin
Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Psittaciformes
Famille Psittacidae
Genre Vini

Nom binominal

Vini ultramarina
(Kuhl, 1820)

Statut de conservation UICN

( EN )
EN B1ab(i,ii,iii,iv,v);C2a(ii) : En danger

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 18/09/1997

Le Lori ultramarin (Vini ultramarina) est une espèce d'oiseaux de la famille des Psittacidae, proche du Lori nonnette.

Description[modifier | modifier le code]

Le Lori ultramarin se distingue du Lori nonnette par la coloration bleu turquoise (au lieu de bleu mauve) du front, des ailes, du dos et de la queue, vert et blanche avec des écailles bleu mauve (au lieu de blanc pur) des joues, de la gorge et de la poitrine. Cet oiseau présente également des marques blanches sur les hanches.

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette espèce ne peuple plus que deux îles de l'archipel des Marquises en Polynésie française, un archipel composé de 12 îles volcaniques et d’îlots en plein cœur de l'océan Pacifique.. Cet archipel est plus éloigné des terres continentales que tous les autres groupes d'îles dans le monde.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Comme la majorité des autres perroquets, il est végétarien : il se nourrit de fruits, de bourgeons, de fleurs.

Nidification[modifier | modifier le code]

Il loge dans des cavités d'arbres, et parfois dans des coquilles de noix de coco.

Menaces[modifier | modifier le code]

Le plus grand danger qui menace le Lori Ultramarin est le rat noir(Rattus Rattus) qui fut introduit accidentellement par les colons. Or, le rat noir se nourrit des œufs et des jeunes poussins L'impact désastreux des rats noirs sur la population de Lori a été prouvé sur deux des îles Marquises: Sur Ua Pou, en 1975, la population de Lori était estimé entre 500 et 600 oiseaux. Les rats noirs furent introduits accidentellement en 1980, et en 1999, le lori avait disparu. En 18 ans, les rats noirs avaient éradiqué toute la population.

Il se passa la même chose sur Fatu Hiva entre 2000 et 2007, alors qu'on avait justement introduit 29 lori sur cette île entre 1992 et 1994 dans l'espoir d'y établir une population viable.

Même phénomène sur l'île principale de Naku Hiva, à ceci près qu'on ignore à quel moment les rats sont arrivés sur l'île. Sur 70 oiseaux recensés en 1975, il n'en reste plus un seul.

Réintroduction[modifier | modifier le code]

En réalité, il ne resterait plus un seul Lori à l'état sauvage aujourd'hui sans le travail d'un professeur marquisien qui décida d'introduire un couple de Lori sur l'île dUa Huka en 1940 car l'espèce y était absente pour une raison inconnue. Grâce à cette opération, les oiseaux prospérèrent sur cette île. En 2004, date du dernier recensement effectué, on estimait la population entre mille sept cent soixante-trois et deux mille neuf cent quatre-vingt-sept individus.

Mais, la menace des rats noirs persiste car ils sont présents sur une petite île située à quelques centaines de mètres à peine d'Ua Huka.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Couzens D. (2010) Le livre des oiseaux rares
  • Forshaw J.M. (2006) Parrots of the World. An identification guide. Princeton University Press, Princeton, Oxford, 172 p.
  • Mario D. & Conzo G. (2004) Le grand livre des perroquets. de Vecchi, Paris, 287 p.

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]