Les Suites d'un premier lit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

M.Prudenval vu par Lhéritier, 1956

Les Suites d'un premier lit est une comédie en un acte mêlée de chant d'Eugène Labiche et Marc-Michel, créée au Théâtre du Vaudeville à Paris, le .

Argument[modifier | modifier le code]

Trébuchard est un étudiant de 29 ans qui a mené une vie dissipée. Pour pouvoir payer ses nombreuses dettes, il a dû épouser sa logeuse, la veuve Arthur, une femme aisée avec un certain charme, mais plus très jeune. Quand la pièce commence, la veuve est morte, lui laissant un petit héritage. Mais elle lui a laissé aussi la charge de sa fille Blanche, née d'un premier lit, assez peu gracieuse, et qui a 48 ans. Or Trébuchard est amoureux de la jeune Claire Prudenval qu'il aimerait bien épouser, mais qui est dotée d'un père hypocondriaque, peu accommodant. Trébuchard imagine alors de faire épouser Blanche par M. Prudenval, qui deviendrait ainsi son beau-fils !

Quelques répliques[modifier | modifier le code]

« Non, la bière ça m'empâte... Je me suis mis au rhum. »

— Scène IX

« Tiens-toi droite... et mets-toi de profil... Tu gagnes cinquante pour cent à être vue de moitié. »

— Scène XI

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs et actrices ayant créé les rôles
Personnage Acteur ou actrice
Trébuchard, 29 ans M. Félix
Prudenval, propriétaire à Reims M. Delannoy
Piquoiseau, capitaine d'infanterie Gil-Pérès
Blanche, fille de Trébuchard, 48 ans Mme Astruc
Claire, fille de Prudenval, 18 ans Mme Clary
Ragufine, bonne chez Trébuchard Estelle Pluck

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :