La Voix humaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Voix humaine
La Comédie-Française, lieu de la première de La Voix humaine en février 1930.
La Comédie-Française, lieu de la première de La Voix humaine en février 1930.

Auteur Jean Cocteau
Genre Pièce de théâtre, monologue dramatique
Nb. d'actes 1
Durée approximative 45 min.
Dates d'écriture 1929
Lieu de parution Paris
Éditeur Stock
Date de parution 1930
Nombre de pages 69
Date de création en français 17 février 1930
Metteur en scène Jean-Pierre Laruy
Rôle principal Berthe Bovy

La Voix humaine est une pièce de théâtre en un acte de Jean Cocteau, créée dans une mise en scène de Jean-Pierre Laruy à la Comédie-Française le .

L'œuvre, sous le titre éponyme de Le Voix humaine, est adaptée sous forme de tragédie lyrique par Francis Poulenc en 1959.

La pièce de Jean Cocteau[modifier | modifier le code]

La pièce est écrite en 1929 et créée par Berthe Bovy en 1930 à la Comédie-Française dont la première représentation privée est chahutée par les Surréalistes. Elle ne met en scène qu'un seul personnage, une femme au téléphone, en un dialogue lacunaire, tronqué.

Argument[modifier | modifier le code]

Une femme, après quelques tentatives infructueuses, finit par joindre son destinataire au téléphone. Elle l'appelle "chéri", mais elle doit lui rendre leurs lettres et se montrer courageuse.

À travers les non-dits et un moyen de communication défaillant, la pièce présente une rupture amoureuse difficile. Le personnage aime encore l'homme à qui elle parle, et a sans doute tenté de se suicider.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

  • Enregistrement par Simone Signoret.
  • La Voix humaine de Jean Cocteau. Musique de Yves Claoué, Mise en scène de Jean-Pierre Laruy Théâtre central du Limousin, Limoges 1961.
  • Dans La Loi du désir de Pedro Almodóvar, l'extrait final de la pièce de Cocteau est joué dans le film.
  • La Voix humaine de Jean Cocteau, mise en scène de Bernard Jenny, Le Maillon Strasbourg en 1984.
  • La Voix humaine, version de Francis Poulenc, mise en scène de Bernard Uzan dans une scénographie de Michel Beaulac, avec Chantal Lambert, soprano et Esther Gonthier, pianiste, à la Cinquième Salle de la Place des Arts, Opéra de Montréal, 1997.
  • La Voix humaine de Jean Cocteau, mise en scène d'Alice Ronfard avec Sylvie Drapeau, Espace GO, Montréal, Québec, 1999
  • La Voix humaine de Jean Cocteau, avec Anna Tantcheva, mise en scène d'Isabelle Bouvrain, réalisation de Maria Koleva, 2001.
  • La Voix humaine, mise en scène de Stéphane Saint-Jean à Montréal en 2003. Le personnage est interprété tour à tour par 9 comédiens (huit femmes et un homme).
  • La Voix humaine, par la compagnie Premier acte, mise en scène de Sarkis Tcheumlekdjian, jouée par Catherine Vial.
  • La Voix humaine, version pour piano de Francis Poulenc, mise en scène Antoine Vitez, décor et costumes de Dominique Borg, avec Anne Béranger, soprano, Setrak, pianiste (Chaillot 1982 - Le Chant du Monde).
  • La Voix humaine, version de Francis Poulenc, mise en scène Richard Williams, avec Sarah Gabriel, soprano, Olivia Canolle, pianiste, Dartington International Summer School, en 2007.
  • La Voix humaine, mise en scène de Dimitri Rataud en 2009
  • La Voix humaine, mise en scène de Marc Paquien au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, avec Martine Chevallier, 2012.
  • La Voix humaine, avec Anne Mélou, mise en scène de Jean Barrier au Patio à Rennes. 2013
  • La Voix humaine, avec Nicole Dogué, mise en scène de Marja-Leena JUNKER, décor sonore de René NUSS au Théâtre du Centaure au Luxembourg et à L'Artchipel à Basse-Terre (Guadeloupe) 2013
  • La Voix humaine, avec Monique Dorsel, et la voix de Berthe Bovy, mise en scène de Charles Gonzalès, au Théâtre des Martyrs à Bruxelles, 2014.

Adaptations[modifier | modifier le code]

L'opéra de Francis Poulenc[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Voix humaine (Poulenc).

Composée en 1958, la tragédie lyrique en un acte de Francis Poulenc est créée le par Denise Duval, salle Favart, à Paris.

L'ensemble dure une quarantaine de minutes. La sonnerie du téléphone est rendue par le xylophone. L'œuvre prend la forme d'un monologue bouleversant, avec de longs passages de chant sans accompagnement musical qui requièrent particulièrement les talents d'actrice de l'interprète.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]