La Voix humaine (théâtre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Voix humaine
La Comédie-Française, lieu de la première de La Voix humaine en février 1930.
La Comédie-Française, lieu de la première de La Voix humaine en février 1930.

Auteur Jean Cocteau
Genre Pièce de théâtre, monologue dramatique
Nb. d'actes 1
Durée approximative 45 min.
Dates d'écriture 1929
Lieu de parution Paris
Éditeur Stock
Date de parution 1930
Nombre de pages 69
Date de création en français 17 février 1930
Lieu de création en français Comédie-Française, Paris
Metteur en scène Jean-Pierre Laruy
Rôle principal Berthe Bovy

La Voix humaine est une pièce de théâtre en un acte de Jean Cocteau, créée dans une mise en scène de Jean-Pierre Laruy à la Comédie-Française le .

L'œuvre est adaptée sous forme de tragédie lyrique par Francis Poulenc en 1959, sous le même titre. Elle a également connu de nombreuses adaptations, plus ou moins libres, au cinéma et à la télévision.

La pièce de Jean Cocteau[modifier | modifier le code]

La pièce, écrite en 1929 et créée par Berthe Bovy en 1930 à la Comédie-Française, est chahutée par les Surréalistes au cours de la première représentation privée[réf. nécessaire]. Elle ne met en scène qu'un seul personnage, une femme au téléphone, en un dialogue lacunaire, tronqué.

Argument[modifier | modifier le code]

Une femme, après quelques tentatives infructueuses, finit par joindre son amant au téléphone. Elle l'appelle « chéri », mais doit lui rendre leurs lettres et se montrer courageuse.

À travers les non-dits et un moyen de communication défaillant (la communication s'interrompt sans cesse), la pièce présente une rupture amoureuse difficile. La femme aime toujours l'homme à qui elle parle et a tenté de se suicider.

Mises en scène[modifier | modifier le code]

  • La Voix humaine, mise en scène de Jean-Pierre Laruy, musique de Yves Claoué, Théâtre central du Limousin, Limoges 1961
  • La Voix humaine, mise en scène de Bernard Jenny, Le Maillon Strasbourg en 1984.
  • La Voix humaine, mise en scène d'Alice Ronfard avec Sylvie Drapeau, Espace GO, Montréal, Québec, 1999
  • La Voix humaine, avec Anna Tantcheva, mise en scène d'Isabelle Bouvrain, réalisation de Maria Koleva, 2001.
  • La Voix humaine, mise en scène de Stéphane Saint-Jean à Montréal en 2003. Le personnage est interprété tour à tour par 9 comédiens (huit femmes et un homme).
  • La Voix humaine, par la compagnie Premier acte, mise en scène de Sarkis Tcheumlekdjian, jouée par Catherine Vial.
  • La Voix humaine, mise en scène de Dimitri Rataud en 2009
  • La Voix humaine, mise en scène de Marc Paquien au Studio-Théâtre de la Comédie-Française, avec Martine Chevallier, 2012.
  • La Voix humaine, avec Anne Mélou, mise en scène de Jean Barrier au Patio à Rennes. 2013
  • La Voix humaine, avec Nicole Dogué, mise en scène de Marja-Leena JUNKER, décor sonore de René NUSS au Théâtre du Centaure au Luxembourg et à L'Artchipel à Basse-Terre (Guadeloupe) 2013
  • La Voix humaine, avec Monique Dorsel et la voix de Berthe Bovy, mise en scène de Charles Gonzalès, au Théâtre des Martyrs à Bruxelles, 2014.
  • La Voix humaine, au TNP de Villeurbanne (2018). Une tragédie lyrique avec Véronique Gens, soprano, et Christophe Manien, piano et une pièce en un acte avec Sylvia Bergé (comédienne). La pièce de Jean Cocteau est ici proposée dans ses versions avec et sans musique.

Enregistrement sonore[modifier | modifier le code]

icône image Images externes
La Voix humaine, pochette du disque enregistré par Simone Signoret (recto).
La Voix humaine (verso).
  • La Voix humaine, lu par Simone Signoret, disques Jacques Canetti (Grand prix du disque de l'académie Charles-Cros en 1964)[1] : avec cette production, Jacques Canetti réalisa un de ses rêves les plus chers. Simone Signoret accepta d'enregistrer la version intégrale de ce magnifique texte de Jean Cocteau, à condition qu'elle puisse le faire chez elle, dans sa chambre, étendue sur son lit, son propre téléphone à la main. Pierre Nobis, l'ingénieur du son, s'installa dans la cuisine et la première prise fut la bonne. Bouleversée par l'émotion du texte, Simone Signoret, en larmes, refusa d'écouter l'enregistrement. Il fallut l'intervention d'Yves Montand pour que Simone Signoret acceptât que le disque fût publié. Il obtint immédiatement et à l'unanimité le Grand Prix du Disque[2] en 1964.

Adaptations[modifier | modifier le code]

L'opéra de Francis Poulenc[modifier | modifier le code]

Composée en 1958, la tragédie lyrique en un acte de Francis Poulenc est créée le par Denise Duval, salle Favart, à Paris. Elle connut elle-même différentes versions :

  • La Voix humaine, version pour piano de Francis Poulenc, mise en scène Antoine Vitez, décor et costumes de Dominique Borg, avec Anne Béranger, soprano, Setrak, pianiste (Chaillot 1982 - Le Chant du Monde).
  • La Voix humaine, version de Francis Poulenc, mise en scène de Bernard Uzan dans une scénographie de Michel Beaulac, avec Chantal Lambert, soprano et Esther Gonthier, pianiste, à la Cinquième Salle de la Place des Arts, Opéra de Montréal, 1997.
  • La Voix humaine, version de Francis Poulenc, mise en scène Richard Williams, avec Sarah Gabriel, soprano, Olivia Canolle, pianiste, Dartington International Summer School, en 2007.

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [vidéo] Simone Signoret - Jean Cocteau: Extrait De La Voix Humaine sur YouTube
  2. « Vinyle Simone Signoret – La Voix Humaine (Jean Cocteau) », sur Productions Jacques Canetti (consulté le )
  3. Marie Soyeux, « « Femmes au bord de la crise de nerfs », retour sur le premier succès international d’Almodóvar », sur la-croix.com, .
  4. « Cinéma : "La Voix humaine" de Pedro Almodovar et "THX1138" de Georges Lucas », sur France Culture (consulté le )
  5. Carole Weisweiller et Patrick Renaudot, Jean Marais, le bien-aimé, Éditions de La Maule, 2013, page 212
  6. Jean Marais, L'inconcevable Jean Cocteau, Éditions du Rocher, 1993, page 57 (ISBN 978-2-268-01425-8) : C'est Jean-Claude Houdinière et Loïc Vollard qui ont demandé à Jean Marais de mettre en scène cette pièce, pour la télévision.