Pulperie de Jonquière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Pulperie de Jonquière)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jonquière (homonymie).
Photographie d'époque de la Pulperie de Jonquière

La Pulperie de Jonquière est une pulperie (usine de pulpe de bois) qui fut construite en 1899 à Jonquière. Le mot pulpe et l'expression pulpe de bois sont utilisés au Québec pour désigner la pâte à papier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Joseph Perron fut le père de la Pulperie de Jonquière. Ingénieur par talent naturel et par entraînement, homme d'esprit pratique, caractère entreprenant et persévérant, il fut autorisé, par le règlement no 62 voté le par le conseil, à former une compagnie.

Les premières actions (de 100 dollars chacune) furent acquises le dans les proportions suivantes :

  • 30 par Joseph Perron, ingénieur et propriétaire d'une scierie ;
  • 5 par Trefflé Gauthier, cultivateur et propriétaire d'un moulin à farine ;
  • 6 par Ernest Gauthier, cultivateur et propriétaire d'un moulin à farine.

La construction débuta le . Le Progrès du Saguenay rapportait ainsi la nouvelle : « Les travaux de maçonnerie sont commencés lundi matin ; la bâtisse aura 120 pieds de longueur sur 40 de largeur, le rez-de-chaussée sera en pierre et le premier étage en bois… »

Le , la Compagnie de pulpe de Jonquière fut constituée en corporation avec un capital de quarante mille piastres et autorisée à construire et exploiter une ou des manufactures de pulpe, à fabriquer, à vendre et à faire le commerce de pulpe de bois dans toutes ses branches, à acquérir, acheter ou louer des limites à bois, des biens mobilières et immobilières pour ériger des moulins et des digues, à acquérir des pouvoirs d'eau et à les utiliser, à faire le commerce d'électricité pour des fins d'éclairage, de chauffage et de force motrice et d'autres droits[1].

Le furent obtenues les lettres patentes et les noms suivants figuraient dans la charte : Jean Maltais, cultivateur ; Joseph Perron, ingénieur ; Louis Bergeron, cultivateur ; Damasse Gagné, marchand ; Édouard Simard, cultivateur et Joseph Ouellet, cultivateur ; tous de la paroisse de St-Dominique de Jonquière, comté et district de Chicoutimi.

Le , les travaux à la manufacture étaient conduits par Joseph Perron qui a fait les plans et devis, calculé la force de la chute, déterminé la grosseur des tuyaux et la grandeur des turbines. Il sut tout disposer avec tant de mesure et de précision qu'une heure après avoir lancé l'eau dans le tuyau, on voyait la pulpe se déposer sur les cylindres[2].

L'incorporation légale fut obtenue le par la loi 63 Victoria, chapitre 73. C'est le samedi que la pulperie de Jonquière fut mise en opération. La bénédiction eut lieu en janvier 1901.

Le , un article dans le journal Le Colon soulignait avec fierté que « […] M. Perron, l'ingénieur de la manufacture de pulpe de Jonquière, qui s'est acquis une si enviable réputation de mécanicien dans les constructions des manufactures de Chicoutimi et de Jonquière, venait à peine d'arriver d'un voyage à Québec, lorsqu'il fut de nouveau appelé à Montréal, Montmagny et Québec dans l'intérêt de nouvelles manufacture de pulpe. On ne rapporte que c'est lui qui surveillera chez nous la construction de la manufacture de « Ouatchouan ». Comme vous le voyez, notre concitoyen a su s'attirer la confiance non seulement des industriels de notre région, mais encore de l'étranger. M. Perron est un petit « Canayen » qui fait réellement honneur à ses compatriotes et à sa paroisse. Avec lui, on peut se passer du « Yankee » dans l'agencement des machines les plus compliquées. »

Le , William Price se portait acquéreur de 600 actions, prenant ainsi le contrôle de l'entreprise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Statuts de Québec, 63, Victoria, chapitre 73, 1900, p. 1
  2. Le Progrès du Saguenay, 17 novembre 1900.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Statut de Québec, 63, Victoria, chapitre 73, 1900, p. 447-456
  • Le Progrès du Saguenay, 17 novembre 1900
  • Le Saguenay Industriel, 1929, p. 102-105
  • Le Colon, 2 mai 1901
  • Société Historique du Saguenay, Dossier 689, Pièces 3 et 5

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]