La Prise de Joppa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Prise de Joppa est un ancien conte égyptien décrivant la conquête de la ville cananéenne de Yapu (Joppa) par le général Djehouty sous Thoutmôsis III. La copie existante du texte se trouve au verso du Papyrus Harris 500.

Ce conte est traditionnellement considéré comme un récit purement littéraire de la conquête qui s'est déroulée à la suite de la campagne de Thoutmôsis III en Syrie[1]. Il y avait cependant un commandant de troupe nommé Djehouty qui servait sous Thoutmôsis III.

Malgré la tradition littéraire et le caractère de son récit, les fouilles de Jaffa ont récemment montrées qu'une destruction de la garnison égyptienne datant de l'âge du bronze tardif, datant de 1456 à 1400 av. J.-C., aurait pu constituer la base historique de ce conte. Cette proposition est appuyée par la publication d'un vaste niveau de destruction à l'échelle du site contenant des navires égyptiens datant de la mi-XVIIIe dynastie, y compris des navires de types attestés sous le règne d'Amenhotep II. Ensemble, ces céramiques chypriotes suggèrent une date à la fin du XVe siècle av. J.-C., liée peut-être à l'insurrection d'Aphek[2] réprimée la septième année d'Amenhotep II, 1418 av. J.-C. Les excavateurs attribueraient la destruction à l'insurrection cananéenne au cours de laquelle les Égyptiens ont perdu leur forteresse en peu de temps après que Thoutmôsis III a établi la garnison. L'histoire relate donc les événements de la reprise de Jaffa précédant probablement immédiatement la campagne contre Aphek et non la conquête ou la prise du site de Thoutmôsis III comme certains l'ont fait valoir[3].

Les tactiques utilisées par Djehouty dans l'histoire rappellent souvent l'épisode du cheval de Troie (raconté dans l’Odyssée) et l'histoire d’Ali Baba et les Quarante Voleurs des Les Mille et Une Nuits. Cependant, cette histoire aurait précédé le cadre littéraire de la tradition grecque de plus de 200 ans.

Un aspect important de l'histoire, qui peut être facilement ignoré, est l'attestation d'importants éléments sociaux au sein de Canaan à la fin de l'âge du bronze, à savoir les Maryannu et les Apirou.

Résumé[modifier | modifier le code]

(Le début du conte est perdu) Djehouty invite le prince de Joppa à une fête dans son camp en dehors de la ville. Il l'assomme, cache deux cents de ses soldats dans des sacs qu'il a chargés sur des bêtes de somme, et envoie un conducteur de char pour annoncer à la ville que les Égyptiens se sont rendus et envoient un hommage. Introduits dans la ville, les soldats égyptiens cachés émergent et la conquièrent.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Burke, Aaron Alexander. « Early Jaffa: From the Bronze Age to the Persian Period », dans The History and Archaeology of Jaffa 1, édité par M. Peilstöcker et AA Burke, pp.   63–78. Le projet du patrimoine culturel de Jaffa 1. Monumenta Archaeologica 26, AA Burke et M. Peilstöcker, rédacteur en chef, Cotsen Institute of Archaeology, Los Angeles.
  • Burke, Aaron Alexander et Krystal V. Lords. Egyptiens à Jaffa: un portrait de la présence égyptienne à Jaffa à la fin de l'âge du bronze. Archéologie proche-orientale Vol. 73, n ° 1 (2010), pp.   2–30.
  • Fritz Hintze, « Untersuchungen zu Stil und Sprache neuagyptischer Erzahlungen », dans Journal of Near Eastern Studies, vol. 11, n ° 3 (juil., 1952), pp.   227–230
  • William Matthew Flinders Petrie, Contes égyptiens: traduit des Papyri, Londres 1895

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicholas Grimal, A History of Ancient Egypt, Blackwell Publishing 1992, p.217
  2. Localisation incertaine; voir Aphik (Asher), Afqa et Tel Afek.
  3. Burke, Aaron Alexander, and Krystal V. Lords. "Egyptians in Jaffa: A Portrait of Egyptian Presence in Jaffa during the Late Bronze Age." Near Eastern Archaeology. Vol. 73, No. 1 (2010), pp. 2–30.