L'Empire des signes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Empire des signes est un récit de voyage de Roland Barthes publié en 1970, dans lequel l’auteur mélange le genre de la littérature des voyages et le discours scientifique avec des textes théoriques illustrés d'images du Japon, de la ville de Tokyo et de Japonaises[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Considérée comme une œuvre majeure parmi les ouvrages de Roland Barthes, L'Empire des signes est présenté comme une introduction à la culture japonaise lors de sa parution en 1970. Il relate ses observations et l'omniprésence des signes dans la vie quotidienne japonaise. L'Empire des signes contextualise également les relations internationales de la France avec le Japon, après une période coloniale[2].

L'Empire des signes est dédié à Maurice Pinguet (1929-1991), directeur de l'Institut franco-japonais à Tokyo, qui fut à l'origine du séjour de Roland Barthes au Japon[3]. En mai 1966, Roland Barthes accepta de diriger un séminaire sur "l'analyse structurale du récit" et découvrit ainsi le Japon, tardivement à l'âge de 50 ans[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Charlie Mansfield, « L'empire des signes de Barthes comme écriture de voyage », Lire,‎ (lire en ligne)
  2. Équipe de recherche Fabula, « L’Empire des signes : un objet, une époque. L’Autre aujourd’hui (Inalco, Paris) », sur http://cej.fr/index.php/fr (consulté le 17 juillet 2020)
  3. « Le Japon de Roland Barthes : L'empire des signes - Philippe Sollers/Pileface », sur www.pileface.com (consulté le 17 juillet 2020)
  4. « L'empire des signes selon Roland Barthes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 juillet 2020)