Kikiriki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dans le monde de la tauromachie, le kikiriki est une passe de muleta. C'est une passe aidée, c'est-à-dire avec l'épée piquée dans la muleta pour en augmenter la surface[1].

Description[modifier | modifier le code]

Le torero tient la muleta de la main gauche, à mi-hauteur, et il retire brusquement l'étoffe de la vue du taureau dès que les cornes l'ont dépassé[2]. Cette passe assez spectaculaire est une passe d'ornement inventée par Rafael Gómez Ortega dit El Gallo (le coq). Le « kikiriki » est une onomatopée, l'équivalent espagnol du cri du coq français « cocorico » en référence au surnom de son inventeur[3]. Assez rarement réalisée, cette passe aidée de la ceinture est également qualifiée d'aidée à la Joselito, car celui qu'on surnommait aussi Gallito (petit coq) la pratiquait plus souvent que son frère[4].

Catégorie[modifier | modifier le code]

Le kikiriki un remate ou passe d'achèvement au même titre que la passe de poitrine, ou le molinete[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Auguste Lafront, Encyclopédie de la corrida, Paris, Prisma,
  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont, (ISBN 2-221-09246-5)
  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Marseille, Jeanne Laffitte, (ISBN 2-86276-043-9)

Voir aussi[modifier | modifier le code]