Karl-Heinz Lambertz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Karl-Heinz Lambertz
KHL 800 Pressefoto 002.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (65 ans)
AmblèveVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique
Site web
Distinctions

Karl-Heinz Lambertz (né le 4 juin 1952) est un homme politique belge licencié en droit à l'Université catholique de Louvain avec une formation supplémentaire en droit allemand à l'Université de Heidelberg.

Pendant 15 ans, Lambertz était le Ministre-Président de la Communauté germanophone de Belgique de 1999 jusqu'en 2014 et le Président du Parlement de la Communauté germanophone de Belgique de 2014 jusqu'en 2016. Il est pour le moment membre du Sénat belge où il représente la Communauté germanophone de Belgique. Le 12 juillet 2017 il a été élu Président du Comité Européen des Regions (CDR) après avoir été son Premier Vice-Président pour deux ans et demi[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 4 juin 1952 à Schoppen, Kar-Heinz Lambertz démarre tôt une carrière politique. De 1975 à 1980 il fut le Président du Conseil de la Jeunesse d'expression allemande[2]. Après plusieurs fonctions liées à son fond académique en droit, Lambertz est devenu membre du Parlement de la Communauté germanophone de Belgique en 1981.

Entre 1990 et 1999, Karl-Heinz Lambertz occupait diverses postes ministérielles au sein du Gouvernement de la Communauté Germanophone. Par la suite, il fut élu Ministre-Président de ce gouvernement en 1999[3], un mandat qu'il garda jusqu'en 2014. Entre 2014 et 2016, Karl-Heinz Lambertz a exercé la fonction du Président du Parlament de la Communauté germanophone avant de devenir Sénateur de la Communauté germanophone au sein du Sénat belge[4].

Lambertz est membre du Comité Europeéen des Régions depuis 2001 et y fut le Président du Groupe PES de 2011 jusqu'en 2015. Depuis 2000, il est membre du Congrès des Pouvoirs Locaux et Régionaux du Conseil de l'Europe. Actuellement, Karl-Heinz Lambertz est le Vice-Président du Congrès.

Le 17 juillet 2008, à la suite de la démission refusée d'Yves Leterme[5], le roi Albert II nomme Karl-Heinz Lambertz comme émissaire royal – ainsi que Raymond Langendries et François-Xavier de Donnea – pour, selon le communiqué du Palais royal, « examiner de quelle manière des garanties peuvent être offertes pour entamer d'une manière crédible un dialogue institutionnel ».

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

  • 1976–1980 : Assistant à la Faculté de Droit de l'Université catholique de Louvain
  • 1980–1981 : Conseiller auprès du cabinet du ministre pour les Réformes institutionnelles et Directeur-adjoint de la SA Aerotech
  • 1981–1990 : Conseiller de la Société régionale d'investissement de Wallonie (SRIW)
  • 1988-2010 : Maître de conférence invité à la Faculté de Droit, UCL (terminologie juridique allemande)

Parcours politique[modifier | modifier le code]

  • 1975–1980: Président du Conseil de la jeunesse d'expression allemande (RDj)
  • 1975–1981: Membre de la Commission pour la traduction officielle en allemand des lois et décrets
  • 1981–1990: Chef du groupe socialiste au Conseil de la Communauté germanophone
  • Depuis 1981: Membre du Parlement de la Communauté germanophone de Belgique
  • 1984–1990: Président du Parti Socialiste de la Communauté germanophone de Belgique
  • Depuis 1986: Membre du bureau du Parti socialiste (PS)
  • 1990-1995: Ministre des médias, de la formation des adultes, de la politique des handicapés, de l’aide sociale et de la reconversion professionnelle
  • 1995-1999: Ministre de la jeunesse, de la formation, des médias et des affaires sociales
  • 1999-2004: Ministre-Président, Ministre de l’emploi, de la politique des handicapés, des médias et des sports
  • Depuis 2000: Membre du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe
  • Depuis 2001: Membre du Comité des Régions (CdR), Commission de la Culture, de l’Education et de la Recherche (EDUC) et Commission de la Politique économique et sociale (ECOS)
  • 2004-2009: Ministre-Président, Ministre des Pouvoirs locaux
  • 2006-2010: Rapporteur général du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux auprès du Conseil de l’Europe sur la coopération transfrontalière
  • 2007-2010: Président du Groupe de travail sur la Coopération interrégionale auprès du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe (GT/CIR)
  • 2008-2010: Président Plénier de la Commission de la culture et de l’éducation auprès du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe
  • 2009-2014: Ministre-Président, Ministre des Pouvoirs locaux
  • Depuis 2009: Membre du Bureau du Comité Européen des Régions
  • 2010-2012: Président de la délégation belge au Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe
  • 2010-2014: Président Plénier de la Commission de la Gouvernance au Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe
  • Depuis 2010: Président de l’Association des régions frontalières européennes (ARFE)
  • 2011-2015: Président du Groupe PES au Comité Européen des Régions
  • Depuis 2012: Rapporteur thématique pour les relations inter-constitutionnelles au Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe
  • 2013-2014: Président de l’Euregio Meuse-Rhin (EMR)
  • 2014-2016: Président du Parlement de la Communauté germanophone de Belgique
  • 2014-2016: Président du groupe socialiste du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe
  • 2015-2017: Premier Vice-Président du Comité Européen des Régions
  • Depuis 2016: Sénateur de la Communauté germanophone de Belgique
  • Depuis 2016: Vice-Président du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l'Europe
  • 2017-aujourd'hui: Président du Comité Européen des Régions

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Karl-Heinz Lambertz: "Il faut réaliser une Europe plus solidaire" (ENTRETIEN) », Libre.be,‎ (lire en ligne)
  2. (de) Tobias Müller, « Die Grenzgänger von Eupen », Der Tagesspiegel Online,‎ (ISSN 1865-2263, lire en ligne)
  3. (de) « Karl-Heinz Lambertz: "Die Auflösung Belgiens ist keine Alternative" », Handelsblatt,‎ (lire en ligne)
  4. « Oliver Paasch wordt nieuwe minister-president Duitstalige Gemeenschap », Knack,‎ (lire en ligne)
  5. (en-GB) « Belgian PM's resignation rejected », BBC,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]