Jive Bunny and the Mastermixers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jive Bunny and the Mastermixers est un groupe de musique pop créé en 1988 et originaire de Rotherham, dans le Yorkshire en Angleterre[1].

Il est identifié par un grand lapin blanc nommé Jive Bunny. Leurs deux titres-phares présentent la particularité d'être des medleys de hits du rock 'n' roll des années 1950 et 1960.

Après Gerry and the Pacemakers et Frankie Goes to Hollywood, Jive Bunny and the Mastermixers devient le troisième groupe à placer ses trois premiers singles (Swing the Mood, That's What I Like et Let's Party) à la première place du classement officiel du Royaume-Uni[2].

Le groupe placera 10 titres dans le classement officiel national en à peine deux ans, entre juillet 1989 et novembre 1991[3] et écoulera 15 millions d'unités[4].

En 2016, le groupe est toujours actif dans différents festivals anglais et européens[5].

Formation[modifier | modifier le code]

En 1983, John Pickles, fils d'un mineur du Yorkshire, rachète un studio d'enregistrement en faillite. Ayant toujours voulu travailler dans le show business, il peut enfin enregistrer ses propres compositions et fonde le label Music Factory. Dès 1986, il lance le service Mastermix, exclusivement destinés aux djs. Plus de 1500 djs en profiteront à travers toute l'Europe[6].

Pickles repère Les Hemstock, un dj anglais résidant en Norvège mais travaillant déjà pour lui via son service. Pickles l'invite à réaliser un enregistrement dance d'environ 6 minutes dans son studio en Angleterre[6] en compagnie de son fils Andy, 20 ans, qui a déjà l'habitude de travailler des bandes mixées pour djs[7]. Swing the Mood est né et sa première distribution aura lieu en 1988 via l'album mensuel n°22 du service Mastermix[8].

John Pickles cherche un frontman et son fils lui propose un lapin géant. Andy contacte un ami artiste et lui confie la création d'un personnage "cool et à la mode"[6] : Jive Bunny. Ce personnage identifiera le groupe, apparaissant en tant que cartoon dans leurs clips vidéos et sur leurs jaquettes, ou via un déguisement lors de leurs représentations (à l'origine, c'est un ami de Andy qui enfilait le costume, Andy se considérant trop grand[7]). Le père Pickles devient manager et porte-parole[6] du groupe "Jive Bunny and the Mastermixers".

Autres membres[modifier | modifier le code]

Ian Morgan, un dj qui mixait quelques morceaux avec Andy Pickles, devient également producteur du groupe, notamment pour le titre That's what I Like.

Il est remplacé au début des années 1990 par Mark "The Hitman" Smith, également dj et producteur.

Construction des morceaux[modifier | modifier le code]

Leurs plus grands succès utilisent une piste instrumentale comme toile de fond pour lier les différents morceaux samplés, à la façon d'un mégamix :

Les medleys européens intègrent les enregistrements originaux mais la législation américaine l'empêchant, Jive Bunny produit des versions remixées utilisant des samples réenregistrés[7].

Succès et critiques[modifier | modifier le code]

À ses débuts, par sa manière de construire les morceaux, Jive Bunny and the Mastermixers fut parfois présenté comme le pendant anglais du groupe néerlandais Stars on 45 (en) qui avait connu un beau succès européen quelques années auparavant[9],[10].

Les Pickles estiment que le succès rapide du morceau, et par la suite du groupe, tient aux faits que les enfants aimaient le lapin, les jeunes appréciaient le rythme global du morceau, les parents écoutaient avec nostalgie les tubes rock du passé et les plus anciens se remémoraient les airs de jeunesse (le titre In The Mood de Glenn Miller date de 1939)[6],[7].

Andy Pickles considère avoir créé les premiers mash-ups même si certains considèrent qu'ils ne font que du collage[7].

En 1989, à la sortie de Let's Party, l'émission Juke Box Jury de la BBC critique ouvertement le morceau. Parmi les invités, Carol Decker du groupe T'Pau le décrira comme "horrible et dégoutant" (awful and disgusting)[11].

L'album Ultimate 80s Party contient une version de Kids in America de Kim Wilde. Elle dira regretter cette version dans une interview au quotidien belge Het Nieuwsblad en 1990, considérant que Jive Bunny se moque des artistes ainsi repris[12].

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Albums[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni #44, Drapeau de l'Allemagne Allemagne #88
  • Selon la zone géographique de distribution, le titre de la compilation et l'ordre des pistes ont été modifiés[16],[17]

Singles[modifier | modifier le code]

Année Titre Classements[3]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Drapeau de l'Irlande Irlande Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Drapeau de la Belgique Belgique Drapeau de la France France Drapeau de l'Italie Italie Drapeau de l'Allemagne Allemagne Drapeau de l'Autriche Autriche Drapeau de la Suisse Suisse Drapeau de la Suède Suède Drapeau de la Norvège Norvège Drapeau de l'Australie Australie Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Drapeau des États-Unis États-Unis
1989 Swing the Mood 1 1 1 1 1 19 1 1 2 2 1 1 1 11
That's What I Like 1 1 5 4 2 6 5 4 5 2 4 17 69
Let's Party 1 2 70 13 12 51 80 26 13 14 2
1990 That Sounds Good to Me 4 1 12 12 15 36 19 19
Can Can You Party 8 51 28 27 13
Let's Swing Again 19 36 27 49
The Crazy Party Mixes 13
1991 Over to You John (Here We Go Again) 28 43
Hot Summer Salsa 43
Rock 'n' Roll Dance Party 48 24
"—" signifie que le titre n'a pas atteint les classements ou n'est pas sorti dans ce pays.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. M Stock, Rotherham, « Famous People from Rotherham - Rotherham Unofficial », sur www.rotherhamunofficial.co.uk (consulté le 6 juin 2016)
  2. « Jive Bunny & the Mastermixers | Biography & History | AllMusic », sur AllMusic (consulté le 6 juin 2016)
  3. a et b « JIVE BUNNY & THE MASTERMIXERS | full Official Chart History | Official Charts Company », sur www.officialcharts.com (consulté le 5 juin 2016)
  4. Music Factory Entertainment Group, « Jive Bunny and the Mastermixers History », sur www.jivebunny.com (consulté le 6 juin 2016)
  5. Music Factory Entertainment Group, « Jive Bunny and the Mastermixers History », sur www.jivebunny.com (consulté le 6 juin 2016)
  6. a, b, c, d et e « The Pittsburgh Press - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le 7 juin 2016)
  7. a, b, c, d et e Dave Simpson, « When pop goes bad: novelty records », sur the Guardian,‎ (consulté le 7 juin 2016)
  8. « Various - Music Factory Mastermix - Issue No. 22 », sur Discogs (consulté le 7 juin 2016)
  9. « Jive Bunny and the Mastermixers | Wilde Life : Official Kim Wilde fansite », sur www.wilde-life.com (consulté le 6 juin 2016)
  10. « Jive Bunny & The Mastermixers’s Biography — Free listening, videos, concerts, stats and photos at Last.fm », sur www.last.fm (consulté le 6 juin 2016)
  11. Ashley Smith, « Noddy Holder & Dave Hill On Juke Box Jury Promoting Crying In The Rain 1989 »,‎ (consulté le 10 juin 2016)
  12. « Kim Wilde seeks contradictions | Wilde Life : Official Kim Wilde fansite », sur www.wilde-life.com (consulté le 6 juin 2016)
  13. a, b, c et d « http://www.bpi.co.uk/certified-awards/search.aspx », sur www.bpi.co.uk (consulté le 6 juin 2016)
  14. (en) « Gold & Platinum - RIAA », sur RIAA (consulté le 6 juin 2016)
  15. « Music Factory », sur http://mfeg.com/ (consulté en 10//06/2016)
  16. « Jive Bunny And The Mastermixers - ...The Best!! », sur Discogs (consulté le 7 juin 2016)
  17. « Jive Bunny And The Mastermixers - The Best Of Jive Bunny And The Mastermixers », sur Discogs (consulté le 7 juin 2016)