Jenny Fumet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jenny Fumet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Allégeance
Activité
Père
Sépulture de Théodore MICHELOT & Jenny BOISSIÈRE & Jenny FUMET – Cimetière Montmartre 01.jpg
Vue de la sépulture.

Jenny Fumet ou Jeanne-Marie-Nicole Fumet née Michelot le à Paris et morte le , à Paris est une des dirigeantes du fouriérisme, entre 1888 et 1914[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est la fille de l'acteur Pierre-Marie-Nicolas Michelot[2] par lequel elle rencontrera Charles Fourier des sa jeunesse[3]. Eugène, inspecteur d’une compagnie d’assurance, et Jenny Fumet se marient en 1839 et ont deux enfants[3].

Sa carrière politique démarre en 1885 alors que le mouvement fouriériste est en perte de vitesse et que le militantisme phalanstérien s'estompe. Elle forme avec Hippolyte Destrem et Étienne Barat la Ligue du progrès social dont elle a la charge du secrétariat et de la trésorerie[3]. Ensemble ils publient le journal périodique La Rénovation[3],[4].

En 1894, suite au décès de Barat, elle reprend les mêmes fonctions dans un nouveau groupe, l’Union phalanstérienne ainsi que l’École Sociétaire Expérimentale[3].

Par la suite, sa présence au sein du mouvement fouriériste lui donne une forme d'aura pour avoir « personnellement connu Fourier et aussi la plupart des phalanstériens » [5]. Assurant un rôle essentiel pour la continuation des activités fouriéristes, on ne trouve cependant pas de discours à son nom[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « FUMET Jenny ou Jeanne (-Marie Nicole), née MICHELOT - Maitron », sur maitron.fr, (consulté le )
  2. Acte de décès de Jeanne-Marie-Nicole Michelot sur le site des Archives de Paris 9e, le 6 mars 1914, acte no 251, vue 4/31
  3. a b c d e et f Bernard Desmars, « charlesfourier.fr », sur www.charlesfourier.fr, (consulté le )
  4. Adolphe Alhaiza, Charles Fourier et sa sociologie sociétaire, M. Rivière et cie, (lire en ligne)
  5. « Madame Jenny Fumet », La Rénovation, no 242,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]