Jean Dieu de Saint-Jean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un graveur image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un graveur et un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Jean Dieu de Saint-Jean
Woman in dress made of Siamoise material 1687.jpg

Femme de qualité en déshabillé d'étoffe Siamoise, Jean Dieu de Saint-Jean, Recueil des modes de la cour de France, 1687.

Naissance
Décès
Activité

Jean Dieu de Saint-Jean, né en 1654 et mort en 1695, est un peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d’un peintre nommé Jean Dieu (1625-après 1638). Il a peut-être été agréé par l’Académie royale de peinture et de sculpture mais n’y a jamais été reçu.

Le 20 février 1683, il épouse Catherine Danin, fille d’un maître affineur d’or parisien.

Si son œuvre est encore très mal connu, le Mercure galant le mentionne à plusieurs reprises comme un artiste d’importance, célèbre pour ses portraits ainsi que pour les estampes tirées de ses tableaux et dessins. Celles-ci représentent des scènes galantes, des membres de la cour et des personnages habillés à la mode. Ces cavaliers, hommes et dames de qualité, influencent toute la gravure de mode parisienne, des frères Bonnart à Antoine Trouvain en passant par Jean Mariette.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Portrait du musicien Marin Marais, signé I DE S IE... = J. de S. Je(an), Blois, musée du château.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jonathan Dunford et Pierre-Gilles Girault, « Un portrait du musicien Marin Marais par Jean Dieu de Saint-Jean au musée du château de Blois », Les cahiers du château et des musées de Blois, n° 37, décembre 2006-juin 2007, p. 15-21.
  • Corinne Vaast et Jonathan Dunford, « Jean Dieu de Saint-Jean (1654-1696). Dessinateur de gravures de mode et peintre d'un portrait de Marin Marais », Iconographie musicale : enjeux, méthodes et résultats, n° 10, Paris, CNRS, 2008, p. 172-181.
  • Pascale Cugy, « La fabrique du corps désirable : la gravure de mode sous Louis XIV », Histoire de l'art, n° 66, avril 2010, p. 83-93.

Liens externes[modifier | modifier le code]