Jan Polack

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Polack.
Jan Polack
Corbinian polack.jpg

Saint Corbinian et le miracle de l'ours (1489), maître-autel de Weihenstephan.

Naissance
Décès
Activités

Jan Polack, né vers 1450 à Cracovie et mort en 1519 à Munich, est un peintre polonais, actif en Allemagne au XVe siècle.

Son surnom indique son rattachement à Cracovie, sa ville natale. D’abord installé en Franconie, il vit et travaille à Munich à partir du milieu des années 1470. Il aurait participé en 1475 aux festivités connues sous le nom de « noces de Landshut » célébrant le mariage entre Edwige Jagellon et Georges de Bavière.

Il ouvre son atelier à Munich en 1480. Il figure en 1482 sur le registre des taxes de Munich et il est quatorze ou quinze fois président (« Vierer » en allemand) de la guilde des peintres locale, jusqu'à sa mort en 1519. Il est l’un des peintres les plus importants du gothique tardif de Munich.

Son œuvre la plus importante - et la seule attestée[1] - est le polyptyque du maître-autel de l’abbaye de Weihenstephan, située à Freising en Bavière. Ses panneaux sont répartis entre le « Diözesanmuseum » (musée diocésain) de Freising, l'Alte Pinakothek de Munich et le Germanisches Nationalmuseum de Nuremberg. La plupart des documents faisant mention de ses travaux ont aujourd’hui disparus.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 1486 : La Reconnaissance de la Vraie Croix. Vie de sainte Hélène, au château de Huis Bergh.
  • 1489 : Saint Corbinian et le miracle de l'ours, à Freising, au Musée diocésain.
  • 1490 : La Flagellation du Christ, peinture à la tempera sur bois, 1490, à Maastricht, au Bonnefantenmuseum.
  • 1500 environ : Saint Martin partageant son manteau avec un mendiant, peinture à la tempera et feuille d'or sur bois, à Maastricht, au Bonnefantenmuseum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Polack figure dans les livres comptables de l’abbaye pour les années 1484 et 1485, d'après le Haus der Bayerischen Geschichte.

Sources[modifier | modifier le code]