International Auxiliary Language Association

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

International Auxiliary Language Association
Logo de l’association
Logo de l'IALA.
Cadre
But Établissement d'une langue auxiliaire internationale
Zone d’influence Monde
Fondation
Fondation 1924
Fondateurs Alice Vanderbilt Morris
Dave Hennen Morris (en)
Identité
Siège New York
Personnages clés Alice Vanderbilt Morris
André Martinet
Alexander Gode
Financement Research Corporation (en)
Dissolution
Dissolution 1953
Fusionnée dans Science Service (en)

L'International Auxiliary Language Association (« association pour une langue auxiliaire internationale », abrégée en IALA) est une association américaine active de 1924 à 1953.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'IALA est fondée en 1924 pour « promouvoir de manière approfondie l'étude, la discussion et la promotion de toutes les questions relatives à l'établissement d'une langue auxilaire, ainsi que les démarches de recherche et d'expérimentation susceptibles de hâter un tel établissement de façon intelligente et sur de solides fondements »[1]. Même si son but initial est de déterminer quel est, parmi les nombreux projets de langue internationale alors en concurrence, le système le plus adapté à la communication internationale, l'association finit par décréter qu'aucun d'entre eux n'est approprié à ce dessein et développe donc sa propre langue, l'interlingua[2]. L'IALA émet des publications sur et dans cette langue jusqu'en 1953, date où ses activités sont incorporées à la nouvelle « section interlinguistique » de la société Science Service (en)[3].

[modifier | modifier le code]

Le logo de l'IALA est constitué de douze étoiles dorées disposées en cercle autour d'une image du globe terrestre. Les lettres minuscules « ia », qui sont les deux premières initiales du nom de l'association, sont superposées à ce globe, au-dessus des mots « Interlingua de IALA », écrits en plus petite taille et de couleur noire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Esterhill 2000, p. 3.
  2. Esterhill 2000, p. 8.
  3. Gode 1957, p. 23.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]