Herbert York

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herbert York
Herbert York.jpg

Herbert York en 1957

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
San DiegoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Herbert Frank York () est un physicien nucléaire américain. Il a conduit des recherches au sein du gouvernement américain et d'instituts éducatifs.

Biographie[modifier | modifier le code]

York est né à Rochester, dans l'État de New York où il obtient son B.S. puis son M.S. à l'université de Rochester, en 1943. Il obtient par la suite son Ph.D. à l'université de Californie à Berkeley, en 1949[1]. Durant la Seconde Guerre mondiale, il devient scientifique au Berkeley Radiation Laboratory et à celui de Oak Ridge, dans le Tennessee. Il participe alors au projet Manhattan aux côtés d'Enrico Fermi.

Il devient le premier directeur du Lawrence Livermore National Laboratory de 1952 à 1958. Par la suite, dès 1958, il est responsable de plusieurs programmes au sein du gouvernement et d'universités. Il est notamment directeur scientifique à l'Advanced Research Projects Agency et directeur des recherches et de l'ingénierie militaire (Director of Defense Research and Engineering).

York est ensuite professeur de physique à l'université de Californie à Berkeley. Il est promu chancelier de l'université de Californie à San Diego (1961–1964, 1970–1972) puis ambassadeur américain lors des négociations du Comprehensive Test Banqui se tient à Genève, en Suisse (1979–1981)[2].

York devient directeur émérite de l'Institute on Global Conflict and Cooperation à l'université de San Diego puis devient président du university's Scientific and Academic Advisory Committee. Il poursuit ses activités scientifiques aux laboratoires de Livermore et de Los Alamos. Il a également participé au conseil d'administration du Council for a Livable World, une association pour la régulation des armes nucléaires basée à New York, et pour laquelle il donne des conférences.

Herbert York meurt le 19 mai 2009 à San Diego, à l'âge de 87 ans[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Arms Control (Readings from Scientific American, W.H. Freeman, 1973
  • (en) The Advisors: Oppenheimer, Teller and the Superbomb, W.H. Freeman, 1976
  • (en) Autobiography, « Race to Oblivion: A Participant's View of the Arms Race », Simon and Schuster,‎ (consulté le 23 octobre 2008)
  • (en) Making Weapons, Talking Peace: A Physicist's Journey from Hiroshima to Geneva, Harper & Row, 1987
  • (en) A Shield in Space ? Technology, Politics and the Strategic Defense Initiative, U.C. Press, 1988, avec Sanford Lakoff
  • (en) Arms and the Physicist, American Physical Society, 1994

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Herbert York » (voir la liste des auteurs).

  1. « Biographies: Herbert York (b. 1921 d. May 19 2009) », sur The Atomic Archive, National Science Digital Library,‎ (consulté le 14 octobre 2011)
  2. (en) Sylvia Tiersten, « Herbert F. York, UC San Diego's first Chancellor », @UCSD,‎ 2009 (lire en ligne)
  3. William Grimes, « Herbert York, 87, Top Nuclear Physicist Who Was Arms Control Advocate, Dies », sur The New York Times,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]