Guy-Marie Deplace

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guy-Marie Deplace (portrait non identifié)

Guy-Marie Deplace, ( à Roanne - à Lyon), est un professeur, publiciste et écrivain français. Il collabora notamment avec Joseph de Maistre.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils de Claude Deplace (1747-1823), père de vingt-trois enfants et commerçant à Roanne[1] et de Jacqueline Brissot (1751-1823), il appartient à une ancienne famille bourgeoise[2],[3] de Chauffailles en Saône-et-Loire. Il épouse le 30 floréal an VII () à Roanne, Sophie de Tamisier, née le à Roanne et qui y décèdera le , fille de Joseph Tamisier (1732-1801), dit « le marquis de Tamisier », lieutenant criminel au bailliage de Roannes et d'Anne Préveraud de Laubepierre (1746-1799) dont il eut cinq enfants.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au collège de Roanne, à la Révolution, il fut envoyé comme militaire à la frontière. Rendu à la vie civile, il essaya le commerce mais il n'y trouva pas plus d'intérêt que pour la vie militaire et entama une carrière de professeur à Lyon [4]

Il collabora au "Bulletin de Lyon" et à la "Gazette universelle de Lyon"[5].

Catholique et royaliste, il vécut dans l'intimité du duc Mathieu de Montmorency-Laval qui résidait à Lyon avant 1813[1].

Il édita quelques ouvrages de Joseph de Maistre[1] dont il fut le correspondant et sans que ceux-ci ne se soient jamais rencontrés[6].

Il défendit les Martyrs de Châteaubriant, publia un opuscule de la persécution de l'Église sous Buonaparte, et prit souvent la plume en faveur de la Religion et des idées monarchiques. Depuis 1830, il resta entièrement à l'écart[7].

Joseph de Maistre le reconnaissait comme le coauteur de son ouvrage Du Pape. Il lui écrivait le : « On ne saurait rien ajouter, monsieur, à la sagesse de toutes les observations que vous m'avez adressées, et j'y ai fait droit d'une manière qui a dû vous satisfaire, car toutes ont obtenu des efforts qui ont produit des améliorations sensibles sur chaque point. [...] En vérité l'ouvrage est à vous autant qu'à moi, et je vous dois tout, puisque sans vous jamais il n'aurait vu le jour, du moins à son honneur »[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de [5] :

  • Examen de la nouvelle critique des "Martyrs", insérée dans le "Journal de l'Empire: Lyon : impr. de Ballanche , 1810.
  • Observations grammaticales sur quelques articles du Dictionnaire du mauvais langage corrigé, Lyon 1810.
  • De la persécution de l’Église sous Bonaparte Lyon 1814.
  • Apologie des catholiques qui ont refusé de prier pour Bonaparte comme empereur des Français. Édition : Lyon : impr. de J.-M. Barret , 1815.

Il contribua à plusieurs ouvrages d'autres auteurs notamment Du Pape de Joseph de Maistre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Biographie de Guy-Marie Deplace par L. Boitel dans la Revue du Lyonnais, pages 210-226
  • Biographie universelle ancienne et moderne, de Michaud. Tome dixième. Page 443. Paris. Chez Madame C. Desplaces. 1843.
  • Notice sur Guy-Marie Deplace syuivie de sept lettres inédites de Joseph de Maistre, de F.Z. Collombet. Lyon Imprimerie de L. Boitel Quai St-Antoine, 36. 1843.
  • Le Curé de Saint-Louis, ou M. Marie-Apollon Deplace, présenté à ses paroissiens. Lyon. Paris. 1850.
  • Nouvelle Biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, de MM Firmin Didot Frères, sous la direction de M. le Dr Hoefer. Tome 13. Paris. 1857.
  • Joseph de Maistre, prophète du passé, historien de l'avenir, de C.J Gignoux. Nouvelles éditions latines. 1963.
  • Dictionnaire de biographie française, de Roman d'Amat et R. Limouzin-Lamothe.Tome X. P.1100. Paris. Letouzey. 1965.
  • Du Pape par Joseph de Maistre, Edition critique avec une introduction par Jacques Lovie et Joannès Chetail. Les classiques de la pensée politique. Genève. Librairie Droz. 1966.
  • Joseph de Maistre, de Henri de Maistre. Perrin. Paris. 1990.

Liens externes[modifier | modifier le code]