Grande Invocation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Grande Invocation est un mantram (ou prière) apportée par Alice Bailey, qu'elle affirme avoir reçu du Maître de Sagesse Djwal Khul. Ce mantram est utilisé dans la création des « triangles ésotériques », fondé par Alice Bailey en 1937 - réseau spontané de groupes ternaires d'individus supposés travailler pour l'aide spirituelle à l'humanité par un effort de méditation concertée. Le mantram de la Grande Invocation est aujourd'hui utilisé par des milliers de groupes ésotériques de par le monde[1].

Texte du mantram de la Grande Invocation[modifier | modifier le code]

Du point de Lumière dans la Pensée de Dieu,
Que la Lumière afflue dans la Pensée des Hommes,
Que la Lumière descende sur la Terre.

Du point d'Amour dans le Cœur de Dieu,
Que l'Amour afflue dans le Cœur des Hommes,
Puisse le Christ[2] revenir sur Terre.

Du Centre où la Volonté de Dieu est connue,
Que le Dessein guide le faible vouloir des Hommes,
Le Dessein que les Maîtres connaissent et servent.

Du Centre que nous appelons la Race des Hommes,
Que le Plan d'Amour et de Lumière s'épanouisse
Et puisse-t-il sceller la Porte de la demeure du Mal.

Que Lumière, Amour et puissance restaurent le Plan sur la Terre[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation ayant servi de média pour la diffusion de cette invocation à l'origine, le Lucis Trust (en), comporte aujourd'hui officiellement environ 6 000 membres de par le monde. Si on y ajoute l'ensemble des sympathisants et pratiquants des différents groupements, mouvements et philosophies du Nouvel Âge se réclamant de l'héritage des travaux d'Alice Bailey, le nombre vague mais élevé de plusieurs milliers de groupes ésotériques de par le monde peut être avancé.
  2. "Puisse l'Avatar revenir sur Terre" dans une version déchristianisée apparue dans les années 1990.
  3. "Lumière, Vie et Amour" dans une version alternative parfois rencontrée chez certains sympathisants du Nouvel Âge.

Sources[modifier | modifier le code]