Grand mars changeant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Apatura iris

Le Grand Mars changeant (Apatura iris) est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae, à la sous-famille des Apaturinae et au genre Apatura.

Description[modifier | modifier le code]

Imago[modifier | modifier le code]

C'est un grand papillon au dessus très foncé tirant sur le noir orné d'une bande blanche formant presque un V. Le mâle présente des reflets violets et même bleu métallique, la femelle des reflets marron. Comme le Petit Mars changeant, il possède un ocelle à l'aile postérieure (supérieure et revers).

Le revers des ailes est marron terne marqué de blanc.

Cependant, il n'a pas d'ocelle à l'aile antérieure supérieure, ce qui le différencie du Petit Mars changeant qui possède un ocelle orange centré de noir aux antérieures supérieures en plus de celui des postérieures. En outre, chez le Grand Mars uniquement, les bandes blanches des postérieures (dessus et revers) montrent une dent blanche aiguë externe à peu près en leur milieu (dents bien nettes sur la 2e photo).

Chenille[modifier | modifier le code]

Les œufs pondus isolément sur des feuilles sont en forme de dôme côtelé de couleur verte à base violette.

La chenille est verte, sa tête porte deux longs processus et l'extrémité postérieure de son corps est bifide[1].

Chrysalide[modifier | modifier le code]

La chrysalide est vert grisé.

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Il vole de juin à août en une génération. Il se nourrit du miellat des arbres et vole près de leur sommet. Il ne descend que pour trouver de l'humidité, du miellat d'arbustes ou des excréments.

Il hiverne à l'état de chenille brun violacé, collée à une brindille. Elle redevient verte après son réveil au printemps

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes sont des saules et des peupliers en particulier Salix caprea et Salix cinerea.

Parasitisme[modifier | modifier le code]

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Il est présent sur la majeure partie de l'Europe et de l'Asie, jusqu'au Japon. Cependant il est absent des îles méditerranéennes européennes, et des régions les plus au sud, majorité de l'Espagne et du Portugal, sud de l'Italie et de la Grèce, comme des pays nordiques (Suède, Norvège), et de l'Irlande. En Grande-Bretagne il est présent seulement au sud de l'Angleterre.

Le Grand Mars changeant serait présent dans la majorité des départements de France métropolitaine excepté la Corse, la bordure atlantique de la Vendée aux Landes et la bordure méditerranéenne[2]. Ce beau papillon se trouve en Savoie, se reposant ou volant à la cime des arbres (exemple: vergers) en fin d'après-midi.

Biotope[modifier | modifier le code]

Le Grand Mars changeant aime les chênaies aux sentiers bordés de saules et les vergers jonchés de fruits trop mûrs. Les mâles ont leur territoire sur les grands arbres.

Systématique[modifier | modifier le code]

L'espèce Apatura iris a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758, sous le nom initial de Papilio iris[3].

Synonymie[modifier | modifier le code]

  • Papilio iris Linné, 1758 Protonyme
  • Papilio suspirans (Poda, 1761)
  • Papilio rubescens Esper, 1781[4]
  • Papilio junonia (Borkhausen, 1788)
  • Papilio beroe Fabricius, 1793
  • Apatura pallas Leech, 1890 [5]

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • Grand Mars changeant en français
  • Purple Emperor en anglais, Große Schillerfalter en allemand, et Grote weerschijnvlinder en néerlandais.

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Liste des sous-espèces
  • Apatura iris bieti Oberthür, 1885 ; au Tibet et dans l'ouest et le centre de la Chine.
  • Apatura iris amurensis Stichel, [1909] ;
  • Apatura iris kansuensis O. Bang-Haas, 1933 ;
  • Apatura iris xanthina Oberthür, 1909 ;

Phylogenèse[modifier | modifier le code]

Le Grand Mars changeant était présent dans toute la France métropolitaine depuis le paléolithique[6]

Le Grand mars changeant et l'Homme[modifier | modifier le code]

Menaces sur son biotope[modifier | modifier le code]

Certaines de ses plantes-hôtes sont en régression au profit de clones de peupliers industriels cultivés en peupleraies plus exposées au vent, à la lumière et à la déshydratation que les forêts naturelles. Ces milieux sont également de plus en plus écologiquement fragmentés ou insularisés. Localement au moins, l'espèce pourrait être vulnérable au recul des peupliers sauvages autochtones et à l'intensification de la sylviculture (mise en culture, drainage, exploitation industrielle...), ainsi qu'aux climatiques locales et globales).

Protection[modifier | modifier le code]

Le Grand Mars changeant n'est pas protégé au niveau européen.

Arts[modifier | modifier le code]

Littérature

Le Grand Mars changeant est le papillon le plus fréquemment évoqué dans les livres de Colette.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D.J. Carter (ill. B. Hargreaves), Guide des chenilles d'Europe, Delachaux et Niestlé, coll. « Les guides du naturaliste »,‎ , 311 p. (ISBN 2-603-00639-8)
  2. Les Carnets du Lépidoptériste français
  3. Linnaeus, C. (1758). Systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio Decima, Reformata. Tomus I. Laurentii Salvii, Stockholm. 824 pp. page 476
  4. Esper, 1781 Die Schmett. Th. I, Bd. 2 (4): 109, pl. 71, f. 2-3
  5. Leech, 1890 Entomologist 23 : 190
  6. INPN archéologie

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Guide des papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé,‎ (ISBN 978-2-603-01649-7)
  • Lionel G. Higgins et Norman D. Riley (trad. Th. Bourgoin), Guide des papillons d'Europe, Delachaux et Niestlé,‎ , 455 p. (ISBN 260300638X, OCLC 19090161)
  • Géo, collection Insectes du monde, no 91, juillet 2014, p. 65