Glissement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le glissement décrit un mouvement relatif entre deux éléments en contact.

Lors du glissement, il y a du frottement (frottement de glissement).

Le glissement comme mouvement volontaire[modifier | modifier le code]

Le contact entre deux corps est inévitable :

  • d'une part, le poids tire les corps vers le bas, un corps doit donc être supporté par un solide ou un liquide, à l'exception des corps volants ;
  • d'autre part, il peut être nécessaire de guider le mouvement d'un corps.

À partir de là, si l'on veut bouger un corps, cela fait intervenir soit le glissement, soit le roulement, soit un changement d'appui (marche, reptation, chenille), soit une combinaison de deux ou trois de ces modes.

Le glissement est donc une des manières de faire se mouvoir un objet. Par exemple :

Le glissement est un mode de déplacement simple à réaliser : il suffit de s'assurer de l'absence d'obstacle sur le chemin. Toutefois, une grande partie de l'effort fourni sert à vaincre la résistance au glissement, le frottement. Ce frottement provoque un échauffement, et éventuellement une dégradation des surfaces en contact (usure].

Pour ce mode de déplacement, on a donc intérêt à réduire le frottement, et donc :

Lorsque c'est possible, on a intérêt à utiliser un autre mode (roulement, changement d'appui).

Le glissement est aussi le moyen d'entraîner un objet sans « trop le contraindre », de limiter l'effort d'entraînement, d'adapter les vitesses :

Le glissement intervient enfin dans la plupart des systèmes de freinage.

Le glissement comme mouvement indésirable[modifier | modifier le code]

Dans de nombreux cas, on veut immobiliser un corps par rapport à un autre. L'adhérence est un des moyens de réaliser cette immobilisation, l'autre étant l'obstacle (butée). L'adhérence consiste à presser un corps contre un autre ; la liaison peut alors résister à un effort tangentiel à la surface, jusqu'à une certaine limite. Si cette limite est dépassée, il y a glissement.

Par exemple :

  • une vis qui se desserre, ou qui n'est pas suffisamment serrée ;
  • la corde qui glisse des mains, un nœud qui se défait, l'attache d'une sangle qui glisse ;
  • une courroie qui patine sur sa poulie ;
  • un objet qui glisse sur un plan incliné, ou bien sous l'effet d'une poussée (par exemple une voiture à l'arrêt qui se déplace sous l'effet d'un choc) ;
  • une personne qui glisse et qui tombe, un véhicule qui dérape ;

Le glissement dans les machines électriques[modifier | modifier le code]

Dans le cas du moteur asynchrone le glissement est le rapport entre la vitesse réelle du rotor (la partie tournante du moteur) et la vitesse théorique au synchronisme. Il est généralement donné en % par la formule g=(Ns-N)/Ns avec:

  • g=coefficient de glissement.
  • Ns= vitesse au synchronisme.
  • N=vitesse réelle du rotor

Articles connexes[modifier | modifier le code]