George Neville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
George Neville
Biographie
Naissance 1432
Château de Raby
Décès
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 3 décembre 1458
archevêque d'York
septembre 1465 – 8 juin 1476
évêque d'Exeter
3 décembre 1458 – septembre 1465
Autres fonctions
Fonction laïque
Lord Chancelier (1460-1467 et 1470-71).

Ornements extérieurs Archevêques.svg
Coat of Arms - Neville, Earls of Westmorland, and Barons Neville of Raby.png
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

George Neville, né vers 1432 et mort le , est un ecclésiastique, qui fut à deux reprises chancelier de la Couronne d'Angleterre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre de la famille Neville, il est le troisième fils du comte de Salisbury Richard Neville et de son épouse Alice Montacute. La puissance de sa famille lui permet de s'élever rapidement dans la hiérarchie de l'Église : il devient évêque d'Exeter en 1458, puis archevêque d'York en 1465.

Il joue également un rôle sur la scène politique d'un royaume d'Angleterre déchiré par la guerre des Deux-Roses. Présent aux côtés de son frère aîné, le comte de Warwick, sur le champ de bataille de Northampton le 10 juillet 1460, il est nommé Lord Chancelier après la victoire[1]. Il participe à des missions diplomatiques en France et en Écosse dans les années qui suivent.

En 1467, le roi Édouard IV, brouillé avec Warwick, renvoie George Neville du gouvernement. Trois ans plus tard, Warwick rétablit sur le trône Henri VI, rival d'Édouard IV, et l'archevêque d'York retrouve son poste à la chancellerie. Cette restauration est cependant éphémère, et l'année suivante, alors que Warwick est tué à Barnet, George Neville se soumet à Édouard IV, qui lui accorde son pardon. Il continue pourtant à comploter contre le roi, et en 1472, Édouard le fait arrêter et emprisonner à Hammes[2], non loin de Calais. Libéré en 1475, il rentre en Angleterre et meurt quelques mois plus tard.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après E. B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter et I. Roy, Handbook of British Chronology, Cambridge, Cambridge University Press, (réimpr. 3e rév.) (ISBN 0-521-56350-X).
  2. D'après Charles Ross, Edward IV, Berkeley, University of California Press, (ISBN 0-520-02781-7), p. 191.