Caius Cocceius Balbus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gaius Cocceius Balbus)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Caius Cocceius Balbus est un homme politique de la fin de la République romaine, consul suffect en 39 av. J.-C.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est membre de la gens plébéienne Cocceia, qui est originaire d'Ombrie[1]. C'est un partisan de Marc Antoine[1], à l'instar de Marcus Cocceius Nerva, consul en 36 av. J.-C., et de Lucius Cocceius Nerva, utilisé pour ses talents de diplomate[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est probablement élu préteur en 42 av. J.-C.[2] et il est nommé consul suffect en 39 av. J.-C. en remplacement de Lucius Marcius Censorinus[3].

Vers 35 av. J.-C., il sert comme proconsul de Macédoine ou comme légat en Grèce[4]. Pendant son service, il est acclamé imperator par ses troupes[5].

Il abandonne finalement Antoine à la veille de la dernière Guerre civile de la République romaine pour apporter son soutien à Octavien après le divorce d'Antoine et Octavie la Jeune[6], sœur du futur empereur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Sources modernes
  1. a, b et c Syme 1939, p. 200.
  2. Broughton 1952, p. 359.
  3. Broughton 1952, p. 386.
  4. Broughton 1952, p. 407.
  5. Syme 1939, p. 267.
  6. Gaius Stern, Women, Children, and Senators on the Ara Pacis Augustae: A Study of Augustus' Vision of a New World Order in 13 BC, 2006, p. 351.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert S. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic, vol. 2 : 99 Β. C. - 31 Β. C., New York, American philological association, coll. « Philological monographs » (no XV.II),‎ , 647 p. (notice BnF no FRBNF31878141)
  • (en) Ronald Syme, The Roman revolution, Oxford, Clarendon press, , 568 p. (notice BnF no FRBNF31425326)

Voir aussi[modifier | modifier le code]