François Thurot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Thurot.
François Thurot
François Thurot.jpg

François Thurot, capitaine de haut bord.

Biographie
Naissance
Décès
Activité
Une vue de Carrickfergus, dont François Thurot s'empare en 1759.
La défaite de Thurot au retour de l'expédition, en février 1760.

François Thurot, né à Nuits-Saint-Georges le 21 juillet 1727 et mort au large de l'île de Man le 28 février 1760, est un corsaire français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de maître de poste, il fait de brèves études de chirurgie, puis s'embarque comme chirurgien sur un corsaire. Fait prisonnier par les Anglais, il réussit à s'échapper. Il devient pilote, puis s'illustre comme capitaine d'un navire de commerce dunkerquois.

Corsaire, il inflige de lourdes pertes au commerce maritime des Anglais et le roi lui confie le commandement d'une flottille destinée à créer une diversion lors d'une descente prévue en Angleterre par le maréchal de Conflans.

Six navires appareillent donc de Dunkerque en octobre 1759 avec à bord : 4 compagnies de grenadiers, 5 piquets des gardes-françaises, 4 piquets des gardes-suisses, 5 piquets du régiment d’Artois, 4 piquets du régiment de Bourgogne, 3 piquets du régiment de Cambis, 4 piquets du régiment des volontaires étrangers.

Le ravitaillement est difficile, la mésentente est totale entre les officiers. Finalement, la petite expédition débarque en Irlande à Carrickfergus sous les ordres du marquis de Bragelongne et prend la garnison.

Mais cette victoire est de courte durée car une flotte anglaise, sous les ordres du commodore John Elliot, les surprend près des îles Copelands (en). Tandis que la Blonde (36 canons) et la Terpsichore (24 canons) se rendent rapidement, François Thurot qui commande le Maréchal de Belle Isle oppose une belle mais vaine résistance. Il meurt au combat à 33 ans le 28 février 1760 et son corps repose au cimetière écossais de Kirkmaiden (en), Galloway.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas-Joseph Marey, Vie du capitaine Thurot (1791) Texte en ligne
  • Camille Bailly, Lames de sang, la vie exemplaire de François Thurot, corsaire, capitaine des frégates du roi, Quétigny, 2000.
  • Étienne Taillemite, Dictionnaire des marins français, Paris, éditions Tallandier, , 573 p. (ISBN 2-84734-008-4).
  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'histoire, Rennes, Marines Éditions, , 619 p. (ISBN 978-2-35743-077-8).
  • Marquis de Bragelongne, Journal de la navigation d'une escadre française, partie du port de Dunkerque aux ordres du capitaine Thurot, le 15 octobre 1759, avec plusieurs détachements des Gardes françaises et suisses et de différents autres corps, Bruxelles et Paris, 1778 (lire en ligne)
  • (en) Charles Boswell Norman, The corsairs of France sur Google Livres, Kessinger Publishing, 2004, pages 240 et suivantes

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]