François Cazet de Vautorte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis François Cazet)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cazet.
François Cazet de Vautorte
Biographie
Naissance
Décès
Activité

François Cazet de Vautorte est un diplomate français, né en 1607, mort le 19 avril 1654 à Ratisbonne, avocat général au grand conseil d'état, ambassadeur et plénipotentiaire à Ratisbonne.

Origine[modifier | modifier le code]

La famille Cazet est une des plus anciennes et des plus illustres de Laval. Louis Cazet de Vautorte, juge civil, vend sa charge en 1624 pour la somme de 60000 livres et devint président du parlement de Rennes. François Cazet est son fils aîné. Un autre de ses fils, nommé Louis comme son père, fut évêque de Lectoure[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ministre plénipotentiaire auprès de la diète germanique, conseiller au Parlement de Bretagne, François Cazet de Vautorte collabora avec Mazarin. Il fut envoyé, avec Jean Louis d'Erlach, Henri Groulart de la Court et Charles d'Avaugour, au congrès de Nuremberg pour l’exécution du traité de Westphalie[2]. Sa correspondance avec Mazarin est toujours archivée à la Bibliothèque nationale de France[3].

Le roi Louis XIV érigea la terre de Vautorte[4] en comté en 1653, en faveur de François Cazet, conseiller d'État, ambassadeur plénipotentiaire à Ratisbonne, sans préjudicier aux droits du seigneur duc de Mayenne.

Il décède en 1654 à Ratisbonne. Son corps est inhumé dans l'église des pères jésuites de Ratisbonne. Son cœur[5] est inhumé dans l'église de Vautorte le 21 juin 1654 auprès de celui de feu monsieur le président de Vautorte son père.

Il épousa[6] Françoise l'Huillier, fille de messire l'Huillier, seigneur d'Interville, conseiller du roi en ses conseils et maître des requêtes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • François Cazet de Vautorte, Négociations secrètes touchant la paix de Munster et d'Osnabrück. Tome troisième où l'on trouve les négociations secrètes de Monsieur de Vautorte, ambassadeur plénipotentiaire de sa majesté très chrétienne auprès de la Diète de Ratisbonne depuis le 10 novembre 1645 jusqu'au 23 avril 1654. La Haye : Jean Neaulme, 1726.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Inscriptions tombales relevées à l'église des Cordeliers de Laval en 1814
  2. M.-S.-F. Schoell, Cours d'histoire des états européennes depuis la chute de l'Empire romain d'Occident jusque 1789, t. 38, Paris & Berlin, 1833, p. li.
  3. Ms. fr. 17906-17907. Dépêches de François Cazet, sieur de Vautorte concernant son ambassade en Allemagne. 1645-1654. Signalé dans François Hildesheimer et Michèle Bimbenet-Privat, Etat des sources de la première modernité (1589-1661) conservées dans les archives et bibliothèques parisiennes, Centre historique des archives nationales, 2006 (en ligne).
  4. Cette terre de Vautorte a été possédée dans les XIe et XIIe siècles par des seigneurs de ce nom ; ensuite par des seigneurs de la Ferrière; et successivement par Jean Cazet, conseiller au parlement de Bretagne, en 1585, qui de Jeanne de Cotteblanche, son épouse.
  5. Le dimanche 19me d'avril 1654 deceda en la ville de Ratisbonne en Allemagne messire François Caset vivant seigneur de Vautorte, conseiller d'Estat ayant esté intendant pour le roy en Provence, Limosin et Allemagne, et dernierement envoyé ambassadeur extraordinaire par le roy audit païs d'Allemagne pour traitter la paix avec l'empereur et autres potentatz. Le corps dudit seigneur fut inhumé en l'eglise des peres jesuites à Ratisbonne et son cœur fut apporté en cette eglise de Vautorte, comme il requist à sa derniere volonté, et solennellement posé en la paroy auprès de celuy de feu Mr le president de Vautorte son pere par noble et venerable Magdelon de Fontenelles curé de Chailland qui en feist et celebra les obseques assisté de grand nombre de clergé tant curez que prestres et personne de M[…] Requiescat in pace. Math. Ruff. presb. scrip. Le cœur[…] inhumé icy le dimanche 21 juin 1654. [1]
  6. Suivant Gilles Ménage, p. 504.