Fort de Cognelée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort de Cognelée
Image illustrative de l'article Fort de Cognelée

Lieu À proximité immédiate de l'échangeur de Daussoulx
Fait partie de Position fortifiée de Namur
Type d’ouvrage Fortification
Construction 1892
Utilisation Défense de Namur
Utilisation actuelle Abandonné
Ouvert au public  Non
Appartient à privé
Contrôlé par Coats of arms of Belgium Military Forces.svg Armée belge
Événement Première Guerre mondiale
Deuxième Guerre mondiale
Coordonnées 50° 31′ 29″ nord, 4° 53′ 16″ est

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Fort de Cognelée

Le fort de Cognelée est l'un des 9 forts construit entre 1888 et 1892 autour de Namur en Belgique conjointement à ceux de Liège afin de défendre la neutralité du pays contre les velléités françaises ou allemandes qui étaient susceptibles d'emprunter la vallée de la Meuse pour s'envahir. Tous ces forts ont été conçus par le général Henri Alexis Brialmont et mettent en œuvre un béton non armé, matériau assez novateur à l'époque. Il est positionné au nord-nord-est de la ville.

En 1914, le fort a fait l'objet d'intenses bombardements par l'artillerie allemande. Cette-dernière ayant appris lors du siège de Liège que la prise de ces forts par l'infanterie était difficile, ils mirent en œuvre leurs pièces les plus lourdes (notamment des grosses Bertha, obusiers de calibre 420 mm, soit deux fois la taille de munition prise en compte pour dimensionner le blindage des forts).

Parmi les 9 forts, Cognelée est l'un des deux bâtiments a ne pas avoir été mis à niveau entre les deux guerres dans le cadre de la position fortifiée de Namur. Il fut utilisé comme entrepôt de munition et faiblement défendu.

Comme la plupart des forts de Namur, sauf celui de St Héribert, il ne fait pas l'objet d'une mise en valeur muséale. Boisé, il a été un temps utilisé comme terrain de chasse. Revendu à un particulier, il est utilisé épisodiquement pour l'organisation de soirées techno plus ou moins illégales[1].

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Bragard, J. Chainiaux (sous dir.), V. Bruch, D. Francois, A. Furnemont, J. Marchal, Namur face aux « Grosses Bertha » - Le siège de la position fortifiée en août 1914, Les Amis de la Citadelle de Namur, Bouge, 2006 (ISBN 2-9600661-0-3 et 978-2-9600661-0-4)
  • D. Dessy, Namur militaire - La Citadelle, les forts, Namur, 1976.
  • C. Donnel, The Forts of the Meuse in World War I, Osprey Publishing, Oxford, 2007.
  • C. Faque, Henri-Alexis Brialmont. Les Forts de la Meuse 1887-1891, Bouge, 1987.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]