Festival Dansa Diawoura

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un festival image illustrant la danse image illustrant le Mali
Cet article est une ébauche concernant un festival, la danse et le Mali.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le festival Dansa Diawoura a eu lieu à Bafoulabé au Mali et dans les villages environnants du 8 au 10 avril 2005 en présence de Cheick Oumar Sissoko, alors ministre de la culture et de Doumbi Fakoly, écrivain. Le « dansa » et le « diawoura » sont des danses traditionnelles du pays Khasso. Ce festival s’est terminé par la 3e journée du « Mali Sadio » qui commémore l’amitié entre les jeunes filles du village et un hippopotame. Cela fait référence à la légende de Mali Sadio, colportée par les griots depuis la fin du XIXe siècle, et dont il existe de nombreuses versions[1],[2],[3]. Cette journée a permis à de nombreux griots de confronter leur version. À la suite de cette journée, Doumbi Fakoly a écrit un livre, Mali-Sadio, l'hippopotame de Bafoulabé (préfacé par Cheick Oumar Sissoko) tentant d'unifier les versions[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mali-sadio ou Mali-cajo ? Une histoire à plusieurs interprétations », sur Maliweb (article du Soir de Bamako) (consulté le 11 novembre 2011)
  2. « Littérature:Il était une fois Mali Sadio... », sur Maliweb (article du Républicain) (consulté le 11 novembre 2011)
  3. « Mali Sadio : La version du griot Adama Sacko », sur Maliweb (article de Le Matin) (consulté le 12 novembre 2011)
  4. « page des ed.Menaibuc consacrée au livre "Mali-Sadio, l'hippopotame de Bafoulabé », sur ed.Menaibuc (consulté le 12 novembre 2011)