Eugène Rimmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eugène Rimmel
Eugene Rimmel.jpg
Eugène Rimmel.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités

Eugène Rimmel (né le à Paris[1], mort le [1] à Londres[2]) est un parfumeur et un homme d'affaires franco-britannique responsable de la fabrication et du marketing de certains produits de beauté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Publicité (1851) pour le « vinaigre de toilette », inspiré à Eugène Rimmel par le « vinaigre des quatre voleurs »[3] et qui fit sa gloire[4].

Né à Paris, Eugène Rimmel accompagne son père à Londres en tant qu'apprenti : celui-ci avait été contacté pour diriger une parfumerie en 1834 dans la capitale anglaise et commence à produire ses premiers produits cosmétiques la même année. Vers 1844, il ouvre sa propre boutique, la « Chambre de Rimmel », sur Bond Street et se taille déjà une belle réputation. Il présente le premier produit non toxique vers 1880, le mascara. Il est devenu si populaire que le « Rimmel » est à ce jour le mot pour désigner le mascara dans plusieurs langues, notamment en français et en italien.

La version française de son Livre des Parfums (1870) est d'abord parue en Angleterre, préfacée par Alphonse Karr. Exposant à l'exposition universelle de 1867, il avait fait paraître ses Souvenirs de l'exposition universelle en 1868.

À sa mort, le New York Times le sacra « prince des parfumeurs »[5].

Les produits de beauté de Rimmel restèrent une maison familiale jusqu'en 1949. Désormais vendus sous la licence Rimmel Londres, ils appartiennent à la société Coty.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Selon son dossier de Légion d'honneur.
  2. Le XIXe siècle du 27 février 1887
  3. (en) Eugène Rimmel, The Books of Perfumes, Chapman and Hall, (lire en ligne), p. 13-14
  4. (en)« Rimmel’s scented world », sur The John Johnson Collection (consulté en 22 aoüt 2013)
  5. (en) « The Prince of Perfumers », The New York Times, 15 mars 1887
  6. « Selon son dossier de Légion d'Honneur », base Léonore, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]